Accueil Chronique de concert Florence Fourcade Quartet (Festival Jazz Sur La Ville)
Samedi 16 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Florence Fourcade Quartet (Festival Jazz Sur La Ville)

Florence Fourcade Quartet (Festival Jazz Sur La Ville) en concert

Le Cri Du Port - Marseille 1 octobre 2010

Critique écrite le par

Dans la famille "Jazz sur la ville" je voudrais Florence Fourcade. C'est au Cri du Port qu'il fallait piocher vendredi soir pour écouter la sémillante violoniste. Après avoir contemplé les photos de Denis Dalmasso, nous admirons l'expo "live-in-marseille" : photos de concerts, extraits de chroniques, tout en gravissant les marches qui mènent à la salle. Notre hôtesse, Armel, nous présente la formation de ce soir, et note que si les violonistes jazz sont rares, les femmes violonistes jazz le sont encore plus.



De l'art de bien commencer un concert :
Les artistes arrivent dans notre dos, s'installent, égrènent quelques notes pour vérifier l'accord, les branchements, pas un mot avant les premières notes... suspense. Le violon lance la première phrase, la guitare répond, le batteur entre à son tour et la contrebasse rejoint juste derrière : ça commence comme une fugue de Bach, je jubile déjà !

Le second motif de satisfaction vient juste après. J'ai un problème avec la guitare dans le jazz, je la trouve la plupart du temps très agressive avec ses notes pincées qui claquent toutes comme des coups de fouet, sans nuances. Et là, surprise : un son doux, homogène et parfaitement équilibré. Est-ce l'instrument, le réglage de la balance ou le doigté du musicien ? Je ne saurai le dire, mais peu importe, c'est remarquable.



Florence Fourcade nous présente le morceau : "Daphné" de Django Reinhardt et rappelle pour ceux qui ne le sauraient pas encore que nous fêterions ses cent ans cette année, s'il était encore là. Il s'agit donc d'un concert hommage et qui dit Reinhardt dit aussitôt Grappelli, surtout si c'est une violoniste qui le dit.

Le quartet enchaîne avec "Swing 42", on bascule nettement du jazz au manouche avec une franche accélération au milieu du morceau. Pour "Manoir De Rêve" , nous avons droit à un passage joué "pizzicato", la violoniste tient alors son instrument comme une guitare, et dialogue avec le contrebassiste.



A la fin du morceau, Florence Fourcade nous indique que "le manouche, ce n'est pas que des kilos de notes qui se suivent" ah, bon, mais on n'a jamais prétendu le contraire ! A ce propos, j'ai le sentiment que la musique du quartet est bien plus jazz que manouche. D'abord la guitare, bien que très plaisante, ne joue pas "la pompe" (rythme d'accompagnement propre au style manouche). Le batteur, excellent du reste, bat "jazz".

Nommons maintenant les musiciens complices :
Vittorio Silvestri - Guitare
Thierry Lutz - Batterie
Hubert Rousselet - Contrebasse



L'essentiel du manouche est dans la voix du violon, ses notes alanguies évoquent inévitablement la nostalgie tzigane, mais pas tant dans le style de jeu, à mon sens.
Dans le morceau suivant, Florence Fourcade chante, sa voix double la mélodie du violon.
"Troublant Boléro", "This Can't Be Love" ...

Le jeu de Florence Fourcade est captivant à plus d'un titre. La palette sonore et les nuances exprimées sont extrêmement riches et variées. Les notes sont accentuées, le jeu passe du suave au nerveux, d'une phrase à l'autre, le "forte" d'une note finit en un "pianissimo" ténu. Nous avons droit à un catalogue impressionnant des ressources du violon acoustique, et même le léger bruit résiduel de frottement que laisse l'archet sur le boyau des cordes est plaisant : on a le sentiment d'être à trois centimètres de l'instrument.



Mimiques , rictus, torsions et convulsions possèdent le visage et le corps de la virtuose. Il semble que la voix du violon sort directement par sa bouche, souvent ouverte. Précision des notes, rapidité du jeu, multiplicité des sons... Rien n'est plus vain qu'un catalogue-étalage prolixe de prouesses techniques, mais la maîtrise totale de la musicienne est ici intelligemment assujettie au rendu de sentiments, d'émotions. On hésite souvent d'ailleurs entre la joie et la tristesse ou la nostalgie... peu importe, le violon a bel et bien une âme et sa musique est légère.

"Lily Tango" (seule composition de Florence Fourcade jouée ce soir), durant lequel Thierry Lutz improvise un solo où dominent les cymbales. Si l'on devait adjoindre un son au mot "pulvérulence", celui-là conviendrait.



La voix du violon me transporte. Je réalise à quel point la musique que nous écoutons est évocatrice, figurative, génératrice d'images, de symboles, de sentiments (le départ, la route, l'envol, la liberté, la tristesse, la nostalgie...) On comprend aisément pourquoi Louis Malle et Bertrand Blier ont choisi Stéphane Grappelli pour illustrer "Milou en mai" et "Les Valseuses". J'ajoute la visibilité aux qualités citées plus haut.

Un morceau de Cole Porter, une annonce laconique de fin de concert, et un premier rappel avec "Non Dimentica" doux dialogue entre le violon et la guitare, puis un second rappel plus tonique où reviennent le batteur et le contrebassiste : "You Are The Sunshine Of My Life" de Stevie Wonder.



Soucieux de tirer quelque enseignement de toute expérience, je repars en retournant dans ma tête les qualités auxquelles je pensais un peu plus tôt : précision, rapidité, multiplicité, visibilité et légèreté surtout, sont des qualités fort appréciables en musique, mais peuvent s'étendre à de nombreux domaines artistiques, et peut-être s'ériger en principes de savoir-vivre. Sachons saisir toute occasion d'ôter un peu de poids à la vie, au quotidien, d'échapper à la pesanteur du monde, comme l'écrivait Italo Calvino.
Merci à Florence Fourcade et à ses comparses de nous l'avoir rappelé.

Bonus vidéo par le photographe qui m'accompagne, Arnaud Damiani :

Jazz sur la Ville : les dernières chroniques concerts

Les 4 Vents (Jazz sur le Ville) en concert

Les 4 Vents (Jazz sur le Ville) par Pirlouiiiit
La Meson, Marseille, le 03/12/2017
Ce soir c'est la dernière date du festival Jazz sur la Ville et ça se passe à la Meson. Les 4 Vents (titre d'une des chanson de Perrine Mansuy) c'est donc (de gauche à droite... La suite

Christophe Leloil trio (Jazz sur la Ville) en concert

Christophe Leloil trio (Jazz sur la Ville) par pirlouiiiit
Le JAM, Marseille, le 25/11/2017
Mini chronique de ce superbe deuxième set au JAM en complément de la chronique déjà publiée dès le lendemain par John Massa himslef. Je découvrais ce soir comme tout le monde ce... La suite

Christophe Leloil power trio (Jazz sur la Ville) en concert

Christophe Leloil power trio (Jazz sur la Ville) par John M
JAM - Marseille, le 25/11/2017
A propos du concert de Christophe Leloil Power Trio au Jam Marseille ... [Christophe Leloil : trompette ; Andrew Sudhibhasilp : guitare ; Nicolas Grupp : batterie]. Ce n'est... La suite

Gildas Etevenard & Aksoh S (Jazz sur la Ville) en concert

Gildas Etevenard & Aksoh S (Jazz sur la Ville) par Pirlouiiiit
Meson, Marseille, le 02/12/2016
Gros gros week-end avec vraiment beaucoup de choses à voir et écouter. Ce soir j'ai du faire des choix drastiques. Plutôt que de prendre le risque de tout rater à trop vouloir en... La suite

Le Cri Du Port - Marseille : les dernières chroniques concerts

Saämara Project en concert

Saämara Project par Vincentluer
Le Cri du Port, Marseille, le 11/04/2019
JAZZ ! Ces quatre lettres résonnent à la perfection dans la salle de concert du Cri du Port à Marseille. Lieu de tous les jazz(z) ! Ce soir-là, Jeudi 11 Avril 2019, j'assiste... La suite

Francesco Bearzatti Tinissima quartet en concert

Francesco Bearzatti Tinissima quartet par Pirlouiiiit
Cri du Port, Marseille, le 12/05/2016
Ce concert là je ne pouvais pas le rater ! En effet avec la promo qu'en avait fait McYavell (sorti ponctuellement de sa retraite) le qualifiant rien de moins que de dieu (son... La suite

Perrine Mansuy Rainbow Shell en concert

Perrine Mansuy Rainbow Shell par pirlouiiiit
Cri du Port, Marseille, le 31/03/2016
Puisque je n'aurai pas plus de facilité à écrire cette chronique plus tard autant le faire à chaud. Alors mettons les choses au clair, même si je commence à avoir pas mal de... La suite

Mathis Haug en concert

Mathis Haug par Janfi
Le cri du Port - Marseille, le 20/02/2014
Ce soir Le cri du port qui dédie essentiellement son activité musicale au Jazz, accueille actuellement du Blues avec la venue de Mathis HAUG qui se produit sur scène dans la salle... La suite