Accueil Chronique de concert Queens Of The Stone Age
Vendredi 27 janvier 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Queens Of The Stone Age

Queens Of The Stone Age en concert

Le Zénith, Paris 13 novembre 2013

Critique écrite le par



Mon rockeur préféré depuis 15 ans, Josh Homme et ses reines de l'âge de Pierre ont déposé leurs valises par deux fois au Zénith de Paris les 13 et 14 novembre 2013. Cette première soirée est pleine depuis longtemps et le 14, ce fut quasi-plein également. Les temps changent. Il y a 13 ans, jour pour jour, nous étions 600 à les voir en 1ère partie des Monster Magnet à l'Elysée Montmartre, période Rated R, Nick Oliveri et version trio. Ce qui représentera pour moi, ce soir-là, une des plus grosses claques musicales de ma vie, quelque chose d'énorme, d'unique, d'exceptionnel... En gros, j'ai pris ce jour-là le summum du plaisir absolu.



Depuis, les Queens of The Stone Age ont explosé aux yeux du monde et sont rentrés par la même occasion au panthéon du rock. Oui, je peux le dire maintenant, Josh Homme marquera l'histoire de la musique par son unique talent à composer des morceaux exceptionnels et durant dans le temps. Car le Josh, à 40 balais, ça fait presque 25 ans qu'il tourne. Son premier disque avec son 1er groupe Kyuss est sorti en 1991 déjà, le temps passe. C'est ma manière de planter le décor, de présenter le bonhomme pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Josh Homme est un monument, c'est dit !



Revenons maintenant à la soirée. Cela faisait presque longtemps (trop) que je ne l'avais pas vu mon rockeur préféré sur une scène. La dernière fois remonte au 23 mai 2011 à l'Olympia et ce soir-là, ce fut un tsunami et un déluge sonore qu'on avait pris dans la poire. Je n'en attends pas autant ce soir car on est au Zénith mais juste de prendre mon pied comme d'hab avec les Queens Of The Stone Age. En une dizaine de prestations à laquelle j'ai assisté du grand maître, je n'ai jamais vu un mauvais concert, soit c'était bien, soit c'était énorme. Je rentre dans la salle, il est près de 20h30, c'est blindé de partout. Je retrouve ma copine Carole qui m'apprend que le concert est filmé ce soir et que par conséquent, les conditions pour réaliser des photos ne seront pas terribles car nous ne pourrons pas shooter de face mais seulement sur un côté, dommage.



Band Of Skulls, la première partie a fini de jouer, on est à 10 minutes du départ et la tension monte d'un cran. 21 heures, j'ai choisi, par défaut donc, de me coller aux pieds de Troy Van Leeuwen le plus vieux compagnon de route maintenant de l'ami Josh. Le compte à rebours peut commencer et s'afficher sur le grand écran en fond de salle, 50, 49 secondes... Puis 0 et c'est parti à fond dans un déluge sonore et Troy est maintenant face à moi. Josh est quant à lui au milieu de la scène (il ne viendra jamais près de moi pendant les 3 premières chansons, tant pis).



C'est énooorme d'entrée et le son est plutôt bon. Moi, je suis excité et parfois énervé de voir passer le cameraman devant moi qui bouche souvent mes angles de shoot et je n'ai pas beaucoup de temps. Surtout que les vigiles, pas forcément sympathiques, regardent bien que nous ne dépassions pas la ligne rouge qu'on ne peut évidemment pas franchir. You Think I Ain't Worth a Dollar But I Feel Like a Millionaire, No One Knows, Avon, c'est un début d'enfer et explosif à laquel on à droit. Je sors du crash après ses trois chansons et suis déçu par mes photos. J'attendais mieux ce soir. Qu'importe, le concert continue sur My God Is The Sun 1er extrait de l'excellent album ... Like Clockwork. Le son est plutôt bon ce soir sans saturation, bien puissant et c'est tant mieux car la salle n'est pas vraiment réputée pour cela, c'est le moins que l'on puisse dire.



Troy Van Leeuven a toujours la grande classe. Dean Fertita aux claviers, comme je l'ai déjà dit par le passé est discret et son rôle est plutôt minime par rapport aux autres. Michael Shuman, quant a lui se donne à fond et assure ses parties d'une façon extraordinaire. Sa basse claque, ronronne, groove et parfois, il aide au chant également. Et Josh Homme, que puis-je dire sur lui? C'est juste dieu, il est en voix, en forme et semble visiblement très heureux d'être là. Jon Theodore, le petit nouveau, à la lourde charge de remplacer le monument et bûcheron de batteur Joey Castillo qui a fait partie du groupe pendant 10 ans. Joey était rentré en même temps que Troy dans le groupe sauf que 10 ans plus tard, Joey a quitté les QOTSA et que Troy est resté.



Jon Theodore n'a pas le même gabarit, le même physique mais il est très bon et très agréable à voir jouer derrière ses futs. Hormis cette entrée d'enfer, j'ai pris un pied fou sur My God Is The Sun, I Sat By The Ocean, ...like Clockwork, notez d'ailleurs que les nouveaux morceaux passent super-bien l'épreuve de la scène, In The Fade (Mark Lanegan, tu nous manques dans ces moments-là), Misfit Love, If I Had a Tail, Little Sister, Make It Wit Chu, Sick Sick Sick, l'énorme Mexicola, la divine surprise Better Living Through Chemistry pour 10 minutes de bonheur intense (le moment jam de la soirée) et ce putain de titre qu'est Go With The Flow.



1 heure 30 de bonheur, les monstres du rock nous quittent pour mieux revenir quelques instants plus tard nous achever définitivement par un merveilleux rappel qui débute par une splendide douceur The Vampyre Of The Time and Memory. Josh Homme se place côté gauche de la scène (et dire qu'une heure trente avant cela, j'aurai été à ses pieds), il s'assoit pour jouer sur un vieux clavier vintage, la musique démarre et nous fondons littéralement. Le solide et impressionnant rockeur se met à nu et nous touche droit au coeur. Le classique Feel Good Hit Of The Summer et le - que dire ? - monstrueux A Song For The Dead finira le travail d'une manière remarquable. Le final sera à l'image du début et de l'ensemble du concert.



Conclusion, on a eu droit à 1h50 de plaisir pur, 21 chansons comme la veille à Lyon, comme le lendemain d'ailleurs avec quelques variantes au niveau set-list à chaque fois. Je suis donc prêt à revoir Josh et ses acolytes une douzième fois, quand on aime... Ah, et si c'était avec Them Crooked Vultures ?



Remerciements à JP Aline de chez Beggars
crédits photos: Lebonair


Set-list: durée 1h50

You Think I Ain't Worth a Dollar, but I Feel Like a Millionaire
No One Knows
Avon
My God Is the Sun
Burn the Witch
I Sat by the Ocean
...Like Clockwork
In the Fade
Misfit Love
If I Had a Tail
Kalopsia
Little Sister
Smooth Sailing
Make It Wit Chu
Sick, Sick, Sick
Mexicola
Better Living Through Chemistry
Go With the Flow 


The Vampyre of Time and Memory
Feel Good Hit of the Summer
A Song for the Dead 


Queens Of The Stone Age : les dernières chroniques concerts

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys en concert

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2018
Retour en goguette et sans trop de pression, après un délicieux repas entre amis (dont certains ont du repartir élever leurs heureusement adorables enfants), pour un deuxième et... La suite

Queens Of The Stone Age + Broncho (Villains World Tour 2017) en concert

Queens Of The Stone Age + Broncho (Villains World Tour 2017) par Pierre Andrieu
AccorHotels Arena, Paris, le 07/11/2017
En tournée pour assurer le service après vente de leur très bon dernier album Villains (oui, "très bon", n'en déplaise aux gens qui veulent qu'un groupe sorte toujours le même... La suite

Queens of the Stone Age + Broncho en concert

Queens of the Stone Age + Broncho par Philippe
Bercy, Paris, le 07/11/2017
Nuit fraiche mais pas glaciale à Paris (ces gens-là, qui passent leur temps à se plaindre du temps, ne connaissent pourtant pas le mistral, les veinards...). Comme d'habitude à... La suite

Le Zénith, Paris : les dernières chroniques concerts

Powerwolf + DragonForce + Warkings en concert

Powerwolf + DragonForce + Warkings par Florentine Pautet
Zénith de Paris, le 26/11/2022
Une soirée qui s'annonçait très qualitative déjà de par l'affiche (Powerwolf + DragonForce + Warkings), et qui a été à la hauteur de toutes nos espérances. Retour sur un... La suite

Sigur Rós en concert

Sigur Rós par Nicolas Zalachas
Zénith de Paris, le 04/11/2022
Trop longtemps après son dernier passage (c'était au Grand Rex en 2017), Sigur Rós est enfin de retour à Paris. Ces cinq dernières années ont été mouvementées pour le groupe... La suite

Marillion en concert

Marillion par Electric Eye
Le Zénith, Paris, le 23/10/2022
Marillion peine à remplir un petit Zénith en configuration réduite, c'est dommage mais c'est peut-être dû au fait que le groupe a décidé de passer la portion congrue du show à... La suite

Parkway Drive, Lorna Shore & While She Sleeps en concert

Parkway Drive, Lorna Shore & While She Sleeps par Florentine Pautet
Zénith de Paris, le 27/09/2022
Parkway Drive, c'était la date metal à ne pas manquer ce mois de septembre. Les piliers du metalcore australien revenaient dans la capitale, après 2 longues années d'absence. Pour... La suite