Accueil Chronique de concert Swans + Christophj Hahn & Thor Harris
Vendredi 15 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Swans + Christophj Hahn & Thor Harris

Swans + Christophj Hahn & Thor Harris en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 6 octobre 2014

Critique écrite le par



Concert en forme de mur du son des mythiques Swans de Michael Gira, venus présenter leur excellent dernier album To Be Kind à la Coopérative de Mai, à Clermont-Ferrand, le 6 octobre dernier... Précédée par un très beau set folk blues crépusculaire assuré par deux " Cygnes", Christophj Hahn - guitare sobre et voix grave - et Thor Harris - bruitages - en première partie improvisée (Pharmakon, malade, étant dans l'impossibilité de jouer), la prestation des maléfiques rois de la noise/post punk avait tout de la grand messe sonique attendue. Avec de (très) longs et (super) beaux morceaux magistralement torturés et lardés du chant psychiatrique de Mister Gira. Seul problème, le volume sonore : 115 décibels de moyenne et des pointes régulières à 130... Douleur intense !



Quand le public, composé de nombreux fans et de néophytes rapidement conquis, voit arriver Michael G. et ses lieutenants, il sait qu'il va avoir droit à une sévère fessée noise, mais peut-il s'attendre à un tel déchaînement de bruit quasi ininterrompu de plus de deux heures, surtout dans un club aussi petit ? Oui, mais non. Dès le début du funeste concerto pour détraqués, les percussions répétitives de Thor Harris tétanisent l'auditeur innocent, avant que la très bonne imitation d'une tronçonneuse en action par Christophj Hahn à la pedal steel guitar ne commence à titiller plus que sévèrement les trompes d'Eustache... Les deux musiciens créent une sorte de drone lancinant quasi létal, bientôt accompagnés par le reste du groupe, le maître de cérémonie déjà cité, Michael Gira (guitare, voix), Norman Westberg (guitare), Phil Puleo (batterie) et Chris Pravdica (basse). Ce qui contribue encore plus à donner le tournis pendant les plus de vingt minutes de cette intro assez démente. Malgré des bouchons de bonne qualité (moulés et tout et tout) enfoncés dans les oreilles, on commence à se dire que malgré l'indéniable qualité artistique du show, il va falloir sortir fréquemment de la salle pour éviter d'irrémédiables acouphènes...



C'est vraiment dommage, car avec un bon ingé son la puissance du truc et le côté extrémiste pourrait très bien ressortir sans faire saigner le système auditif de l'assistance. Mais bon, contrairement à Mogwai, Godspeed You Black Emperor et Sonic Youth, les Swans et leur radical lider maximo choisissent de ne pas respecter la loi française sur les 105 db maximum. Quelle admirable rébellion contre le système, bravo ! Pour prendre son pied, il faut donc souffrir, ce qui est très con car elles sont vraiment superbes ces symphonies jusqu'au-boutistes où le chant grave à la Lou Reed apporte un supplément de folie (si nécessaire). Mention spéciale au dérangé, arabisant et martial Just a Little Boy, totalement prenant, comme le reste de la set list d'ailleurs... Quand le seuil du supportable est atteint, voire dépassé, on ne peut que décider de sortir de la salle, comme de très nombreux spectateurs. Avant de revenir un peu plus tard prendre sa dose de mantras dérangés servis sur lit de noise, parfois hardcore (ce morceau avec un riff de basse entêtant... ).



Michael Gira est bien aimable (ils se fend d'ailleurs d'un sourire puis d'un " merci beaucoup les petits français ! " en début de concert... ) et son talent pour créer de toutes pièces des morceaux en forme de cérémonies vaudou rock 'n roll post apocalyptiques n'est pas en cause, mais l'on a pas vraiment pas envie que le show de son combo soit le dernier que l'on puisse être à même d'écouter avant notre mort. Donc, après un certain temps et après avoir écouté une partie des morceaux dehors, derrière la porte (avec un son presque correct... ), on décide de mettre les bouts définitivement. Comme les irréductibles et géniaux chantres de la noisy pop My Bloody Valentine, Swans est un groupe à voir en plein air, dans un festival. Ce qui doit rendre les choses plus " confortables ", si, tant est qu'on puisse utiliser ce terme à cette éprouvante occasion... Et au fait, suite à ce pilonnage auditif, qui remboursera les futurs sonotones de ceux qui sont restés jusqu'à la fin, Michael Gira ou la Coopé ?






Vidéos par LiveReport63 :








Photos live par Yann Cabello, www.profocus63.com

Swans : les dernières chroniques concerts

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 31/05/2015
Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour... La suite

Swans (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Swans (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 29/05/2015
Quoi de mieux pour entrer de plain pied dans le This Is Not A Love Song Festival version 2015, qu'un concert de deux heures des mythiques Swans ? Après deux changements de... La suite

Jamie Xiu Xiu + Swans en concert

Jamie Xiu Xiu + Swans par Karen Solvery
L'épicerie Moderne - Feyzin, le 27/03/2013
C'est à l'épicerie Moderne, Mercredi 27 Mars, que jouèrent les Swans, accompagné de Jamie Xiu Xiu en première partie. Arrivée vers 20h30, je rejoins la salle en attendant que le... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite