Accueil Chronique de concert Sophie Hunger + Mina Tindle
Dimanche 8 décembre 2019 : 10067 concerts, 25832 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sophie Hunger + Mina Tindle

Sophie Hunger + Mina Tindle en concert

Théâtre Denis Hyères 20 novembre 2009

Critique écrite le par

La premiere partie est assurée par Mina Tindle, jeune artiste folk, ayant notamment collaboré avec les prometteurs Toy Fight. Elle débute ce concert seule à la guitare, avant l'arrivée de ses deux musiciens, au synthétiseur et à la guitare électrique, pour un style plus pop au beat entrainant. Les mélodies sont simples, sans la moindre prétention, le résultat est frais et amusant, mais sous ces apparences enfantines, sa musique se révèle terriblement touchante, avec la voix douce et agréable de la chanteuse avec un accompagnement discret mais vraiment approprié. On pourrait comparer son registre aux incursions folk lo-fi d'une PJ Harvey sous euphorisants, croisée avec les Little Pictures pour les rythmiques ludiques et efficaces au xylophone. Cette songwriter fort sympathique enchaîne avec un morceau a cappella, où elle nous éblouit de part son souffle et ses capacités vocales. The Kingdom, morceau enchanteur, nous embarque instantanément dans un univers mystérieux et envoutant, le synthétiseur allié au xylophone, apporte un sentiment de rêve durant quelques minutes à un public ravi de ces compositions. Même s'il n'y a ici rien de novateur, il n'empêche qu'avec sa fraîcheur, Mina Tindle livre un set d'une redoutable efficacité, impregné d'une grande joie de vivre. Cette première partie se conclut avec un rappel inattendu pour l'artiste, qui un peu prise au dépourvu nous rejoue un de ses précédents morceaux, qu'importe le public est définitivement sous le charme de cette jolie parisienne.

Ensuite, pour la dernière date de sa tournée, le prodige suisse Sophie Hunger arrive et entame sans la moindre présentation, une chanson a cappella époustouflante, où sa voix oscille superbement entre timidité et puissance bien controlée, le décor est planté. Ses musiciens la rejoignent, avec deux guitares dont une électrique, une batterie et un tuba, avant d'attaquer un morceau doux, qui subitement rompt avec une ligne très folk où les instruments sont à l'honneur sans pour autant masquer les vocaux. La timidité apparente de cette artiste s'estompe dès lors qu'elle chante, elle nous livre alors une chanson entrainante aux accents rock où l'on remarque le talent de son batteur, véritable métronome de cette formation. La songwritter passe ensuite au piano pour quelques chansons plus intimistes, avec seulement l'accompagnement du tuba, puis la guitare sèche s'ajoute pour des ballades mélancoliques et touchantes en allemand. L'ensemble est plus que convaincant, la salle est rapidement conquise par le talent de cette jeune femme à fleur de peau. Le reste des musiciens revient dans une ambiance plus jazz, un peu en dessous du reste de la soirée, puis Sophie Hunger nous présente avec humour ses acolytes. Le concert se tourne ensuite d'avantage vers un rock très plaisant, avec un solo de batterie assez expérimental mais très réussi. Elle reprend ensuite Le vent nous portera de Noir Desir de manière grandiose, la mélodie est ralentie et dépouillée, j'en reste bouche-bée. Sophie Hunger s'approprie totalement la célèbre composition de Bertrand Cantat de manière rêveuse et candide, le public l'ovationne. La suite est plus triste avec de nouveau un duo piano/tuba, puis un jeu de voix décalé et amusant entre les musicens. Le théâtre Denis se révèle très remuant et enthousiaste pour soliciter un rappel, qui dans un premier temps s'effectue en acoustique avec seulement une guitare sèche, c'est charmant. Elle nous joue ensuite une de ses nouvelles compositions au piano, où ses capacités vocales nous emblouissent, et enfin un dernier morceau afin d'achever de nous convaincre de sa virtuosité et puis elle s'en va sous les acclamations. Elle revient une seconde fois, flattée par tant d'applaudissement, pour un titre en allemand, avec quelques bribes de français, avant de nous propulser dans les cieux avec une cover euphorique et géniale de Like a Rolling Stone de Bob Dylan, et comme ce dernier, elle ponctue les refrains de solo d'harmonica. Les musiciens hilares viennent s'asseoir sur le bord de la scène pour nous proposer une dernière composition, sans même un micro, tel une bande de joyeux scouts autour d'un feu de camp, avec une grande générosité. La tornade Sophie Hunger et ses acolytes laissent une foule abasourdie et emplie d'emotions, après un concert d'une intensité rare.

Mina Tindle : les dernières chroniques concerts

Mina May + Mina Tindle en concert

Mina May + Mina Tindle par Ysabel
Les Passagers du Zinc - Avignon, le 25/02/2012
Comme toujours aux Passagers du Zinc, les musiciens viennent faire leurs accordages tranquillou, pendant que dans la salle on termine son verre en papotant. C'est là tout le... La suite

Mina Tindle en concert

Mina Tindle par Julyzz
Le Bataclan Paris, le 08/12/2011
Une fois n'est pas coutume, ce soir je ne chroniquerai que la face B. Accréditée seulement pour la première partie de Cœur de Pirate, celle que je viens écouter est bien... La suite

Sophie Hunger : les dernières chroniques concerts

Sophie Hunger en concert

Sophie Hunger par Cedmcvsdiego
Rocher de Palmer, Cenon, le 10/10/2015
Après Hein Cooper en première partie (un Australien qui nous gratifie d'une superbe reprise du "Creep" de Radiohead), la Suissesse Sophie Hunger, revenue de Californie,... La suite

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines  en concert

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines par Lionel Degiovanni
Paléo festival - Nyon (Suisse), le 23/07/2013
Pour démarrer cette chronique du 38ième Paléo Festival de Nyon, évoquons tout d'abord quelques chiffres... Paléo a vu sa première session en 1976 et depuis, Paléo a accueilli 5... La suite

Sophie Hunger en concert

Sophie Hunger par Sami
Espace Julien, Marseille, le 27/10/2010
Une chanteuse au répertoire relativement calme et une salle en configuration place assise, une aubaine pour le seul concert que je m'autorise en cette semaine de repos sous... La suite

Hindi Zahra + Danton Eeprom + Hafdís Huld + Wayne Beckford + Sophie Hunger (Midem 2010) en concert

Hindi Zahra + Danton Eeprom + Hafdís Huld + Wayne Beckford + Sophie Hunger (Midem 2010) par Mcyavell
Hôtel Carlton (Salon Zéphyr) - Cannes, le 24/01/2010
Une invitation dans le Salon Zéphyr du Carlton à l'occasion du Gala du Midem à Cannes, vous refuseriez ? De plus, Hafdís Huld (ex Gus Gus) est au programme en compagnie... La suite

Théâtre Denis Hyères : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin en concert

Bertrand Belin par Pierre C
Théâtre Denis Hyères, le 20/11/2016
Le temps est chafouin ce dimanche 20 novembre à Hyères. Les nuages menaçants et le vent ravissent les quelques planchistes et kite-surfeurs à l'Almanarre tout proche. La pluie... La suite

Interview de Françoiz Breut à l'occasion du festival <i>Les Femmes s'en mêlent</i> en concert

Interview de Françoiz Breut à l'occasion du festival Les Femmes s'en mêlent par Lartsenic
théâtre Denis à Hyères, le 26/03/2016
Françoiz Breut était invitée par le festival Les Femmes S'en Mêlent le 26 mars au théâtre Denis à Hyères, en co-plateau avec Alejandra Ribera. Son dernier album Zoo vient tout... La suite

Elysian Fields + Ladylike Lily (Festival Faveurs de Printemps) en concert

Elysian Fields + Ladylike Lily (Festival Faveurs de Printemps) par Aureza
Théâtre Denis - Hyères, le 10/04/2014
Dans ces villes du sud le soleil est un élément clé. Il semble s'intégrer aux constructions. La cité n'aurait pas la même allure sous une pluie battante, les palmiers feraient... La suite

Anna Aaron + Forêt en concert

Anna Aaron + Forêt par Callie-Cotto
Théâtre Denis - Hyères, le 26/03/2014
" Il régnait ici cette même impression d'être entouré par les habitants endormis d'un monde au seuil de l'éveil ". Ces mots écrits par William Gibson ont probablement marqués au... La suite