Accueil Chronique de concert Nick Cave & The Bad Seeds
Dimanche 23 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Nick Cave & The Bad Seeds

Villeurbanne Le Transbordeur 8 juin 2001

Critique écrite le par

La première partie ayant joué vers 20 h alors que le début du concert était annoncé à 20h30, je n'ai pas pu voir à quoi ça ressemblait... La moindre des politesses - pour la première partie et pour le public -, serait de commencer à l'heure imprimée sur le billet. A part ça, le Transbordeur est une très belle salle - assez récente - mais curieusement, alors que le bar est climatisé, la salle n'a droit qu'à une très légère aération : le concert étant complet, on se retrouve dans un sauna, obligé d'aller se rafraîchir au bar. C'est du bizness : économies sur la clim + ventes supplémentaires de boissons = $$$$$

Nick Cave et ses fidèles Bad Seeds arrivent tout de noir vêtus : on dirait une bande de gangsters aux mines patibulaires. Nick Cave, avec sa cravate et sa démarche particulière, entonne l'enlevée "Do you love me", une chanson du dernier album, puis "Lime tree arbour" : en deux chansons, il a fait étalage de tout son talent de songwriter et de performer. L'ambiance du Transbordeur et les lumières rappellent un vieux club de jazz-blues enfumé : c'est idéal pour Nick, qui ne goûte que très peu les ambiances festivalières ensoleillées (et inattentives).



Au cours du concert, les titres rock rapides et les ballades au piano se succèdent, ainsi tout le monde est content et personne ne s'ennuie. Nick Cave et ses Bad Seeds sont aussi à l'aise dans les deux registres : la magnifique et puissante "Into my arms" émeut, "Papa won't let you Henry" provoque carrément un stage diving... Le chant de Nick n'a jamais été aussi convaincant : il joue "No more shall we part" avec un douce voix, assis au piano, puis un peu plus tard, il pousse des hurlements en arpentant la scène comme un lion en cage. Il est assez jubilatoire de voir un chanteur en costard-cravate se déchaîner de la sorte !
Le public est très réceptif et attentif, il encourage le groupe et demande ses morceaux préférés entre les chansons. Sur les titres les plus calmes et les plus prenants, le recueillement du public est remarquable : on se croirait presque dans une église. La religion est un des thèmes du dernier album, les mots "Lord", "Hallelujah" et "God" reviennent très souvent dans les paroles des nouvelles chansons : "God is in the house" est une des grandes réussites et lors de son interprétation, on est pétrifié par l'émotion. Cette fascination-répulsion pour la Bible le rapproche du génial chanteur de country-folk Johnny Cash qui, sur son dernier disque "American recording 3 : solitary man", reprend "The mercy seat" dans une version épurée : cette reprise a dû enchanter Nick qui avait repris "The singer" de Cash sur "Kicking against the pricks". Un retour d'ascenseur en quelque sorte. La version délivrée par le groupe ce soir m'a littéralement cloué au sol : toutes guitares et violon dehors, les Bad Seeds ont magnifié cette chanson d'anthologie.
Les Bad Seeds sont globalement assez effacés et peu démonstratifs (à part le surrexité violoniste hirsute) mais ils sont bien présents musicalement et leur contribution est absolument primordiale. Mick Harvey et Blixa Bargeld, les deux guitaristes postés de chaque côté de la scène, ont fait étalage de leurs registres très étendus pour créer de multiples ambiances. Nick Cave n'oubliera pas de présenter et de remercier chaleureusement les membres du groupe : l'ingratitude ne fait pas partie de son registre.

Nous aurons droit à deux rappels réclamés longuement et bruyamment par une foule en délire, au cours desquels le premier morceau joué par les Bad Seeds est interprété dans une version bordélique, déstructurée mais convaincante, puis lors du dernier rappel, ils interprètent "The curse of Milheaven", une superbe chanson de "Murder ballads" dont Nick a oublié les paroles. Jean-Phi, un roadie français, se verra offrir sa première apparition sur scène avec une pancarte où figure le texte de la chanson. Malgré, ce petit handicap, Nick livre un version musclée et réussie de ce titre. Le refrain, à base de "la la la", se termine par un "We all got to die". Sacré Nick, toujours le mot pour rire : ce n'est pas très gentil de nous rappeler ça alors qu'on passe une aussi bonne soirée. Toutefois, si on doit tous mourir autant que ça soit après avoir assisté à un concert envoûtant comme celui-ci ; Nick Cave a vraiment sorti le grand jeu afin de rendre 1600 personnes heureuses...

Nick Cave & The Bad Seeds : les dernières chroniques concerts

Nick Cave et Warren Ellis en concert

Nick Cave et Warren Ellis par lol
Salle Pleyel, Paris, le 12/10/2021
En octobre 2017, pour accompagner la sortie de l'austère album "Skeleton tree", Nick Cave et ses Bad Seeds avaient donné, pour leur dernière visite parisienne, un concert... La suite

Nick Cave & The Bad Seeds + Shilpa Ray + Les Colettes en concert

Nick Cave & The Bad Seeds + Shilpa Ray + Les Colettes par Pierre Andrieu
Le Zénith, Paris, le 19/11/2013
Enormissime concert de Nick Cave & The Bad Seeds au Zénith de Paris le 19 novembre 2013 ! Pas du tout rassasié par la - très bonne mais trop juste niveau temps - dose fournie à... La suite

Nick Cave & the Bad Seeds en concert

Nick Cave & the Bad Seeds par lol
Zénith, Paris, le 19/11/2013
On avait laissé Nick Cave et ses Bad Seeds en février dernier après un concert au Trianon de Paris, à l'occasion de la sortie de l'album Push the sky away et du démarrage de la... La suite

Nick Cave & The Bad Seeds + Jacco Gardner + Moon Duo + Local Natives + Iceage (La Route du Rock collection été 2013)  en concert

Nick Cave & The Bad Seeds + Jacco Gardner + Moon Duo + Local Natives + Iceage (La Route du Rock collection été 2013) par pierre
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 15/08/2013
Edition 2013 très réussie pour la Route du Rock, qui a encore une fois permis de passer trois jours paradisiaques au Fort de Saint Père et dans la région de Saint-Malo !... La suite

Villeurbanne Le Transbordeur : les dernières chroniques concerts

Flèche Love en concert

Flèche Love par cathy
Club Transbo - Villeurbanne, le 21/12/2019
En ce dernier week end avant les fêtes de fin d'année, samedi 21 décembre, l'association Mediatone propose un plateau exclusivement féminin avec trois artistes aux styles... La suite

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) en concert

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) par Kx Santos
Transbordeur, Lyon, le 08/03/2019
Deuxième jour, ce vendredi 8 Mars, au Transbordeur, pour la troisième édition du Festival Transfer. La soirée démarre aux alentours de 20h et se poursuivra assez tardivement... La suite

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) en concert

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) par Dissy
Transbordeur - Villeurbanne, le 09/03/2019
Quoi de mieux qu'un festival de musique indé pour faire passer un week-end hivernal un peu trop maussade. Le Festival Transfer revient cette année pour une troisième édition,... La suite

Rendez-Vous + Balladur en concert

Rendez-Vous + Balladur par Cathy Ville
Le Transbordeur - Villeurbanne, le 13/02/2019
Gros dilemme en ce mercredi 13 février : deux excellents concerts dans deux styles différents se déroulant à Lyon, j'ai dû faire un choix difficile entre Brendan Perry au Ninkasi... La suite