Accueil Chronique de concert Ten Years After + The Dood's
Dimanche 17 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ten Years After + The Dood's

Ten Years After + The Dood's en concert

Ninkasi Kao - Lyon 27 Mars 2011

Critique écrite le par

The Dood's


Un public à la tignasse longue, une pluie abondante à faire friser ces mêmes chevelures... Les comparaisons avec le Woodstock de 69, où s'était produit Ten Years After, s'arrêtent là. Délestée d'Alvin Lee, la formation devenait bien moins alléchante au risque de n'être plus que l'ombre d'elle même. Force est de constater qu'à 20 heures pétantes, la nostalgie d'un côté, la soif de découverte de l'autre avaient pris le pas sur les appréhensions en comblant le Ninkasi Kao.

The Dood's


Histoire de boire une bière, ou mais aussi de patienter, c'est The Dood's qui s'occupe de chauffer la salle. Une bande de potes de la région lyonnaise donnant dans le rock pour le plaisir et, qui, en l'occurrence semblent en prendre au passage. Le groupe nous sert du rock and roll à basse de bourbon. Simple mais pas simpliste où chacun des membres est libre de briller à son tour. A défaut d'électriser les foules, le quatuor qui partage un tiers de scène (le reste étant occupé par le matos de Ten Years After) aura le mérite de les avoir réveillées à grand renfort de reprises dont le célébrissime "Personal Jesus " de Depeche Mode. Une mise en bouche sympathique marquée par le manque de connivence avec le public. Dood'smage...

Ten Years After



Le changement de plateau laisse juste assez de temps pour partager analyses, slips ou encore élucubrations de haut vol dont celle ci de ma propre composition :

"Ca doit être l'éclate dans le tour bus ! Entre les " vieillards" et le petit jeune, paye ton grand écart dans les distractions. Pendant que le chanteur ramène, enivre et perverti trois ou quatre groupies (pas plus hein on parle de Ten Years After pas Led Zepp) oscillant entre la MILF presque périmée et l'adolescente post acné tout juste mure (la fille pas l'acné). De l'autre côté le trio aux artères bouchées tourneraient à la soupe à la tomate en sachet devant un scrabble sans aucune métaphore sexuelle. Amusant n'est ce pas ? "

Ten Years After


Assez, jusqu'au moment où le groupe débarque sur scène. En quelques morceaux les vétérans de Bethel coupent court aux idées reçues. Même dans le public " on ne pete pas autant la forme ". Du trio originel, c'est Leo Lyons, multi instrumentaliste mais uniquement bassiste pour la soirée qui donne le ton. Comme à la belle époque, sa basse n'est que le prolongement naturel de son corps. Acharné, sur vitaminé, chaque coup de médiator semble le rajeunir. Rapidement les rides, les cheveux blancs ne sont plus. Un second souffle pour ceux qui jadis partageaient la scène avec Cocker et autres Crosby Still & Nash.


Ten Years After



Mais l'attention générale se concentre sur Joe Gooch, guitariste chanteur, remplaçant attitré d'Alvin Lee. Une tache loin d'être aisée. Si les autres membres n'ont qu'à prouver que les relents de drogues et l'arthrite n'ont pas bouffé le talent d'antan. Pour Joe c'est une toute autre histoire. Arrivera t'il a retransmettre la passion sexuelle dans chaque bout de phrase d'Alvin prononçait ? Ses solos seront ils à la hauteur ? N'est ce pas le revival de trop ? Un groupe sans son leader naturel peut il toujours exister ?

Ten Years After



Côté guitare rien n'a redire tant le public s'y tromperait. C'est au niveau de la voix que la copie n'égale pas la version originale. Bien loin du chant sensuel de Lee, Joe réinvente Ten Years à sa sauce. Volontaire ou non, le résultat est loin d'être mauvais. Toujours aussi Rock And Roll fucking baby, le groupe aligne les titres. La set list fait penser au live de Frankfurt de 73 avec ses même titres emblématiques entamés après un long solo des caisses de Rick Lee.

Ten Years After



Sans déambulateur aucun, le batteur martèle les toms, titille ses cymbales et s'offre même le luxe d'entreprendre le rythme allégorique du Brazil "tu tu tu tu tu tutu". A un ou deux ratés prêt, rien n'a redire. Les choses sérieuses commencent enfin. Remonté, le quatuor se déchaine et enchaine "I'm going home", "rock and roll music to the world" et le très attendu " Look like a man". Petit bémol, le piano de Chick Churchill aurait mérité quelques DB supplémentaires. Mais qu'importe, la nostalgie s'empare finalement d'un public long à enflammer. Le feu aux poudres, s'il en est, s'allume avec un medley de reprises. Led Zepp, Hendrix, Aerosmith ou encore Deed Purple, le groupe ne fait l'impasse sur aucun des classiques qui les ont accompagnés jusqu'aux sommets.

Ten Years After



Après plus deux heures de spectacle. Des dizaines de solos plus monstrueux les uns que les autres. Des souvenirs en pagaille... Les vétérans et le "jeunot" se retirent. Non sans profiter pleinement de la satisfaction d'un public au moins autant comblé que ses principaux acteurs.

Ten Years After


Ten years After : les dernières chroniques concerts

Ten Years After en concert

Ten Years After par jorma
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 07/10/2011
Bon, ouvrons un débat caduc depuis...oh, 37 ans ! Ten Years After sans Alvin Lee reste t-il Ten Years After ? Moi, je sais toujours pas quoi en penser après les avoir vu à... La suite

Ten Years After par Claude
Chez Paulette, Pagney Derriere Barine, le 27/11/2009
c'était super ! à 1 mètre des 4 membres du groupe Ten Years After. Et des tas de souvenirs de 40 ans qui ressurgissent. La suite

TEN YEARS AFTER par stephane sarpaux
LA PASSERELLE à FLORANGE, le 07/03/2009
Bientôt 40 years after Woodstock et Alvin Lee ne nous a même pas manqué... Concert généreux, un bain de jouvence dans la musique des années 70, quand les guitares et les claviers donnaient le meilleur d'eux mêmes, juste avant qu'ils ne se fassent la gueule... Pensée émue à cette jeune femme aux cheveux longs qui dansait devant moi. Personne... La suite

Ten years After par Dominique C
Forum Peugeot - Poissy, le 24/11/2006
A peine rentré du concert de Poissy, me voila déjà cherchant, sur le clavier de mon ordinateur, les quelques lettres magiques qui vont, dans un langage commun a nous, pauvres mortels faire partager ces quelques instants de bonheur. Déjà il s'agissait de la dernière date de TYA en France, cette année, bien sur, car dès 2007 .....Après 15 dates... La suite

Ninkasi Kao - Lyon : les dernières chroniques concerts

The Fleshtones, Jon Spencer and the Hitmakers, Thomas Mascaro en concert

The Fleshtones, Jon Spencer and the Hitmakers, Thomas Mascaro par Fred Boyer
Ninkasi Kao - Lyon, le 07/11/2019
Double programme ce soir au Ninkasi Kao, aux abords du mythique Stade de Gerland qui a vu s'écrire certaines des plus belles pages de l'histoire du foot français (notamment une... La suite

Sick Of It All en concert

Sick Of It All par Vinogradov
Ninkasi Kao, Lyon, le 14/04/2019
Un grand jour que ce dimanche illuminé par un concert de Sick Of It All ! Le mythique groupe américain a sorti un nouvel album il y a un an, ce qui permet à de nouvelles et... La suite

Brendan Perry en concert

Brendan Perry par Ylxao
Ninkasi Kao - Lyon, le 13/02/2019
Mercredi soir sur Lyon, Direction Gerland pour une date soulignée et surlignée dans l'agenda : Brendan Perry au Ninkasi Kao. Arrivée à 20h lorsque je me rends au guichet, peu... La suite

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked en concert

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked par Jef VILLE
Ninkasi Kao - Lyon, le 18/08/2016
Bon voilà je vais enfin voir Jello Biafra (oh what a name!) en concert, malheureusement sans les membres emblématiques des Dead Kennedys. Après avoir découvert le mouvement... La suite