Accueil Beirut en concert
Lundi 20 août 2018 : 11626 concerts, 25130 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.


Zach Condon et sa troupe de musiciens bigarrés formant Beirut réussissent à mélanger harmonieusement la folk music, la pop mélancolique et les sonorités slaves des orchestres réunis pour les mariages et les enterrements dans les Balkans... Le résultat est magnifique, saisissant, envoûtant et permet de passer du rire aux larmes comme dans un film d'Emir Kusturica. C'est si beau qu'on voudrait que la folle sarabande des ukulélés, des trompettes, des orgues, des accordéons, des cordes et des voix ne s'arrête jamais.

Beirut : vos chroniques d'albums
Site

Beirut en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Beirut : l'historique des concerts

Je.

07

Juillet

2016

Montreux Jazz Festival en concert
Matt Corby - JosÉ GonzÁlez - Beirut (Complet) Montreux Jazz Festival | Beirut | José Gonzalez
Montreux Jazz Lab - Montreux

Me.

06

Juillet

2016

Di.

03

Juillet

2016

Festival Beauregard en concert
Festival Beauregard 2016 - Pass 1 Jour 3 Juillet : Pj Harvey, Louise Attaque, Beirut, Jain, Jeanne Added, Grand Blanc, Lou Doillon, Grand Parc, Jurassic 5 Festival Beauregard | Jurassic Five | PJ Harvey | Louise Attaque | Lou Doillon | Beirut | Jeanne Added | Grand Parc | Grand Blanc | Jain
Chateau de Beauregard - Herouville St Clair (14)

Ve.

03

Juin

2016

Festival Primavera Sound en concert
Festival Primavera Sound 2016 : Radiohead, Last Shadow Puppets, Beach House, Dinosaur Jr, Beirut, Animal Collective, Savages, Tortoise, Shellac, Cavern Of Amti-Matter Etc Festival Primavera Sound | Radiohead | The Last Shadow Puppets | Tortoise | Beirut | Shellac | Dinosaur Jr | Animal Collective | Beach House | Savages | Cavern of Anti-Matter
Parc del Forum - Barcelone

Ma.

16

Fév.

2016

Ma.

22

Sept.

2015

Je.

21

Août

2014

Pully For Noise Festival en concert
Anna Aaron - The Ghost Of A Saber Tooth Tiger - Beirut Pully For Noise Festival | Beirut | Anna Aaron | The Ghost Of A Saber Tooth Tiger | The Goastt
Site des 4 Vents - Pully (CH)

Sa.

15

Sept.

2012

We Love Green Festival en concert
Klaxons - Camille - Beirut - La Femme - Micachu We Love Green Festival | Camille | Klaxons | Beirut | Micachu & The Shapes | La Femme
Parc de Bagatelle - Paris 16ème (75)

Beirut : les dernières chroniques concerts 6 avis

Beirut

Critique écrite le 23 septembre 2015, par Coline Magaud

Zénith de Paris 22 Septembre 2015

Beirut en concert

Beirut au Zénith, c'était bien même si une salle plus petite leur aurait rendu beaucoup plus justice. En effet, on sentait le sextet mené par Zach Condon assez impressionné de jouer devant une telle audience, ce qui a peut-être un peu enlevé en spontanéité au concert. Probablement désireux de bien faire dès le début du show, les musiciens sont concentrés à l'extrême et la communication avec le public s'en trouve assez réduite, surtout si l'on prend en compte le fait que le chanteur parle très bien notre langue. Après, la set list est sans accroc, panachant à merveille chansons phares des albums précédents tout en mettant en avant le dernier effort du groupe : No No No. Pendant 1 heure 30, ils parviennent... Lire la suite

Klaxons + Beirut + Camille + Micachu & The Shapes (Festival We Love Green 2012)

Critique écrite le 26 septembre 2012, par Pierre Andrieu

Parc de Bagatelle, Paris 15 septembre 2012

Klaxons + Beirut + Camille + Micachu & The Shapes (Festival We Love Green 2012) en concert

Samedi 15 septembre, deuxième jour du festival We Love Green 2012 au Parc de Bagatelle dans le 16ème arrondissement de Paris, avec Micachu & The Shapes, Camille, Beirut et Klaxons sur la superbe scène située au milieu de la verdure et des arbres... Hier, nous étions là pour communier avec Norah Jones, un concert renversant de beauté, aujourd'hui nous sommes principalement là pour voir Zach Condon et Beirut à l'œuvre dans un cadre intimiste, deux ans après une prestation un peu expéditive sur une scène trop grande à Rock en Seine. Compte rendu : Micachu & The Shapes Après avoir malheureusement loupé la prestation de La Femme à cause du rodage de la ligne 1 du métro, c'est Micachu & The Shapes qui nous accueille dans un parc baigné de soleil et truffé de hippies bobos hipsters, très en joie car ne connaissant visiblement pas la crise... Au risque de faire retomber l'ambiance et de choquer les fans de pop songs bien habillées et peignées, le trio se lance dans un court show, débraillé, dissonant, assez mou et un peu fainéant. Malgré la clémence du temps, la très borderline et approximative chanteuse guitariste du groupe tire une tronche de deux mètres, s'emberlificote joliment dans ses cordes de guitare (assez... Lire la suite

Refused + Beirut + Mudhoney + Purity Ring + Reignwolf + Unicornibot (Festival Primavera Sound 2012)

Critique écrite le 08 juin 2012, par monsieur

Barcelone 31 mai 2012

Refused + Beirut + Mudhoney + Purity Ring + Reignwolf + Unicornibot (Festival Primavera Sound 2012) en concert

Les Espagnols n'ont jamais su se coiffer ni s'habiller mais une chose est sûre, ils savent faire des programmations de festivals. Un des premiers et des plus illustres de l'année dans ce pays de mangeurs de tapas étant le Primavera Sound festival de Barcelone, voici un petit résumé du premier jour, le jeudi 31 Mai. Tout d'abord un petit mot sur l'atmosphère générale et l'organisation, ou plutôt trois "de puta madre", ça cartonne tout simplement. Le staff est cool, on entre facilement, on trouve de la bouffe partout, de la bière partout (le nom du festival c'est le "San Miguel" Primavera festival...), les scènes sont grandes...très grandes et tout est en plein air, pour ne rien gâcher, le temps est parfait. Toutes les conditions sont réunies pour une bonne nuit de violence et de rock'n' roll. Unicornibot On commence gentiment par un groupe d'Espagnols bien énervé qui a retenu une bonne leçon : la langue de Cervantès n'est pas adaptée au rock roll. En effet bien que très adapté au ska à crête et à la célébration de but (si ils gagnent encore l'euro je vais me pendre..) ce langage rigolo n'a jamais su se rock'n'rolliser et mis à part Mécano (genre Téléphone en pire...oui ç'est chaud) peu de leur groupe ont su s'exporter.... Lire la suite

Beirut

Critique écrite le 13 septembre 2011, par Edje

L'Olympia à Paris 12 Septembre 2011

Beirut en concert

Et bien oui, j'avais sauté le pas ! Aller voir en concert le groupe Beirut dont les albums m'ont fait voyagé, m'ont donné le sentiment d'aimer la vie encore plus et me transportaient dans une seconde vie cinématographique ! Allons vivre tout ça sur scène ! A vrai dire, j'en ressors déçu. Oui, j'ai eu plein de frissons dans le dos et sur tout le visage quand ils ont entonné mes chansons préférées. Oui la voix est superbe. Oui c'est poétique. Mais ce fut honnêtement peu convaincant. A vrai dire je me croyais en face de ma sono en train... Lire la suite

Beirut : les chroniques d'albums

Beirut : The Rip Tide

Chronique écrite le 10/08/2011, par Pierre Andrieu

Beirut : The Rip Tide

A la fois concis, mélancolique, enlevé et évocateur, The Rip Tide, le nouvel album de Beirut, a l'intelligence de se situer dans la lignée des précédentes réussites révélées au monde par son songwriter chanteur, Zach Condon, tout en cherchant des lignes de fuite vers des terrains de jeux différents... Si le son reconnaissable entre mille de Beirut (voix en apesanteur de crooner illuminé, arrangements de cuivres venus d'Europe de l'Est, accordéon, ukulélé, bluffantes mini symphonies pop folk world balkaniques... ) est immédiatement identifiable sur la plupart des morceaux - cf le bon premier single, East Harlem - et si l'écriture reste passionnante, soignée et marquante, le brillant leader de la troupe réussit à surprendre (un peu) et à séduire (beaucoup) avec le titre Santa Fe, une électro pop song absolument renversante, où les synthétiseurs tournoient autour de la voix et de la mélodie. Ici ou là, on remarque également des tentatives bienvenues d'ajouts d'éléments dissonants colorant joliment le son (The Rip Tide)... Lire la suite

Beirut : March Of The Zapotec...

Chronique écrite le 16/02/2009, par Pierre Andrieu

Beirut : March Of The Zapotec...

Regroupés avec de superbes enregistrements récents en compagnie du groupe mexicain The Jimenez Band, les premiers travaux de Zach Condon, le magicien se cachant derrière le nom de Beirut (projet qui s'appelait alors Realpeople), permettent de constater que dès ses débuts le petit génie au physique lunaire savait pertinemment où il allait : son destin était bien de tutoyer les étoiles de la pop. Si la tonalité de sa musique était plus électronique à l'époque, l'on constate déjà sur les cinq morceaux de l'album Holland - signés Realpepople - que sa voix d'ange survolant le monde des humains bouleverse, que le mélodies marquantes sont au rendez-vous et que ses premiers travaux renfermaient de belles promesses pour... Lire la suite

Beirut : The Flying Club Cup

Chronique écrite le 14/11/2007, par Pierre Andrieu

Beirut : The Flying Club Cup

Brillant deuxième album pour Beirut, le projet musical de Zach Condon, entre folk des Balkans, pop follement luxuriante et orchestre de world musique déglinguée... et francophile. Habitant désormais à Paris, le jeune songwriter américain qui avait fait sensation avec son génial premier album (inépuisable Gulag orkestar) a rempli son nouvel album de clins d'oeil appuyés à notre beau pays. Titres de chansons en français dans le texte - Nantes, La banlieue, Un dernier verre pour la route, Cliquot, Cherbourg... -, extraits de dialogues de films made in France, visuels vintage extraits d'un album photo trouvé à Paris, Zak Condon a mis un peu de son amour pour son pays d'adoption dans sa musique... Lire la suite

Beirut : Gulag Orkestar

Chronique écrite le 22/11/2006, par Pierre Andrieu

Beirut : Gulag Orkestar

Réédité en novembre 2006 avec en bonus le très bon The Lon Gisland EP, l'album Gulag Orkestar du groupe américain Beirut restera comme l'un des tout meilleurs albums de l'année écoulée... Car sur ce disque quasi miraculeux, Zach Condon et sa troupe de musiciens bigarrés réussissent à mélanger harmonieusement la folk music, la pop mélancolique et les sonorités slaves des orchestres réunis pour les mariages et les enterrements dans les Balkans... Le résultat est magnifique, saisissant, envoûtant et permet de passer du rire aux larmes comme dans un film d'Emir Kusturica. C'est si beau qu'on voudrait que la folle sarabande des ukulélés, des trompettes, ds orgues, des accordéons, des cordes et des voix ne s'arrête jamais. La touche "repeat all" enfoncée, on se laisse emporter par... Lire la suite

Beirut : Vidéo

Beirut : écoute