Accueil Chronique de concert Barrence Whitfield and the Savages
Lundi 22 juillet 2024 : 6564 concerts, 27139 chroniques de concert, 5414 critiques d'album.

Chronique de Concert

Barrence Whitfield and the Savages

Barrence Whitfield and the Savages en concert

Le Poste à Galène - Marseille 12 Octobre 2013

Critique écrite le par

Depuis plus d'un quart de siècle, le chanteur Barrence Whitfield (de son vrai nom Barry White !) et ses Savages jouent avec une foi inégalée ce qu'ils qualifient comme du " soulful stompin' Rythm'n'Blues Rock n' Roll without missing a beat " (on ne saurait trouver une plus juste définition de leur musique). Le groupe n'a jamais connu qu'un succès d'estime mais il attire à chacun de ses concerts une poignée d'amateurs fervents et de curieux qui peuvent être sûr de passer un bon moment. C'est donc bien dommage de voir le Poste à Galène on ne peut plus clairsemé ce samedi soir.



Barrence Whitfield vient donc promouvoir son dernier album, le bien nommé Dig Thy Savage Soul (très recommandé pour les néophytes). On peut considérer que le chanteur est un des derniers représentants d'un Rythm'n'Blues originel, tel que le pratiquaient les artistes noirs des label Stax ou Atlantic dans les 60's.



Rien de bien nouveau mais le groupe fait partie de ces musiciens, qui, à l'instar des Fleshtones (ou même des Cramps et des Ramones jadis) font toujours le même disque mais dont le style est inimitable et immédiatement reconnaissable. Et c'est avant tout un très bon groupe de scène.



On rentre tout de suite dans le vif du sujet avec le rock'n'roll classique My Baby don't come home. Barrence Whitfield en impose tout de suite : c'est un excellent chanteur, un hurleur soul dans la lignée des Little Richard, Solomon Burke ou autres Don Convay. Son chant habité n'est pas non plus si éloigné que ça de celui de Captain Beefheart.



Le jeu de scène des quatre Savages est peu démonstratif, mais ce sont des instrumentistes redoutablement efficaces, toujours en place. Peter Greenberg, guitariste de son état, qui officia jadis dans le légendaire combo garage de Boston les Lyres s'avère aussi bon dans les parties rythmiques que dans les chorus de guitares dignes d'un Chuck Berry, qu'il envoie quasiment sur tous les titres.



Le saxophoniste ténor Tom Quatrulli a un jeu puissant mais jamais envahissant. La section rythmique, assurée par Phil Lenker à la basse et Andy Jody à la batterie, est implacable. Il y a une parfaite symbiose entre ces musiciens et le chanteur qui jouent ensemble depuis de longues années. Pendant une bonne heure et demie, on passe du Rock'n'Roll frénétique au Garage en passant par le Rythm'n'blues mid-tempo gorgé de soul. Cet irrésistible mélange va pousser certaines demoiselles au look fifties à esquisser une savante chorégraphie devant la scène et on se surprend, malgré soi, à bouger et à se déhancher.



Bref, tout ça est joué avec une telle chaleur et une telle sincérité que le public ne résiste pas à cette musique. Le groupe nous gratifie ensuite d'un rappel en reprenant, entre autres, le standart Ramblin' Rose, joué à la manière des MC5 (encore une preuve de leur bon goût). On quitte le Poste peu après, ravis d'avoir assisté à un concert où l'on a pu écouter une musique réellement authentique, à cent lieues des artifices de la hype.



Barrence Whitfield And The Savages : les dernières chroniques concerts

Barrence Whitfield & The Savages + Los Bankalos en concert

Barrence Whitfield & The Savages + Los Bankalos par G Borgogno
Le Molotov, Marseille., le 23/05/2018
SAVAGE EVENING. Il y a peu, j'ai revu Barrence Whitfield & The Savages... Pour la quatrième fois (cinquième ?). Et ? Démoniaque! Comme toujours... Et dire que j'ai failli ne pas y... La suite

Barrence Whitfield And The Savages + The Marshals en concert

Barrence Whitfield And The Savages + The Marshals par Pierre Andrieu
Le Bombshell, Clermont-Ferrand, le 15/10/2015
Pour remédier radicalement à la déprime automnale liée au manque de lumière et donc de chaleur, il existe des solutions simples et peu coûteuses... Comme par exemple se... La suite

Barrence Whitfield & The Savages en concert

Barrence Whitfield & The Savages par Roo-ha-kim
Poste à Galène - Marseille, le 08/04/2012
Puisque l'option "je regarde une énième déculottée de l'OM" est éliminée direction le PAG pour un concert soul / rock'n'roll : Barrence Whitfield and the Savages. J'avoue je... La suite

Barrence Whitfield & The Savages en concert

Barrence Whitfield & The Savages par Philippe
Le Poste à Galène, Marseille, le 08/04/2012
Quand un mec qui voit deux cent concerts par an vous recommande chaudement d'aller voir un groupe un dimanche soir, par principe vous prêtez attention et vous l'envisagez... La suite

Le Poste à Galène - Marseille : les dernières chroniques concerts

The Echo Festival : Mary Lattimore, Tropical Fuck Storm, HTRK, Slow Pulp, Astrel K en concert

The Echo Festival : Mary Lattimore, Tropical Fuck Storm, HTRK, Slow Pulp, Astrel K par Sami
Theatre de l'oeuvre, Makeda, Marseille, le 31/05/2024
Un nouveau festival à Marseille avec du rock indé dedans, en voilà une bonne nouvelle après des années de vaches maigresDepuis l'arrêt du regretté B-Side, les formations... La suite

Howlin Jaws (+ Pleasures) en concert

Howlin Jaws (+ Pleasures) par Philippe
Le Makeda, Marseille, le 30/05/2024
Le Makeda, long time no see ! Depuis qu'il n'est plus le Poste à Galène, avouons qu'on ne vient plus beaucoup dans ce joli club où on a pourtant vu tant de belles choses. Leur... La suite

Walter Astral + Mila Necchella (Festival Avec Le Temps) en concert

Walter Astral + Mila Necchella (Festival Avec Le Temps) par Sami
Makeda, Marseille , le 20/03/2024
Le festival Avec Le Temps bat son plein avec quelques dates déjà complètes depuis un moment comme Clara Ysé, Maya Kamaty, Fred Nevché et Eddy de pretto, et d'autres très bien... La suite

Raoul Petite + Papa Rooster en concert

Raoul Petite + Papa Rooster par Cyriiiil
Makeda, Marseille, le 09/09/2023
Samedi soir, après une paisible journée, mon père et moi sommes allés au Makeda. J'y étais déjà allé quand ça s'appelait le Poste à Galène (voir chronique par ici) et une autre... La suite