Accueil Chronique de concert Festival VYV 2022 : Liam Gallagher & The Smile (Thom Yorke, Johnny Greenwood et Tom Skinner)
Dimanche 14 juillet 2024 : 6298 concerts, 27137 chroniques de concert, 5414 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival VYV 2022 : Liam Gallagher & The Smile (Thom Yorke, Johnny Greenwood et Tom Skinner)

Festival VYV 2022 : Liam Gallagher & The Smile (Thom Yorke, Johnny Greenwood et Tom Skinner)  en concert

La Combe à la Serpent, Dijon 12 juin 2022

Critique écrite le par



Première virée au VYV Festival, jeune festival qui se déroule à quelques kilomètres de chez nous, à Dijon, dans le magnifique cadre du parc de La Combe à la Serpent. J'ai longtemps hésité mais j'ai craqué finalement pour n'aller voir que les deux derniers groupes se produisant sur la scène principale.


The Smile

Arrivé en 10 minutes depuis le centre-ville par bus, entrée hyper rapide, pas beaucoup de monde apparemment, juste le temps d'attraper les 2 dernières parts de pizza disponibles et le concert de The Smile débute déjà. Radiohead fait partie de mes groupes favoris depuis 25 ans, je les ai déjà vus à Rock en Seine en 2006, aux Arènes de Nîmes en 2012 et à Rock Wercher en 2017. Je n'attends donc franchement pas grand-chose de ce set. Il faut dire que l'album de ce side project de Thom Yorke et Johnny Greenwood accompagnés de Tom Skinner à la batterie est assez difficile d'accès, plutôt alambiqué, ça sonne pas mal Radiohead, mais pas tout à fait. Passé un début de set où je mets un peu de temps à entrer dans le truc et crains de ne pas tenir jusqu'au bout, la suite est pour le moins emballante. 1 heure 15 d'énergie, de trips et de pointes de génie distillées ici et là l'air de rien. La totalité de l'album sera semble-t-il jouée et il y a quand même de sacrées perles. You will never work in television again est le tube rock imparable qui emporte tout et ne ferait absolument pas tâche sur un album du quintet d'Oxford. Le reste est plus posé, mais avec des riffs/mélodies à tomber : Pana-vision et son piano/sa basse emballantes à souhait, la basse quasi funky de The Smoke, la mélodie angélique de Free in the knowledge ou l'arpège majestueux de Skirting on the surface notamment.



Il faut également reconnaître qu'ils n'ont pas été gâtés par le son. Les basses sont omniprésentes et font tout saturer dès que le volume est élevé, ce qui gâche pas mal une bonne partie du set. Pour autant, Thom ne semble pas gêné, continue à parler poliment au public et s'amuser comme il sait le faire. Il nous gratifiera de quelques pas de danse et d'un goodbye à la Andy (cfParanoid Android). On ne saisit pas toujours ce qu'il chante, la faute au son toujours, mais on constate qu'il s'éclate et qu'il se donne à fond comme il en a l'habitude. Ce que j'ai aussi noté c'est qu'il se concentre quasiment uniquement sur la basse, passant parfois au piano et une fois ou deux seulement à la guitare. En ce sens, la composition est très allégée par rapport à Radiohead. La six cordes est donc totalement laissée à Johnny qui montre une nouvelle fois qu'il est loin d'être manchot, trouvant des parties dingues, parfois complexes ; Thin Thing en tête avec ce riff bien bien chiadé que je vous invite à reproduire chez vous si vous voulez vous arracher la tête. Tom Skinner colle super bien avec l'ensemble, hyper précis et énergique, avec une touche aérienne très appréciée.

En conclusion, ce concert est une excellente surprise, où on se rend compte qu'à chaque fois qu'on pense avoir fait le tour avec Thom Yorke & Radiohead, il(s) nous rappelle(nt) qu'il(s) est/sont toujours là avec des morceaux de très haut niveau. J'écoute désormais l'album en boucle avec un grand plaisir, car comme souvent dans ces cas, c'est l'épreuve du live qui met en évidence la qualité de l'ensemble.


Liam Gallagher

Parlons maintenant de celui qui clôturera ce festival, en lieu et place de Massive Attack que je me faisais une joie de revoir 13 ans (?!) après leur venue au Dôme de Marseille. Liam Gallagher est un personnage haut en couleurs, très critiqué et détesté, du fait notamment de ses frasques et du personnage qu'il s'est construit avec Oasis dans les années 90. Pour situer, c'est vraiment le son de ma jeunesse, les 3 premiers albums des leaders du mouvement Brit Pop étant tous sortis durant mes années lycée. A l'époque, - mode vieux en action -, on n'avait pas accès à la musique comme aujourd'hui, il fallait acheter le disque ou le copier en cassette, mais quand on avait un disque on l'usait jusqu'à la moelle. Cela a été mon cas. J'avais déjà vu Oasis à Bercy en 2001, en 1ère partie de Neil Young & Crazy Horse avec un son catastrophique, tous les potards montés à fond, aucune nuance, un Liam laissant son frère terminer le concert au beau milieu de celui-ci à l'époque où le groupe était déjà sur la pente descendante ; vraiment pas un bon concert. Revus à Marseille en 2008, puis à l'été 2009 à Rock Werchter, juste avant le split, cela avait été bien meilleur. J'avais trouvé les 2 premiers albums solos de Liam sympathiques, mais il manquait quelque chose (son frère peut être ?). Et puis je suis tombé sur le document promo As it was il y a 1 an ou 2. Et même si le but était de vendre son album, j'ai quand même senti un gars sensible, sincère et passionné, me faisant aussi revoir mon jugement sur qui était le plus con dans la fratrie. J'ai écouté plus attentivement et me suis rendu compte qu'il a quand même pas mal bossé. Le dernier album sorti il y a 15 jours est même excellent et au-delà de ce qu'on aurait pu attendre de lui après toutes ces années. Bref, il semble toujours dans le coup, autant voir ce que cela donne en vrai.



Nous sommes avec Christian, idéalement placés au 5ème rang plein centre, ce qui est assez dingue pour un festival. Liam entre donc sur scène une première fois après les immuables I am the ressurection des Stone Roses et le chant des supporters de Manchester City. Il repart aussitôt en râlant, on ne sait trop pourquoi ; sur ça, il n'a pas changé. Son côté professionnel est quand même à noter, lui qu'on a trop souvent dépeint comme un gros con prétentieux, uniquement là pour empocher l'argent. Il s'est énervé plusieurs fois de la qualité du son, faisant même reprendre un titre qui ne sonnait pas comme il le voulait. Je ne lui donnerais pas tort. Ça commence fort avec l'enchaînement Hello et Rock'n roll Star qui fait monter la température de plusieurs degrés autour de nous. Je suis aux anges, ça joue bien, il se donne à fond et sa voix est sacrément bonne. Alors non, il ne décollera (quasiment) pas de son micro, se promènera avec ses maracas ou son tambourin, plutôt pour le décor, mais on s'en fout un peu.



Il alternera ensuite les titres solos, essentiellement issus de l'excellent
C'mon you know et les tubes d'Oasis. La mayonnaise prend, le public est très divers, de tous âges et mixtes. On ressent tout de même le fossé des générations, les plus anciens, dont je fais partie, hurlant uniquement les paroles du combo mancunien, applaudissant plus poliment les titres solo, les jeunes sont soit spécialistes de la totalité (total respect à eux), soit plutôt des derniers albums. Ça pousse même assez péniblement derrière nous avec les gros lourds de service qui ne sont à mon avis pas tous fans, mais qui veulent se défouler. L'heure et demie passe vite, on ne s'ennuie pas et on est ravi de chanter trop fort Supersonic, Slide away, Some might say ou Wonderwall (même si c'est vraiment un peu trop tarte à la crème ce titre) ou le très bon Roll it over d'un album pourtant très moyen. Force est également de reconnaître l'excellent choix des titres, tout va très bien ensemble. C'est un retour dans le passé assez énorme pour moi avec Stand by me dont je me remémore avec émotion le clip passant en boucle à la TV ou le trajet de 25 km pour aller acheter l'album Be here now le jour de sa sortie : véritablement un autre temps (parce que c'était il y a longtemps, mais aussi parce que l'industrie musicale a beaucoup changé) ! Et le summum reste Champagne Supernova écouté en boucle des dizaines de soirs en m'endormant à l'époque.



Une véritable claque tant par la performance, que par les souvenirs qu'elle évoque. Je ne saurais trop recommander aux amateurs d'aller le voir en concert, il est loin d'être has been et ne se moque pas du monde. Son groupe est au poil et il rigole même parfois (même si on ne comprend pas souvent ce qu'il dit, D'you know what I Mean ? ). Un grand merci à lui et à Christian d'avoir insisté car ça aurait été dommage de passer à côté de cela, à 40 minutes top chrono entre la fin du concert et l'entrée chez moi. Pour avoir fait des gros festivals, ça paraît assez incroyable. Le festival est donc à refaire également si on y trouve notre bonheur lors d'une prochaine programmation.

Set list Liam Gallagher:
Hello
Rock 'n' Roll Star
Wall of Glass
Everything's Electric
Better Days
Why Me? Why Not.
Stand by Me
Roll It Over
Slide Away
More Power
C'mon You Know
Diamond in the Dark
Once
Some Might Say
Supersonic
Wonderwall
Champagne Supernova











Liam Gallagher : les dernières chroniques concerts

Rivals Sons, Liam Gallagher, Frank Carter and the Rattlesnakes (Festival Beauregard 2022)  en concert

Rivals Sons, Liam Gallagher, Frank Carter and the Rattlesnakes (Festival Beauregard 2022) par Lebonair
Domaine de Beauregard, Hérouville-Saint-Clair, le 08/07/2022
La 12ème édition du festival Beauregard a refermé ses portes dans la nuit de dimanche à lundi après un 41ème concert. C'est le célèbre DJ français Martin Solveig qui s'est... La suite

Liam Gallagher en concert

Liam Gallagher par Samuel C
Le Zénith - Paris, le 21/02/2020
Dans un Zénith plein à craquer, Liam Gallagher achève une tournée européenne où malgré deux excellents récents albums en solo, il interprétera 12 titres d'Oasis sur les 19 de... La suite

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

The Black Keys, Noel Gallagher, Eagles Of Death Metal, Toy, Mark Lanegan, Deus, Bass Drum Of Death, Ume, Of Monsters And Men, The Bots, Maximo Park, Granville (Festival Rock en Seine 2012) en concert

The Black Keys, Noel Gallagher, Eagles Of Death Metal, Toy, Mark Lanegan, Deus, Bass Drum Of Death, Ume, Of Monsters And Men, The Bots, Maximo Park, Granville (Festival Rock en Seine 2012) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 25/08/2012
Grâce à un enchainement ininterrompu de concerts tous plus classieux et enthousiasmants les uns que les autres, la journée du Samedi 25 août 2012 est appelée à rentrer dans les... La suite

Oasis : les dernières chroniques concerts

Liam Gallagher en concert

Liam Gallagher par Samuel C
Le Zénith - Paris, le 21/02/2020
Dans un Zénith plein à craquer, Liam Gallagher achève une tournée européenne où malgré deux excellents récents albums en solo, il interprétera 12 titres d'Oasis sur les 19 de... La suite

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2009
Retour à Saint-Cloud, pour la 5ème fois déjà alors qu'on aurait pas forcément parié sur l'espérance de vie d'un tel événement, pour une dernière communion en plein air, sur la... La suite

OASIS par stereoboy
VIENNE, Théâtre antique, le 14/06/2009
Petit témoignage du concert d'OASIS à Vienne... Les conditions n'étaient pas forcément bonnes : pluie pendant une partie du concert, mais le cadre rattrapait cela, et les arènes permettent de bien voir les artistes, même loin. Le son était bon aussi. Ensuite, niveau public, c'était peut être un peu trop "rigide", la fosse est toujours bien... La suite

Oasis + Glasvegas en concert

Oasis + Glasvegas par magiclilive
Paris Bercy, le 03/03/2009
Après un bon kilomètre de queue, du jamais vu pour un petit gars de province comme moi, nous franchissons enfin les portes du Palais Omnisports de Paris Bercy. La fouille est... La suite

Radiohead : les dernières chroniques concerts

The Smile (Thom Yorke, Jonny Greenwood & Tom Skinner) + Robert Stillman (Nuits de Fourvière 2022) en concert

The Smile (Thom Yorke, Jonny Greenwood & Tom Skinner) + Robert Stillman (Nuits de Fourvière 2022) par Cathy Ville Solvery
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 08/06/2022
Après l'excellent concert de Nick Cave & The Bad Seeds, c'est au tour du groupe The Smile d'investir et de s'approprier pour un soir le Théâtre Antique de Fourvière. The... La suite

Thom Yorke en concert

Thom Yorke par Daddrock
Transbordeur, Lyon, le 14/06/2018
Pour paraphraser une rubrique d'un célèbre canard du mercredi, le concert de Thom Yorke est la soirée qu'on peut ne pas aller voir. Au lendemain d'un concert passionnant à... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 3 : Radiohead, Savages, Lemon Twigs, Mark Lanegan, La Femme, Seasick Steve, Spoon en concert

Main Square Festival 2017 - jour 3 : Radiohead, Savages, Lemon Twigs, Mark Lanegan, La Femme, Seasick Steve, Spoon par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 02/07/2017
Le troisième et dernier jour du Main Square festival est placé sous le signe des groupes "à guitares"... Mark Lanegan On commence l'après midi avec l'ex Screaming... La suite

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake en concert

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake par Cabask
Werchter, le 30/06/2017
2ème jour de festival vendredi 30 juin après une bonne nuit de sommeil. Nous faisons même un détour dans le centre de Malines pour y (très bien) manger. En arrivant, nous... La suite

The Smile : les dernières chroniques concerts

The Smile (Thom Yorke, Jonny Greenwood & Tom Skinner) + Robert Stillman (Nuits de Fourvière 2022) en concert

The Smile (Thom Yorke, Jonny Greenwood & Tom Skinner) + Robert Stillman (Nuits de Fourvière 2022) par Cathy Ville Solvery
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 08/06/2022
Après l'excellent concert de Nick Cave & The Bad Seeds, c'est au tour du groupe The Smile d'investir et de s'approprier pour un soir le Théâtre Antique de Fourvière. The... La suite