Accueil Chronique de concert Wolfmother + The Black Angels
Lundi 16 septembre 2019 : 14157 concerts, 25674 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

Wolfmother + The Black Angels

Wolfmother + The Black Angels en concert

Le Bataclan, Paris 25 janvier 2010

Critique écrite le par



C'est toujours quand on pense en avoir fini avec les concerts-où-l'on-monte-exprès-à-Paris qu'une nouvelle affiche est annoncée, quelques mois à peine après la précédente et dans une salle encore inconnue. Revoir Wolfmother justifie-t-il une nouvelle mini-virée ? Tout est dans le "re", le problème est qu'on est resté sur une assez ébouriffante mais horriblement courte première prestation en trio à Rock en Seine 2006, qui nous avait soufflé. A l'époque, ce qu'on croyait être un groupe n'avait à défendre qu'un assez formidable premier disque, mais depuis il en a sorti un très plaisant deuxième. Alors peu importe que le line-up ait presque entièrement changé puisque l'auteur/compositeur/entertainer principal, et au fond le seul qu'on voyait vraiment sur scène, le formidable Andrew Stockdale est toujours là, et qu'il joue dans une salle petite et bien réputée. Banco !


Séquence Routard/Concertandco : L'extérieur du Bataclan, fringuant jaune et rouge dans l'après-midi, est bien tristounet et sombre la nuit, tout comme l'affichage du concert du soir qui fait bien pâle figure comparé à celui, en lettres rubis, de l'Olympia. De plus l'entrée est compliquée puisqu'elle cumule tous les handicaps : une seule porte, une seule file, les vestiaires juste devant l'entrée, et le carrefour de l'accès au bar, au merchandising et aux toilettes juste derrière... Tout ça pour être fouillé n'importe comment - devant tant de désinvolture, ça n'aurait même pas été drôle de cacher l'appareil-photo que l'on a réussi, il faut le faire, à oublier ce soir. A part ça, pisse de rat hors de prix servie au bar - la routine. Cela étant une fois dans la fosse, l'essentiel est préservé : la salle austère mais plutôt belle et surtout, la vue est bonne et le son à peu près parfait...


La première partie donc, c'est les riants texans de The Black Angels, qui ont bien sûr déjà bien commencé, le temps qu'on arrive à l'intérieur. Avec un rock à visée mystique/psyché/noisy (cf son nom très plan-plan, imaginez le même en français, vous iriez les voir ?), le groupe est heureusement porté par la voix nasillarde mais assez fascinante du chanteur/bassiste à barbe et bonnet (dans le genre même genre prêcheur, habité et urgent, de David Eugene Edwards). Il y a aussi une fille très douée à la batterie qui assure la partie coups (et blessures).

Le reste de la bande, look grunge barbe-chemise bucheron (il y a même un vague sosie de Thurston Moore), n'est pas forcément aussi convaincant, faisant un gros raffut qui n'est pas tout le temps agréable à l'oreille. Mais les réglages y sont sans doute pour quelque chose : sur disque, leur son est vraiment bien ! Leur air concentré de groupe chamanique est un peu surjoué, à moins que ce ne soit de la timidité. Il y a toutefois des bons moments, où la transe agit temporairement, notamment quand un deuxième cogneur vient prêter main forte à la miss. Un titre presque rockabilly, interprété avec ce son, donne un beau résultalt - celui-ci, c'est sûr, ne figure pas sur l'album.


Au fait, malgré un paquet d'écoutes de leur premier disque, sympa mais un peu monocorde, il est difficile d'en mémoriser le moindre titre, on ne peut donc que spéculer qu'ils ont joué la plus grande partie de Directions to See a Ghost, sauf erreur notamment Deer-ree-shee et Science Killer. A part quelques rares fans en extase, la salle (essentiellement masculine, du moins en bas) reste terriblement apathique devant cette prestation, certes pas très joviale, comme en témoigne le silence gênant après l'annonce de la dernière chanson à venir.

On s'interroge une nouvelle fois sur la possibilité que le public parisien soit affreusement blasé... On vérifiera ensuite que ce n'était pas le cas - il n'est peut-être simplement pas curieux de ce qu'il n'est pas venu voir. Pourtant les Black Angels n'ont pas démérité, mais c'est typiquement le genre de musique à ne pas découvrir sur scène. Ou alors il ne faut pas être sobre - vu l'heure (il n'est même pas encore 20 h !), c'est pourtant sans doute ce qui s'est passé... A revoir.


Bref, le temps de faire une file qui frisait le grotesque pour aller aux toilettes (et que pour les mecs cette fois-ci, puisqu'il n'y avait pas beaucoup de filles mais que monsieur le zélé videur veillait à une stricte séparation), et voici venir le combo Wolfmother, version 2010 : Andrew Stockdale n'a plus sa moustache ni ses rouflaquettes, simplement une barbe de bon aloi. Il n'a plus ses musiciens d'origine (mais qui n'étaient pas particulièrement marquants) et a recruté, du moins bon au meilleur : un guitariste rythmique indolore et incolore (impossible de me souvenir de lui), un batteur massif et peu subtil mais à la frappe régulière (après tout, il ne joue pas du free jazz non plus, pas vrai ?), et un rigolo petit bassiste au look latino chevelu et moustachu (qui semble tout droit échappé de The Mars Volta).


Une autre chronique sur ce site a un peu méchamment comparé ce dernier à une sauterelle imitant Rob Trujillo : il est vrai qu'il est très énervé et très mobile, et que tous les bassistes ne peuvent certes pas avoir un physique de golgoth... Quoi qu'il en soit, dès leur entrée sur l'ozzyosbournissime Dimension on se rend compte qu'une deuxième soirée, bien moins sage, vient de commencer, une grand-messe païenne à la gloire des riffs les plus salaces et les plus jouissifs qui soient ! Cosmic Egg, joué avec de grands moulinets de bras à la Pete Townshend, déclenche un énorme vortex dans le public (viril, mais bon enfant) qui nous repousse en quelques minutes de dix mètres en arrière - autant pour nous, le public est bien là et bien chaud !


On passera seulement un bout du concert à s'inquiéter pour ce grand type frisé à lunettes, bourré comme un coing mais heureux à faire plaisir à voir, qui oscille dangereusement et se rétamera la gueule à plusieurs reprises pendant le concert ! Le regard du public, quand il n'est pas en train de se fritter la couenne, est magnétiquement attiré vers le leader, dont j'avais oublié à quel point il était charismatique - le reste du groupe est clairement à son service, dommage quand même qu'on ne voie pas assez le petit bassiste caché derrière son Korg. Album plus faible et trop long, avait-on lu et entendu, voire écrit soi-même ? Avec la sélection de ce soir, presque exlusivement les meilleurs titres, il est permis de se reposer la question... California Queen ? New Moon rising ? Deux tueries sur scène, quelqu'un en doutait peut-être ?


Difficile de ne pas se re-transformer en crétin congénital en jouant de son air-guitar préférée (la mienne est une Grestch rouge des années '70...). L'autre couche de chansons étant bien entendu composée des titres les plus marquants du premier album : Woman, également d'une bêtise musicale et parolière insondable mais totalement, euh, bandant. Même White Unicorn, pourtant assez plan-plan sur disque (le son de The Darkness et les paroles de Spinal Tap, que du bonheur...), s'en sort pas mal en live, grâce à son power riff terminal... Plus grasse et plus lente, 10 000 Feet brasse pourtant encore bien le public, bien trop excité pour marquer les changements de rythme.


La suite du concert est à l'avenant, tandis que le chroniqueur se bat pour ne pas paumer ses lunettes tout en marquant 2 ou 3 choses utiles : voici Apple Tree qui rappelle les meilleurs White Stripes, puis une fausse intro lente où Dédé vient jouer un peu sur le clavier de son copain, et qui débouche on ne sait comment sur la kholossale Colossal, chanson salace et à la montée irrésistible, assurément inspirée par le Malin et qui se finit par un pogo général - le public ressemble à une cage de kangourous en rut. Tandis que notre chevelu Stockdale court d'un bout à l'autre de la scène en lançant sa guitare en l'air, et ce sans même la prendre sur la gueule au point de retombée comme c'est pourtant généralement le cas...


Bon, il fallait bien faire un peu retomber le soufflé : White Feather et son côté hard FM à cloche dégueu (ils n'oseront quand même pas l'ignoble Far Away). Le groupe se reprend vite sur Sundial, encore un peu Guns'n'Roses-like mais déjà moins embarrassante. Avant de déboucher sur la faramineuse Pyramid, peut-être la plus totalement jouissive ce soir, avec la fabuleuse Backround qui la suit de près, même si avec tous ces morceaux de riffs jouissifs sur 2 accords, le plus dur est finalement de ne pas les confondre.... "Wolfmother, le rock c'est ça !" titrait Rock-n-Folk il y a quelques temps ? On ne saurait le dire plus clairement - en tout cas c'est très précisément notre conception de la chose.


A ce stade, l'intro calme de In The Castle ne trompe plus dégun : on a bien compris qu'on échapperait aux slows et aux balades, pour garder la fine fleur heavy metal, ridicule, joyeuse et régressive... dommage que la guitare soit un peu étouffée, mais c'est bon ! Le groupe sort de scène après avoir salué - au fait le père Stockdale a fait quelques blagues et commentaires sympas et bien sentis, nettement plus à l'aise que les précédents - par exemple, demander à son groupe pourquoi ils ne reviendraient pas jouer ici tous les 3 mois... 1 h 20 s'est écoulée et on est déjà bien repus de la performance. Ils reviennent sans trop attendre pour une balade psyché pas mal, toute en montées (Vagabond ?) qui sera donc le moment "calme" du concert et se finit pourtant dans une grande clameur.


Un petit solo de guitare plus tard, le frontman lève les bras aux ciel devant la pagaille qu'il vient encore de déclencher et nous voilà sur la ligne d'arrivée, avec un finish par K.O. : furieuse Joker & the Thief, qui nous achève littéralement dans un bordel assez extraordinaire, le bassiste étant grimpé sur son Korg - je ramasse 2 personnes d'affilée tandis qu'un ami renverse en chahutant, bien malgré lui et d'une petite poussette, la grande bringue bourrée dont il fut question plus haut - qui n'en est certes plus à une chute près. On n'en retrouvera d'ailleurs pas la trace à la fin du concert - mais vu les circonstances, un phénomène paranormal de type explosion spontanée n'est pas à exclure...


1 h 30 de bonheur presque total : formidable concert qu'a donné ce soir la Maman des Loups en cette froide soirée d'hiver, et totalement jouissif ! A condition bien sûr, d'avoir pris soin de laisser tous ses neurones à l'entrée (par exemple, surtout ne pas se demander ce que le grand chevelu a inventé, ou comment va bien pouvoir sonner son prochain album...). Car au final, ce groupe-homme certes primitif et ultra-référencé, est surtout sauvagement jouissif et à ce titre (l'identité géographique aidant) Wolfmother est le futur gardien du temple du gros rock qui tache, qu'on se le dise ! Angus Young va bien finir par casser sa pipe, hélas, et sûrement au milieu du solo de Whole Lotta Rosie, mais qu'à cela ne tienne, mes frères, d'autres australopithèques se tiennent prêts à reprendre le flambeau du Riff-qui-tue...

Photos N/B par Agathe Kipienne (merci m'dame !)
+ Photos "étoilées" par DPC (merci m'sieu !) : beaucoup plus de photos, et sa propre version du concert par !
+ Photo Bataclan : www.lesitedelevenementiel.com

The Black Angels : les dernières chroniques concerts

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground  (La Route du Rock 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 17/08/2018
Après une première soirée de fort bon aloi à La Nouvelle Vague de Saint-Malo en compagnie de Marlon Williams, Ezra Furman et The KVB, c'est avec une joie non dissimulée que... La suite

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) en concert

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Encore une super édition pour le festival Levitation France, l'immanquable version française du grand rassemblement d'obédience psychédélique initié à Austin, Texas par les... La suite

The Black Angels + A Place To Bury Strangers (Festival Levitation France 2017) en concert

The Black Angels + A Place To Bury Strangers (Festival Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Point d'orgue (électrique) d'une très belle édition du festival Levitation France au Quai, à Angers, le trippant concert des Black Angels a permis de conclure sur une superbe... La suite

Wolfmother : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 27/08/2016
Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement... La suite

Wolfmother + The Black Angels en concert

Wolfmother + The Black Angels par Benjamin Fournet
O2 Academy, Newcastle, Angleterre, le 15/01/2010
Nous avions déjà vu les Wolmother ici et les Black Angels là mais les deux à la fois jamais ! Nous nous précipitons donc à l'O2 Academy malgré le "putain de froid" dixit Andrew... La suite

Wolfmother + The Hall Effect en concert

Wolfmother + The Hall Effect par lebonair
Le Trabendo Paris, le 14/10/2009
Mercredi soir, 19h30 devant l'entrée du Trabendo, il fait déjà nuit et un peu froid. Je compte bien me réchauffer au son du groupe Wolfmother. 1ère date de la tournée... La suite

(mon) Rock en Seine 2006, 1/2 : Wolfmother, Calexico, Clap Your Hands Say yeah, Dirty Pretty Things, TV on the Radio, The Raconteurs, DJ Shadow en concert

(mon) Rock en Seine 2006, 1/2 : Wolfmother, Calexico, Clap Your Hands Say yeah, Dirty Pretty Things, TV on the Radio, The Raconteurs, DJ Shadow par Philippe
Parc de Saint-Cloud, Paris, le 25/08/2006
Photos par Philippe ! Troisième édition (pour moi) de Rock en Seine pour ce qui semble bien un renoncement définitif à snober la scène parisienne : une fois de plus l'affiche... La suite

Le Bataclan, Paris : les dernières chroniques concerts

Gossip en concert

Gossip par Samuel C
Salle Pleyel / Bataclan - Paris, le 09/07/2019
"Music for men" figure parmi les disques les plus réussis de la première décennie de ce siècle. 10 ans après sa publication, Gossip a décidé de le célébrer d'abord à Pleyel lundi 8... La suite

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth en concert

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth par Pierre Andrieu
Bataclan, Paris, le 09/06/2018
Magistral concert de Courtney Barnett au Bataclan de Paris le samedi 9 juin ! Auteure de l'assez inépuisable album "Tell Me How You Really Feel", l'ultra douée Australienne a fait... La suite

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan en concert

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan par Lebonair
Le Bataclan - Paris, le 14/06/2018
Parmi nos chouchous à Concertandco depuis quelques années, on retrouve naturellement le jeune Californien Ty Segall. Le chanteur, guitariste, batteur, multi-instrumentiste ultra... La suite

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club en concert

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club par Lebonair
Le Bataclan - Paris , le 01/03/2018
Dans le cadre de leur tournée européenne, les ovnis australiens de King Gizzard & The Lizard Wizard passent en France pour quelques dates et notamment à Paris au Bataclan, qui... La suite