Accueil Tous les festivals
Vendredi 15 novembre 2019 : 12024 concerts, 25765 chroniques de concert, 5276 critiques d'album.

Les festivals incontournables

Les Trans Musicales de Rennes

4 au 8 décembre 2019 - Rennes

Festival Les Aventuriers

du 11 au 20 décembre 2019 - Fontenay S/Bois

I Love Techno

du 13 au 15 décembre 2019 - Montpellier

La Route du Rock Collection Hiver

du 27 février au 7 mars 2020 - St-Malo Rennes

Festival Avec Le Temps

du 10 au 12 mars 2020 - Marseille

Panoramas Festival

du 12 au 14 avril 2019 - Pays de Morlaix (29)

Printemps de Bourges

21 au 26 avril 2020 - Bourges (18)

Les Nuits Du Botanique

du 29 avril au 10 mai 2020 - Bruxelles (B)

Nuits Sonores

du 19 au 24 mai 2020 - Lyon

Europavox

25 au 28 juin 2020 - Clermont-Fd

TOUS LES FESTIVALS PAR RéGION

Tous les festivals en France dans chaque région

Sélectionnez une région

Les festivals en Belgique, Suisse, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Italie et dans les autres pays européens.

Dernières chroniques festivals 2357 avis

Whispering Sons (Club Europavox)

Critique écrite le 01 novembre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 30 octobre 2019

Whispering Sons (Club Europavox) en concert

Belle découverte que celle de Whispering Sons lors du Club Europavox organisé à La Coopé fin octobre... Emmené par une androgyne chanteuse à la voix magnétique, ce jeune groupe belge basé à Bruxelles se joue admirablement des codes du post punk et de la cold wave en y mettant la conviction et l'intensité nécessaires. Certes, Fenne Kuppens (voix très grave), Kobe Lijnen (guitare insidieuse), Sander Hermans (synthétiseurs vrillants), Tuur Vandeborne (basse lourde) et Sander Pelsmaekers (batterie martiale jouée debout) n'ont à proprement parler rien inventé sur les chansons figurant au générique de leur (bon) premier album nommé "Image". Mais en partant de Joy Division et Ian Curtis (pour les parties vocales et la batterie) mais également de The Cure et Robert Smith (pour le son des guitares et des synthés), ils arrivent à créer un truc qui fonctionne, prolongeant avec maestria la grande légende de la musique gothico dépressive, comme sur leurs tubes "Got a light" et "Hollow". Les "secrets" de Whispering Sons : des morceaux bien écrits qui prennent l'auditeur de plein fouet, une voix qui tétanise dès la première note, des arrangements à la fois accrocheurs et délicieusement froids. Sur scène, le groupe joue sec et dur... Lire la suite

House Of The Molly + Empath + Moïse Turizer (Midi Festival)

Critique écrite le 29 octobre 2019, par Sami

Port des créateurs, Toulon 26 Octobre 2019

House Of The Molly + Empath + Moïse Turizer (Midi Festival) en concert

Une nouvelle édition du festival MIDI c'est toujours l'occasion de passer un bon moment avec des découvertes indie ou electro. Si je n'ai pas pu me rendre à la première soirée avec l'expérimental et radical Fennesz à l'Opéra, le deuxième soir proposait au Port Des Créateurs un plateau bien plaisant avec trois groupes. Malgré la gratuité de la soirée (comme la précédente d'ailleurs), l'ambiance est plutôt intimiste mais c'était prévisible sans têtes d'affiches comme The XX, Baxter Dury, Au Revoir Simone ou Young Marble Giants... Les réjouissances commencent avec les Marseillais de House Of The Molly qu'on a pu déjà voir à l'Intermédiaire, à feu La Machine à Coudre et au Poste à Galène, très peu d'apparitions depuis leur création et encore aucun titre publié, mais pas vraiment des inconnus non plus pour les habitués des salles phocéennes. House Of The Molly Un quatuor avec Oh! Tiger Mountain à la guitare, son frère au chant, Johnny Hawaii à la basse et également le batteur qu'on a entendu avec Nation All Dust. Des morceaux très courts, en général pas plus de deux minutes, et des private jokes sur Pearl Jam ou le Madison Square Garden, l'affaire est pliée en une petite demi heure douche comprise. Mais malgré un coté un... Lire la suite

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019)

Critique écrite le 16 octobre 2019, par Sami

J4, Marseille 10 Octobre 2019

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) en concert

C'est parti pour la 28ème édition de la Fiesta des Suds, encore une fois au J4 pour trois soirées évidemment toujours très courues. L'endroit est plus visuellement beau que les dock des Suds mais moins de scènes (toutes en extérieur), moins d'artistes internationaux, et l'annulation de Beirut même annoncée relativement tôt laisse évidement des regrets. Pour autant l'affiche de jeudi était assez variée avec le très attendu concert de Catherine Ringer en point d'orgue. SOvOX Après les reprises en mode fanfare de la Banda Du Dock, dont un joliment décalé "Take me out" de Franz Ferdinand, c'est aux Marseillais de SOvOX de mettre le feu aux poudres avec un garage rock classique mais efficace pour les amateurs du genre. Un duo batteur (rapidement torse nu malgré un inconfortable mistral) et guitariste qui se partagent le micro, hurle plus qu'il ne chante avec une belle énergie, le public encore clairsemé à cette heure-ci semble apprécier et certains pogotent sur le dernier morceau. Pas totalement convaincu par le coté répétitif de la formule, mais bien aimé l'ensemble, notamment sur la bonne reprise du "Daft Punk is playing at my house" de Lcd Soundsystem (qu'on aimerait voir à Marseille, à la Fiesta ou... Lire la suite

Interview d'Yseult lors de son passage au festival Holocène

Interview réalisée le 23 octobre 2019, par Lily Rosana

Festival Holocène, Summum de Grenoble Octobre 2019

Interview d'Yseult lors de son passage au festival Holocène

Yseult, une femme qui n'a rien à prouver. Entre schéma corporel et image du corps, elle s'impose là. Capitaine de son âme, invincible femme noire, femme de tête, artiste. Yseult revient aujourd'hui avec deux EP : "Rouge" et "Noir". Rouge comme le sang qui coule dans ses veines, Noir comme sa peau d'ébène. Ses mots sont simples et francs, honnêtes et juste, parce qu'elle est juste elle. Au son comme à l'image, Yseult n'a pas peur de se mettre à nue. Dans "Rien à prouver", ses mains dessinent des chorégraphies comme pour souligner ses états d'âme, mais pas seulement. Si elle fait part de ses luttes et de son histoire, c'est aussi de nous dont elle parle. De nos inhibitions, de l'image que nous avons de nous-mêmes et de celle que nous voulons renvoyer. Entre image de soi, musicalité et mise à nue, Yseult revient à son public avec un travail incroyable et pur qu'elle présente de scène en scène. C'est le lendemain du MaMa Festival que je l'ai interviewée, à l'occasion du festival Holocène à Grenoble, au Summum. Rencontre avec une bombe. Tu sors du MaMa festival, tu enchaînes avec celui de Holocène, t'as de l'énergie à revendre toi ! J'attendais cette date depuis tellement longtemps... Quand c'est arrivé, j'étais en mode "aaaah fou!",... Lire la suite

Bônhom, Andreas, Revolver Klub, Yarostan, Dead Cats Division, Pogy et les kéfars, xInquisitionx, Velvetine, BLMR, Ferraj, Parade (Rue du Rock 2019 - suite)

Critique écrite le 02 octobre 2019, par Pirlouiiiit

rur Consolat, Marseille 29 septembre 2019

Bônhom, Andreas, Revolver Klub, Yarostan, Dead Cats Division, Pogy et les kéfars, xInquisitionx, Velvetine, BLMR, Ferraj, Parade (Rue du Rock 2019 - suite) en concert

Voici comme chaque année ma chronique bouche trous par rapport à celle de Philippe vers laquelle je vous renvoie concernant Johnny Marre , Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grrzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie, No Jazz Quartet, Parade (soit 13/23 des groupes) ce qui me laisse quand même Bônhom, Andreas, Revolver Klub, Yarostan, Dead Cats Division, Pogy et les kéfars, xInquisitionx, Velvetine, BLMR, et Ferraj (je ne m'interdis bien sûr pas de dire un mot sur l'un ou l'autre pour compléter). Allez c'est parti ! Après une matinée toute calme à apporter quelques viennoiserie, accrocher le fanion Phocea Rocks et la mini bâche historique de Live in Marseille, installer ma gopro (pointant trop vers le bas, comme vous pouvez le voir ici) sur la porte du garage qui dépend désormais de la Meson, à changer les plaques de rue avec Domitille et Lucie, à tester la tireuse fournie par Zoumaï, à plier quelques Vortex, à sortir quelques tables pour les stands et puis finalement à dévorer la superbe assiette composée signée Casa Consolat juste à temps pour attaquer le premier concert de Johnny Marre le ventre bien plein ... C'est que l'après midi va être longue puisque j'ai... Lire la suite

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie, No Jazz Quartet, Parade

Critique écrite le 30 septembre 2019, par Philippe

Rue Consolat, Marseille 29 septembre 2019

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie,  No Jazz Quartet, Parade en concert

Alors celle-là, d'édition de La Rue du Rock, on pourrait l'appeler "la Miraculée" ! Parce que 15 jours avant, ça tanguait pas mal : un beau trou dans notre (pourtant modeste) trésorerie, la menace (mise à exécution) de déplacer le "Dimanche Canebière" dont la logistique est pourtant bien pratique pour nous, et surtout, toujours pas d'autorisation (donc pas de barrières, de blocs béton, de fourrière, etc). Ca nous a quand même forcé à organiser un barbecue d'urgence, c'est dire si on a souffert le martyre ! Après avoir un peu houspillé qui de droit (ça fait quand même déjà 6 événements sans problèmes, on devrait nous connaître un peu, non ?), tout est heureusement rentré dans l'ordre la semaine dernière. Mais gardons bien à l'esprit que rien n'est jamais acquis à Marseille, oui, même quand ça ne coûte pratiquement rien et que ça fait plaisir à des milliers de personnes ... Arrivés au matin, divine surprise, nos tractages/affichages/rubalisages forcenés ont convaincu les riverains de la rue Consolat - une seule voiture à faire enlever, record battu ! J'ai quand même du lutter pour garder ma petite mission perso, ô combien enviée, d'acheteur/porteur d'eau, pour laquelle j'ai même pu faire travailler des enfants mineurs, un dimanche, ah... Lire la suite