Accueil Marseille - Aix Le Molotov - Marseille
Dimanche 22 avril 2018 : 10214 concerts, 24956 chroniques de concert, 5211 critiques d'album.
Le Molotov - Marseille

Le Molotov - Marseille

3 Place Paul Cézanne
13006 Marseille

Plus d'info :

200 places

Plan d'accès

Le Molotov : les dernières chroniques concerts 276 avis

Dookoom

Critique écrite le 28 mars 2018, par odliz

Le Molotov, Marseille 26 mars 2018

Dookoom en concert

Ce genre de concert duquel tu repars changé, en état de conscience modifié, frappé en plein cœur. A 20 ans, ça touche presque chaque expérience de ta vie ; à 35, un peu moins. Et le concert de Dookoom produit ce genre d'électrochocs. Dookoom , c'est un seau d'eau croupie dans ta gueule, un vrai saut dans le vide. C'est la voix noire et outcast de l'Afrique du Sud, celle qui balance des pétroliers d'encre sur "la nation arc en ciel". Dookoom , c'est l'ombre qui te colle à la peau, le revers de la médaille, le retour du boomerang. Le spectateur dans son coin peut n'y voir qu'une clique de rappeurs flippants s'engrainer de "fuck you" et de regards mauvais. La panoplie bad boy classique. Celui ou celle qui va fouiller, creuser la substance, se confronter à eux se heurte à une vraie démarche, une rage surpuissante et enracinée, un discours construit et sans concession sur l'état des lieux en Afrique du Sud, l'exploitation, l'apartheid, les faux semblants. Elle ou il va sentir le regard déterminé, les cauchemars sous la peau, les coups de sang alimentés par la peur, la colère, la baise et la défonce locale. Ce soir, c'est vodka, à grande... Lire la suite

Cowboys from Outerspace + The Legendary Tigerman

Critique écrite le 07 février 2018, par Philippe

Le Molotov, Marseille 4 février 2018

Cowboys from Outerspace + The Legendary Tigerman en concert

Comment mettre fin au bien connu problème d'absence de préventes suffisantes à Marseille ? Cette tendance naturelle (et chiante) du marseillais à se dire qu'il ira évidemment au concert, mais sans penser à le signaler à l'organisateur en réservant une place, et qui nous a déjà valu tant d'annulations de bons groupes ? Le Molotov semble avoir trouvé une solution en mettant une grosse pression sur sa page sociale, en décomptant les places restantes jusqu'au sold out. C'est donc bien complet ce soir pour une belle messe païenne (on est encore dimanche), avec de vrais cadors du rock et du blues... En première partie, se sont rajoutés (depuis que j'ai acheté le billet ... début décembre) les so-called "The Legendary Cowboys From Outerspace from Marseille", trois tirailleurs qu'on ne présente plus, dont le chanteur est le parrain de Lollipop (où il a joué le jour de l'ouverture), et plus généralement le Parrain du rock'n'roll marseillais - au sens Francis Ford Coppola du terme. Il ne faut que quelques instants pour reconnaître le son typique du trio, le temps que toutes les pédales y soient : guitare saturée au point de saignement possible du nez, batterie cogneuse au point de saignement probable des oreilles, et curieusement basse ronde et... Lire la suite

The Legendary Tigerman + Cowboys From Outerspace

Critique écrite le 05 février 2018, par Sami

Molotov, Marseille 4 Février 2018

The Legendary Tigerman + Cowboys From Outerspace en concert

Le dimanche soir pour beaucoup, c'est soirée affalé devant une série ou un match avant les affres du lundi. Mais ce soir le Molotov affiche complet pour un "fix of rock'n'roll" avec le retour du Portugais The Legendary Tigerman, habitué des salles Marseillaises mais que j'arrive enfin à ne pas rater cette fois. Et voir également (hérésie pour les autres chroniqueurs de Live In Marseille qui en parlent depuis 2000) les fameux Cowboys From Outerspace. Soirée qui aura du mal à vraiment démarrer avec des problèmes techniques alors le hall du Molotov est déjà bien rempli. Heureusement les deux concerts valaient l'attente, à commencer par le trio Marseillais dont je reconnais de vue le chanteur vu un paquet de fois au Lollipop. Les fidèles du combo se régalent et les fans de la tête d'affiche bougent également bien la tête. Ils jouent vite et fort, on pense évidement à Jon Spencer et à ceux qui l'ont inspiré. Une énergie brute de décoffrage, ça croone (un peu), ça crie (beaucoup) et ça déconne juste ce qu'il faut entre les brûlots. Bien aimé l'intensité du batteur et qui comme le bassiste et le chanteur guitariste ont vraiment mouillé la chemise. Et que dire de la suite ? Tous ceux qui ont déjà vu... Lire la suite

Drab Majesty + Plain Men

Critique écrite le 04 février 2018, par Sami

Molotov, Marseille 31 Janvier 2018

Drab Majesty + Plain Men en concert

Janvier se termine par une belle soirée rock commencée par le vernissage de l'expo annuelle de Liveinmarseille au Lollipop, à deux pas du Molotov qui accueille les Californiens de Drab Majesty. Pour la première partie, le trio Marseillais Plain Men qui viennent de sortir leur deuxième EP et que je découvre pour la première fois ce soir. Un ami venu de loin exprès pour la tête d'affiche persifle pour cet ajout annoncé assez tard "ah c'est le groupe qu'on invite pour remplir la salle avec les copains du groupe", mais en toute objectivité c'est plutôt agréable à écouter. On aime chez Plain Men des morceaux enlevés, avec deux chanteurs différents (le bassiste et le batteur) et parfois dansants façon "madchester" avec en plus de leurs instruments organiques pas mal de collages sonores un peu psychédéliques sur leur laptop. Le son est accrocheur et qui me fait parfois penser à Beta Band ou aux plus récents Django Django, et pas mal d'autres influences pas dégueu qu'on décèle ici et là. Les plus curieux (en plus de leurs potes au taquet) pouvaient... Lire la suite

Matt Hollywood and The Bad Feelings, Jim Younger's Spirit

Critique écrite le 06 décembre 2017, par Bill

Le Molotov, Marseille 03/12/2017

Matt Hollywood and The Bad Feelings, Jim Younger's Spirit en concert

Il fallait braver le froid ce dimanche 4 décembre . Beaucoup hélas n'ont pas su se motiver. Le Molotov ce soir de décembre n'a pas son allure de jours de fête. Qu'importe, Matt dira à la fin que les vrais étaient là. Pour commencer Jim Younger's Spirit, groupe local devenu incontournable.. Un concert du JYS c'est l'assurance de voyager et de partir loin. En fin de soirée au bar un gars me dira un peu maladroitement "je suis arrivé trop tard pour le 1er groupe, c'est eux qui sont Grace Slick et le Jefferson Airplane ?". Ouais je suis assez d'accord avec la formule, car comment ne pas penser à un revival west coast en écoutant le groupe jouer. Pas de passéisme cependant, les compos de JYS sont suffisamment puissantes et originales pour affirmer un caractère qui leur est propre, et au bout du compte tracer un fil intemporel. A la manière de Matt Hollywood and the Bad Feelings ( et de Brian Jonestown Massacre évidemment) mais j'y reviendrai. C'est la 4éme fois que je vois JYS, dont 3 fois au Molotov. Immuablement semble-t-il chacun est à la place qui lui est attribuée : le batteur au fond, un guitariste à sa gauche ( pour le public), devant sur la droite le bassiste qui fait aussi les cœurs, au centre le... Lire la suite

Keith & Tex - The Steadytones - The Troubletones

Critique écrite le 26 novembre 2017, par Phil2guy

Le Molotov Marseille 29 Octobre 2017

Keith & Tex - The Steadytones - The Troubletones en concert

C'est suffisamment rare quand ça arrive pour ne pas manquer un concert pareil : le Molotov fait venir ce soir deux légendes du Rocksteady , Keith & Tex, duo de chanteurs qui avait décroché quelques succès à la fin des années 60, notamment le classique Stop that Train. Ils se sont reformés depuis par intermittence à la faveur de l'engouement pour ce genre musical jamaïcain très influencé par la Soul Music, qui rappelons-le, fait historiquement la jonction entre le ska et le reggae. Ainsi, Keith & Tex tournent régulièrement depuis 2013. Une première partie est assurée par les Troubletones, groupe marseillais de Rocksteady/Ska constitué d'un chanteur guitariste rythmique, d'un guitariste lead et un joueur d'orgue hammond. Le groupe joue tout à fait dans l'esprit du Rocksteady des 60's ou même du revival ska de la fin des 70's, avec une énergie presque punk, le chant étant en plus assuré en anglais. Les musiciens maitrisent bien leurs instruments et leurs compositions sont plutôt entrainantes. Le guitariste part de temps en temps dans des solos fins et nerveux tandis que l'organiste se laisse aller à quelques improvisations jamais vaines. Une de leurs chansons s'intitule Ernest, je suppose qu'il s'agit-là un hommage à Ernest Ranglin, un des... Lire la suite

Accès