Accueil Matt Elliott en concert
Samedi 6 juin 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Le songwriter Matt Elliott (également derrière l'électro de The Third Eye Foundation) évolue entre sombres ballades au piano, folklore russe déchirant, post rock défricheur, musique de film contemplative et électronica extra terrestre...

Matt Elliott se présente :C'est un parcours assez atypique que celui de Matt Elliott...
Sous le pseudo de The Third Eye Foundation, il a fait les beaux jours de la scène électronique anglaise avec une drum'n bass qui a évoluée à chaque album - 5 parus entre 1996 et 2001 sur Domino (Franz Ferdinand, Artic Monkeys...) - des compositions démesurément sombres et organiques des débuts vers des ambiances toujours grinçantes mais à la violence de plus en plus contenue. Une évolution qui est devenu une révolution lorsque Matt a quitté Bristol pour s'installer dans le sud de la France et s'est découvert des ascendances slaves, le rapprochant encore d'une culture avec laquelle il s'était toujours senti des affinités. Il décide d'abandonner pseudo et labtop pour "The Mess we made", premier album à ne plus avoir sa place dans les bacs electros.
La mue se poursuit sur "Drinking Songs" qui impose Matt Elliott en véritable songwriter. Les boucles et les beats laissent la place à la guitare, aux claviers et surtout à sa voix démultipliée en des choeurs quasi liturgiques, donnant un relief inédit à des textes qui gagnent eux aussi en importance. Le lien avec la période Third Eye Foundation n'est cependant encore pas tout à fait rompu car l'album se termine par un mix de 20 mn digne de l'époque "Little lost soul".
Avec "Failing songs", plus question de faire plaisir à tout prix aux fans de l'Epoque 3EF. Et l'utilisation répétée du mot "song" dans le titre de l'album n'en est pas le moindre signe.
C'est bien de chanson qu'il s'agit. Des chansons dont les mélodies subtiles contrastent avec la dureté des mots car "Failing songs" est un rude constat d'échec. Les textes portant en eux le rejet par leur auteur, entre désespoir et colère froide, de l'évolution militaro libérale du monde.
Des compositions aussi sublimes que mélancoliques, empreintes de musique slave, grecque, et d'ailleurs, parfois ponctués de guitares hispanisantes (la guitare étant désormais l'instrument de prédilection, omniprésente bien que souvent conjuguée à la langueur du violoncelle), parfois proches des sonorités d'un Pascal Comelade à ses débuts (un artiste que Matt avoue pourtant ne pas connaître) voire même de Chostakovitch.
"Failing Songs" est de ces disque que l'on apprécie ensemble et plus encore seul, un album qui vous tient et ne vous lâche plus, de ceux que l'on ne range pas car leur place est juste à côté du lecteur, à portée de main. Une musique de fête triste qui pourtant allège le coeur de son auditeur.

Matt Elliott : vos chroniques d'albums
Site

Matt Elliott : l'historique des concerts

Ve.

22

Nov.

2019

Matt Elliott - Tiziano Zandonella (de Yellow Teeth) - Colour Of Rice Caves du Manoir - Martigny (CH)

Sa.

13

Avril

2019

Faveurs de Printemps en concert
At Dawn We Are Kings Faveurs de Printemps | Matt Elliott
Eglise Anglicane - Hyères (84)

Ve.

12

Avril

2019

Faveurs de Printemps en concert
Matt Elliott & Vacarme Faveurs de Printemps | Matt Elliott
Eglise Anglicane - Hyères (84)

Ve.

12

Avril

2019

Matt Elliott & Vacarme Eglise Anglicane - Hyères (83)

Je.

28

Fév.

2019

Matt Elliott Et Vacarme Auditorium - Reze (44)

Me.

27

Fév.

2019

Matt Elliott & Vacarme Matt Elliott | Vacarme
Péniche l'Excelsior - Allonnes (72)

Je.

29

Nov.

2018

Matt Elliott & Vacarme Les Trinitaires - Metz (57)

Matt Elliott : les dernières chroniques concerts 5 avis

Matt Elliott

Critique écrite le 03 février 2017, par Phil2guy

L'Eolienne - Marseille 20 Janvier 2017

Matt Elliott en concert

Matt Elliot, lancé sur une tournée en solo pour présenter son nouvel album The Calm Before, est ce soir de passage à L'Eolienne, une accueillante et chaleureuse salle située dans le quartier de Noailles, dont la scène, aux murs constitués de vieilles pierres, se situe en sous-sol. Etonnant parcours que celui de Matt Eliott : originaire de Bristol, notre homme avait sévi dès le milieu des années 90 dans diverses formations Post Rock dont la plus marquante avait été Third Eye Foundation, pour évoluer ensuite vers un folk sombre et dépouillé, influencé par les musiques méditerranéennes et des pays de l'est. Comme la dernière fois où je l'avais vu, il est muni d'une guitare classique et quelques pédales d'effet qui lui permettront de doubler les parties de guitare et le chant mais dont il n'abusera pas forcément. Il chante le premier titre d'une voix murmurée, un peu à la manière de Leonard Cohen, joue de son instrument en finger picking et en caressant les cordes. Matt Elliot capte tout de suite le public non seulement grâce à la qualité des chansons mais aussi par une présence à la fois charismatique et discrète. Il fait partie des ces (rares) musiciens qui n'ont pas besoin de faire beaucoup de bruit pour se faire entendre. Le musicien... Lire la suite

Matt Elliott- Ubu Noir (Festival des Artgonotes)

Critique écrite le 27 septembre 2014, par Phil2guy

Théâtre les Artgonautes, Marseille 30 Août 2014

Matt Elliott- Ubu Noir (Festival des Artgonotes) en concert

De retour sur Mars en cette fin de mois d'août, je me rends à la dernière soirée de la première édition du Festival des Artgonotes au théâtre des Artgaunautes sur le Boulevard Longchamp. Plutôt sympathique de terminer la période estivale avec un événement comme celui-ci. Ce tout jeune Festival propose une affiche de qualité. J'ai loupé Catalogue et Eastern Commitee la veille et Oh!Tiger Mountain l'avant veille, autant de formations phocéennes de premier plan. Je vais donc me rattraper ce soir avec le folksinger anglais Matt Elliott, je ne voudrais pour rien au monde manquer la venue de musicien d'envergure qui vient jouer à deux pas de chez moi. Singulier parcours que celui de Matt Elliott : l'homme pratiquait à la fin du siècle dernier une electronica tordue et cérébrale mais captivante avec son projet Third Eye Foundation et jouait avec toute une nébuleuse de musiciens issu de la scène post rock british à l'influence souterraine comme Movietone ou Flying Saucer Attack (à (re)découvrir absolument). Il a ensuite délaissé les machines au début des années 2000 pour pratiquer un folk sombre et introspectif et mène depuis une carrière discrète mais toujours passionnante. Ubu Noir, qui joue ce soir en première partie, est un duo constitué... Lire la suite

Matt Elliott + One Less Lick + Pedro Lemon

Critique écrite le 21 février 2012, par Pirlouiiiit

l'Embobineuse - Marseille 19 février 2012

Matt Elliott + One Less Lick + Pedro Lemon en concert

Comme si les 6 premiers jours de la semaine ne suffisaient pas, il faut toujours qu'il y en ait qui organisent des concerts le dimanche ! Et puis quitte à le faire, pas question de le faire en fin d'aprème, non non le soir et plutôt tard. Contrairement à il y a quelques années où je m'était pointé à l'heure annoncée (et du coup était reparti chez moi), cette fois j'ai pris le temps de diner avant de me mettre en route vers l'Embobineuse. Ayant raté les précédents passages de Matt Elliot cette fois j'ai fait un effort je suis venu. Lorsque j'arrive sur place vers 21h10 le concert n'a pas encore commencé. Par contre Felix étonnamment sobre (je parle de sa tenue - enfin n'allez pas non plus croire que parce que je précise cela je sous entend qu'il était bourré) est en train de dire un poème (de sa composition j'imagine) sur le béton. Quelques minutes après mon arrivée il a fini et nous invite à nous diriger vers la scène où les deux One Lick Less sont déjà en place. Ils se font face, l'un (Basile Ferriot) derrière sa batterie et l'autre (Julien Bancilhon) devant une petite table sur laquelle est posée une sorte de planche sur laquelle ont été montées l'équivalent de deux (slide) guitares. Visuellement c'est assez percutant, au... Lire la suite

Matt Elliott - Barth

Critique écrite le 11 février 2007, par Phil

Espace Doun - Rognes (13) 2 Février 2007

Vendredi 2 Février 2007, nous voilà repartis avec nos billets en poche et une accompagnatrice de luxe (@ny) pour faire à nouveau le trajet Avignon - Rognes à la tombée de la nuit. Direction l'Espace Doun, une fois de plus. La fleur au fusil (ou plutôt à l'oreille), assurés de passer une soirée agréable parce que (il est sans doute nécessaire de le rappeler pour les non habitués à l'Espace Doun) la salle où nous allons ce soir est MAGIQUE (le lieu est beau et bien sonorisé, et l'équipe de l'espace Doun est impeccable) ! Arrivés à Rognes après quelques détours par les petites routes du nord bouches du Rhône, nous commençons, comme à l'habitude, par les très bons sandwiches à l'huile d'olive des dounniens (certainement basés sur l'excellente recette du pain à l'huile de monsieur Zeitoun)... Après une pause clope à l'extérieur (l'Espace Doun était en avance sur la fameuse loi dite du "tu fumes, t'es un méchant"), la soirée commence par le concert de Matt Elliott (ex Third Eye Fondation), seul à la guitare folk + guitare électrique + flute + sampler dont il use et abuse (le sampler). Les textes ont beau être beaux, Matt Elliot a beau avoir un certain charisme et une voix troublante, la magie a du mal à prendre. Le "schéma" de ses... Lire la suite

Matt Elliott : les chroniques d'albums

Matt Elliott : The Broken Man

Chronique écrite le 23/12/2011, par Pierre Andrieu

Matt Elliott : The Broken Man

Après sa trilogie Songs, le peu consensuel, extrêmement prolifique et super doué Matt Elliott repart sur un autre projet avec l'album The Broken Man, un recueil de sept folk songs européennes matinées de folkore des Balkans, d'expérimentations sur les voix et de plongées dans les tréfonds de la mélancolie la plus noire... Si la plupart de ses derniers morceaux sont longs et déstructurés, Matt Eliott a néanmoins réussi à composer et enregistrer un disque poignant et addictif. Certes, il est vraiment déconseillé de l'écouter un soir du 31 décembre pour faire la fête - le combo voix grave et désespérée à la Leonard Cohen, guitare folk, chœurs baroques, ambiances ultra sombres et arrangements acoustiques pouvant être fatal à la réussite de votre soirée festive -, mais les... Lire la suite

Matt Elliott : Howling Songs

Chronique écrite le 26/10/2008, par Pierre Andrieu

Matt Elliott : Howling Songs

Magistral nouvel album pour le ténébreux songwriter Matt Elliott... Après Drinking Songs et Failing Songs, le disque intitulé Howlings Songs permet d'effectuer un voyage en neuf étapes folk, rock et tzigane au son des guitares, des violons et des chants espagnols et slaves. Les compositions déchirantes et libérées qui figurent sur le nouvel opus de Matt Elliott ne s'embarrassent pas de commercialement correct ou de format radio, elles se développent au gré de l'inspiration débridée et aventureuse de leur auteur, très en verve. Cette voix incroyablement grave et évocatrice, ces morceaux alambiqués... Lire la suite

Matt Elliott : Failing Songs

Chronique écrite le 12/10/2006, par Pierre Andrieu

Matt Elliott : Failing Songs

Loin, très loin, de l'univers électronique de son projet intitulé Third Eye Foundation, Matt Elliott s'immerge totalement dans le folklore slave sur son nouvel opus, Failing songs. Le parcours atypique de ce songwriter d'exception (il n'y a qu'à écouter son précédent album, Drinking songs, pour s'en convaincre) se révèle une nouvelle fois surprenant ; de nombreux morceaux comportent de longues parties instrumentales jouées à la guitare, on constate également que les instruments folkloriques et les chœurs slaves sont très présents. Cela nécessite un petit temps d'adaptation, puis après une valse hésitation, l'on se... Lire la suite

Matt Elliott : Drinking Songs

Chronique écrite le 25/01/2005, par Pierre Andrieu

Matt Elliott : Drinking Songs

Voici un album extrêmement poignant et original, entre sombres ballades au piano, folklore russe déchirant, post rock défricheur, musique de film contemplative et électronica extra terrestre, rien que ça... Drinking songs est le nouvel album de celui qui se "cachait" il y a peu encore sous le nom de Third Eye Foundation, Matt Elliott. Les pièces musicales superbement aventureuses composées par cet homme énigmatique produisent un effet enivrant sur l'auditeur, complément... Lire la suite