Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 27 Janvier 2020 : Elvis
Lundi 21 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 27 Janvier 2020

Elvis

N'ayant pas d'édito de Philippe sous le coude, et étant à la recherche de ce que je pourrais bien raconter en ouverture de cette newsletter je me suis dit que j'allais me connecter à facebook et voir si quelque chose allait me donner une idée. Tout en le faisant je me suis dit que c'était un peu idiot car il y avait du coup de très forte chances que ce soit négatif, la plupart des gens, en tout cas de mes " amis " virtuels (dont certains le sont fort heureusement dans la vie réelle aussi), s'en serve de défouloir pour se moquer ou juste faire part de leur stupéfaction quant au succès de tel ou tel artiste (lui faisant quand même du même coup de la pub et nous imposant sa vue plutôt que celles de choses intéressantes). Bref je suis tombé sur un de ces jeux à la chaine (qui n'ont à mon avis d'autre objectif que d'en savoir toujours un peu plus sur vous et sur la façon dont votre réseau se répand et réagit) sur les x meilleurs solos de guitare. Qu'importe le jeu, par contre cela m'a rappelé que celui qui qui venait de poster ce message avait aussi posté quelques jours plus tôt cette video de Elvis en train de chanter Sucpicious minds à Las Vegas que j'avais pris beaucoup de plaisir à regarder découvrant Elvis sous un autre visage. Outre cette ressemblance physique avec Dany Brillant et Sylvester Stallone c'est son côté taquin et qui ne craint pas le ridicule qui m'a vraiment séduit. Ca m'a du coup donné envie de le connaître un peu mieux. Donc si vous avez un bon bouquin ou mieux un beau documentaire sur le King je suis preneur.

En parlant de documentaire vous verrez dans la partie agenda que je vous en conseille un (que je n'ai pas encore vu) mais qui devrait être intéressant puisqu'il parle du rock à Marseille ;-)

Sur ce bonne semaine à toutes et à tous ! Et n'oubliez pas de jeter un œil attentif à l'agenda sur le site (bcp plus complet que ma petite sélection ci dessous) si vous ne voulez pas passer à côté du concert qui vous aurait plu.

Pirlouiiiit

ps : N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

pps : les messageries yahoo ayant bloqué l'envoi de la newsletter précédente, toutes les adresses yahoo ont été enlevées de cet envoi et seront réintégrées au fur et à mesure, l'occasion quand même de vous rappeler au cas où vous ne la recevriez plus qu'elles sont toutes archivées sur le site https://www.liveinmarseille.com

Cette semaine à Marseille

Nasser / Mathieu by Pirlouiiiit 19052018
Nasser Ben Dadoo & Mathieu Tomi qui affichaient complet il y a 2 ans au Roll'Studio

 
Cette semaine si je n'étais si fatigué le soir voici quel serait mon programme ...
 
* lundi 27/01 commençons en force avec Llamame La Muerte + Biche Pratique à la Salle Gueule
 
* mardi 28/01 - si j'ai le courage peut être bien Tamaryn (dont j'entends dire le plus grand bien) au Molotov
 
* mercredi 29/01 - ce soir je me sens trop vieux / fatigué pour m'imaginer à la Salle Gueule avec Blight Mass, Jackface, Bonhom ... mais qui sait ?
 
* jeudi 30/01 - en fonction des horaires réels j'essaierai de combiner Maison Hantée avec la Projection du film "Marseillais! Yeah! Yeah! Yeah! " documentaire de 52 mn écrit et réalisé par Alexandra Musseau (Portraits du rock à Marseille avec : François Billard, Robert Rossi et Quartier Nord, Los Bankalos, Yann et la Maison Hantée, Leda Atomica, Zaza Torel, Marie-Ange, Catalogue, Lollipop Music Store, Stephane Neurotic, Sonic Polo, Cédric Neuser, No Jazz Quartet, François Guéry, Pascal Escobar, Jearc, Nicolas Dick, Conger Conger, la Machine à Coudre, Phil Striker et Sabre Tooth, la Salle Gueule, Jackaline, le Dernier Cri, le Molotov, Plainmen, Cowboys from Outerspace, Vortex, Rue du Rock, Live in Marseille, Sovox, la Chasse, Robex...)
et Louise & the Po'Boys au Makeda

* vendredi 31/01 - après un petit tour au Lollipop pour les Bankalos c'est avec pas mal d'émotion que je me rendrai à la Meson pour le grand retour de Anais puis je filerai soit au Non-Lieu qui annonce pas moins que James Mc Clellan & Sweet Mrs Otter + Karim Tobbi + Johnny Barrel + François Billard & Nini Dogskin soit au JAM pour Serket & the Cicadas maintes fois ratés, puisque c'est sur le chemin du retour chez moi ...
 
* samedi 01/02 - je serais bien tenté par le Roll'Studio qui accueille le duo blues Nasser/Mathieu et comme je n'y ai jamais mis les pieds j'enchainerais avec les Fils Qui s' Touchent qui accueillent La Fanfare Moufle + 3 autres Fanfares
 
* dimanche 02/02 - j'avoue que je me serais bien laissé tenté par Lou au Toursky si j'avais le temps
 
je vous rappelle que ceci est une sélection très subjective (par définition) et que l'agenda sur le site est mis à jour tous les jours ... aussi je vous invite à aller voir les détails sur https://www.liveinmarseille.com
 

Le disque de la semaine

Saga

Incomprehensible de David Lafore écouté par Pirlouiiiit

Ayant déjà écrit tout le bien que je pensais de la musique de David sur scène (une bonne vingtaine de chroniques en 20 ans) comme sur disque (4 de ses albums) j'ai un peu tardé à écrire sur ce disque que j'écoute pourtant depuis décembre dernier ... Franchement après sa double carte blanche à la Meson au cours de laquelle il avait invité Hakim Hamadouche, Gildas Etevenard, Ed Hosdikian ainsi que Ottilie B, Hank j'étais sûr qu'il allait (ou plutôt je me disais qu'il lui fallait) sortir un disque (pourquoi pas live) avec tous ces invités. En effet, lui qui aime bien prendre ses auditeurs à contre-pied (de nez), je me disais que juste après avoir poussé le minimaliste électronique à son maximum sur Les cheveux ... et bien non, cet album me prouve le contraire. Enregistré avec l'aide de Christophe Van Huffel (dont je surveille l'activité depuis Tanger) et avec quelques invités de marque (l'hyper actif Cyril Atef sur la plupart des titres, Fabrice Martinez à la trompette, et pas mal de choristes parmi lesquels on retrouve Lilith) voici donc 14 nouveaux titres de cette chanson inclassable dont il est l'un des fers de lance. On y retrouve avec plaisir les 5 titres de l'EP Chip chip dont cet hallucinant Le monde est petit qui au bout de 3 minutes de chanson part en vrille avec cet obsédant "Coupez moi la tête !" et ces "ouh ouh !" de rave (Il est d'ailleurs amusant de voir comment le simple fait de changer l'ordre de morceaux change complètement la perception qu'on en a ou l'importance qu'on leur donne). Juste après on trouve Incompréhensible assurément le morceau le plus pop du lot et donc au potentiel radiophonique le plus évident (il pourrait en tout cas trouver sa place sur les playlists de programmateurs souvent frileux). La face B (enfin la deuxième moitié du CD) s'aventure sur des terres plus expérimentales ... Comme à son habitude, cohabitent avec beaucoup de malice des titres faciles d'accès et d'autres beaucoup plus expérimentaux, des textes dont on comprend les sous-entendus plus ou moins rapidement et d'autres, comme ce Remi Duquenne (apportant ainsi un sacré coup de projecteur à L'association Souliers) ou ce Petit Village répété à l'infini, où les mots ne sont plus que des vecteurs de sons. Des textes finalement intimes dans lesquels on se retrouve et qu'on aura plaisir à chanter en famille en attendant de les entendre sur les ondes. Ca me fait penser que j'ai toujours trouvé que l'univers de David était à bien des égards assez proche de celui de Stéphane - Tante Hortense - Massy Inc. (avec qui il avait donné un super concert commun au théâtre de Lenche au siècle dernier), ce qui s'illustre ici par exemple, par le fait que la déchetterie aurait tout à fait eu sa place sur 3349, tout comme Qui es-tu sur l'album inexistant de Mr Go et Mr Ma. Sur la fin du disque il se lâche littéralement puisque après ce très Fauve j'arrive pas à m'arrêter et le désormais fameux Remi Duquenne on trouve cette plage troublante, la voix, dans laquelle il laisse un message d'amour immortel pour les générations futures. Nous aussi on t'aime David. Bisous.

2020 (David Lafore - La Triperie)


Le film de la semaine

Saga

Fleabag vu par Fred B

Fleabag : un des problème dans les séries est le concept de la "saison de trop". En effet, il arrive que les auteurs aient fait le tour de leur sujet, mais que, portés par le succès, la pression des fans et des exécutifs, ils acceptent de prolonger ce qui aurait dû être arrêté. Il y a des dizaines d'exemples de ce cas, le plus connu étant Happy Days qui a donné son nom à ce phénomène : Jumping The Shark.

La saison 1 de Fleabag était parfaite. Portée, écrite et incarnée par Phoebe Waller-Bridge, d'après sa pièce de théâtre, elle racontait les errances professionnelles, familiales et amoureuses d'une trentenaire minée par la dépression. Six épisodes de trente minutes qui faisaient le tour du sujet. Point. Merci.

Je pensais que cela s'arrêterait là, d'autant que Waller-Bridge, totalement révélée par cette série, croulait depuis sous les projets : un rôle dans Solo, l'écriture de Killing Eve, participation au prochain Bond.

Mais voilà que déboule sur Prime Vidéo la saison deux de Fleabag. N'y croyant pas trop, j'ai quand même jeté un oeil, et là : la claque.

Dès le premier épisode (un bottle episode pour les connaisseurs), elle fait taire tous les doutes : désopilant, gênant, profond, émouvant, puissant, les adjectifs manquent pour définir ce coup de maître. Chaque épisode, à sa façon, est une réussite totale.

Phoebe Waller-Bridge est un génie, je n'ai aucun problème à le dire. Son écriture est aussi moderne que pertinente, son jeu est brillant, son timing comique parfait. Bien qu'entourée d'une belle galerie de second rôle c'est elle qui incarne ce qui est peut être la meilleure série de l'année dernière. A 34 ans, elle met à l'amende toute la concurrence, enterre Ricky Gervais et crame même Louis CK et Aziz Ansari sur leur propre terrain.

génie, Génie, GÉNIE!!!!!

Clip de la semaine

Après Rachid Taha et La Rue du Rock 2018, Sleaford Mods, Thomas Fersen plutôt que David Lafore, Vanwho plutôt que SovoX, Hervé André, Karim Tobbi, Les Frères Morvan, La Pluie , Richard Gotainer, Sloy, Black Bones, Usken, Popochanel, Sonic Youth, Steve Shiffman and the Land of No, Salvatore Adamo, La Nose

(attention pathos) Si un jour on m'avait dit que j'allais faire suivre un clip d'un chanteur comme James Blunt (même si il m'avait plutôt agréablement surpris en live) j'aurais eu un peu de mal à le croire. Pourtant j'avoue avoir été touché (le matin après l'avoir regardé je n'ai pas pu résister à embrasser Cyril longuement avant de l'amener à la piscine) par le sujet de la chanson et les paroles. Pas encore directement concerné par la question, mais cela viendra malheureusement bien assez tôt, du coup je la partage ...

qui s'il n'apparait pas ci dessus (ce qui est bien dommage) est visible en cliquant ici