Accueil Chronique de concert The Limiñanas + Echo Anemone
Jeudi 26 avril 2018 : 10527 concerts, 24960 chroniques de concert, 5211 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Limiñanas + Echo Anemone

The Limiñanas + Echo Anemone en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 16 mars 2018

Critique écrite le par



C'est vendredi soir, le printemps arrive, on a envie de sortir pour s'encanailler un petit peu et il y a un concert prometteur dans la grande salle de La Coopé : les excellents garagistes perpignanais psyché pop de The Limiñanas, avec en première partie les jeunots clermontois d'Echo Anemone, qui font du rock and roll. Que demande la population ? Pas grand chose de plus visiblement puisque 7 ou 800 personnes ont pris soin de se déplacer...



Echo Anemone

Pas facile pour un jeune groupe de passer sur une grande scène devant une foule de gens attendant les têtes d'affiche qui arrivent juste après... Et pourtant Echo Anemone a parfaitement réussi son coup en jouant crânement sa chance, façon Strokes français, avec une belle voix grave un peu fatiguée de tout, des guitares bien saignantes et une rythmique qui claque. Bien sûr, il y a encore du boulot pour détrôner Julian Casablancas & Co, devenir les Lou Reed du quartier et il va falloir faire quelque chose pour l'effet sur le micro, qui est un peu envahissant. Mais si Echo Anemone se bouge le cul, il y a tout pour que ça interpelle gravement les fans de rock'n'roll !



The Limiñanas

Les Limiñanas déroulent ensuite un set pas très loin d'être parfait, habitués qu'ils sont désormais à évoluer sur des scènes plus grandes, ce qui les rend légèrement plus décontractés sur les planches... Certes, on n'a pas encore affaire à des grands communicants (ça tombe bien, les grands communicants nous emmerdent) mais Lionel Liminana, qui refuse toujours de chanter dans le micro sur scène, s'autorise de temps à autre de timides "merci". Les tubes extraits du très bon album Shadow People et ceux ayant émaillé la carrière des frenchy se suivent et ne se ressemblent pas, le groupe mettant un point d'honneur à jouer tour à tour du garage yéyé (Down Underground, interprété comme pas mal de titres par une chanteuse à la voix sexy), des instrumentaux trippants, des morceaux psychédéliques (une reprise du Mother Sky de Can... ), de la New Wave façon New Order (The Gift et Garden Of Love, deux titres sur lesquels le grand Peter Hook est venu poser sa basse en studio) et de la pop rock'n'roll à la Velvet Underground (Istantbul Is Sleepy, sans Anton Newcombe malheureusement) ou gainsbourienne (Dimanche, sur lequel on regrette un peu que Bertrand Belin et sa voix grave ne soient pas là)



Bref, à part les indécrottables et désespérants puristes du garage qui veulent voir leur groupe préféré dans une cave devant 30 pelés (et qui quand un bon groupe passe dans un petit club de leur ville restent chez eux pour s'occuper de leur progéniture), il y a là matière à se réjouir au plus haut point : la set list est impeccable, le son est excellent, les lights sont chiadées, la complicité entre Lionel et Marie Liminana - le roi du riff et de la fuzz + la reine des fûts giflés - est ultra touchante (les deux passent quasiment le concert à jouer face à face, les yeux dans les yeux et se sourient souvent), le groupe est très bon... Mention spéciale au zozo presque sosie de Pascal Comelade qui officie au milieu derrière le couple cité à l'instant aux claviers, à la guitare, au ukulélé etc : ses pitreries sont toujours très drôles à voir, et cela n'est pas fait au détriment du son, le mec apportant beaucoup avec tout un tas de solos, de bruitages, larsens et autres gimmicks.



Voilà, on est pas très loin d'être au septième ciel quand les Limiñanas quittent pour la première fois la scène ! Et le groupe prend soin de venir agrémenter son concert avec de généreux rappels où il interprète jouissivement Russian Roulette des Lords of the New Church et Gloria, de Them, au milieu de titres du cru aussi percutants que The Train Creep A-Loopin, servi en guise de final décérébrant. On remettrait volontiers le couvert sur une des dates de la tournée, qui se poursuit jusqu'en août...





Photos : Yann Cabello (album complet ici) www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...



> Réponse le 20 mars 2018, par skolive03

Très bon concert d'un groupe que j'ai découvert il y a quelques semaines : comment faisais-je avant ? Je ne rajoute rien à ce qui a été écrit = je cautionne... Si bien que je retourne les voir dans quelques jours à Mâcon !   Réagir


The Liminanas : les dernières chroniques concerts

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) en concert

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) par Lebonair
Le Trianon - Paris, le 29/03/2018
C'est une magnifique aventure qui est vécue par le couple Liminana, Lionel et Marie. Plus qu'un groupe, c'est surtout une belle histoire d'amour, notamment musicale, qu'ils ont... La suite

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) en concert

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) par lol
Trianon, Paris, le 29/03/2018
Les Limiñanas ont longtemps été le secret le mieux gardé du rock Français ! S'ils existent depuis 2009, je suis, pour ma part, leurs aventures depuis 2012, même si je ne les ai... La suite

The Limiñanas (featuring Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) en concert

The Limiñanas (featuring Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) par Antoine Serrurier
La Maroquinerie, Paris, le 07/12/2017
Adoubés par le légendaire Anton Newcombe (en guest royal pour la soirée), les Limiñanas ont brillamment retourné La Maroquinerie avant les fêtes de fin d'année. Les Catalans... La suite

Royal Blood + The Limiñanas (Nuits de Fourvière 2017) en concert

Royal Blood + The Limiñanas (Nuits de Fourvière 2017) par Daddrock
Theatre antique de Fourvière, Lyon, le 10/07/2017
Dress code du soir à Fourvière, HELLFEST ! Le ton est donné. Ce sera fort, bruyant, décapant. Pour oublier une première partie au goût fade proposée par The Liminanas, il fallait... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Penelope Isles + Garciaphone (Festival God Save Clermont) en concert

Penelope Isles + Garciaphone (Festival God Save Clermont) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 31/03/2018
Très bonne initiative du bienvenu festival God Save Clermont (qui anime Clermont-Ferrand et Paris pendant une semaine), l'affiche réunissant dans le club de La Coopé les stars... La suite

Kadavar + Witchfinder en concert

Kadavar + Witchfinder par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/03/2018
C'est une petite Coopé très bien remplie qui accueille le jeudi 22 mars - à initiative de l'asso Black Owl - un plateau bien lourd et très gras réunissant les locaux de... La suite

Bertrand Cantat & Amor Fati en concert

Bertrand Cantat & Amor Fati par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 17/03/2018
Dans un contexte assez tendu (nouvelles révélations - vraies ou fausses, on ne sait pas... - sur le comportement violent de Cantat avec les femmes) et une ambiance délétère sur... La suite

Altın Gün + Les Filles de Illighadad + Kepa (Festival Les Nuits de l'Alligator 2018) en concert

Altın Gün + Les Filles de Illighadad + Kepa (Festival Les Nuits de l'Alligator 2018) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2018
Tous les ans, la programmation exigeante du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator réjouit (sans oublier de surprendre) les amateurs de folk, blues, rock and roll, voire... La suite