Accueil Escapade - Clermont Ferrand
Jeudi 26 janvier 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Escapade - Clermont Ferrand

22 Place de la Liberte
63000 Clermont Ferrand

Plus d'info :

80 places

Plan d'accès

Escapade - Clermont Ferrand : les concerts

Il n'y a pas concert actuellement annoncé dans ce lieu.

Escapade - Clermont Ferrand : l'historique des concerts

Je.

07

Juin

2007

Kandid

Je.

17

Mai

2007

The Suppositorz en concert
The Defectorz / The Suppositorz The Suppositorz

Je.

10

Mai

2007

Sick To The Bones + Saltslide (UK) + Sport Doen (Bel) + Sedateds

Di.

19

Nov.

2006

The Lords of Altamont en concert
The Lords Of Altamont, The Suppositorz The Lords of Altamont

Sa.

28

Oct.

2006

Agora, Ebola, Crush On Mary, Impure Wilhelmina Ebola

Je.

07

Sept.

2006

Arkol en concert
Arkol, Wax, Koala Milk Koala Milk / Arkol

Ve.

16

Juin

2006

Place-Id en concert
Nozea, Unsuitable For Use, Place-id Place-Id

Sa.

20

Mai

2006

Curtiss, Unsuitable For Use, Koala Milk Koala Milk

Sa.

20

Mai

2006

Curtiss, Unsuitable For Use, Koala Milk Koala Milk

Ve.

19

Mai

2006

Jack Dupon

Je.

18

Mai

2006

Housebound

Ve.

13

Janv.

2006

Day Of The Jump

Escapade : les dernières chroniques concerts 11 avis

Interview avec Herman Düne & Julie Doiron

Interview réalisée le 28 novembre 2005, par Pierre Andrieu

L'Escapade, Clermont-Ferrand 28 novembre 2005

Interview avec Herman Düne & Julie Doiron

Profession : musiciens passionnés... En ce sinistre et pluvieux jour du mois de novembre, Herman Düne & Julie Doiron "traînent" un peu sur la longue route qui les mène à Clermont-Ferrand, leur arrivée en provenance de Nantes ne se fait donc qu'aux alentours de 19 h 30. On se dit alors que l'entretien (prévu à 19h) est compromis, qu'ils seront pressés et peu disponibles, voire grincheux à cause des 7 heures de trajet... Et bien évidemment, c'est tout le contraire qui se produit : le groupe au grand complet nous accorde un long entretien - presque une heure - en deux parties (avant et après le repas végétarien préparé par les organisateurs de cette soirée, le groupe Bolik). C'est dans une sorte de crypte aménagée en loges que la discussion avec David-Ivar, André, Néman et Julie Doiron se déroule. Tout le monde a visiblement envie de parler de sa passion numéro 1 (la musique) et adopte une position idéale pour le bavardage : affalé sur une banquette en fumant des clopes pour André, bien installé sur des chaises pour David et Néman (qui s'absentera pour mettre en place le stand de vente de disques) et assise en tailleur par terre pour la discrète mais pétillante Julie. Bolik, qui a réussi à trouver à la dernière minute la salle où le... Lire la suite

Herman Düne & Julie Doiron

Critique écrite le 11 novembre 2005, par Pierre Andrieu

L'Escapade, Clermont-Ferrand 9 novembre 2005

Herman Düne & Julie Doiron en concert

Escapade de rêve avec Herman Düne & Julie Doiron C'est à L'escapade, un bar habituellement réservé aux concerts de hardcore ou de métal qu'Herman Düne et Julie Doiron se produisaient pour la modique somme de 4 euros en ce jour béni du mercredi 9 novembre... Cette date miraculeuse pour les fans clermontois d'H.D. (qui espèrent quand même que leur groupe favori aura sous peu les honneurs du club de la Coopérative de Mai, plus adapté) a été trouvée à la dernière minute par le groupe clermontois Bolik (grand fan des auteurs de Not on top et qui se produisait en première partie) à la demande du trio, qui veut jouer tous les soirs et déteste les day off. Jusqu'ici ceux que la musique d'Herman Düne transporte (et qui avaient manqué la prestation du groupe dans les studios de Radio Campus Clermont et à l'Espace Couriat, à Riom, lors de la première tournée, qui date de 1999) devaient être voyageurs pour aller écouter la bonne parole folk pop des frangins franco suédois et suisses : à Belfort, Bourges ou à Paris dernièrement, au festival Rock en Seine. Et puis soudain, un miracle se produit en ce beau jour pluvieux de novembre : en transit entre Nantes et Annecy, Herman Düne & Julie Doiron posent leurs instruments le temps d'un show en... Lire la suite

The Defectors + The Suppositorz + The Plastic Gangsters

Critique écrite le 19 mai 2007, par Pierre Andrieu

L'Escapade et Le Velvet, Clermont-Ferrand 17 mai 2007

Et une soirée rock'n roll bien réjouissante, une ! On ne remerciera jamais assez les Suppositorz et leurs amis de faire passer des groupes aussi excellents que les Lords Of Altamont (en 2006) et les Defectors (c'est eux qui nous intéressent aujourd'hui) dans nos contrées reculées... et ce dans des endroits permettant une proximité avec les artistes, comme L'Escapade, un bar sordide, crade, vendant une bière sentant la pisse... mais idéal pour les concerts rock n roll. The Suppositorz : toute la musique qu'ils aiment, elle vient de là, elle vient du rock garage ! Vers 21h30, et après quelques réglages réalisés sur scène, les Four Denim Boyz from Moulins démarrent sur les chapeaux de roue leur set puissamment rock garage par le traditionnel cri du cœur : "Brothers, sisters, we're The Suppositorz and the fuckin' denim's back again !" Même avec un micro vintage premier prix ne restituant pas toute la puissance vocale de Steve Andro, le chanteur/guitariste iguanesque, les quatre Suppo ont fait très bonne impression, en chauffant la salle à blanc pour les Defectors. Ces deux groupes étaient vraiment fait pour se rencontrer (leur noms et leur amour du rock garage parlant d'eux mêmes), les régionaux de l'étape le savent... Lire la suite

Jack Lewis & The Cutoffs + The Delano Orchestra + Leopold Skin + ST Augustine

Critique écrite le 04 décembre 2006, par Pierre Andrieu

L'Escapade, Clermont-Ferrand 7 novembre 2006

Jack Lewis et ses musiciens ont fait une halte fort réjouissante à L'Escapade, à Clermont-Ferrand, début novembre. Après une première partie parfaitement assurée par le sobre duo (folk, pop et soul) Leopold Skin + ST Augustine et avant la prestation - entre rock planant et folk mélancolique - d'un Delano Orchestra en gros progrès, le petit frère de Jeffrey Lewis a démontré que quand un musicien a la foi, du talent et l'envie de jouer, rien ne peut l'empêcher de donner un concert mémorable. Pas même un lieu un peu déserté, une sono pourrie ou du matériel à deux doigts de rendre l'âme... Non, en ce joli ce soir de novembre, Jack Lewis et son excellent groupe comptant en son sein deux autres songwriters, sont en grande forme. D'un naturel confondant, d'une gentillesse rafraîchissante et d'une humilité incroyable, le "leader" du groupe propose un set de cinquante minutes où son jeu de basse ultra rock (voire punk), sa voix (très proche des superbes dérapages de Stephen Malkmus de Pavement), ses compositions (entre folk, rock lo-fi et punk) et ses textes surréalistiquement drôles et osés font merveille. Comme à la maison ou en répétition, les musiciens s'interrogent entre les morceaux pour savoir ce qu'ils vont chanter... Lire la suite

Penny Ikinger

Critique écrite le 19 octobre 2006, par Pierre Andrieu

L'Escapade, Clermont-Ferrand 17 octobre 2006

Très belle découverte à L'Escapade grâce aux bons soins des organisateurs du festival Ultimo Auto Shop (qui aura lieu en à la mi novembre au même endroit)... Penny Ikinger, c'est d'elle dont il s'agit, est une Australienne aussi inquiétante et sensuelle que douée pour créer des climats électriques sombres. Accompagnée par deux excellents musiciens français, Dimi Dero à la batterie et Vinz à la basse, la fascinante jeune femme a, plus d'une heure durant, permis un voyage sonique dans son univers trouble, mélancolique et déstabilisant. Si elle sourit très peu sur scène et s'habille intégralement en noir, Penny Ikinger semble néanmoins prendre un pied incroyable à jouer sur scène ses morceaux accidentés. Devant un public peu nombreux, certes, mais conquis. Sa voix raisonne comme un écho à celle de la troublante Nico, son jeu de guitare, quant à lui, évoque souvent les riffs basiques et les parties bruitistes sidérantes de Lou Reed dans le Velvet Underground. Comme ceux de ses illustres aînés, la qualité des morceaux de Penny Ikinger tient souvent au fait qu'ils sont écrits très sobrement en partant d'un riff de guitare "punk rock basique", et portés par des parties vocales aussi plaintives qu'excitantes. Quand, tel un ange noir... Lire la suite

The Lords Of Altamont + The Suppositorz + Ass Bandit

Critique écrite le 13 juillet 2006, par Pierre Andrieu

L'Escapade, Clermont-Ferrand 28 juin 2006

The Lords Of Altamont + The Suppositorz + Ass Bandit en concert

C'est dans une chaleur étouffante et devant un public très chaud (forcément !) que les Lords Of Altamont - précédés par leurs premières parties clermontoises - ont donné un des seuls concerts de leur tournée prévu dans... un bar, L'escapade à Clermont-Ferrand en l'occurrence. Un lieu déjà connu pour avoir reçu Herman Düne & Julie Doiron en Novembre 2005. Changement radical de style en cette fin juin 2006 : exit la folk pop, vive le rock garage ! Ass Bandit : des morceaux qui bottent le cul ! Ce sont les jeunes clermontois d'Ass Bandit qui lancent la soirée, très en retard, dans une chaleur insupportable et pas très en place. Vous allez me dire que cela fait beaucoup pour un seul groupe... Oui, on hésite même un instant à prendre la poudre d'escampette, et puis on se ravise car malgré ses défauts (le principal étant que le groupe ne joue pas ensemble), ce combo sonne bien, compose des morceaux qui bottent le cul et devrait faire mal sous peu. On préférera toujours des musiciens approximatifs ayant de bonnes idées à des virtuoses sans inspiration. The Supposittorz : belle puissance de feu... Juste après, on n'a pas à faire à un trio de virtuoses non plus, et c'est très bien comme ça... Les quatre Suppositorz... Lire la suite

Accès