Accueil Chronique de concert PJ Harvey
Dimanche 14 juillet 2024 : 6298 concerts, 27137 chroniques de concert, 5414 critiques d'album.

Chronique de Concert

PJ Harvey

PJ Harvey en concert

Olympia, Paris 25 février 2011

Critique écrite le par


Seule la fréquentation régulière de la page d'accueil de Concertandco nous a permis d'être au bon endroit et au bon moment, à savoir devant notre écran pendant les quelques heures où s'arrachèrent, il y a déjà plusieurs mois, les billets d'un concert qu'on devinait d'exception : PJ Harvey à l'Olympia ! Des mois déjà qu'on vérifie régulièrement qu'on a toujours les précieux billets qui nous permettront enfin une deuxième rencontre avec l'elfe anglais. De la première, il y a presque 7 ans aux Eurockéennes, on garde un souvenir flou mais enchanteur : un de ces concerts suite auxquels l'idée de mourir un jour paraît, déjà, un peu moins pénible.


Autre impression (très bien retranscrite par Luz dans son Claudiquant sur le dance floor à l'époque), celle qu'elle ne chantait que pour soi, faisant disparaître l'ensemble des autres spectateurs. Pour vérifier que c'est toujours le cas, le petit inconvénient de devoir se présenter à 20 h devant une salle de concert à respectivement 500, 600 et 850 km de chez nous, est donc largement accessoire... Tout comme le fait que ses deux derniers albums, certes très réussis, ne nous aient pas autant troublé que le merveilleux White Chalk de 2007, ni que les 3 ou 4 albums majeurs qu'elle a fait encore auparavant.


Le concert commence sur l'inévitable Let England Shake, annonçant le sujet de tout l'album. Comme attendu d'après toutes ses photos récentes, la miss porte des plumes noirs sur la tête et un peu partout ailleurs, et se cramponne à l'autoharpe qui est sa nouvelle passion instrumentale. Par ailleurs le groupe, très élégant mais un peu effacé au long du concert, ne joue pas très fort ; PJ Harvey ne quittera pratiquement pas le micro avant gauche (de notre côté donc, coup de bol, mais dommage pour les autres !), au risque de donner l'impression de ne pas vraiment faire corps avec ses musiciens, qui l'accompagnent pourtant depuis des années. Il est vrai que sa voix d'exception attire immanquablement le regard sur elle.


La suite (The Words that maketh murder) confirme qu'on est bien là ce soir pour défendre cette dernière galette : il sera joué en quasi (?) intégralité, avec des fortunes diverses à notre goût selon que la voix est trop trafiquée, ou pas. On préfèrera ainsi la voix plus naturelle All & Everyone (malgré un son de cuivre joué un peu chichement au synthétiseur), à la voix trop "glossy" de Written on the Forehead (désolé, pas trouvé de meilleure image, pour cet effet vocal agaçant qui court sur une bonne partie de l'album) - appuyée sur ses trois voix mâles, la chanson ne donne pas trop mal quand même.


Réussie aussi, In the Dark Places où elle prend enfin une guitare. Avant un envol vocal sur The Devil, issu de White Chalk, tandis que les choeurs mâles planent un peu moins élégamment. [Le Diable inspire décidément les chanteuses, à en voir la version tout aussi bouleversante, dans un autre style, que vient d'écrire par ailleurs Anna Calvi]. Le premier climax du concert arrive avec l'inoubliable The River, suivi par la pétaradante The Sky Lit Up, pour laquelle le groupe est à peine assez incisif : les fans de la première heure sont néanmoins ravis de ces "vieilleries" du siècle dernier !


Retour à The Glorious Land, l'un des meilleurs titres à notre goût du dernier opus, où la voix se fait vibrante et touchante, sur fond de trompette de cavalerie : Polly Jean se dandine un peu comiquement en honorant sa belle guitare blanche, tout comme sur la plus plan-plan The Last Living Rose. Tant qu'on y est, enchaînons avec la déglinguée et (donc) plus intéressante England, commencée seule à la guitare, et qui continue à monter sur Bitter Branches, trompe-l'oeil en rock pjharvesque old school qui avait fuité en premier sur le net, et très classieuse sur scène.


Mais pas tant, à notre goût, qu'une incursion dans notre album préféré : excellente Down by the Water, suivi de Come on Billy (exécutée à l'autoharpe) : eut-elle enchaîné avec To bring you my Love, que nous nous fûmes arraché le coeur pour aller le lui offrir, sanguinolent et encore palpitant... Mais nous eûmes à la place Hanging in the Wire, nettement plus anodine. Avant un redécollage dans l'ultra casse-gueule mais maîtrisée On Battleship Hills, où la belle gazouille avec aisance tandis que Mick Harvey ajoute son organe grave (un peu trop en avant), dans un duo tout de même très entraînant.


Suit un autre "vieux" titre très rock (non identifié) qui met une grosse ambiance dans le public malgré le retour de l'effet glossy sur la voix, curieusement enchaîné avac la balade folk où Mick Harvey tient la vedette, The Color of the Earth, et le groupe s'en va déjà de scène après un salut, ce que le public refusera bien sûr avec une belle unanimité. Le public parisien n'est certes pas aussi blasé qu'on le dit souvent... Quoiqu'au nombre de marseillais, strasbourgeois, clermontois et autres lyonnais amiEs qu'a croisé l'auteur de cette chronique, on peut se demander si c'était vraiment un public "parisien". Nous en avons même fait l'hypothèse que cette deuxième date à l'Olympia était, peut-être, réservée à la p------e ?


Le rappel, assez magnifique, débutera après présentation des musiciens (qui à part l'assez anodin batteur français Jean-Marc Butty ne sont certes pas des inconnus !) avec la punchy Meet ze Monsta, si punchy d'ailleurs que le batteur aura semble-t-il recours, quelle honte, à un sample ! Chanson suivie de la splendide et tout à fait inespérée Angelene, pour laquelle ce backing band presque un peu jazzy est par contre idéal. On rira de l'inattention de la chanteuse, qui a oublié sa guitare en accordement power chords et devra donc s'interrompre au début du morceau pour tout re-tuner ! Le concert se finit avec la magnifique Silence, au bout d'une heure et demi seulement, sur un léger sentiment d'inachevé qui semble largement partagé par toute la salle.


Une bronca de près de dix minutes ne suffira hélas pas à la faire revenir, même toute seule, "me" chanter To Bring you my Love... Peu causante tout au long du set, manifestement, PJ Harvey n'avait rien de particulier à nous dire ce soir, et pas envie de faire des heures sup' non plus. Même pas pour faire la part un peu plus belle à ses historiques compositions en duo avec John Parish (un peu transparent ce soir), ni pour nous redonner cette précieuse sensation de décollage à deux, pas ressentie cette fois-ci malheureusement, pas plus que celle d'un frisson sur l'échine.


Certes même un concert "moyen" de PJ Harvey, et de son organe exceptionnel, reste en soi un très beau concert, mais l'on en repart avec le coeur bien rangé à sa place, et prêt éventuellement à se l'arracher pour une autre...


PS : Désolé pour les illustrations réalisées avec de faibles moyens...

Bonus : 3 extraits en Vidéo : par ici !

> Réponse le 27 février 2011, par Herve M

Hello Philippe Mon impression contrastée à l'issue du concert se transforme en déception avec le temps qui passe, surtout depuis que j'ai revisionné quelques moments du concert auquel nous avions assisté lors des Eurockéennes millésime 2004 (nous étions jeunes et beaux et PJ portait encore des minijupes). Je n'en demandais et n'en attendais pas tant mais transformer des chansons viscéralement rock ou punk en tourneries jazz et folk est un exercie très casse-gueule ! Bref une déception mais évidemment une prestation demeurant très classe et très (trop ?) maîtrisée. Hervé  Réagir

> Réponse le 28 février 2011, par lebonair

[L'Olympia Paris - 25 Février 2011] Pj Harvey à l'Olympia, je vois que les avis sont vraiment partagés. Je comprends à peu près tous ces commentaires sauf les plus élogieux. Ces deux concerts étaient plus qu'attendus par les fans vu que les places se sont arrachées à la vitesse grand V en Octobre dernier. Des places à 50 euros pour un minimum syndical je dirai. J'ai bien aimé ce concert mais il a manqué plusieurs éléments pour en faire un concert mémorable, on en est loin d'ailleurs. On est en droit d'attendre un peu plus de notre favorite. La disposition des musiciens loin d'être idéale et Polly Jean tout à gauche, donc loin d'eux ne créent pas vraiment une belle unité. Les gens qui étaient situés à droite ont sûrement eu du mal à la voir correctement en plus. Je crois bien aussi que nous ne reverrons plus Pj comme...  La suite | Réagir

> Réponse le 28 février 2011, par Manon

Je suis bien parisienne (de Ménilmontant) et j'y étais cher marseillais ! J'ai crié ma frustration avec tous les "p---------x" autour de moi, de ne pas la voir revenir à la fin. En effet un beau concert mais un peu sur la réserve par rapport à ce qu'elle pouvait faire auparavant... Peut-être que la veille c'était mieux, si quelqu'un y était pour donner un avis ?  Réagir

> Réponse le 01 mars 2011, par Zim

Pareil que vous autres, pas follement enthousiasmé, en plus j'étais pile du mauvais côté moi ! @ Lebonair : J'y ai pensé aussi, à cette histoire de filmage d'une foule criant à la fin, c'est assez agaçant quand on y pense.  Réagir

> Réponse le 01 mars 2011, par Dave

Un concert moyen-bien. Je suis obligé de rajouter bien car pour moi c'est toujours difficile d'émettre une ombre de critique... Certes je ne regrette pas d'avoir 500kms pour la voir. Toujours est il certainement un des concert les plus minimaliste; pas de rappel, peu de reprise d'anciens LP. Même lors de sa dernière tournée avec JParish je l'avais trouvé plus incisive. Pour moi, je pense qu'elle devrait repenser sa collaboration avec ses musiciens actuels. Un coup de jeune, rien qu'un coup de jeune,... Je t'aime Polly - un provincial  Réagir

> Réponse le 02 mars 2011, par Stiv

N'a-t-elle pas aussi chanté The Garden ? Comme Bernard je dissocie mon impression ressentie pendant le concert du souvenir de celui-ci quelques jours après. Sur le moment j'ai beaucoup aimé, bien sûr surtout grâce à sa voix, qui nous surprend encore. Souvenons-nous qu'il y a quelques années elle chantait un octave en dessous (ce qu'elle fait encore de temps en temps).. Mais je trouve qu'elle n'a pas donné au public ce qu'il attendait. Ça manquait de patate, tout simplement. Enfin je suis quand-même content puisque la dernière fois (au Bataclan ?) j'ai dû faire l'impasse ! Et les "vieux" morceaux me font toujours le même effet.  Réagir

> Réponse le 04 mars 2011, par Aurel

[Olympia, Paris - 24 fevrier 2011] Après avoir traversé la France pour enfin pouvoir admirer une de mes plus grandes idoles de par sa musique et son style, je me retrouve déçue.. Manque de générosité, 50 € + billets de train pour 1h30 de concert.. (sans 1ère partie !), etc. On aurait dit qu'ils n'avaient pas vraiment envie d'être là. Au plus le temps passe, au plus j'ai le sentiment d'avoir surestimé ce groupe qui pourtant par le passé a déchaîné les foules et toujours fait des choix intelligents. Comment n'a t-elle pas pu revenir sur scène après 20 minutes de standing ovation ? On ne demandait qu'un petit morceau acoustique, qu'un moment de partage... Dommage. Si je retourne les voir, ce sera dans le cadre d'un festival.   Réagir


PJ Harvey : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey en concert

PJ Harvey par Lourdes
Olympia, Paris, le 13/10/2023
PJ Harvey, une déesse à l'Olympia !Vendredi 13 octobre, voyage vers la capitale pour ce qui restera à coup sûr un des concerts de l'année, celui de PJ Harvey. Arrivée à la salle... La suite

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2017
Après une très bonne mise en en bouche la veille avec les excitants sets d'Andy Shauf et Allah-Las à la Nouvelle Vague de Saint-Malo pour la soirée d'ouverture de La Route du... La suite

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac en concert

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac par Pierre Andrieu
Chicago, le 03/06/2017
Inutile de tourner autour du pot, Steve Albini est une légende vivante du rock. Une légende hautement respectable pour son travail d'ingé son/producteur réalisé sur des disques qui... La suite

Olympia, Paris : les dernières chroniques concerts

The Kills en concert

The Kills par lol
Olympia, Paris, le 03/05/2024
Honte sur moi ! Je dois admettre que je ne m'étais pas trop intéressé à The Kills avant ce concert du 3 mai 2024 à L'Olympia. Bien sûr, leur existence et leur notoriété ne... La suite

Pixies en concert

Pixies par Electric Eye
Olympia, Paris, le 27/03/2024
Les farfadets de Boston, alias les Pixies, terminent leur tournée relevé des compteurs par trois dates sold-out à l'Olympia, un an pile après avoir rempli la même salle deux soirs... La suite

PJ Harvey en concert

PJ Harvey par Lourdes
Olympia, Paris, le 13/10/2023
PJ Harvey, une déesse à l'Olympia !Vendredi 13 octobre, voyage vers la capitale pour ce qui restera à coup sûr un des concerts de l'année, celui de PJ Harvey. Arrivée à la salle... La suite

Pixies en concert

Pixies par Electric Eye
L'Olympia Bruno Coquatrix, Paris, le 15/03/2023
Le dantesque concert des lutins de Boston dans une Olympia archi-bondée était la première de deux dates dans la salle parisienne, dont la deuxième fut retransmise en live par... La suite