Accueil Chronique de concert Johnny Hallyday, Idole des jeunes (Flashback Tour)
Lundi 3 octobre 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Johnny Hallyday, Idole des jeunes (Flashback Tour)

Johnny Hallyday, Idole des jeunes (Flashback Tour) en concert

Le Dôme, Marseille 22 janvier 2007

Critique écrite le par


Peut-on décemment aller voir Johnny Hallyday à 31 ans, avec 13 ans d'Eurockéennes au compteur, des centaines de disques de rock à la maison, une aversion sincère pour la variété, voire une petite réputation de chroniqueur alternatif à défendre ?

Evidemment, non ! On trouve immédiatement 7 bonne raisons de ne pas aller voir Johnny Hallyday : il représente ce qu'on a toujours détesté en musique (les Yéyés, puis la Variété, puis la Star'Ac...), il ne veut plus payer ses impôts en France, ça coûte 45 euros, on a pas pu gratter une place, c'est un ami cher de Nicolas Sarkozy, à la télé il est présenté comme un crétin, et enfin il a l'air un peu vieux pour être encore crédible en idole des jeunes. D'ailleurs on a l'impression que ses fans sont tous des bikers ou des beaufs et on se dit qu'on va vraiment avoir la honte.

Le problème c'est qu'on trouve aussitôt 7 bonnes raisons d'aller voir Johnny Hallyday : C'est une légende vivante (et par curiosité, on veut donc le voir avant qu'il soit une légende tout court), on se fout pas mal de ses impôts, ça coûte à peine le prix de 8 concerts punk à la Machine à Coudre, si on y va pas on regrettera après, il y aura pas Sarko en principe (enfin pas dans la fosse), on veut voir s'il est aussi bête qu'on le dit, on veut voir la liesse qu'il peut encore provoquer chez ses supporters. D'ailleurs on imagine la gueule de certains de ses fans et on imagine que ça peut être bien marrant (de même qu'au stade Vélodrôme on vient aussi pour le public...).

Ex aequo, 7 partout. Mais c'est lundi et y'a rien de mieux à faire. Crise de curiosité ou masochisme radical, phase régressive ou fantasme inavouable ? Je l'ignore mais les chiffres sont clairs, 8 à 7 : J'y vais, non de Zeus ! A nous deux, Blooooondin !

Arrivée à 19.55, je me fais déjà remarquer en garant un vélo, le seul, au milieu de centaines de scooters et motos - va pas falloir trop la ramener... Concert à 20 h pile soit-disant - la billetterie ignore s'il y a une première partie : je n'ose pas aller boire une mousse avant d'entrer et je sais que le Dôme ne sert que de la pisse d'âne... tant pis, pas d'alcool ce soir. Et l'angoisse de se taper 30 minutes d'un staracadémicien lambda ou d'une affreuse hurleuse Dionoïde en prime. J'entre dans une salle déjà pleine à 95 %. Je sais que je n'y croiserai pas d'amis (et je ne VEUX PAS en croiser d'ailleurs). Dans la fosse, qui est toute petite ce soir (curieusement c'est les places les moins chères !), le public est familial et d'apparence variée. 7 à 77 ans... Pas vraiment de bikers à l'horizon mais je suis quand même l'un des seuls mecs de moins de 50 ans à ne pas avoir de chaîne en or qui brille...


1) Après les bonnes raisons, se trouver de bons voisins...

Je trouve une place avec une bonne vue et, ça c'est cool, mes voisins sont représentatifs ! A ma gauche, un couple de jeunes gens un peu bedonnants... La fille a des mêches blondes et un gilet en résille beige, le garçon frisé et joufflu a un T-shirt Johnny qui a déjà beaucoup servi et une chaîne en or, bref ils ont un aspect ... rural ! Jeunes fans des champs, disons. A ma droite, un couple de sexagénaires bien habillés et qui se chamaillent tout le temps - on dirait mes parents : vieux fans des villes ! Derrière et aux premier rang des places assises, quelques gros assez gratinés et déjà très excités qui braillent et tapent des pieds. Echantillon impeccable, je suis prêt. Hélas, il faut attendre et ça dure des heures.

20 h 10, premier baillement. Un titre de Gainsbourg passe dans l'indifférence générale. 20 h 20. Une sorte de musique classique/variète (musique de film ?) - l'ambiance monte d'un cran mais c'est aussi interminable. Petite attraction (grosse pour le public qui fait une ovation) : l'entrée de la grande blonde Laetitia et de la petite brune, Jade. Je ne ferai pas de commentaires sur le fait d'amener à un concert une fillette de 2 ans et demi... Après tout si elle survit à son adolescence, elle part quand même avec pas mal de chance dans la vie !

Et puis ça commence enfin, dans une ambiance de 2e guerre mondiale (tirs de DCA, projecteurs etc) d'un goût délicieux... Après une projection en ombre chinoise de la Bête qui fait rugir l'auditoire de plaisir, le rideau se lève sur un décor d'un kistch assez grandiose (genre palais en ruine). Je ne peux pas m'empêcher de rire. Les musiciens sont en effet habillés, mi-Mad Max, Mi-Sgt Pepper (comme le disait Pirlouiiiit), l'un deux semble se prendre pour Keith Richards (enfin il a surtout la même gueule de vieille dame indigne, et la même chemise de dandy défraîchi), l'autre ressemble vaguement à Renaud - version 2006. Au moins on a échappé à la première partie tant redoutée !

Et puis arrive l'Homme - Jean-Philippe Smet, himself, dans une clameur phénoménale. Le groupe part sur les chapeaux de roue avec L'Envie : deux guitares et une basse, deux batteries, un synthé, ça pète de partout. Hélas Johnny semble surtout faire le tour du propriétaire en se baladant à droite à gauche : il articule à peine, parfois en retard... il se touche élégamment le vié pour souligner son propos - pfff, si c'est ça l'envie de l'idole des jeunes, je suis déçu. Et puis j'ai une révélation à faire à ceux qui ne l'ont pas vu depuis longtemps, et à ceux qui ne le verront jamais : Johnny, il est GROS ! Si ! Je l'jure ! Aussi bien de la figure - un rien bouffie, que du bide - qu'il cache à grand peine derrière une grande veste noire brillante, une chemise noire fendue et un pantalon en cuir !

Mais au secours, sur Né dans la Rue il joue aussi de la guitare ! Alors ça, il faut que j'en parle un peu : Johnny qui joue de la gratte, c'est quelque chose... On dirait qu'il n'a le droit de jouer que des accords de Mi, ou plutôt qu'il ne fait que semblant de gratter - à vrai dire il semble à peu près évident que sa guitare n'est pas branchée (ou alors vraiment pas fort). Pourtant je suis à peu près sûr de l'avoir vu en jouer pour de vrai sur une vieille vidéo... Mais enfin pourquoi s'emmerder à son âge, il a déjà deux (bons) gratteux et la guitare, ça lui donne la bonne dégaine et ça lui planque le bidon, c'est tout bénef' quoi !

A ma grande surprise, moi qui n'ai pas l'ombre d'un disque de ce type (et qui n'écoute même pas la radio) je crois que j'arriverai à reconstituer toute la play-list ce soir, il faut dire que c'est le Flashback Tour, du succès et du lourd ! Ca sonne gros rock biker, batterie en avant, solos de guitare à l'envi, à la Bon Jovi - je ne suis pas loin de détester. Mais Johnny s'est repris : il chante mieux, plus concentré, et monte en puissance - avouons-le franchement, il assure. Mon voisin aussi, le jeune : il connaît toutes les paroles par coeur, et compte nous le prouver - évidemment il chante aussi fort, mais bien moins juste ! La classe. A vrai dire j'espérais bien avoir au moins un voisin comme ça. Au fond ça commence tout à fait comme prévu...


2) Se laisser aller à profiter du spectacle...

Sur scène, deux plantureuses choristes black descendent les escaliers. L'idole des jeunes entame Oh Marie, que je croyais pourtant être une scie et là - horreur - je trouve ça ... plutôt beau ! Une voix superbe, une interprétation vibrante, non de dieu, au troisième refrain, horreur, je ne peux plus résister, ça vient, je la connais trop bien, cette sensation : le frisson ! Merde alors, le salaud, il m'a bien eu, je le jure mais un peu tard, qu'on ne m'y prendra plus ! Mais bon, Quoi ma Gueule, elle le fait bien aussi - n'ayant jamais écouté les paroles de ses chansons, j'ai au moins la chance de les découvrir ce soir. Et il chante vraiment bien, ce mec n'a à peu près que ça, mais il l'a : un putain d'organe ! Qu'est-ce qu'elle a sa gueule ? Je dirais, un peu du botox de ci, de là, plus grand-chose d'origine sans doute... mais de beaux restes dans l'arrière-boutique.

Hey Joe et son riff foudroyant... N'oublions pas que ce type (c'est une des raisons qui le rendent légendaires) a contribué à faire connaître Jimi Hendrix qui a même ouvert à l'Olympia pour lui ! Les paroles en français sont nazes, bien moins subversives que l'histoire en V.O. du type qui va descendre sa femme infidèle au fusil. Mais la magie opère grâce à des bonnes guitares : ça le fait. Et c'est dans une ovation méritée (au moins du guitariste) que Johnny prend quelques instants pour parler au public : il nous rappelle avec une émotion bien jouée qu'il est venu à Marseille "à l'Omnisport" l'été dernier... Mais si, l'Omnisport ! Vous savez bien, cette grande salle en plein air, au sol vert tendre, métro Rond-point du Prado, où s'ébattent 11 chêvres tous les 15 jours ... Sacré Johnny, on ne se refait pas ! Tu es vraiment à la hauteur de ta légende, y compris de ta marionnette !

Mais quand tu fais J'oublierai ton nom, alors là non je désapprouve ! C'est pile ce que je déteste chez toi, variété cucul et duo vocal - heureusement que cette Amy Keys, sa poitrine avantageuse et des dents magnifiques, sont très agréables à regarder ! Heureusement que ça enchaîne avec un rock'n'roll d'enfer, grâce à ton big band explosif (Jerry Lee Lewis style) qui pourtant ne retourne pas la salle (je les trouve décidément un peu statiques, tes fans), je le prends d'abord pour Blue Suede Shoes dont c'est le riff exact. Mais non, c'est Carole ! Sans doute datée de cette époque où notre blondinet national pompait sans vergogne des chansons à des rockeurs blancs qui les avaient eux-même pompés à des rockeurs noirs, qui se pompaient les uns les autres ...

Mais nous voilà déjà dans la séquence émotion : Jean-Phi joue unplugged, ou du moins le croit-il (avec deux guitares électriques branchées quand même). Prétexte en tout cas à s'asseoir plus près, dans un dispositif devant la scène (dommage que les panneaux colorés qui descendent soient plutôt immondes). Et à taper dans du plus vieux. Le Pénitencier, toute ma jeunesse aux scouts... mais bien interprétée, j'aime assez (quoi qu'il ne chante que la moitié, mon voisin faisant l'autre). Il présente longuement ses musiciens (sur des musiques vibrantes et kitsch) : pas de doute, ils sont tous "sacré bon quelque chose" : guitariste, doublure vocale, batteur, écossais ...

Tennessee, tiens, j'avais oublié comme je la détestais aussi celle-là. Concentré à jouer, ô miracle, jusqu'à 3 accords différents, il laisse chanter la salle, il en oublie des morceaux entiers - pas mon voisin qui est décidément bien dans le coup. Mon deuxième baillement me surprend vers 21 h 25. Dans la fosse, ça braille son nom, sur l'air de "On est en finaaaale, on est en finaaaaale ...". Pour la troisième fois déjà. Même lui ça semble le fatiguer, à force. Il envoie un deuxième bon rock'n'roll à piano, dérivé d'Eddie cochran : Cours vite charlie. Décidément j'aime bien les rock'n'roll de Johnny et surtout de son groupe, j'avoue. Plus que sa version blues planplan de Blueberry Hill qui me gavera un peu.

Opportunément avant que je pique du nez, il demande à "rallumer la salle" (comme aux Vieilles Charrues, hein mon Jojo ? Je te taquine...) Je remarque qu'il y a de vrais papis et mamies dans les places assises - c'est que le yéyé, ça conserve ! Le temps de nous menacer d'un album entier de blues et voici Toute la musiqueuuu que j'aimeuuu - comme d'hab, Johnny commence les phrases, et mon voisin les finit. Un interlude qui s'avèrera un moment agréable : Rolling on a River interprétée par tout le groupe et les deux chanteuses déchaînées, sans l'Idole (occupée à se repoudrer le nez, j'imagine ?). L'éléphant parti, les panthères dansent ...

Mais bon c'est pas tout ça, un vieux solo de batterie limite pénible et la scène s'ouvre littéralement en deux... Plus personne ne ricane parce que là c'est du très gros : Allumer le Feu ! Et la salle ne s'y trompe pas, qui ce coup-ci est debout jusqu'au fond. Je surprend mon pied en train de battre la mesure à fond et j'essaye en vain de le réprimer... mon deuxième frisson ! Damned, c'est plus fort que moi, quand toute une salle vibre à l'unisson, qu'importe le flacon, ça vous emporte... Ca laisse à imaginer des potentialités de la manipulation des foules, si on peut me faire vibrer, moi, avec Allumer le Feu, c'est dingue. En tout cas, ça fait 1 h 30 qu'ils jouent, et ils font vaguement semblant de partir.


3) Tenir sur la longueur et devenir - pour un instant - un fan de Johnny...

Vite revenu, après nous avoir rappelé son premier concert à l'Alcazar il y a 45 ans (ça nous rajeunit pas, il est donc plus vieux que notre bibliothèque ?!), il fait le morceau Mon plus beau Noël, grand moment d'exhibitionnisme avec des images projetées de l'adoption-éclair de sa fille en Asie. Beuark, en plus c'est chiant... Et le pire c'est que ça marche sur tout le monde sauf moi, croyez-moi si vous voulez : un quinqua devant moi a les yeux mouillés, et mon voisin, le gros un peu rustre... il pleure ! Là j'hallucine complètement. J'ai presque honte d'être si insensible à ces images ParisMatchesques... Il faut se rendre à l 'évidence, je ne suis qu'une brute.

J'en ai assez d'entendre à la radio ..., continue le bourreau des coeurs, dans une chanson de varièt-a-billy non identifiée. Et après avoir fait semblant de jouer de sa guitare rouge, non là c'est trop : il la casse ! Oui, tel un Paul Simonon sur la pochette de London Calling, notre Johnny Hallyday à nous, comme un vrai rebelle (au fisc) qu'il est, pète la gueule à sa guitare dont il a même pas joué (quel gâchis quand même), et qui casse un peu bizarrement d'ailleurs. Normalement c'est le manche qui pète non ? Ben là, elle éclate littéralement en deux au milieu du corps. Aurait-elle été pré-sciée ? Tout ceci serait donc prémédité, et pas le geste fou, irréfléchi et romantique d'une jeune rock-star ? On nous aurait menti ?

Sans nous laisser trop le temps d'y penser, la star balance le tout dans la foule, et le big band fait un Honky Tonk Blues correct mais un peu scolaire - mais j'y découvre que l'Homme sait aussi chanter dans un language proche de l'anglais. Au moment où j'envisage, au désespoir, d'aller acheter un verre de bière sans alcool, je suis sauvé par Gabrielle, l'inévitable tube en live paraît-il, avec son gros son biker et tout ... Mon voisin s'est repris et me jette un coup d'oeil complice, les bras déjà frémissants (genre, "On le fait, hein, chiche on le fait ?").

Parce que le truc, tous les fans savent ça, même moi je l'avais vu à la télé, c'est qu'on met les bras en l'air en croix sur "Et mourir d'amour enchaîné-héé !". Allez, au point où j'en suis de ma confession je peux bien l'avouer, Docteur... La salle était en feu, mon pied tapait tout seul, je me suis dit, et puis merde, qui le saura ? C'est pas comme si j'allais le raconter à tout le monde. J'ai voulu savoir, au moins une fois, ce que ça faisait d'être un fan de Johnny ! Et au quatrième refrain, oui oui, moi qui aime Radiohead, Nirvana, Nine Inch Nails, les Hatepinks et tout ça... J'ai fait le truc avec les bras croisés, là, comme tous ces gens... C'est grave Docteur ? Vous croyez que je pourrai encore entrer à la Machine à Coudre après ça ?

Heureusement je ne suis pas tombé accro. Dieu merci, je n'ai même pas senti grand-chose. Inconscient du point de non-retour que j'ai failli franchir à cause d'elle, la Star est déjà ailleurs : elle plie le genou (qu'on devine douloureux), ferme le poing, le synthé retentit et la foule frémit, car voici l'autre grand moment : Que Je T'aime ! Est-ce parce qu'il est fatigué ? Il me déçoit un peu, car il zappe tous les refrains ! Selon leur numéro désormais bien rodé, Johnny crie donc "Queuuu..." et mon voisin ajoute "...Je t'aimeuuu". C'est quand même pas pareil - pas de frisson en vue sur ce coup-là, faudrait quand même mouiller un peu le maillot pour le mériter ! Et le groupe fait mine de s'en aller pour de vrai (après 2 heures, ce ne serait pas scandaleux !)


4) Conclure, enfin, que tout cela en valait la peine...

Et là, je dois dire que l'ovation a de la gueule. Même mon vaillant voisin (qui a doublé J.H. tout le concert, rappelons-le) et qui est presque aphone, trouve la ressource pour s'arracher le fond du gosier. La star s'en revient donc (pfff, je craque un peu, là, pas vous ?) faire un slow qui doit s'appeler Si tu pars (une nouveauté peut-être ?). Il prend le temps de remercier, avec sincérité, tous ses roadies et techniciens - et ça c'est assez sympa, il faut bien le dire, il y a pas mal de gens moins connus que lui qui n'y pensent jamais.

Pour en finir vraiment, Johnny Hallyday me surprend agréablement avec une reprise de La Quête, du Grand Jacques. Seul avec son complice Yvan Cassar au piano, seul et sans forcer sa voix, interprétant une chanson que j'adore - objectivement c'est très beau, tout dans la retenue. Encore une fois l'interprête prend le pas sur l'individu. Et là-encore, j'entends renifler tout autour de moi toutes ces dames, et une partie de ces messieurs. Etonnant comme ce type peut transmettre des émotions à son public. Ca force quand même le respect !

Je rentre à la maison sous la pluie (ça doit être la faute à mon voisin de concert), et un petit bilan s'impose. 2 baillements, mais aussi 2 frissons. Un grand show réglé au millimètre, et un public en folie ... C'est pas si mal. Entre ce qui m'a fait un peu rire (ou franchement ricaner), et ce qui m'a vraiment plu, parfois malgré moi et à ma grande surprise... L'un dans l'autre, je ne regrette pas du tout ma soirée ! Certes le personnage et son public évoluent dans un monde légèrement parallèle. Mais ça vaut le coup d'oeil.

J'ai vu Johnny en 2007 au Dôme, j'ai vu qu'il était vieux et gros, mais que quand il s'applique, il chante encore comme un Dieu et fait pleurer les foules... Rigolez si vous voulez, mais vous, qu'avez-vous appris de plus intéressant, le soir de ce lundi 22 janvier ??


Photos (sans JH, c'est interdit !) : Pirlouiiiit (Juillet 2006, à l'Omnisport de Marseille)

Objets : FanAvenue

A lire également sur Concertandco pour être complet : une jolie chronique de Johnny Star, sosie officiel, par Bertrand L. !

> Réponse le 25 janvier 2007, par Frédéric

Je viens de lire ta critique de Johnny, classe totale dans le style, bien écrite, pas snob ni méprisante ; tu m'as bien fait rigoler car je pense assez comme toi. J'ai 51 ans, j'habite Bordeaux ("juppéville") et le Johnny, j'ai du le voir une trentaine de fois entre 76 et 93, souvent dans des ambiances tendues (vigiles penibles, public lourdingue) mais aussi souvent folklo voire comico-surréalistes, genre les films de Mocky ; avant d'être sauvé par Berger en 85, Johnny au creux de la vague a donné des concerts salement rock'n'roll, rien à voir avec maintenant ! Même en 93, avec un gars de chez Springteen et un ex-bassiste d'Ozzy sur scéne, ça arrachait, c'était pas du rock festif ska machin ! Bon, les coulisses c'est pas brillant, maintenant, Camus son producteur est navrant, pense...  La suite | Réagir

> Réponse le 25 janvier 2007, par sido

[Halle Tony Garnier Lyon - 25/01/2007] J'ai lu ta critique, franchement, je suis dans les memes dispositions que toi avant d'y aller : c'est ce soir.... Je crois que je vais aimer parce que si c'est comme à Marseille, ce sera sympa ! En tout cas, je crois que contrairement à des gens fermes d'esprit qui disent " moi j'aime pas" nous, au moins on mourra l'esprit ouvert !  Réagir

> Réponse le 25 janvier 2007, par Reno

Je viens de lire ton papier : j'ai beaucoup ri. Pi surtout c'est bien écrit et ça, c'est la classe. Le genre de moment qui te réconcilie avec l'ADSL...  Réagir

> Réponse le 25 janvier 2007, par stéphane sarpaux

Philippe, t'as fini 2006 en rêvant de lester Bang au Lollipop record, tu commences 2007 avec Johnny et une chronique à faire baver... Moi, je dis que t'es sur le chemin de la béatification...   Réagir

> Réponse le 26 janvier 2007, par Lester Bangs Jr

çà sent le vécu di don !!! pas mal l'astuce "faut l'avoir fait pour en parler"... Mais juste une question...t'as un truc avec les "Gros", comme tu dis ? Avec ou contre d'ailleurs ? En fait c'est que plus je la relis, ta chronique chiadée tout çà tout çà et plus je bloque ...çà me mets même à moitié mal à l'aise...et je me demandais si c'était pas un peu discriminatoire comme argument que ce soit pour illustrer ton reportage (Johnny est gros...et alors ?) ou relever ton style d'effets comico-sordide (les jouflus qui s'égosillent sur "Que je T'aime" par ci, les bedonnants par là...)...putain mais plus j'y repense et plus elle m'engraine ta chronique !!! elle était bien ...et là je sais plus tiens !! bon...Jettes donc un coup d'oeil là : https://infokiosques.net/spip.php?article=359 a...  La suite | Réagir

> Réponse le 05 février 2007, par Quelsjr22

[St-Brais - 5 février 2007] j'ai lu avec plaisir ta critique, celle d'une personne qui ne connait pas Johnny ou peu et qui le découvre. Moi je le connais bien, j'ai 15 ans et je suis un grand fan. Je ne suis pas fan de mon plus beau noel ou de Marie mais bel et bien de ce qu'il dégage sur scène. Le gros problème c'est que a chaque fois que Johnny sort un titre rock en single par exemple ce titre est boudé par le public, il est donc obligé de soupoudrer ses shows de niaiseries star académiciennes. Je ne l'ai pas vu 30 fois mais seulement 4 fois la faute à mon jeune age, j'ai vu d'autre concert de rock de grand groupe célébre que je ne citerai pas, mais le seul qui dégage un truc pareil sur scène c'est lui. Certes, comme tu l'a bien bien dis, il ne respire plus la jeunesse, il a éffectivement pris du poids (ces...  La suite | Réagir

> Réponse le 25 février 2007, par bigal

[Forêst National Bruxelles - 20 Septembre 2007] Johnny un monument, Comme toi je me suis dit qu'il ne fallait pas râter son passage c'est que lui et moi on se fait doucement vieux. j'avais jamais été à un de ces concerts je suis plus Deep Purple, Pink Floyd etc.. bin je regrette pas, j'ai passé une agréable soirée, et p... il en a encore sous le pied ! en tout cas, bravo pour ta critique ... très réaliste (j'y étais de nouveau)   Réagir

> Réponse le 04 mars 2007, par David

[Zenith de Toulouse - 3 mars 2007] La critique du dessus me laisse perplexe...comment peut on payer et surtout ecrire autant sur quelque chose que l'on aime pas...et dans quel but surtout ? Personnellement je trouve qu'en France on peut pas se vanter d'être meilleur que les autres (les Américains par exemple) sauf pour Johnny... au moins on sait pourquoi on paye, y a des moyens, et c'est du spectacle... pas un simple rendez vous dans une salle moisie avec soit du gros son mauvais soit de l'acoustique cheap à mort... Enfin bref, je suis aussi un grand fan de Bon Jovi et je n'apprécie pas la reflexion là dessus non plus... Tout ca pour dire que c'est assez naze a chaque fois de trouver des gens pour gacher le plaisir des autres et qui n'ont rien d'autre à faire on dirait... Je tenais à le dire mais je sais qu'il...  La suite | Réagir

> Réponse le 28 novembre 2008, par le baron

Et bien oui...par moment, Johnny , il grossit... puis un peu plus tard, il réapparaît affuté comme un dieu (mais qui sait comment sont les dieux ?). Et puis, il vieillit mais là peut-on vraiment lui reprocher ? d'autant que tout est relatif... Imaginez n'importe lequel de vos proches ou de vos voisins sur la même scène à 65 ans... Des concerts "rock'n'roll" de Johnny, j'en ai vu des dizaines, la plupart dans des endroits glauques, des chapiteaux humides, des palais des expositions sous-exposés.... et c'est là que s'est bâtie sa légende... Son exploit actuel ne se situe plus là bien évidemment mais dans cette ténacité, cette voix intacte, cette lueur dans ses yeux... Alors oui, pour tenir, il a chanté la boue la plus immonde, il a exposé sa vie comme personne ne l'a jamais fait, il a...  La suite | Réagir

> Réponse le 10 mars 2009, par chouchou

j'aime johnny ! il n'est pas le seul à ne pas payer ses impôts en France et alors je m'en fous, il et formidable ! il se donne à fond et nous on l'adore. vivement fin mai !   Réagir


Johnny Hallyday : les dernières chroniques concerts

Johnny Hallyday en concert

Johnny Hallyday par Philippe
Le Dôme, Marseille, le 05/02/2016
La première fois que je suis allé voir Johnny Hallyday en concert, également au Dôme et en 2007, j'avais au moins une super excuse : c'était la première fois ! Excuse qui... La suite

Johnny Hallyday en concert

Johnny Hallyday par Gandalf
Le Dôme à Marseille, le 05/02/2016
C'est grâce à une invitation de dernière minute (merci Philippe et François) que j'ai pu revoir le grand Johnny Hallyday, 18 ans après la seule fois où j'avais pu constater sa... La suite

Johnny Hallyday + Yodelice en concert

Johnny Hallyday + Yodelice par Xavier Averlant
Satde Pierre Mauroy, Lille, le 10/10/2015
Non, non c'est pas une blague, on est bien allé voir Johnny Hallyday en live au Stade Pierre Mauroy de Lille et deux soirs de suite en plus ! J'avais toujours été intrigué,... La suite

Johnny Hallyday en concert

Johnny Hallyday par Mcyavell
Le Dôme - Marseille, le 24/10/2009
Une question me taraude depuis des années : ai-je le droit de n'avoir jamais vu Johnny Hallyday ? D'un côté le mythe et la réputation de bête de scène. De l'autre, le fait que ça... La suite

Le Dôme, Marseille : les dernières chroniques concerts

Francis Cabrel en concert

Francis Cabrel par Sami
Dôme, Marseille, le 18/12/2021
C'était la dernière date du "Trobador Tour" de Francis Cabrel dans un Dôme plein à craquer où je n'ai pas mis les pieds depuis longtemps (Joe Bonamassa il y a plus de deux ans).... La suite

James Blunt + Lea Paci en concert

James Blunt + Lea Paci par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 01/03/2020
Que diable allait-il faire dans cette galère ? A peine revenu de vacances et le lendemain d'avoir passé la soirée aux Fils Qui s'Touchent en compagnie de La Noria, me voilà qui me... La suite

-M- Matthieu Chédid en concert

-M- Matthieu Chédid par Clementinasofamosa
Le Dôme, Marseille, le 23/11/2019
Les premiers mots qui me viennent à l'esprit lorsque je repense au concert de -M- sont : "Comment moi -M-isérable -M-élomane, puis-je me faire adopter par la -M-onumentale famille... La suite

Damien Saez en concert

Damien Saez par Kris Tian
Le Dôme, Marseille, le 20/11/2019
En voulant écrire cette chronique je réalise que je n'aurais jamais le phrasé aussi beau que celui de Damien Saez. Je n'ai pas la plume aussi fine, la rime aussi belle qui font de... La suite