Accueil Chronique de concert Katel + Babet
Lundi 21 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Katel + Babet

Katel + Babet en concert

Le Sentier des Halles - Paris 16 Juin 2010

Critique écrite le par

Radio Neo, une radios des plus intéressantes pour qui aime découvrir les nouveaux talents, a invité Katel et Babet pour une session Live enregistrée au Sentier des Halles. Un co-plateau surprenant car les deux univers des artistes sont franchement yin et yang: autant Katel a un tempérament solaire que Babet reflète l'aspect lunaire de la féminité. Intéressant pari.



Katel est à présent un groupe de quatre complices volcaniques. Ils ont la simplicité des sages et le talent des plus grands. Et vont nous offrir ce qui à mon avis est le meilleur set des quatre vus ces derniers mois.
Ils plantent le décor avec "Tombée de l'escalier", riche en évocation, où Karen attaque presque à capella. Un synthé évoque l'orgue d'une chapelle désertée. Ambiance. Grand Messe, Enterrement ou Mariage? Un peu des trois, en fait. Comprenne qui peut.



C'est la cythare noire qui prend la relève dans une jolie introduction à la ballade picaresque que nous offre "Decorum". Les trois musiciens (Charles-Antoine Hurel à la batterie, Julien Grasset à la basse, Nicolas Marsanne à la basse) se joignent à la danse, et c'est parti pour une heure de set torride.
Pas de clim, les gens collés à la scène comme attirés par un aimant. Autant dire que pour photographier, c'est l'enfer. Et histoire d'en rajouter Katel réclame à l'ingé du rouge... Les meilleures conditions réunies pour bien bosser donc... Mais qu'à cela ne tienne!
Je veux capter l'énergie qui se dégage et je suis ravie. Nicolas se lâche sur les morceaux plus rock tels que "One Day", "La vieille" "Le chant du cygne" et même "Human Behaviour" de Björk se teinte de rouge et noir.



Julien ajoute par son toucher un côté groovy délicieux, et Charles-Antoine envoie le bois. La pièce est gorgé de chaleur et de vie, c'est limite étouffant et le public est hyper réceptif, visiblement feinté lui aussi. Même sur les titres les plus calmes il se passe quelque chose, il suffit de regarder Charles-Antoine chanter pour lui-même, les bras croisés, les yeux rivés sur Katel pour être touché par ce qui lie ces quatre musiciens. C'est de l'ordre de la communion. C'est juste beau. Et un rare privilège de le partager avec eux. J'ai un faible pour "Les parfums d'été" qu'on ne peut lire qu'au second degré et qui conclut habilement l'album, ainsi que le concert, en véritable point d'orgue qui synthétise le tout.
Au rappel, Katel invite les Skips pour "Escher" et reprend "Raides à la ville" qui au son du tambour nous dresse pour le combat...
Le public en veut encore, mais changement de set.



De l'air de l'air. Je m'enfuis dans la rue, ne fut-ce que pour sécher...
Au deuxième round l'assistance s'est clairsemée. 23h30, les fourmis sont allées se coucher, ou n'ont pas pu imaginer un deuxième set dans la fournaise.

Je m'attendais à un set acoustique: tout faux. Babet est entourée de Stephan Bertholio (Dionysos & Corleone) que je viens de croiser au Lounge de Marseille et qui ce soir est à la basse, Octavio Angarita au Violoncelle et Sylvain au piano.



L'atmosphère est très décontractée voire bon enfant, à l'image de Babet qui semble marcher sur un nuage. Elle porte une tenue claire, estivale. La transition est radicale. Limite violente. Il va me falloir quelques titres pour rentrer l'ambiance et redescendre dans le jardin de Babet. Les trois premiers titres ("Piano-Monstre", "Je pense à vous" et "London inédite") me passent à côté.



Je manque d'attention. Je décide de me poser et ne plus photographier (d'où le manque de variété dans mes clichés) car mon appareil est bruyant et je n'entends que lui. Et pour le coup, j'ai bien fait. Je me laisse séduire par "Le Bel été", emporter par "Le Marin".



L'univers acidulé de Babet exige que l'on s'attarde et laisse le charme opérer en toute confiance. Même les maladresses passent en douceur. Le public est souriant, apaisé. On finira assis sur la moquette. Les titres ont une fraîcheur préservée, délicate, fragile.
Son set finit fort tardivement, je pense déjà à le revoir dans de meilleures conditions.



Babet et Katel seront présentes aux Francofolies de la Rochelle, allez les voir, et écouter ce qu'il y a de meilleur sur la scène française d'aujourd'hui: le programme est féerique! Et l'océan sera à deux pas....

Bel été à vous.

Babet : les dernières chroniques concerts

Babet en concert

Babet par Ysabel
Cargo de Nuit Arles, le 05/11/2010
De retour au Cargo de nuit pour partir à la rencontre de Babet. Le Cargo c'est toujours un plaisir ... Ce n'est pas faute de le dire !! Et pourtant, il n'était pas rempli samedi... La suite

Babet en concert

Babet par Vand
Poste à Galène - Marseille, le 04/11/2010
Autant l'avouer de suite : je me suis pointé au Poste à Galène par pure curiosité ! J'avais été enchanté par un sublime concert de Dionysos au Dôme (pléonasme d'après ceux... La suite

Nicolas Jules + Oshen + Babet par julyzz
Café de la Danse-Paris, le 16/02/2008
Et c'est parti pour l'acte 6 d' Ouvrez les Guillemets Le festival de découverte de jeunes talents du Café de la Danse est vraiment de qualité. La règle : un set de 45 minutes par artiste en solo avec son instrument Ce soir nous avons l'honneur d'accueillir Nicolas Jules, Oshen et Babet Ambiance intimiste avec tapis au sol et décor comme... La suite

Babet par Simon Pégurier
Le Mas des Escaravatiers - Puget sur Argens, le 11/08/2007
Jean Louis Murat le dit : la robe rouge de PJ Harvey est la preuve de l'existence de Dieu. Je pourrai ajouter aussi la robe rouge de Babet. En effet Babet c'est un mystère ! La violoniste de Dionysos n'est pas foncièrement belle, ces chansons solo ne sont pas particulièrement accrocheuses et pourtant.... Et oui pourtant on craque, peut être parce... La suite

Katel : les dernières chroniques concerts

Katel + Diane Sorel en concert

Katel + Diane Sorel par Lartsenic
Les Traois Baudets, Paris, le 20/09/2015
Tout vient à temps qui peut attendre... Je me souviens d'une longue conversation avec Diane Sorel en backstage, il y a quatre ans de cela, un beau soir de mai. Nous parlions du... La suite

Katel en concert

Katel par Lartsenic
Le Pédiluve - Châtenay-Malabry, le 25/10/2012
En résidence au Pédiluve de Châtenay-Malabry pour plusieurs semaines, Katel nous a présenté jeudi soir les fruits de sa collaboration avec Skye, Claire Joseph, Nathalie Réaux... La suite

Katel + Lou en concert

Katel + Lou par lartsenic
Café de la danse, Paris, le 10/05/2016
Lou, je ne l'avais jamais encore vue sur scène. J'avais écouté in extenso ce qui était disponible sur le net, goûté à sa plume tremblante. L'album Après, on verra m'avait plu,... La suite

Katel en concert

Katel par Pirlouiiiit
Fleche d'Or - Paris, le 18/11/2005
La Flèche d'or qui a parait il fraîchement re-ouvert a tout pour plaire ... du moins la salle car le service de sécurité est plutôt sec et donne l'impression de filtrer (Les... La suite

Le Sentier des Halles - Paris : les dernières chroniques concerts

Fills Monkey en concert

Fills Monkey par Julyzz
Le Sentier des Halles - Paris, le 05/02/2013
Pas facile de faire une chronique sur le incredible drum show, mené tambour battant par le duo Yann Coste et Sébastien Rambaud. La seule chose qu'on aimerait en dire serait... La suite

FM Laeti en concert

FM Laeti par Eddie
Sentier des Halles, Paris, le 24/05/2011
FM Laeti au Sentier des Halles le 24 mai dernier, une jolie découverte... FM Laeti et ses musiciens ont envouté les spectateurs du Sentier des Halles mardi dernier, par... La suite

Interview d'<i>Arnold Turboust</i> en concert

Interview d'Arnold Turboust par Floribur
Paris, Sentier des Halles, le 28/02/2011
Quelques heures avant son concert de présentation de son nouvel album, au Sentier des Halles, "l'élancélégant" Arnold Turboust me recevait très simplement, afin de répondre à mes... La suite

Arnold Turboust en concert

Arnold Turboust par Floribur
Paris, Sentier des Halles, le 09/12/2010
Épatant, épatant, épatant... et très convaincant ! Arnold Turboust chantant derrière son piano droit et ponctuellement un vieil orgue électronique, simplement accompagné par deux... La suite