Accueil Chronique de concert Rover
Vendredi 15 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Rover

Rover en concert

Espace Julien, Marseille 10 mars 2016

Critique écrite le par

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Surpuissant, fantastique, époustouflant que dis-je, Supercali fragilisticexpialidocious ! Les mots et les étoiles nous manquent (au fait quand on en met 5 c'est pas par hasard, on est pas sur facebisounook, hein) : cerveau et coeur, Rover nous a tout défoncé à coup de Rickenbacker noir et blanche, et de voix de tête à large spectre ! La soirée avait pourtant moyennement commencé, par un gros retard au démarrage (un problème de tour bus en panne !), ce qui nous a au moins permis d'aller boire une bière Motörhead (oui, oui, moi aussi j'ai découvert que ça existait) dans ce bel et bon endroit qu'est le bar l'Ace of Spades, ex Pussy Twister, tout à côté... Et où comme on peut l'imaginer, on écoute pas précisément de la variétoche de vendeur de cravates. La transition n'a toutefois pas été aussi délicate qu'imaginé avec le monde, assez feutré sur album, de Rover, qui a joué et chanté idéalement fort du début à la fin, bousculant un set qui sinon, aurait pu être plus reposant et sans doute moins excitant.

Xavi y los imanes by Pirlouiiiit 10032016

Mais j'oubliais un détail : en première partie inopinée (en tout cas inannoncée), son bassiste et un camarade un peu bavard ont joué en duo, à 6 & 12 cordes, quelques chansons rock & folk de bonne tenue (même si une au moins était vraiment kitsch, genre Guns'n'Roses unplugged, une autre plus groovy évoquait assez bien Keziah Jones). Le tout sous un patronyme mexicain (Adan quelque chose - ndP : le nom du groupe complet est Adan & Xavi y los Imanes mais ce soir il y avait juste Xavi et son frères, un des Imanes), que j'aurais volontiers recopié ici si je l'avais compris ou si quelqu'un avait pris la peine d'annoncer cette première partie sur le site de l'Espace Julien... Enfin ne leur en demandons pas trop, déjà, leur bar n'est pas tombé en panne de vraie bière à 20 h 55 comme la semaine dernière, on progresse !

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Back to Rover, qui a au moins triplé sa jauge depuis son dernier passage à Marseille. Il s'avère que comme dans notre souvenir de cette première fois au Poste, ce grand gaillard d'abord Wayfaré et sanglé de cuir comme un vrai poseur, mais rapidement déshabillé des yeux et des avant-bras, est immensément charismatique, ne serait-ce que parce qu'il incarne tellement bien La Revanche, notre Revanche à nous, celle de ce groupuscule méconnu, parfois mal compris et pourtant si cool, les Gupees : oui, nous, les Grands-Un-Peu-Enveloppés-&-Elégants ! Autrement dit, des gens attachants mais qu'il vaut mieux avoir en photo qu'en pension, et qu'il vaut mieux voir sur scène que devant soi dans le public...

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Côté setlist ? Que du bon, et interprété avec une exquise brutalité sensible, soit 1/3 de son poignant premier album éponyme, et 2/3 de son élégant quoique moins immédiatement aimable Let it glow, inexplicablement inchroniqué ici alors que, bon, on s'y épanche bien sur l'insipide Bertrand Belin... Il est vrai que Along (commencée tout seul), Odessey (tout court), Trugar (un bel hommage à la Bretagne, festive et granitique à la fois), ne prennent vraiment toute leur ampleur qu'en se déployant live, en pleine lumière (très belles au fait, les lumières), portées par un groupe modestement au service d'un leader lui aussi modeste, parfois comme un peu gêné d'être seul dans la lumière, devant 400 personnes, ce qu'il fait passer sans façon par des petites vannes bien senties...

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Plus lyriques à la base, Some Needs (of a big sound ?) et l'énorme Call My Name deviennent à plus forte raison encore énormes, flirtant parfois avec nos poils, performées alive & kicking par ce grand type au look de déménageur déguisé en playboy. Sans parler de Let it Glow, jouée en rappel et franchement à tomber à la renverse, y compris pour son développement final, gainsbourgien par la guitare, lennonien par les flutes : du brutal-beau cet album, on vous dit. Sur Tonight, la fameuse et merveilleuse anomalie discoïde du premier album, et qui conclura la première partie, étant proche de l'extase, j'en viens à me demander pourquoi cette bande de coinçôsses qui compose le public de ce soir, ne se trémousse pas du c... comme nous ? A croire qu'ils entendent tous, et toutes les semaines, un hymne disco-rock surpuissant comme celui-là, ils en ont de la chance... Enorme pied en tout cas !

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Heureusement, ce public peu mobile est beaucoup (et volontiers) criant et tapant des mains, et il faut bien ça, quand on réentend Remember (délicatement vandalisée), Aqualast qui est en effet devenue en 3 ans un de nos classiques, quand on se pâme à la redécouverte des énormissimes début, milieu et finale de Queen of the Fools (un petit quelque chose de David Bowie a survécu ici...). Il faut réagir aux "You !" courroucés qui ponctuent Champagne, et crier à quel point ça fait mal, quand on a senti son petit coeur se serrer à l'écoute d'une Full of Grace pourtant bien braillée, mais finie, elle aussi, sur une discrète évocation de Heroes, et même de Blackstar, dans les profondeurs des codas... Vibrer enfin à la fascinante cavalcade d'In The End, que j'avais si peu remarquée sur album que je l'ai d'abord crue reprise à quelqu'un d'autre...

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Une grande engueulade du public ayant suivi la sortie de ce superbe "gang of four" après Tonight, il revient sans barguigner pour un rappel copieux, commencé avec la joyeuse Anywhere from Now (chouette découverte, Bowie-like elle aussi) et finie après nous avoir Let-it-glow-é le coeur en miettes, par la jolie et réconfortante Innerhum. Et en sur-rappel, galvanisé encore une fois par un quasi-triomphe, le bonhomme finit sa prestation par une Aqualast magnifiquement réinterprétée tout seul, proche de la rupture, et d'après Céline encore mieux tenue que la première, qui m'avait pourtant déjà bien plu aussi. Splendide conclusion, et une certitude : une putain de ROCK STAR, made in France et élevée au bon grain est née, hail hail Timothée Régnier a.k.a. Rover ! Bonne route et à bientôt... devant 1200 personnes ?

Rover by Pirlouiiiit 10032016

Setlist :
Along
odessey
Call My Name
Remember
Aqualast
Hcyd
Trugar
Some Needs
Queen of the Fools
Champagne
Full of Grace
In the End
Tonight
---------
Encore :
Anywhere from now
Let it Glow
Innerhum
---------
Encore's encore :
Aqualast (alone)

Plus de photos et videos Gupees par Pirlouiiiit par ici

Bonus video :
Rover by Pirlouiiiit 10032016 - 2


Rover : les dernières chroniques concerts

ROVER en concert

ROVER par Daddrock
Le Fil, Saint-Etienne, le 30/03/2017
Ambrée ou blonde. La bière coule à flot pour cette première soirée d'été précoce à Saint-Etienne. Le fond musical de The Toad Elevating Moment laisse présager la puissance de cette... La suite

Rover en concert

Rover par Kris Tian
Espace Julien - Marseille, le 10/03/2016
J'ai découvert Rover il y a quelques mois et dès la première écoute, mon coeur s'est mis à battre plus fort... Sa musique m'a envahi et ne me lâche plus. Alors vous pensez bien que... La suite

Rover + Ottilie [B] en concert

Rover + Ottilie [B] par Ysabel
Théatre des salins - Martigues, le 13/11/2012
Une belle soirée comme tant d'autres au Théâtre des Salins me direz-vous ... Pas tout à fait. Ce soir, c'est double ration de crème sur le gâteau avec : 1 - L'inauguration de... La suite

Rover en concert

Rover par Cabask
le Poste à Galène - Marseille, le 31/05/2012
L'album éponyme de Rover a été salué par bon nombre de media lors de sa sortie en début d'année et ce qui m'avait été donné d'entendre avait attiré mon attention. Ce jeudi soir, je... La suite

Espace Julien, Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite