Accueil Chronique album : Binge Cogel - The End Of Pink (sp. Hatepinks) / Livre, par Philippe
Jeudi 26 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Binge Cogel : "The End Of Pink (sp. Hatepinks) / Livre"

Binge Cogel :

Autres / DIY-portnawak

Critique écrite le 19 juin 2009 par Philippe

Puisqu'on a déjà incrusté ici par le passé divers DVD, chroniques de films et même livres, aucune raison valable de ne pas s'aventurer jusqu'à un fanzine (d'autant qu'on aime bien ici certains auteurs de fanzine aussi !), un truc local qui commence à faire parler de lui. Après tout ces sacripants-là se permettent de citer Concertandco et de nous prêter des intentions incompréhensibles, de poster des chroniques de copinage sur le présent site, voire de soutenir qu'on serait (aussi) mauvais (qu'eux...). Alors feu : Binge cogel, s'appelle cette feuille de chou à parution et mise en page aléatoires, réalisée sur 3 feuille A4 pliées R/V et photocopieuse old school, par de jeunes gens à rouflaquettes, vaguement poseurs, à peine sortis de l'adolescence, et souvent membres à temps partiel de groupes à la mode.
Le présent numéro a été choisi (pratiquement) au hasard : il est paru espécialement de rose vêtu pour la fin des Hatepinks, groupe de vieux punks irascibles qui s'est dissous au soulagement général il y a peu. Les auteurs de Binge cogel ont d'ailleurs réussi sur un pari stupide à faire se déshabiller le chanteur (terme un peu abusif mais appelons-le comme ça, puisqu'il ne joue de rien) Olivier Gasoil, ici longuement et amoureusement interviewé. A vrai dire certains auteurs de ce machin, genre de 20 ans d'âge, se sont construits autour des concerts et de l'univers merveilleux et rose du groupe, qui a été leur première grosse claque sur scène, souvent à la Machine à Coudre (cf les dénommés Emile Pollack et Flegmatic Mike, qui devant cette disparition attendue mais regrettée, se sentent soudain devenir de vieux cons comme vous et moi).
Bon, ils auraient pu plus mal tomber à vrai dire, même si la dissolution de leur premier groupe fétiche n'a certes pas eu la même incroyable plume gonzo pour être narrée, ni même l'intensité émotionnelle de la précédente disparition de groupe mythique de cette même scène, celle des Gasolheads (dont le chanteur mystérieusement disparu était, lui, l'un des meilleurs du genre !). Par ailleurs, leur journal est décoré avec une sensibilité d'esthète par un(e) certain(e) Moshi (ici par exemple, on note un élégant photo-montage avec le dictateur nord-coréen Kim jong-Il), et diverses personnes s'amusent à touche-pipi dans ses pages : Leon Garcia et sa talentueuse introduction (du grand n'importe quoi, mais bien écrit), Allergigi et sa discographie sélective et amnésique, discutable mais drôle, des prolifiques Hatepinks...
Bref ces jeunes cons croient encore dans diverses causes perdues : le fanzine, le papier, le DIY et autres valeurs ringardes, et rien que pour ça, qu'il reçoivent ici tout notre respect et nos encouragements à poursuivre, et si possible même après la fin des exams et leur propre dissolution, a priori elle-aussi inéluctable.
(2009)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 19 juin 2009 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

The Hatepinks : les chroniques d'albums

Les Hatepinks : Sauerkrank / Opupo 4

Les Hatepinks : Sauerkrank / Opupo 4 par Philippe
09/02/2021
"Je suis aigri, je suis malade !", c'est par ces mots posés en allemand sur une pop manifestement dépressive que commence cet album inattendu de Les Hatepinks. Présenté comme ça, ça donne dessuite envie, pas vrai ? On pensait pourtant ne jamais le... La suite

Les Hatepinks : Police Sandwich - Oupupo

Les Hatepinks : Police Sandwich - Oupupo par Zhou
07/04/2009
Les Haines Rose ne se fatiguent plus. Ils sont agonisants, gisant à deux doigts dans le cul d'une mort programmée (le 13 Juin à la Machine à Coudre). Tel des vieillards attendant la faucheuse dans un hospice miteux ils compilent leurs souvenirs, en... La suite

The Hatepinks : Basement Tapettes

The Hatepinks : Basement Tapettes par Philippe
07/04/2009
Ah ça, on peut avouer qu'ils ont bien essayé, les Hatepinks, de trouver un support sur lequel on ne pourrait plus les écouter - et donc les moquer. Ca a commencé avec des CD géniaux mais vendus seulement au Japon et remixés uniquement pour les USA,... La suite

The Hatepinks : Hate!-oupupo Songs

The Hatepinks : Hate!-oupupo Songs par C.R.Alder Wright *
25/11/2007
"Desolé Madame X, vous n'aurez que 5 minutes pour enterrer Monsieur X, on doit libérer le funerarium a 11h15." Voila a peu près ce que l'on peut lire dans les pages de certains de nos journaux. A l'heure de cette mort industrielle, du chaos crée par... La suite