Accueil Chronique de concert Interview de Bertrand Belin à l'occasion de son passage dans le cadre du festival Avec le Temps
Lundi 15 juillet 2019 : 11074 concerts, 25577 chroniques de concert, 5259 critiques d'album.

Interview de Bertrand Belin à l'occasion de son passage dans le cadre du festival Avec le Temps

Interview de Bertrand Belin à l'occasion de son passage dans le cadre du festival Avec le Temps en concert

Théâtre Le Merlan, Marseille 14 mars 2019

Interview réalisée le 19 mars 2019 par Pierre Charvet

Il est 18h30 quand Bertrand Belin nous accorde un peu de son temps ce jeudi 14 mars 2019, quelques deux heures avant de pénétrer sur la scène du théâtre du Merlan, à Marseille. Sa nouvelle tournée qui débute affiche régulièrement complet. C'est le cas ce soir à Marseille, ça le sera à l'Olympia en avril. Assurément, il se passe quelque chose autour de Bertrand Belin depuis la sortie de son nouvel album "Persona" ainsi que de son nouveau livre "Grands Carnivores", sortis quasi-simultanément en janvier 2019. L'occasion est trop belle de parler de la genèse de son album, de cette vie de tournée qui redémarre, mais aussi du plaisir de la vie, du groove de J.J.Cale, de la vie d'équipage, de sa dernière découverte et même de BD.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Pierre : Bertrand, l'album Persona a été très bien accueilli, et il semble que tu prends une nouvelle dimension dans le paysage musical français. Les dates de ta nouvelle tournée affichent de plus en plus complet. Sens-tu cela ? Comment le ressens-tu ?
Bertrand Belin : Positivement. Les critiques positives existaient sur le disque précédent aussi. Ça ne change rien pour moi.

Est-ce que pendant l'écriture de cet album, tu as senti que tu étais sur le bon chemin, par rapport à cet engouement qu'il y a suite à cet album ?
Non, je n'ai pas senti particulièrement. J'étais surtout sur le bon chemin par rapport à mon propre plaisir et ma propre satisfaction, si on veut. Comme j'ai toujours fait. Je ne fais pas des disques en me disant "est-ce qu'il va plaire ou pas?". Évidemment, je préfère qu'ils plaisent, mais je n'en suis jamais convaincu dix ans après.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Dans une récente interview, tu parlais des chansons dont tu es certain. Sur cet album, est-ce qu'il y a des chansons particulières dont tu es certain ?
Je suis certain de toutes. Mais par contre ça ne veut pas dire que je suis certain qu'elles vont plaire. Je les assume pleinement et me sens à l'aise avec ce que j'ai fait... (réflexion)... à par une.

On peut savoir laquelle ?
Non. (sourire)

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Dans cet album, il semble que tu expérimentes des formats "hors-pistes" ("Bec", "En rang, Euclide"), mélange hybride de Haiku, parlé/chanté, proses. Que peux-tu en dire ?
Je pense que ça ne date pas de ce disque là. C'est présent sur mon précédent disque, déjà. J'ai besoin de trouver une légitimité à être où je suis lorsque j'écris ces chansons, et de faire en sorte que quand ça sort de ma bouche, ça sort. Je n'ai pas mémorisé des vers, des textes... J'ai besoin de cette capacité qu'auraient ces mots à se réactiver, pleins, à chaque fois que je les prononce. Donc je cherche des mots à la fois simples, qui pourraient me surprendre pendant longtemps. Pas forcément des idées d'intelligence.

A propos de ces nouveaux formats: tu as été très actif depuis la sortie de Cap Waller, en multipliant les collaborations, et dans divers domaines culturels, notamment avec Rodolphe Burger dont tu sembles assez proche. Certaines chansons peuvent se rapprocher de ce que peut proposer Rodolphe Burger...
Je pense qu'en écoutant le disque précédent, on peut se dire ça aussi. Mais je ne veux pas ressembler à Rodolphe Burger, si c'est la question, parce que je l'admire, justement. Je pense que lui comme moi, on utilise un peu les mêmes matériaux. On s'intéresse un peu aux mêmes domaines: la guitare électrique, le blues, la politique contemporaine, la littérature. De ce point de vue là, c'est pourquoi on a des affinités, qu'on est devenu proches. Je me sens appartenir au même ensemble de fantassins, si on veut. Mais les artistes prennent grand soin de cultiver leur jardin, même s'il y a des trous de partout et que toutes les influences se véhiculent. Heureusement. On n'a pas inventé l'eau chaude, hein. A propos des nouveaux formats musicaux, "En rang" par exemple, elle est plus liée à ma collaboration avec Gavin Bryars de l'année dernière (j'ai chanté à sur un opéra composé par Gavin Bryars), où justement il était question de mettre des textes de Michael Ondaatje, des textes en proses, qu'il a mis en musique sur un registre de musique contemporaine écrite pour l'orchestre des percussions et claviers de Lyon. Ça, ça m'a vraiment inspiré "En rang". Là, il y a vraiment une inspiration directe.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Tu as déclaré que tu t'étais inspiré de J.J.Cale pour "Sur le cul" (source: France inter, "le Nouveau rendez-Vous", 30 janvier 2019). De l'album "5" précisément. Tu peux en dire plus ?
Le sujet n'a pas du tout été inspiré par J.J.Cale, mais oui c'est vrai: "Friday" (il débute la rythmique de Friday pour enchaîner avec la même rythmique "Sur le cul"). C'est juste une histoire de pulsation. Cet espèce de groove blanc qu'on trouve chez certaines personnes . Dans la musique américaine blanche, il n'y en a pas beaucoup qui groovent comme ça. Et J.J.Cale, il a un groove absolument terrifiant. J'aime énormément ce disque, oui. Énormément.

Comme Yarol Poupaud a eu l'occasion de dire ce que représentait J.J.Cale pour lui (https://youtu.be/6ZCMOegzAEs), peux-tu nous en dire plus sur ce que représente J.J.Cale pour toi ?
Pour moi, J.J.Cale représente un type qui a quand même signé une des chansons les plus connues au Monde, "Cocaïne", et qui pourtant est resté un homme continuant à faire sa musique chez lui, dans un environnement qui respire la modestie, aussi. A une échelle très humaine où il est resté en contact avec lui-même, je crois, de manière très proche. Et il n'a jamais eu le désir de surproduire ses disques - il a peut-être fait quelques tentatives ici et là - mais globalement il est resté quand même assez proche de ce qui fonde sa musique, c'est-à-dire le goût du swing, le goût du groove. Une certaine âpreté aussi, une certaine sécheresse. Et puis cette façon nonchalante de poser sa voix dessus, très chaude, très caressante, pour dire des choses assez simples et telluriques. Comme cette chanson "Friday". Elle est simple: "j'ai hâte de finir la semaine de boulot, car je vais être payé vendredi et je vais m'installer dans un bar et regarder passer les filles samedi". Il n'y a rien d'autre. C'est un peu une tradition du blues et du rock'n roll américain. D'ailleurs je ferai certainement une vidéo, et même une cover. Ce sera "Friday".

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

A PROPOS DE LA TOURNEE

Qu'attends tu de cette nouvelle tournée qui commence ?
Pour moi cette tournée doit être une longue succession d'instants présents. C'est ce que j'espère le plus. Être vraiment dans le présent. Prendre du plaisir quand il y a à en prendre. Je sais que je suis conscient aussi de partager la route avec des amis musiciens qui sont remarquables. J'ai envie de bien profiter d'eux, aussi. J'ai envie de faire tout ce que je fais toujours depuis des années, c'est-à-dire, avant de monter sur scène, je me dis: prendre du plaisir et en donner. C'est ça. Même si je ne fais pas de chansons particulièrement joyeuses, je n'invite pas les gens à la fête. Mais je nous invite à une certaine connivence, quand même. J'ai envie que cette tournée soit une succession de moments présents, qu'on profite de l'instant. Et puis si ça doit dessiner quelque chose, on s'en rendra compte plus tard.

Faut-il s'attendre à des différences par rapport à la tournée précédente?
Oui. Il faut s'attendre à ce qu'il se soit passé deux ans (sourire).

Faut-il s'attendre à une longue tournée (la précédente avait duré 1 an et demi)?
J'ai envie de faire une tournée plus courte. La dernière tournée faisait 140 dates, et 140 dates, c'est 140 villes. C'est beaucoup. J'imagine une centaine de dates, ça sera déjà bien.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Y-a t'il des projets en attente ensuite?
Oui, j'ai des projets qui se dessinent pour 2020, mais c'est un peu tôt pour en parler.

Comment décrirais-tu ta relation avec tes musiciens dont on te sait très proche, en tournée (Tatiana Mladenovitch, Thibaut Frisoni notamment) ?
C'est de l'ordre de l'équipage. Une confiance aveugle. On sait tous qu'on est interdépendants et qu'on a besoin les uns des autres dans cette tournée pour prendre le plus de plaisir possible. C'est une grande amitié qui nous lie.

Est-ce qu'on pourrait dire que petit à petit vous vous rapprochez d'un fonctionnement de groupe, sans en être un vraiment ?
Non, je ne pense pas. C'est-à-dire que j'écris les chansons, j'écris les textes, j'arrange les chansons, je les maquette. J'avance le gros de l'aspect de création artistique. Je les prends à ma charge. Dans un groupe, ça ne serait pas vivable, ça gueulerait. Et puis d'autre part il m'arrive de les chanter tout seul, mes chansons. Dans un groupe, n'importe qui pourrait dire "tiens j'ai écrit un morceau cette nuit, on va les chanter". Là, il n'en est pas question. Tatiana, elle a sa propre carrière aussi, elle écrit des chansons magnifiques, il n'y a qu'elle qui peut les chanter, je ne peux pas les chanter à sa place. Donc, chacun a ses projets personnels. On est plutôt un genre de pôles, ensemble. Pas exactement pareil qu'un groupe.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Qu'est-ce que tu apprécies particulièrement dans la vie en tournée ?
Ce que j'aime, c'est la continuation d'un esprit de l'adolescence. De la compagnie. Je parlais d'équipage tout à l'heure. Aller monter dans le bus pour aller jouer contre le village voisin au football. C'est rare d'être en équipe comme ça. On est dans une certaine autonomie même si on a du travail et qu'on a des rendez-vous, on a quand même aussi, par rapport à bien des gens qui font des métiers de tous ordres, une certaine liberté dans nos actes et mouvements, et pensées, et agissements. Ensemble, en groupe, en voyageant. Ça, c'est une situation dans la vie qui ne se présente pas si fréquemment que cela.

Qu'est que tu apprécies moins ou que la vie en tournée t'empêche de faire?
Ça m'empêche de bien dormir, oui.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

As-tu des découvertes ou émotions récentes que tu aimerais faire connaître ?
J'aimerais bien vous parler d'une chanteuse syrienne qui s'appelle Waed Bouhassoun, qui est une chanteuse syrienne qui joue du oud. Je l'ai entendue l'autre jour à la radio puis je suis immédiatement allé acheter son disque. C'est absolument bouleversant.

Dans une de tes chansons, tu dis "des têtes de bandes dessinées". Quel est ton rapport à la BD ?
Je suis un étranger de la BD. J'ai très peu lu de BD. Je n'ai pas eu de rapport avec la BD quand j'étais enfant. C'est comme une rencontre qui ne se serait pas encore faite. Je n'ai pas chez moi une collection de BD.

Bertrand Belin by Pirlouiiiit 14032019

Qu'est-ce que tu n'as pas eu l'occasion de dire dans cette interview que tu aurais aimé dire ?
Le ciel est absolument somptueux. Le coucher de soleil, c'est magnifique. je voudrais juste rappeler que le soleil, c'est du feu. C'est mortel.

Retrouvez aussi la chronique du concert qui a suivi : http://www.concertandco.com/critique/concert-bertrand-belin-avec-le-temps/avec-le-temps/52944.htm

Plus de photos par Pirlouiiiit par ici


Bertrand Belin : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Chevalrex en concert

Bertrand Belin + Chevalrex par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 15/03/2019
Le club de La Coopé est complet pour le concert de Bertrand Belin, qui assure actuellement la promotion de son nouvel album, le superbe "Persona", avec une tournée faite de... La suite

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) en concert

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) par Pierre Charvet
Théâtre du Merlan Marseille, le 14/03/2019
[Attention spoiler: c'était un très bon concert]. Depuis quand Bertrand Belin n'avait pas chanté à Marseille? Y a t-il jamais chanté, d'ailleurs? Bien malin qui peut y... La suite

Interview avec Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) dans le cadre du festival Levitation France en concert

Interview avec Anton Newcombe (The Brian Jonestown Massacre) dans le cadre du festival Levitation France par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 12/01/2019
Juste avant le début du festival Levitation France où The Brian Jonestown Massacre est programmé en tête d'affiche le soir-même, Anton Newcombe nous (on est accompagné par... La suite

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) en concert

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) par Lebonair
Le Trianon - Paris, le 29/03/2018
C'est une magnifique aventure qui est vécue par le couple Liminana, Lionel et Marie. Plus qu'un groupe, c'est surtout une belle histoire d'amour, notamment musicale, qu'ils ont... La suite