Accueil Chronique de concert (my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia
Jeudi 13 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

Paloma, Nîmes 1er juin 2019

Critique écrite le par


C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival bucolique pour toutes les Tinalières), n'ont changé autour de la sublime salle Paloma de Nîmes ! On a néanmoins pris le temps avant de revenir, entre autres de ramener l'enfant chez lui (via son diner préféré, bien sûr, celui sur l'autoroute après Arles), mais aussi par exemple, de faire une bonne sieste réparatrice... Tant pis (et désolé) pour les Jim Younger's Spirit, groupe folk psyché sympa de Marseille, qu'on a donc un peu abandonné à cuire au soleil sans nous.


Ce qu'auraient davantage mérité les deux zigues de Rocky Controlo (mais eux jouaient à l'ombre, au patio) : hip hop électro idiot, avec un grosassent gardois, souligné par des déguisements débiles. Mystère de la programmation (très stylée par ailleurs) : un pari perdu ? Des amis à qui faire plaisir peut-être ? C'était sans doute drôle à un certain degré, mais on ne l'a jamais atteint : il a fallu mettre fin de toute urgence à cette purge quand ils se sont mis à brailler du Marc Lavoine. Et non, on ne dira pas quel titre, pour ne pas se faire leur complice et pire, transmettre aux lecteurs un affreux Ohrwurm ("ver d'oreille", c'est de l'allemand, c'est joli comme image non ?). Sortis presque en courant du Paloma, on en profitera pour refaire le plein de manger et de boire : il n'y a pas encore foule à part une petite assemblée assise sous la tente, autour d'un débat intéressant sur la création musicale...


Elles sont bien mimi, les trois japonaises de Shonen Knife, dans leurs robes arty coordonnées. Leur punk-pop ne casse pas trois pattes à un canard mais c'est frais et souriant, peu technique mais assez sautillant, un petit côté Ramones au féminin. Et un petit côté légendaire aussi : 37 ans de carrière (on peut quand même admirer leur état de conservation !), on dit que Kurt Cobain aurait été fan d'elles... Et puis il n'y a rien d'autre à la même heure ! On finit quand même par se lasser un peu et s'éloigner pour blaguer avec les copains/copines marseillais et autres, toujours nombeux à se rassembler ici. A signaler quand même, un triton (!) entendu distinctement et à plusieurs reprises dans une de leurs chansons (et probablement le seul du week-end puisque cette année, il n'y a pas un seul groupe apparenté metal à l'affiche...)


Il ne nous faudra que quelques instants ensuite pour détester Wednesday Campanella, une jeune fille aussi charmante que mal attifée et qui chante, curieusement seule sur scène, paraît-il de la pop japonaise. On a juste entendu une sorte d'électro indigeste... Pas sûr qu'elle fasse 37 ans de carrière, elle ? On trouve refuge quelques minutes au toujours rigolo Sound Truck et son animateur infatigablement crétin en short moulant, un peu caché cette année dans un petit amphi de plein air appelé Le Barrio. Il enchaîne sans vergognes les chenilles et autres macarenas, avec un public, il faut bien l'avouer à Télérama et aux Inrocks, très consentant... Dans le genre ver d'oreille, on est gâtés... On ira donc aussi voir quelques minutes de Mormor, indie pop pas déplaisante avec une très chouette voix (mâle) qui rappelle Martina Topley-Bird. Mais on constate vite que ça ne décolle pas trop, hélas, dans un style souvent ingrat en festival...


Très attendu de nous, le post-punk des irlandais Fontaines D.C., tient en bonne partie ses promesses. S'ils déclaraient être fans de poésie dans Rock'n'Folk, ça ne se voit pas forcément sur scène, même s'ils semblent avoir des textes chiadés : on y comprend pas grand-chose sous l'épais accent irlandais... Ca ressemble largement plus à Idles qu'à Nick Drake ! Par contre en terme de son teigneux et autres attitudes de jeunes merdeux, rien à redire : en particulier le chanteur en chemisette qui en fait des tonnes, petite frappe en cage au regard assassin (à défaut d'être un grand interprète, c'est plutôt du parlé/braillé), est très plaisant à regarder. Et leur show parsemé de tubes vindicatifs et sombres (So Real, Boys in the Better Lands...), finalement écourté de 15 minutes (bande de petits branleurs !) a la durée parfaite pour susciter la frustration ! A voir la poussière soulevée et les crowd-surfeurs réveillés, le contrat est quand même rempli et il y aura une session de rattrapage au patio plus tard, avec de bons échos également...


Patio pris d'assaut à ce moment-là pour voir le mystérieux et très pileux Mick Strauss et son groupe de folk pêchue, mixte, sympa et inspirée. En cohérence avec une quasi-absence sur le web, ici on travaille à l'ancienne, avec des machines analogiques élégantes et des set-lists griffonnées à la main... Pourquoi lui n'est-il pas chiant, avec cet autre style peu festival-compatible ? Mystère, mais ses chansons anglophones retiennent vraiment l'attention. Est-il français, anglais, impossible à dire, il parle parfaitement les deux (et sans accent), on ira pas vérifier puisqu'il cultive le mystère ! En tout cas on passe un très bon moment en sa compagnie.


Le gros fail de la journée pour nous, sera d'avoir fait ensuite la queue pour voir Warm Drag dans un Club bondé : ce duo électro-dark (machine/voix uniquement) qui sonnait pourtant bien en extrait, n'a pas grand intérêt sur scène où il évoque vaguement un Kills du pauvre, avec sa chanteuse vraiment très poseuse. Notons que ça avait l'air de plaire quand même, mais pas à nous...


Les Rinocérôse, longtemps disparus des radars, sont des vieux briscards qui datent de notre époque étudiante (c'est dire !) : ils savent s'y prendre avec roublardise pour enflammer un dance floor : gros riffs de guitares compressée, beats saignants et discoïdes, flute traversière pour la couleur... Et surtout un atout de poids en la personne invitée de Jessie Chaton, fantastique chanteur-miauleur glam (Fancy, General Elektriks) dont les passages sur scène sont clairement les meilleurs moments. Virant finalement à l'électro pure et toujours parfaitement putassière, reconnaissons qu'on s'y laisse volontiers prendre dans un festival et après quelques grands godets de houblon frais : il n'y a plus qu'à se rendre et à danser ! Bonnes sensations aussi avec les Rendez-Vous vus de loin : punk un peu électro ou sombre selon les moments, sympa, belle voix... Ca putasse aussi un peu mais c'est good, et on est de toutes façons déjà un peu haut en niveau de bière... On s'en va avant que l'odeur obsédante de burger qui sort du food truck voisin ne nous fasse faire une coûteuse bêtise.


Car notre plus grand rendez-vous de cette année (vous l'avez ?), c'est Shame, bordel de dieu ! Ces jeunes london lads cumulent en effet tout ce qu'on peut attendre d'un groupe punk mais pas que... Et d'abord d'avoir sorti début 2018 l'un des meilleurs albums du genre depuis des années, Songs of Praise, où l'on croit parfois entendre le fantôme de Joe Strummer... Mais aussi d'aligner un super leader peroxydé, ne sachant idéalement pas chanter autrement que dans le rouge foncé, mais très capable de sauter dans les gens ou de leur marcher dessus, un bassiste survolté, un batteur déchaîné, etc. Et d'avoir en live un son maîtrisé seulement à 75 % (c'est le maximum autorisé dans le genre !), ou encore d'enchaîner les tubes comme des perles : des pics avec le fantastique single Concrete, l'irrésistiblement pop One Rizla, la furibarde Dust on Trial, entrecoupés de temps à peine plus calmes avec les balades toxiques The Lick ou Friction... Et la proprement fantastique Gold Hole pour finir. Rhaâââ quel pied, shake me out ! Ceux-là, c'est sûr, on va les marquer à la culotte...


Voilà qui nous a (r)ouvert l'appétit... Un wrap merveilleusement dégoulinant partagé plus tard, et on atterrit à Prettiest Eyes, trio furieux et un peu dingo de L.A., mais avec des vrais sud-américains dedans. Pas de guitare ici, un batteur-chanteur à la voix hypnotique, une basse et des claviers gourmands, un son qui semble monter constamment en puissance, dans un style globalement indéfini (psyché/garage/disco...juste festif et jouissif, quoi !), mais globalement super efficace. Cerise sur le gâteau, ils réclament (et obtiennent, évidemment) un envahissement total de leur scène à la fin, par de la viande plus ou moins saoûle et donc totalement hors de contrôle... La sécurité sortira sûrement du concert un peu fatiguée mais à part eux, tout le monde y aura passé un excellent moment !


Proprement rincés (de mauvaises langues prétendront le lendemain que j'avais l'air, je cite, "bien guilleret" à ce moment-là), mon amoureuse et moi nous risquons encore quelques chansons à Johnny Mafia - le risque en question étant de choir du balcon ou encore, de se casser la gueule comme une crotte dans l'escalier jaune. Garage ! Pétaradant ! Punk ! Déjà vus ! Assourdissant ! Cool ! Pas trop de subtilité ici, que de l'énergie presque pure, excellents dans leur style, à l'image de leur nom très classieux... Evacuation sanitaire suggérée néanmoins vers 1 h 30, je ne sais plus par qui, le capitaine de soirée ou moi-même. De toutes façons mon stylo est officiellement mort... On a beaucoup reçu certes, mais on a tout donné aussi !


Au final encore une très belle édition de ce festival - on valide définitivement le principe des 3 jours entiers ET du blind pass, ah mais ! Tant que le TINALS aura la sagesse de rester raisonnablement petit (ne pas augmenter sa jauge, ou alors pas de plus de 10 %) et de conserver tout ce qui fait son charme (programmation hyper-pointue, aménagements écolo, jeux, animations, etc), on en restera des fans absolus. Juste un truc décevant en 2019 mais facilement rattrapable : même avec la vaillante chorale qui bouche les trous ici ou là, il n'y a vraiment plus assez de concerts dans l'après-midi...

Alors que rien qu'à Marseille autour de notre festival La Rue du Rock, on a des dizaines de "petits" groupes valeureux et pas chers à proposer, et qui seraient ravis de venir ! Mais pour le reste, ne changez rien, les gardenaous, et à l'an prochain, sans fautes.
Longue vie à TINALS !

A lire également sur Concertandco, les chroniques de précédentes journées à TINALS : 2018, 2017, 2016 & 2015 !

This Is Not A Love Song Festival : les dernières chroniques concerts

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Samedi 1er juin, minuit, Nîmes, la dernière journée de TINALS 2019 touche à sa fin et l'on commence à être passablement chaud (on vient de s'enquiller cul sec Fontaines... La suite

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Bien mis en jambes par le set explosif de Fontaines D.C., qui lance parfaitement le dernier jour de TINALS sur la scène extérieure Mosquito, on arrive à température idéale... La suite

Low (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Low (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Au milieu d'une programmation de haut vol lors du dernier jour de TINALS (Fontaines D.C., Warm Drag, Rendez-Vous, Shame, Prettiest Eyes et Johnny Mafia), le cultissime... La suite

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Déjà vu en pleine possession de ses moyens à La Coopé en octobre 2018, c'est à dire bien en amont de la sortie de "Dogrel", son premier album en forme de gifle indie rock... La suite

Fontaines D.C. : les dernières chroniques concerts

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) en concert

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 15/08/2019
Chaude (surtout le jeudi) et humide (le vendredi et le samedi) La Route du Rock Collection Été numéro 29, avec comme tous les ans une prog bien au-dessus de la moyenne dans... La suite

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Déjà vu en pleine possession de ses moyens à La Coopé en octobre 2018, c'est à dire bien en amont de la sortie de "Dogrel", son premier album en forme de gifle indie rock... La suite

Fontaines D.C. (Europaclub) en concert

Fontaines D.C. (Europaclub) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 30/10/2018
Après un ignoble week-end passé dans un brouillard à couper au couteau puis de massives chutes de neige en altitude pour débuter la semaine, inutile de dire qu'on est ravi de... La suite

Johnny Mafia : les dernières chroniques concerts

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) en concert

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) par Lionel Degiovanni
Nyon, Suisse, le 25/07/2019
Dead Obies Pour démarrer cette troisième journée, toujours placée sous le signe de la canicule, je découvre Dead Obies. Lors du showcase, je découvre un groupe de rap made in... La suite

Johnny Mafia + Brain Zero en concert

Johnny Mafia + Brain Zero par Dissy
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 10/11/2018
Un concert garage au Baraka, ça faisait un petit moment qu'on avait pas vu ça, la programmation étant plutôt tournée sur la pop electro ces derniers temps. Alors quand un des... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 08/07/2017
Devenir un vieil Eurockéen ? Ce n'est pas être vieux et aller encore au festival, non, c'est juste faire le constat que d'y aller pour la 24 ième p...n d'année d'affilée, donne... La suite

Johnny Mafia + The Rainbones en concert

Johnny Mafia + The Rainbones par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 22/03/2017
Très bonne soirée découverte à La Coopé, avec des concerts de The Rainbones et Johnny Mafia, deux groupes invités par La Vapeur de Dijon dans le cadre d'un échange de bons procédés... La suite

Prettiest Eyes : les dernières chroniques concerts

LIFE + Prettiest Eyes + Working Men's Club + The Proper Ornaments + The Wants (La Route du Rock Collection Hiver 2020) en concert

LIFE + Prettiest Eyes + Working Men's Club + The Proper Ornaments + The Wants (La Route du Rock Collection Hiver 2020) par Pierre Andrieu
La Nouvelle Vague, Saint-Malo, le 07/03/2020
Dernier jour pour La Route du Rock Collection Hiver 2020, avec encore une fois une prog de dingue à La Nouvelle Vague de Saint-Malo le samedi 7 mars : The Proper Ornaments,... La suite

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 28/07/2019
Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait... La suite

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 27/07/2019
Après une première journée de fort bon aloi (c'est un euphémisme, c'était gé - nial comme entrée en matière !) au Binic Folks Blues Festival 2019, on poursuit nos... La suite

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Samedi 1er juin, minuit, Nîmes, la dernière journée de TINALS 2019 touche à sa fin et l'on commence à être passablement chaud (on vient de s'enquiller cul sec Fontaines... La suite

Rendez-Vous : les dernières chroniques concerts

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) en concert

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) par Pierre Andrieu
Bourges, le 20/04/2019
43ème édition sous un soleil estival pour le Printemps de Bourges, qui a une nouvelle fois permis de prendre une grande rasade de concerts marquants. Et en bonne compagnie s'il... La suite

Rendez-Vous en concert

Rendez-Vous par lol
La Gaité Lyrique, Paris, le 05/04/2019
C'est une salle de la Gaité Lyrique "sold out" depuis plusieurs semaines qui attendait avec beaucoup d'impatience, de curiosité et de chaleur le nouveau concert parisien de... La suite

Rendez-Vous + Marble Arch en concert

Rendez-Vous + Marble Arch par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 13/03/2019
Mercredi 13 Mars 2019, 20 heures 30, pas grand monde à La Coopé... On ne peut pas dire que la foule des grands jours se soit déplacée pour l'affiche proposée, pourtant excellente... La suite

Rendez-Vous + Balladur en concert

Rendez-Vous + Balladur par Cathy Ville
Le Transbordeur - Villeurbanne, le 13/02/2019
Gros dilemme en ce mercredi 13 février : deux excellents concerts dans deux styles différents se déroulant à Lyon, j'ai dû faire un choix difficile entre Brendan Perry au Ninkasi... La suite

Shame : les dernières chroniques concerts

Shame + Sorry en concert

Shame + Sorry par vince-o-matic
Elysée Montmartre, Paris, le 14/12/2018
Une déflagration de pur brit rock administrée par les petits brixtoniens de Shame mi-décembre à l'Elysée-Montmartre. Mon pote Didier, chanteur des Whodunit, et ma copine Zaza... La suite

Shame en concert

Shame par lol
Elysée Montmartre, Paris, le 14/12/2018
C'est sur la foi de la video d'un extrait d'une prestation live volcanique sur Youtube et de plusieurs chroniques issues de ce site vantant les mérites de ce tout jeune groupe... La suite

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground  (La Route du Rock 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 17/08/2018
Après une première soirée de fort bon aloi à La Nouvelle Vague de Saint-Malo en compagnie de Marlon Williams, Ezra Furman et The KVB, c'est avec une joie non dissimulée que... La suite

Interview avec le groupe Shame pour la sortie de son premier album, Songs of Praise en concert

Interview avec le groupe Shame pour la sortie de son premier album, Songs of Praise par Pierre Andrieu
Seattle, USA, le 17/05/2018
Difficile à joindre à cause de son énorme tournée mondiale, qui fait de généreuses étapes en Australie et aux Etats-Unis avant de revenir en Europe, le surbooké groupe anglais... La suite

Warm Drag : les dernières chroniques concerts

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Bien mis en jambes par le set explosif de Fontaines D.C., qui lance parfaitement le dernier jour de TINALS sur la scène extérieure Mosquito, on arrive à température idéale... La suite

Paloma, Nîmes : les dernières chroniques concerts

The inspector Cluzo en concert

The inspector Cluzo par Lionel Degiovanni
Paloma, Nîmes, le 08/02/2020
Ce soir, direction la salle de Paloma à Nîmes pour voir un groupe que j'avais déjà vu en live. Mais pour ce soir, l'ambiance ne sera pas rock and roll mais plutôt acoustique. (Mais... La suite

Cocoon + Lola Marsh en concert

Cocoon + Lola Marsh par Lionel DEGIOVANNI
Paloma, Nîmes, le 16/01/2020
Départ ce soir pour le concert de Cocoon, qui se fait attendre ici depuis plusieurs années... Groupe recomposé ou plutôt, devrai-je dire seulement composé de Mark Daumail, son ex... La suite

Vanessa Paradis + Verdée en concert

Vanessa Paradis + Verdée par lionel
Paloma, Nîmes, le 19/12/2019
Pour cette soirée-là, pas de possibilité de faire des photos mais Paloma m'a quand même invité pour pouvoir assister à ce concert. Je tiens à remercier encore une fois Nicolas pour... La suite

Skip The Use + La Pieta  en concert

Skip The Use + La Pieta par lionel
Paloma, Nîmes, le 29/11/2019
Ce soir, retour dans une salle de concert bien agréable : Paloma à Nîmes. Avant le concert, la chorale de Paloma faisait un petit récital bien sympa dans la partie centrale... La suite