Accueil Chronique de concert Brother and Bones + Ben Howard
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Brother and Bones + Ben Howard

Brother and Bones + Ben Howard en concert

Espace Julien, Marseille 10 février 2012

Critique écrite le par

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Et dire que l'alerte météo orange a failli nous faire manquer cette soirée ! Quelques centimètres de neige et tout le département est bloqué... Malgré les appels à éviter de prendre la route, nous avons rejoint Marseille sans encombre. La neige y était d'ailleurs quasiment absente. Le froid lui, était encore plus intense que la semaine passée. On reprend donc les mêmes et on recommence.
L'Espace Julien est bien plus rempli que pour la venue de Miossec et le public est essentiellement composé de jeunes gens d'une vingtaine d'années. Il est donc plus compliqué de se frayer un chemin pour obtenir sa bière et pas de soupe à l'horizon. Qu'importe, la 1ère partie commence.

Brother and Bones by Pirlouiiiit 10022012

Elle est assurée par 2 jeunes anglais, respectivement chanteur/guitariste et percussionniste du groupe Brother and Bones. Ils nous expliquent que les 3 autres membres de leur formation n'ont pas pu les rejoindre, bloqués par la neige. Leur prestation sera donc purement acoustique ce soir. La claque a été de taille. Richard Thomas a été époustouflant de présence et de musicalité une demie heure durant.

Brother and Bones by Pirlouiiiit 10022012

Avec son look de bûcheron, anachronique au possible, il met tout le monde d'accord. Sa voix est magnifique, passant avec une facilité déconcertante d'une intonation à l'autre. Son compère l'accompagne à merveille, mais le leader crève littéralement la scène. Les 2 morceaux du milieu du set seront exécutés juste guitare/voix. Gold and silver en particulier est belle à en pleurer. Le jeu de guitare du bonhomme tout en picking et en arpèges est tout simplement magique. Avec ses airs de pas y toucher, il en impose énormément et tout semble naturel pour lui.

Brother and Bones by Pirlouiiiit 10022012

La performance s'achèvera dans une ambiance un peu plus enlevée et on perçoit ainsi leur 2e facette, teintée de grunge (peu étonnant au vu de l'aspect du monsieur). Auteur d'un EP vendu à la sortie du concert, la formation sera assurément à suivre au cours des années à venir et on se dit que le revival folk anglais à de beaux jours devant lui.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Près de 2 ans après ma 1ère rencontre avec la tête d'affiche de la soirée, je retrouve donc Ben Howard avec un parterre conséquent acquis à sa cause. Le jeune homme m'avait époustouflé lors de son passage solo au Poste à Galène en 1ère partie de Fink et je suis donc ravi de constater l'immense chemin parcouru en quelques mois. These Waters , son EP de folk intimiste dédicacé à l'époque est bien loin. Son 1er album est nettement plus (trop ?) travaillé et je craignais de le découvrir en formation plus conséquente.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Autant le dire tout de suite, il a fait plus que me rassurer; la magie est toujours là ! Les choses sont claires dès le 1er morceau qui m'arrache des frissons. La guitare couchée sur les genoux, il module et monte sa voix à merveille, usant à la perfection des silences pour accentuer la beauté de l'ensemble. Les harmonies de ses compères sont également parfaites. L'une alternera (souvent au cours de mêmes morceaux) la basse, le violoncelle et les percus, tandis que l'autre sera tantôt batteur, guitariste ou bassiste. La musique semble naturelle pour ce trio très en forme ce soir.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Les titres intimistes folkeux alterneront avec les morceaux plus enlevés, les parties intimistes avec les passages à faire taper du pied une foule entière. La formation excelle dans toutes les configurations. Notre jeune anglais se fait tout de même une spécialité des chansons aux introductions arpégées, montant en puissance et terminant en accords plaqués et paroles scandées à l'envi, Keep your head up en tête. Old Pine donne à entendre le son très cristallin (Martin oblige) et la qualité de jeu au doigt de Ben Howard.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Le monsieur sait jouer ! La fin du morceau n'est d'ailleurs pas sans rappeler un autre trio acoustique, particulièrement efficace en live, à savoir le John Butler Trio. Le public ne s'y trompe pas et écoute religieusement les parties calmes pour frapper dans les mains et danser lorsque l'orchestre imprime un rythme soutenu. Force est de reconnaître que certains morceaux sont tout simplement imparables : The Wolves peut sembler "tarte à la crème", il n'en reste pas moins impossible de se l'enlever de la tête après l'avoir entendu. Les spectateurs seront donc ravis près d'une heure et demie durant car le spectacle est d'une grande qualité et jamais ennuyeux, alors que le groupe allonge quasi-systématiquement les titres.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Ben Howard n'est pas seulement une machine à tubes qui joue et rejoue les mêmes morceaux à l'identique. Il suffit de regarder la liste des morceaux présentés ce soir. Les 8 premières chanson de son album seront passées en revue, pas nécessairement comme sur le disque. The fear sera ainsi jouée dans une version électrique avec un final éclatant. Le passage au live rend les morceaux plus directs et les mélodies encore plus évidentes. Mon titre préféré sera sans doute le magnifique The flies, tout en apesanteur, très Fink (tiens donc...), lent et intense.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Les 3 titres non issus de cet album sont tout sauf anecdotiques : Move like you want to est au moins aussi entraînant que les autres tubes, Oats in the water, électrique également est un blues sombre lancinant et entêtant qui plante le décor, alors que Depth over distance se passe de commentaire. Force est de constater que le jeune anglais a visiblement une réserve de morceaux conséquente, qu'il ne cantonne pas à un style, qu'il aime mélanger. Il sait comment emporter son public, mais n'oublie pas son style de prédilection, celui que je préfère, à savoir celui d'un créateur d'émotions au simple moyen d'une guitare et de sa voix, qu'il agrémente d'ailleurs parfois de percussions à même le corps de son instrument.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Le surfeur anglais est ainsi un excellent guitariste, a un talent de mélodiste incontestable et sait également s'entourer. Non contente d'être agréable, sa violoncelliste/bassiste/percussionniste chante et joue à merveille, gardant constamment le sourire. Leur collègue caché derrière sa batterie imprime une rythmique posée, pour l'enlever la minute suivante et accompagne son leader à la guitare de manière très efficace quand il le faut. Le dernier point qui joue incontestablement en leur faveur est leur bonne humeur et leur banane constantes. C'est bien simple : ils (se) sourient en permanence et ont l'air de s'éclater comme des petits fous.

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Ils sont visiblement ravis d'être là ensemble avec leur public et force est de reconnaître que ça fait chaud au cœur. Même lorsqu'il perd son mediator, le chanteur en prend un autre mort de rire, sans s'arrêter de jouer. Ce plaisir est communicatif. Il n'a d'ailleurs pas l'air de se prendre plus au sérieux qu'il y a 2 ans, laissant la place à ses compères, invitant même Richard Thomas, dont c'était l'anniversaire, sur 2 morceaux. Prenant sa 6 cordes nylon, il laisse la vedette à notre compère qui peut ainsi nous gratifier de soli tantôt slide, tantôt énervés sur sa Les Paul. Un immense merci donc à ces groupes qui nous ont fait passer une excellente soirée et que je vous invite à aller voir en concert, avant qu'il ne soit trop tard, les phénomènes de genre ayant parfois l'habitude de disparaître voire encore pire de se diluer...

Ben Howard by Pirlouiiiit 10022012

Setlist :
Depth over distance
Under the same sun
Only love
Diamonds
Old Pine
Everything
Oats in the water
The Wolves
Keep your head up


Rappel 1 :
Black flies
The Fear (electric)


Rappel 2 :
Move like you want to

Plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici

Bonus video :


et une petite de Brother & Bones ici


> Réponse le 15 février 2012, par Pirlouiiiit

Je suis venu à ce concert un peu au pif, me disant que je venais voir un truc à la Tom McRae ou David Berkeley ... c'est à dire folk mou (sans que ce soit forcement péjoratif, si le gars est habité sur scène ça peut devenir grandiose). La première partie, Brother and Bones était sympathique. Un chanteur guitariste que j'ai imaginé ayant écouté beaucoup de Pearl Jam à une époque, et qui (dans cette configuration solo / acoustique) fait des jolies petites balades douces. Accompagné sur quelques morceaux par un percussionniste. Il remerciera beaucoup le public pour son écoute. Puis vint le tour de Ben Howard que j'avais raté lors du concert de Fink ou lors de son passage en juin dernier au Café Julien. Il y a chez lui en effet les ingrédients qui ont fait le succès de John Butler, Ben...  La suite | Réagir


Ben Howard : les dernières chroniques concerts

Fink + Ben Howard en concert

Fink + Ben Howard par Cabask
Le Poste à Galène - Marseille, le 19/03/2010
Ce vendredi Le Poste à Galène affichait complet pour la venue de Fink dans la cité phocéenne. Je l'avais découvert par hasard en zappant sur une chaîne de jeux vidéos et captivé... La suite

Espace Julien, Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite