Accueil Chronique de concert Johnny Mafia (feat. Johnnie Carwash) + We Hate You Please Die
Jeudi 2 décembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Johnny Mafia (feat. Johnnie Carwash) + We Hate You Please Die

Johnny Mafia (feat. Johnnie Carwash) + We Hate You Please Die en concert

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 6 novembre 2021

Critique écrite le par



Ça aurait pu être un samedi soir un peu morne, voire glauque, de vacances de la Toussaint, et puis grâce aux concerts de Johnny Mafia et We Hate You Please Die à La Coopé, ce 6 novembre s'est transformé en soirée d'anthologie ultra rock and roll. Merci, merci, merci !


We Hate You Please Die

On se doutait que la prestation de We Hate You Please Die en première partie serait bien (on avait vu le percutant groupe rouennais à l'œuvre au Printemps de Bourges et à Rock en Seine, avant The Cure, lors de deux shows bien envoyés), mais on ne s'attendait pas à une telle démonstration de classe et de violence punk ! Dès son arrivée sur scène, le combo mixte (deux mecs, deux meufs, tous en grande forme) fait feu de tout bois pour allumer des incendies partout dans le club de la rue Serge Gainsbourg, bien rempli, et clairement en attente d'un pétage de plombs général. Ce qui tombe bien, on a ici de sérieux clients pour foutre un bordel monstre... Et ouais, emmené par un incroyable chanteur capable de chanter façon punk ou dans un registre presque metal, We Hate You Please Die électrise un peu plus la foule à chaque morceau.



Petit plus, la très bonne bassiste chante également en lead, ce qui permet au titulaire du poste de faire un tour dans la salle pour rendre visite à ses potes de Johnny Mafia, qui headbanguent tous au premier rang. L'ambiance monte doucement mais sûrement dans la salle, car de nombreux morceaux de We Hate You Please Die sont faits de cassure de rythmes et de changements de registre vocal qui rendent fou. Tant et si bien qu'on n'a pas l'impression d'assister à une première partie, mais plutôt au concert d'une tête d'affiche en pleine possession de ses moyens. Le nouvel album du groupe, "Can't Wait To Be Fine", truffé de tubes qui font mal là où ça fait du bien, est présenté avec un aplomb et une énergie qui font plaisir à voir, et à entendre.



Au cas où certains ne seraient pas à fond, le préposé au micro, Raphaël Monteiro, va même jusqu'à faire un petit tour dans la salle, pour vérifier que tout le monde est suffisamment excité. Ce qui a l'air d'être le cas. Cette très bonne ouverture pour Johnny Mafia se termine par le déjà culte titre éponyme "We Hate You Please Die", un tuerie totale hurlée à s'en faire péter les cordes vocales. Bien joué messieurs dames et à bientôt.


Johnny Mafia

Les Johnny Mafia, on les a déjà vus pas mal de fois et à chaque concert ils nous réjouissent encore un peu plus. La dernière fois, lors de la seule petite fenêtre de tir pour les festivals en 2020, ils nous avaient régalé, aussi que tout le public du festival Rock In The Barn, avec un set jouissivement punk et débilos. On s'était retrouvé à mettre des coups de pieds et de poings contre la crash barrière en hurlant, ivre de bière et de rock 'n roll. "Ce soir, ce sera plus soft", se dit-on quand débute le set des quatre sauvageons originaires de la bonne ville de Sens. Et bah finalement, non, les mecs ont encore placé la barre plus haut. Pour plusieurs raisons : leur nouvel album, "Sentimental", est une bombe qui comporte moult munitions explosives à jouer en live, la première partie a bien chauffé le public, les gars sont venus à Clermont avec des potes et de la famille de Sens, ils ont prévu des special guests de choc et ont acquis une cohésion hallucinante sur scène. Oui, ça fait beaucoup !



A propos du groupe, citons déjà le batteur, qui est un authentique sauvage, une brute épaisse, qui défonce tout sur son passage et booste ses collègues, qui n'en demandent pas moins aux guitares (mention au "soliste", qui nous fait tripper avec ses interventions vrillantes), à la basse, au chant et aux chœurs. Tout le monde joue à fond, en s'éclatant à mort, comme si c'était le premier concert que la troupe faisait. Cette énergie positive et cette bonne humeur se propagent dans le public, qui bouge rapidement dans tous les sens. Et comme les Johnny Mafia sont en forme stratosphérique et en parfaite confiance pour promouvoir leur nouvel album (joué en quasi intégralité), ils s'autorisent tout, même un truc qui pourrait éventuellement ruiner leur concert : faire participer leurs potes à leurs ébats scéniques. Et en fait, comme ils ont répété avec eux, ça donne des moments à la fois très marquants et hilarants...



Le premier invité est le guitariste du groupe Johnnie Carwash, présent dans la salle comme spectateur : on lui propose de monter sur scène pour que le chanteur guitariste puisse se concentrer sur son mic' et faire le plus possible le con : organisation d'un wall of death dans la salle, slam avec micro dans la bouche etc. Cette version de Johnny Mafia à cinq est infernale : les tubes "Sleeping" et "Trevor Philippe", déjà imparables à la base, sont propulsés au panthéon du punk pop. Le special guest est ultra bon, joue comme si c'était ses morceaux, et pousse même le vice jusqu'à faire le final du deuxième morceau en tapping, comme sur le disque. Yeah !



Puis, deux autres invités, un chanteur et un bassiste, sont conviés sur les planches, et là on se dit que c'est trop, que ça va être de la merde, et bah non, c'est tout le contraire : le mec au micro s'arrache le larynx à hurler le titre à la perfection, et rend la foule encore plus hystérique. Inutile d'en écrire beaucoup plus : Johnny Mafia en live, ça permet de rajeunir de 15 ans, et personnellement on en a bien besoin en ce moment ! Avant de partir, très en joie, de La Coopé, on félicite chaudement le chanteur et le guitar hero du combo en essayant de les emmener, sans succès, au Bombshell, célèbre boite de nuit locale, où l'on part débriefer ce concert de feu en s'adonnant à des libations plus ou moins excessives en bonne compagnie.

PS : super lumières (+ projections) de Gabin Mayoux !



Photos : Yann Cabello www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...





Liens : www.facebook.com/johnnymafiagroupe, www.facebook.com/whypd, www.facebook.com/johnniebecool, www.lacoope.org








Johnnie Carwash : les dernières chroniques concerts

Johnnie Carwash + Bandit Bandit en concert

Johnnie Carwash + Bandit Bandit par Philippe
Portail Coucou, Salon-de-Provence, le 09/10/2021
La découverte du Portail Coucou, salle historique de Salon-de-Provence, a d'abord été un peu déconcertante. Attendre devant la porte qu'il soit 21 h (heure annoncée du concert),... La suite

Johnny Mafia : les dernières chroniques concerts

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche en concert

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche par Pierre Andrieu
Ferme de Bionval (Ecos), Vexin-sur-Epte, le 12/09/2020
Enorme final le samedi 12 septembre pour l'édition 2020 du festival Rock In The Barn, avec une belle salve de concerts explosifs et réjouissants (par ordre d'apparition) :... La suite

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) en concert

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) par Lionel Degiovanni
Nyon, Suisse, le 25/07/2019
Dead Obies Pour démarrer cette troisième journée, toujours placée sous le signe de la canicule, je découvre Dead Obies. Lors du showcase, je découvre un groupe de rap made in... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia par Philippe
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival... La suite

Johnny Mafia + Brain Zero en concert

Johnny Mafia + Brain Zero par Dissy
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 10/11/2018
Un concert garage au Baraka, ça faisait un petit moment qu'on avait pas vu ça, la programmation étant plutôt tournée sur la pop electro ces derniers temps. Alors quand un des... La suite

We Hate You Please Die : les dernières chroniques concerts

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) en concert

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) par Pierre Andrieu
Bourges, le 20/04/2019
43ème édition sous un soleil estival pour le Printemps de Bourges, qui a une nouvelle fois permis de prendre une grande rasade de concerts marquants. Et en bonne compagnie s'il... La suite

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Natalie Bergman en concert

Natalie Bergman par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 21/11/2021
Dimanche... Comme l'a si bien chanté Bertrand Belin avec les Liminanas, on ne peut pas dire que ce soit la journée la plus facile de la semaine, surtout quand on est au mois de... La suite

Arthur Satan + Bryan's Magic Tears (15 ans de Born Bad Records) + Heimat en concert

Arthur Satan + Bryan's Magic Tears (15 ans de Born Bad Records) + Heimat par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 18/11/2021
Mais c'était quoi cette soirée de déglingos avec Arthur Satan et Bryan's Magic Tears à La Coopé puis avec Heimat dans un squat punk que l'on ne nommera pas ? On s'attendait à... La suite

Thurston Moore Group + Jerusalem In My Heart en concert

Thurston Moore Group + Jerusalem In My Heart par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/11/2021
Ça fait un bail qu'on est fan de Sonic Youth (vu pour la première fois en 1999 au Transbordeur de Lyon puis lors de festivals à Paris, Belfort ou encore Saint-Malo) et de... La suite

Mourn (Festival Europavox 2021 part 2) en concert

Mourn (Festival Europavox 2021 part 2) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 05/10/2021
Pour le premier soir du festival Europavox 2021 part 2 organisé à La Coopé début octobre, les fans d'indie rock et de punk ont droit à un concert gratuit des très remontées... La suite