Accueil Chronique de concert Gotthard
Samedi 4 avril 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Gotthard

Gotthard en concert

Le Moulin à Marseille 17 octobre 2014

Critique écrite le 19 octobre 2014 par Gandalf


Après la déception ressentie lors du live de 2012 à Paris, on s'était dit qu'on n'irait plus jamais voir Gotthard, groupe tellement cher à notre coeur pourtant, à DG et moi même... Mais comme je le disais lors de mon report d'alors, malgré la bonne volonté et les bonnes capacités du nouveau chanteur, la perte de Steve Lee est trop grande, techniquement, charismatiquement et surtout émotionnellement...

Mais le fait qu'ils passent à domicile, dans une salle qu'on aime beaucoup, et avec la présence d'amis chers, ma foi, on allait pas non plus se priver d'une bonne soirée, sachant de plus qu'il ne pourrait y avoir de déception supplémentaire par rapport à 2012... Et bien nous en a pris, la putain de sa mémé (pour rester poli) ! Car quatre ans après le décès de Lee, le groupe semble avoir retrouvé une certaine sérénité que forcement ils n'avaient pas il y a deux ans.

Léo n'était pas bourré, Freddy avait un vrai sourire, et surtout Nic Maeder a pris de l'aisance scénique, gommé certains tics horripilants (son "parkinson" des doigts...) et gagné en qualité vocale. Déjà lorsqu'ils sont arrivés sur "Bang!", titre éponyme très entrainant du dernier opus, j'ai été surpris par l'atmosphère sans crispations sur scène. Je retrouvais le groupe comme en 2008, soudé, fun, tout en etant ultra carré. Le décès de l'irremplaçable Steve Lee a été "digéré", au moins professionnellement parlant. Grâce à un très très bon son, ils nous on délivré un set de deux heures de très haute volée. Un hard de grande classe, avec ce qu'il faut d'émotion au milieu, grâce à des compos pour la plupart imparables.

Les titres trop difficiles pour Nic ont été zappé (donc toujours rien de "Need to Believe" bien sur, mais plus de "Top of the world", "Dream on" ou de "Gone too far" qu'il passait mal ou pas du tout), d'autres ont été conservés avec de grands progrès ("Lift u up", "Sister moon", "Master of illusion"), et surtout le retour d'un monstrueux "Domino effect", d'un court mais intense "The call", ou d'un "Heaven" emblématique. Sans oublier des nouveaux morceaux qui tiennent franchement la route, et le maintien des meilleures chansons de "Rebirth". Honnêtement, une playlist très intelligente qui fait plaisir aux fans.

Enfin, aux quelques fans assidus plutôt... Putain les mecs, qu'à Paris on doive faire des choix vu le nombre de lives proposés, je comprends. Mais à Marseille, merde réveillez vous ! Un groupe de cette qualité, qui avait ouvert pour Deep Purple au Dome en 2009, donc pas totalement inconnu, c'est assez rare pour faire l'effort et dépasser les 200 pèlerins présents... Ca me rend triste pour le groupe et les organisateurs qui essayent de monter des tournées comme celle-ci... Le pire c'est que je suis sur que pour Epica/Dragonforce/Dagoba au même endroit il y aura plus de monde dans un mois......

Mais peu nombreux ou pas, les suisses ont joué comme si nous étions dix mille ! Et peu nombreux ou pas, le public a été excellent. C'était donc plutôt intime, avec de bons échanges entre le combo et nous, un Nic qui a beaucoup parlé français, deux filles montées sur scène pour un titre, un Léo rigolard... Non vraiment une ambiance bien cool. Evidemment on ne peut oublier Lee, surtout pendant "One life on soul" ou "Heaven"... C'était très chargé pour nous, car personnellement ce groupe et beaucoup de leurs morceaux ont marqué notre vie dans des moments très importants... Mais c'etait quelques larmes autant de tristesse que de joie. Et merci à Léo pour l'extrait de "Train", chanson de Steve figurant en bonus track inedit à la fin du live hommage posthume à Lugano... Sans oublier ce "The call" incomplet très touchant...

J'insiste sur les progès de Nic, qui est devenu plus qu'un remplaçant. De par la qualité des compos des deux derniers albums joués, on est maintenant quasiment aussi content du set proposé, qu'un set d'il y a cinq ans. Car Gotthard a survécu, et à présent c'est ça: un "Starlight" accrocheur, un "Bang!" ultra accrocheur, un beau "Remember it's me", un "Feel what I feel" diablement popisant, un "Get up n' move on" bien nerveux, un "C'est la vie" doux-amer avec son accordéon, et puis ce putain de "What you get" qui est juste à mon sens un des meilleurs de Gotthard toutes periodes confondues ! Bandant.

Il n'y a que ce (trop) long "Thank you" final qui ne fonctionne pas en live. Et s'ils pouvaient virer "Hush" pour faire une autre cover de leur répertoire comme "Come together" ou "Immigrant song", ça changerait un peu hein... Mais à part ca, on ne s'emmerde jamais sur les titres de l'ère Nic Maeder, ce qui est une (très) belle surprise pour moi. Avec au milieu quelques moments d'anthologie tels "Domino effect", pur headbanger track, l'ultra heavy "Fist in your face" ou évidemment l'unique "Anytime anywhere" en rappel, ça donne un concert qui m'a donné le frisson et une patate terrible. Comme y a que les abrutis qui ne changent pas d'avis, je fais volontiers mon mea culpa et clame cette fois haut et fort que je retournerai les voir dès que possible !

Setlist (table de mixage)
Bang!
Get up ans move on
Sister moon
Right on
Master of illusion
Domino effect
Feel what I feel
The call
Heaven
Remember it's me
What you get
Starlight
Train
C'est la vie
One life one soul
Hush
Lift u up

Rappel:
Fist in your face
Anytime anywhere
Thank you

Gotthard : les dernières chroniques concerts

Gotthard en concert

Gotthard par Gandalf
La Cigale - Paris, le 21/10/2012
Après la mort précoce de leur emblématique chanteur il y a deux ans, les autres membres de Gotthard ont décidé de poursuivre l'aventure. C'est tout à leur honneur, surtout qu'avec... La suite

Gotthard par Rama
Ninkasi Kao - Lyon, le 16/10/2012
"Ce qui ne tue pas rend plus fort" : cet adage résume à lui seul l'évolution de Gotthard. Un groupe qui, malgré le décès soudain de Steve Lee, membre fondateur et chanteur de la formation depuis vingt ans, a su poursuivre sa carrière en recrutant le talentueux Nic Maeder. Il suffit de voir la longue file d'attente devant le Ninkasi Kao pour... La suite

Hellfest 2012 - Lizzy Borden + Street Dogs + Unisonic + Gotthard + Turbonegro + Dropkick Murphy's + Megadeth + King Diamond (Hellfest 2012) en concert

Hellfest 2012 - Lizzy Borden + Street Dogs + Unisonic + Gotthard + Turbonegro + Dropkick Murphy's + Megadeth + King Diamond (Hellfest 2012) par Abigail Darktrisha
@ Clisson, le 15/06/2012
Choisir entre le Hellfest et le Azkena Rock, qui se déroulait à une journée près en même temps, n'a pas été chose facile au vu de la belle affiche du festival Espagnol avec... La suite

Deep Purple + Gotthard en concert

Deep Purple + Gotthard par Gandalf the Fireball
Le Dôme - Marseille, le 05/12/2009
3 ans après leur dernier passage au Dôme quasi jour pour jour, les vieux de Deep Purple revenaient enflammer la cité phocéenne. Décidément increvables les papys du hard ! Tourner... La suite

Le Moulin à Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite