Accueil Chronique de concert Phoenix + Moodoïd
Dimanche 24 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Phoenix + Moodoïd

Phoenix + Moodoïd en concert

Le Silo, Marseille 13 Février 2014

Critique écrite le par

Ça avait été un des plus gros "fails" de l'automne dernier. Dans un Dôme peu rempli, quarante minute après que la première partie Suuns ait terminé son set au son éprouvant, on nous annonça que le concert de Phoenix était reporté pour cause d'extinction de voix. On s'amusera qu'il soit reprogrammé au Silo le soir où devait se produire Carla Bruni, et quelque part en se disant que vu l'acoustique du Dôme c'était peut être un mal pour un bien de retrouver les Versaillais dans cette salle dernier cri où je ne me rendais que pour la deuxième fois. Un meilleur son à priori et une salle qui affiche quasi complet, tant mieux pour l'ambiance qui s'annonce tout autre.



En première partie ce sera d'autres Français, Moodoïd. Ils n'ont seulement sorti qu'un EP l'an dernier mais leur leader n'est pas tout à fait inconnu de nos services puisqu'on l'avait vu il y a quelques mois au poste à galène tenir la guitare au sein de Melody's Echo Chamber. Un choix audacieux comme ouverture, leur musique étant assez éloignée de la ligne claire des têtes d'affiche.



Ils jouent un rock chanté en français, qui doit autant au psychédélisme qu'au progressif, avec un chant un peu traînard (on pense parfois à Christophe ou plus proche de nous François & Atlas Mountains), une guitare très bavarde soutenue par des synthés rêveurs et deux batteries.

C'est parfois déroutant mais avec du style et de bonnes idées, et deux morceaux assez accrocheurs, le bien nommé "De folie pure" et le single "Je suis la montagne". A revoir dans une salle plus intimiste pour voir comment ce projet va évoluer.



Comme la dernière fois au Dôme, la sélection d'attente jouée dans les enceintes est de bon goût, du "Raspberry Beret" de Prince à l'encore peu connu Mac DeMarco. Et ce soir pas de mauvaise surprise, Phoenix sont bel et bien sur scène pour le plus grand plaisir d'une salle tout acquise.



Ce sera l'occasion pour quelques uns dont votre rédacteur de réévaluer "Bankrupt!" leur dernier album en date, nettement moins apprécié que le précédent. D'entrée ils attaquent avec le single "Entertainment" et la machine à tubes est lancée avec une alternance de hits plus ou moins récents, en balayant la plupart des albums.



Comme pour leur concert au Gaou en 2010, ils font l'impasse sur mon album préféré, le semble t-il mal-aimé "Alphabetical", dommage.



Mais ils en ont tellement sous le capot que c'est une complainte vite oubliée. Suivent donc "Lasso", "Liztomania" (première grosse ovation), "Long distance call", un mix du classique "Too Young" avec "Girlfriend", "Fences" et "Trying to be cool".



Autant dire une bonne demi heure menée tambour battant, sans temps mort, d'une efficacité redoutable. La suite est rythmiquement plus inégale, "Chloroform" et "The real thing" n'ont pas le souffle et la pêche des précédents.



Vient ensuite le moment planant du concert avec un mix de leurs plages presque tout instrumentales "Love like a sunset" et "Bankrupt". Pas déplaisant mais on est content d'enchaîner après avec "Consolation prizes", "SOS in Bel Air" et "Armistice" qui réveillent la foule.



Ils quittent la scène sur l'excellent "1901" avant un rappel qui va un peu faire la synthèse des variations du concert. Pour la ballade "Countdown" ce sera juste Thomas et le guitariste Chris qui seront là, avec de beaux moments d'épure.



Les vieux fans sont ravis de se déhancher sur "If I ever feel better" couplé avec le toujours jouisseur "Funky Squaredance". Pour "Rome", Thomas va aller beaucoup plus loin que les premiers rangs auxquels il s'est régulièrement rendu.



Le câble rouge de son micro est tellement long qu'il lui permet d'atteindre un des balcons, et de finir en slam porté par ses fans. Le groupe quitte définitivement les lieux bouclant la boucle avec "Entertainment" en version instrumentale, clôturant avec succès une bien belle soirée.

> Réponse le 15 février 2014, par Novalisse

Love Like A Sunset et un des passages préféré du concert, les grosses basses, grosse tensions,dommage pour Alphabetical !!  Réagir


Moodoïd : les dernières chroniques concerts

Phoenix + Moodoid en concert

Phoenix + Moodoid par Jean Marc
Paris, Palais des Sports, le 08/02/2014
Une vraie bonne surprise ce concert ! Je ne parle pas du groupe en première partie (Moodoid), qui est carrément à oublier, mais de la prestation de Phoenix au Palais des... La suite

Phoenix : les dernières chroniques concerts

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 19/08/2018
Dernière salve de concerts pour la collection été 2018 de La Route du Rock, le "plus petit des grand festivals" (selon l'édito du programme officiel de cette édition), avec de... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 09/07/2017
Le samedi, c'était par ici ! Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir... La suite

Le Silo, Marseille : les dernières chroniques concerts

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par Moog Arnoux
Le Silo - Marseille, le 13/12/2019
Bonjour. Vendredi 13 décembre 2019 je suis allée au concert de Philippe Katerine et je suis mandatée pour écrire une chronique. Je ne me sens pas d'écrire ça hors l'abyssal... La suite

Max & Igor Cavalera en concert

Max & Igor Cavalera par Rich
Le Silo - Marseille, le 03/12/2019
Les frères Cavalera étaient de passage à Marseille ce mardi 3 décembre dans le cadre de leur tournée "Beneath/Arise", 2 albums cultes de leur ancien groupe Sepultura dont il furent... La suite

Oxmo Puccino + Col En Fleurs en concert

Oxmo Puccino + Col En Fleurs par Sami
Le Cepac Silo, Marseille, le 27/11/2019
Coïncidence ou pas, cette semaine est placée sur le rap des années 90 avec la sortie d'un album d'IAM (dont le concert au Silo prévu en mars est déjà complet), les adieux de... La suite

Joey Starr en concert

Joey Starr par Agent Massy
le Silo, Marseille, le 19/03/2019
Il s'agit d'un one-man show avec un pupitre et un canapé club sur scène. Public assez homogène, blanc, classe moyenne supérieure, 40 ans. Il s'agit de dire des textes classiques... La suite