Accueil Chronique de concert The Flaming Lips + Emilie Simon + CocoRosie + Architecture In Helsinki (Printemps de Bourges 2006)
Mercredi 23 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Flaming Lips + Emilie Simon + CocoRosie + Architecture In Helsinki (Printemps de Bourges 2006)

La Palais d'Auron, Bourges 30 avril 2006

Critique écrite le par








Sur le papier, l'affiche qui réunissait au Palais d'Auron, à Bourges, Achitecture In Helsinki, Cocorosie , Emilie Simon et The Flamings Lips avait de la gueule ! Dans les faits, elle s'est révélée un peu inégale, avec de très bons moments, une déception et un concert d'anthologie, du genre de ceux dont on se souviendra dans 20 ans...


Achitecture In Helsinki :

C'est avec une bonne demi heure de retard que le concert des Australiens frappadingues d'Achitecture In Helsinki commence. Après une mini reprise vocale du Bouge de là (transformé ici en "Bourges de là") du désespérant MC Solar, le show bricolo démarre. Le public est immédiatement plongé dans une ambiance de franche improvisation hippie, un peu comme sur le disque In case we die ; les huit membres du groupe s'échangent leurs instruments, chantent comme des enfants ivres de bonheur, en essayant de recréer l'atmosphère pop qui régnait à Woodstock. C'est une véritable partouze de sons, d'influences et d'ambiances : la New Wave rencontre la pop, la folk music s'acoquine avec le post punk, la soul cuivrée s'invite à l'orgie... On pense très fortement aux inestimables Talking Heads, pour la voix bizarroïde du chanteur principal, mais également à cause du foisonnement créatif multiculturel qui anime les (d)ébats. Ces gens-là s'amusent sur scène, et ça fait plaisir à voir. Ici, on ne s'occupe pas de sonner juste, de mettre ses doigts au bon endroit sur sa guitare ou ses claviers, voire de rester en rythme ; on s'attache plutôt à jouer comme on le sent des morceaux déjà passablement alambiqués sur disque. Les deux soeurs un peu rondes qui semblent sorties de La petite maison dans la prairie évoluent derrière les micros avec une fraîcheur à peine croyable ; le concept de pression ne semble pas les tracasser particulièrement. Tant et si bien que cette farandole hippie réussit à contaminer la salle entière, totalement sous le charme de la pop branquignole venue des antipodes. Et dans tout ce bazar, il y a même des tubes qui ne se cachent pas... Toute cela donne envie de partie en Australie fonder une communauté où l'on vit d'amour, d'eau fraiche, et de musique pop bien sûr !


CocoRosie :

Et ce ne sont pas les deux sœurs de CocoRosie et leur troupe de musiciens qui vont nous enlever de la tête cette idée de vivre en communauté dans la nature en jouant de la guitare couché dans l'herbe fraîche. Le groupe qui nous avait enchanté à Saint-Malo et déçu à Belfort a cette fois décidé de nous surprendre avec des morceaux excellents, et d'autres moins réussis. Le parti pris hip hop folk lo fi appliqué à la plupart des morceaux se révèle en effet inégalement pertinent : parfois, ça marche, et l'on rentre dans le délire, parfois on reste un peu étranger à ces bidouillages réalisés entre amis de manière un peu autiste. L'ensemble a néanmoins le mérite d'être assez original. Les voix des deux troublantes américaines bohêmes sont souvent sidérantes de beauté, il y a même des passages lyriques quasiment surréalistes. Il faut malheureusement signaler la mauvaise acoustique de la salle - plus adaptée à la foire aux vins de Sancerre qu'à un concert - et la piètre qualité de l'ingénieur du son qui se troue à plusieurs reprises... Il y a également quelques ratés dans les projections, qui ne sont de toute façon pas très intéressantes : on pense à un film de vacances sous alcools ou drogues. Cela étant dit, les instants les plus calmes où CocoRosie habille ses sobres chansons folk de petits bruitages de la vie de tous les jours sont toujours aussi beaux.


Emilie Simon :

C'est à la belle Emilie Simon que revient l'insigne honneur de produire la plus mauvaise prestation du jour : un set de variété rock avec texte en français truffés de clichés, instrumentation lourdingue et compositions peu inspirées. Comment Mademoiselle Simon a-t-elle pu passer de fée électro trip hop à ça : une énième chanteuse française sans aspérités ? Mystère... On a donc envie de quitter la salle dès les premiers morceaux, d'une fadeur et d'une lourdeur insupportables. Mais on reste en attendant l'étincelle, qui n'arrivera pas. Il faut dire qu'avec un percussionniste aussi démonstratif qu'inutile, un bidouilleur sonore aussi dramatiquement hors sujet et un guitariste limite métal, le décollage vers d'autres sphères ne risque pas de se produire. A moins de prendre une dose massive de drogue, et encore. Seule la version pourtant réchauffée d'I Wanna be your dog des Stooges arrache un rictus de bonheur, mais bien fugace...






The Flamings Lips :

Ce qui va suivre après relève tout simplement du miracle. Les Flaming Lips, pourtant desservis par une sono proprement infecte, réussissent à emmener 2000 personnes dans leur univers complètement barré. On se serait cru à une fête pour Halloween ou à un réveillon du 31 décembre... Dès le début du méga show, le groupe lâche une cinquantaine de gros ballons jaunes dans la salle ; les gens commencent à s'amuser avec, comme des gamins, et l'hallucination collective commence.






Puis, des canons à fumée et à confettis entrent en action, bien aidés par le chanteur Wayne Coyne qui balance des serpentins multicolores à tire larigot, en hurlant des "Come on" pour haranguer la foule. Grâce à une mini caméra placée sur ses micros, le visage du "chef d'orchestre" est projeté sur un écran géant en fond de scène, ce qui donne un côté encore plus improbable au spectacle. Pendant ce temps, le groupe n'en oublie pas pour autant de jouer cette pop psychédélique qui a fait la renommée des géniaux Flaming Lips. Avec le son, l'image et le happenning en prime, on a carrément l'impression d'avoir pris une énorme quantité d'un acide très puissant. Car maintenant, de chaque côté de la scène, une quinzaine de Pères Noël s'affrontent à l'aide de lampes torche avec une quinzaine d'Aliens. Oui, vous avez bien lu : c'est n'importe quoi.





Mais un n'importe quoi totalement jouissif et communicatif. Cette guerre bon enfant incroyablement hilarante a pour but de dénoncer la vraie guerre qui se déroule en Irak à cause du dangereux mystique George Bush. Contrairement à ses collègues musiciens qui se prennent au sérieux et pensent que leurs opinions politiques intéressent le monde entier, Wayne Coyne déclare, lui, qu'il sait que les chansons ne peuvent pas faire changer grand chose, mais qu'elles peuvent quand même aider à trouver la force de se battre contre les fous qui nous gouvernent... Et il a bien raison notre ami Wayne : pendant ce show pétaradant, entre deux pogos hystériques, une séance de cris de joie, une tentative de air guitar et des coups de poing dans les ballons jaunes, on pense sérieusement à monter une armée d'aliens/Pères Noël pour partir en guerre contre les fous de dieux prêts à tout pour imposer leur foi. Se procurer l'album At war with the mystics devient aussi une idée fixe, tant les nouveaux morceaux interprétés semblent aussi réussis que les extraits plus anciens de la discographie magistrale des Flaming Lips. Sur chaque titre interprété, la voix de Wayne Coyne ressemble toujours à celle d'un ange illuminé (et barbu), sa guitare en bois distille moult rythmiques entrainantes, tandis que la guitare électrique et les mutiples bruitages propulsent l'auditeur dans la stratosphère...





Après un Do you realize d'anthologie, le groupe quitte la scène sous les vivas d'un public en transe. Pour mieux revenir et interpréter War Pigs de... Black Sabbath, une violente diatribe anti guerre, avec en fond des images de deux criminels de guerre : George Bush et Donald Rumsfeld. On ressort de la salle avec des étoiles plein les yeux et la sensation tenace d'avoir assisté à une prestation scénique hors du commun.





A lire également sur les Printemps de Bourges 2006 et 2005 : les chroniques des concerts de The Lost Communists, The Elderberries, Yann Tiersen + Calexico + Iron and Wine, The Dresden Dolls + Queen Adreena + 54 Nude Honeys, Art Brut + The Spinto Band + Buzzcocks, Dionysos + dEUS + Artic Monkeys + Katerine + Hushpuppies, The Kills, Tokyo Overtones, Soldout, The Craftmen Club, The BellRays + Nashville Pussy + The Ex, The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...


Sites Internet : www.flaminglips.com, www.cocorosieland.com, https://emiliesimon.artistes.universalmusic.fr, www.architectureinhelsinki.com, www.printemps-bourges.com.

Photo Flaming Lips J. Michelle Martin et Frédéric Loridant (live à Bourges)

Architecture in Helsinki : les dernières chroniques concerts

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco en concert

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco par Philippe
Esplanade Saint-Jean, J4 de Marseille, le 28/09/2007
Alors d'abord je tiens à dire que toutes les chroniques postées jusqu'ici sur ce festival sont vraiment particulièrement nazes ! Non c'est bon, je plaisante les gars... C'est au... La suite

Marsatac : Architecture In Helsinki + The Divine Comedy + Dead 60s +  Gus Gus + Simian Mobile Disco + Para One en concert

Marsatac : Architecture In Helsinki + The Divine Comedy + Dead 60s + Gus Gus + Simian Mobile Disco + Para One par Sami
J4 - Marseille, le 28/09/2007
Neuvième édition déjà pour ce qu'il est convenu d'appeler ‘plus grand festival de musiques actuelles' à Marseille, et comme chaque année une affiche plaisante sur le papier avec... La suite

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... en concert

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... par stéphane sarpaux
festival Marsatac, J4, Marseille, le 28/09/2007
Il fut un temps où le festival Marsatac, mieux reconnu en France que dans sa bonne vieille ville de Marseille, ne savait pas trop où poser ses scènes. Et c'est vraiment par... La suite

CocoRosie : les dernières chroniques concerts

Cocorosie en concert

Cocorosie par Prakash
Espace Julien Marseille, le 24/05/2016
Des jours, on se dit qu'on va prendre des risques et que l'on oublie ses préjugés sur un groupe. C'est avec cet état d'esprit que j'ai décidé de me rendre ce soir au concert de... La suite

Cocorosie, Nomi Ruiz en concert

Cocorosie, Nomi Ruiz par Sami
Espace Julien, Marseille, le 06/06/2013
Avec Tricky et quelques autres, Cocorosie doit être un des groupes que j'aime bien à être passé le plus souvent dans le coin sans que je n'arrive à les voir. Ca a bien failli... La suite

CocoRosie en concert

CocoRosie par Ysabel
Rockstore - Montpellier, le 21/07/2012
Un RockStore plein à craquer pour accueillir les deux sœurs de CocoRosie, qui se sont associées à Rajasthan Roots, groupe que je ne connais absolument pas. Alors donc... La suite

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

Emilie Simon : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent en concert

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 23/08/2014
Le vendredi, c'est par ici ! Deuxième (et hélas dernière journée) pour nous dans cette bonne ville de Saint-Cloud, pour communier avec quelques 39 999 autres personnes dans... La suite

Interview avec Emilie Simon en concert

Interview avec Emilie Simon par Fredc
Café de la Musique, Paris, le 21/05/2012
Une rencontre avec Emilie Simon n'est jamais anodine. Elle l'est d'autant moins quand, comme moi, on l'a suivie avec passion sur la banquise immaculée de La Marche de l'Empereur,... La suite

(mes) Eurockéennes 2010 2/3 : Omar Souleyman, Emilie Simon, Airbourne, General Elektriks, The Specials, The XX, The Hives, Ghinzu, Vitalic en concert

(mes) Eurockéennes 2010 2/3 : Omar Souleyman, Emilie Simon, Airbourne, General Elektriks, The Specials, The XX, The Hives, Ghinzu, Vitalic par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2010
Le vendredi, c'est par ici ! Chaque année, au moins un projet excitant est programmé à une heure indécente, pour qui doit faire la grasse-matinée, récupérer, partager un bon... La suite

Iggy & The Stooges + Archive + Emilie Simon + Izia (Printemps de Bourges 2010) en concert

Iggy & The Stooges + Archive + Emilie Simon + Izia (Printemps de Bourges 2010) par Pierre Andrieu
Le Phénix, Bourges, le 14/04/2010
Une démonstration de punk rock... Après trois premières parties plutôt anecdotiques (Izia fatigue en un clin d'oeil avec ses hurlements et ses compos de Janis... La suite

The Flaming Lips : les dernières chroniques concerts

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

The Flaming Lips + The National + Archie Bronson Outfit + Josh T. Pearson + Serena Maneesh + Thus:Owls (La Route du Rock 2010) en concert

The Flaming Lips + The National + Archie Bronson Outfit + Josh T. Pearson + Serena Maneesh + Thus:Owls (La Route du Rock 2010) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 15/08/2010
Après deux belles soirées de concerts (vendredi 13 août avec Dum Dum Girls, Owen Pallett, Yann Tiersen, The Black Angels et French Cowboy en surprise puis samedi 14 août avec... La suite

Brenda Benson + Eskobar + Flaming Lips par Celui qui cherche
Elysée Montmartre, Paris, le 12/03/2003
Concert éclectique des Festins d'Aden En première partie, un groupe de rock de jeunes (prononcer "d'jeuns"), qui se sont employés à jouer un rock énergique et classique et qui m'a foi y sont parvenus. En deuxième partie, Eskobar, qui a produit sa "pop sucrée", très bien produite, très agréable à écouter. Style léché, voix suave du chanteur,... La suite

La Palais d'Auron, Bourges : les dernières chroniques concerts

Interpol (Le Printemps de Bourges 2005) en concert

Interpol (Le Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, Bourges, le 27/11/2020
Juste après l'énorme show de Bloc Party, la tête d'affiche du jour au Palais d'Auron pour le Printemps de Bourges 2005, Interpol, n'a eu aucune peine à plonger le public dans... La suite

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, Bourges, le 26/04/2018
Très en forme sur cette nouvelle tournée et toujours aussi craquante avec son look d'éternelle adolescente en Jean, Charlotte Gainsbourg a joliment pris la suite de son père,... La suite

Anna Calvi + Miossec + Drenge (Le Printemps de Bourges 2014) en concert

Anna Calvi + Miossec + Drenge (Le Printemps de Bourges 2014) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, W et Auditorium, Bourges, le 23/04/2014
Mercredi 23 avril, deuxième jour du Printemps de Bourges 2014, avec déjà une belle moisson de concerts marquants : Drenge, en première partie de Skip The Use et Shaka Ponk... La suite

Moriarty, Baptiste Trotignon invite Christophe Miossec, Chocolate Genius Inc, Catherine Ringer (Printemps de Bourges 2011) en concert

Moriarty, Baptiste Trotignon invite Christophe Miossec, Chocolate Genius Inc, Catherine Ringer (Printemps de Bourges 2011) par Pierre Andrieu
Auditorium et Palais d'Auron, Bourges, le 21/04/2011
Jeudi 21 avril 2011, c'est le deuxième jour du Printemps de Bourges (notre chronique du mercredi soir est ici), avec un programme chargé mais pas totalement passionnant (la... La suite