Accueil Chronique de concert Fête de l'Humanité (Jour 2) : Cafe Vista Alegre + Maxime Le Forestier + Les Wampas + Arthur H + The Kooks + Deep Purple
Mercredi 26 septembre 2018 : 14630 concerts, 25160 chroniques de concert, 5223 critiques d'album.

Chronique de Concert

Fête de l'Humanité (Jour 2) : Cafe Vista Alegre + Maxime Le Forestier + Les Wampas + Arthur H + The Kooks + Deep Purple

Fête de l'Humanité (Jour 2) : Cafe Vista Alegre + Maxime Le Forestier + Les Wampas + Arthur H + The Kooks +  Deep Purple en concert

La Courneuve - Parc du Bourget 12 septembre 2009

Critique écrite le par



Après une nuit des plus mouvementée au camping, un Djembéman qui joue mal, un départ d'incendie et le froid commun à Paris, c'est par un débat sur Jaurès que cette seconde journée sur la planète Humanité commence.

"Qui a les plus grosses maracas ?"



Pas grand monde pour le rendez vous cubain de la semaine. Il faut dire que Cafe Vista Alegre ne fait pas figure de tête d'affiche. Cependant après un bon petit repas kebab-guiness, pour la sieste de 14h, la musique cubaine il n y a rien de mieux. Maracas en main, sourire jusqu' aux oreilles, le chanteur qui, rapidement est rejoint par une jeune chanteuse, semble vraiment dans son élément. Il faut dire qu'un cubain à la fête de l'huma, cela relève de l'euphémisme. Néanmoins aprés une demie heure de spectacle, le show devient quelque peu rébarbatif bien que plaisant.

"L'intrus de la Fête"



On savait que Radio France était partenaire de la Fête de l'Humanité mais jamais on ne m'avait prévenu que Nostalgie était aussi de la partie, c'est sans doute pour ça que je fus étonné de voir Maxime le Forestier sur cette scène d'autant plus depuis son léger retournement de veste sur le débat relatif à la loi HADOPI. Il était donc risqué de venir se produire ici, tomates ou applaudissements à l'entrée de l'artiste ? Finalement ni l'un ni l'autre, sur l'ensemble de l'assemblée tout juste un quart remarque la présence de l'artiste. Qu'il joue ou pas pour la majorité du public ça ne fait pas grande différence. Tant les cubains de Cafe Vista Alegre étaient parfaits pour faire passer la digestion du midi, tant Maxime ne fait pas passer grand-chose à travers son concert. Heureusement la fête de l'Humanité ne se résume pas seulement au concert, après avoir tenu péniblement 4 morceaux c'est sur les expositions photos que je me retranche.



Mais en chemin, c'est une curieuse rencontre que finalement je fais. Un paradoxe, une énigme, bref un ministre de la majorité présidentiel, celui de la culture, Mr.Mitterand, pas celui qui est décédé, l'autre. Accueilli par les huées, les cris et les insultes, le principal intéressé se défend comme il peut. D'un côté il explique que sa présence est légitime en tant que ministre de la culture, ce qui est pour le moins normal, seulement de l'autre côté le ministre défend ouvertement son ami Hortefeux devant des militants exacerbés, de surcroit, le ministre se fait rapidement expédier de la fête. De son côté Maxime sans escarmouche termine son set. Cependant de Frédéric ou Maxime difficile de dire qui était vraiment l'intrus de la Fête...

"Ce soir les Wampas ont inventé le Rock pour vous mes chéris !"



17h40, un soleil presque de plomb, des effluves de transpiration d'adolescents et un costume rouge, panoplie d'un véritable coco, celle de Didier Wampas.. Après une petite musique d'introduction (celle du catcheur l'Undertaker, pour les connaisseurs), les 5 yéyés punks rentrent sur scène entamant in media res leur set. La masse compacte saute sur les riffs enjoués du groupe. Après " Aquarium Tactile " Immersion totale dans l'ambiance de la Fête, du costume aux petites phrases clin d'œil comme "Reviens G. Marchais ", les Wampas ne s'impliquent pas qu'à moitié. A tel point que c'est une jeune militante qui sert de pied micro le temps d'une chanson. Dans l'univers des Wampas entre punk brut et le kitch il n'y a qu'un pas, du coup coup de plus normal que de chanter " Macho Man " ou " Où sont les femmes" en plein milieux de set ? C'est un peu la marque de fabrique du groupe.



Lorsque Didier n'est pas sur scène, il est dans le public, sur le dos, sur le ventre, sur une chaise. Même si la fête est sous l'égide de la faucille et du marteau, il ne faut pas négliger un détail, Didier Wampas est le roi, et c'est en tant que tel que le Roi se fait installer un trône de fortune (quelques caisses en bois) sur scène. Du haut de son perchoir les communistes sont à ses pieds et c'est peu dire, tous scandent"Didier Wampas est le Roi ". Ce que des gouvernements entiers ont essayé de faire durant des années et années, Didier Wampas l'a réalisé en tout juste une demi-heure. Sa majesté nous gratifie d'ailleurs d'un set list vraiment hétérogène, des titres du nouvel album, des anciens et bien sur l'incontournable "Porte feuille de Manu Chao " qui électrise un public déjà survolté. Le ridicule ne tue, les Wampas l'ont prouvé à maintes reprises, après l'immonde costume rouge, Didier prend une guitare Hello Kitty et se coiffe non pas d'une couronne mais d'un immonde plot orange de signalisation, généreusement offert par le public.



Maintenant couronné, Didier s'adresse à son peuple " Ce soir les Wampas ont inventé le Rock pour vous mes chéris ! KISS, KISs, KIss, Kiss, kiss... ", Après avoir embrassé quelques personnes du public, c'est au tour des personnes à mobilité réduite de se faire embrasser par le Roi. Avec les mouvements de foule un épais panache de poussière s'installe devant la grande scène, même s'il est difficile d'y voir, il n'est pas pour autant dur de remarquer que la fosse est déjà pleine. Il n'y a pas de problème, il n'y a que des solutions, afin de remédier à la surpopulation dans le public Didier invite -pour son plus grand plaisir- les demoiselles du public sur scène. C'est alors qu'une nuée de jeunes groupies déferlent sur la grande scène. Ca se trémousse, ça danse pour les plus osées ça embrasse même les membres du groupe. De quoi ravir les Wampas qui terminent sous des tonnerres d'applaudissements et des milliers de baisers.

"I want to FLUCK with Madonna"



J'apprécie le père, j'idolâtre la sœur, mais le frère j'avoue ne pas vraiment le connaitre. En tout cas le public est au rendez vous, -même si les premiers rangs sont déjà essentiellement occupés par les jeunes groupies des Kooks-. Entrée sans fioriture sur scène, pas de décors, un univers très sombre un seul élément contraste avec l'ensemble uniforme, la charmante pianiste à tête blonde du groupe. Cette année les programmateurs n'ont, semble t il pas peur de jouer avec le feu, il n'y a pas que Maxime Le Forestier qui soit pro Hadopi, Arthur H l'est aussi. Du coup s'exposer sur une scène aussi politisée que celle de l'Huma peut se révéler risqué, heureusement pour l'artiste Mitterand et les Wampas sont passés avant ce qui a quelque peu calmé les foules. Arthur H débute avec "Est-ce que tu aimes ", initialement ce morceau est un duo avec -M-, sans ce dernier cette version est quelque peu fade.



Heureusement Higelin fils se rattrape avec " Dancing with Madonna " qu'il transforme en plein milieu en "FLUCKING with Madonna", flucking car fucking est trop vulgaire pour celui qui se décrit comme un "poélitique", amis de la poésie, bonjour. Après plus de cinq heures de concert ma gorge est un peu sèche du coup la Guiness m'appelle, et entre cette délicieuse boisson et Arthur H il n'y a pas photo, même si le set n'est pas fini je déserte -sans grand regret- la grande scène en faveur du stand Irlandais du Village Monde. Pour conclure, tant je serai prêt à défendre qu'avant d'être la fille de... Izïa se révèle être une perle musicale, un bijou, tant pour Arthur H il me serait plus difficile d'en dire autant...

" We love you"



Un groupe pop british juste avant une tête d'affiche de légende, c'est un peu une coutume sur la grande scène de la fête de l'Huma que de retrouver ce genre de programmation. Après Razorlight, Babyshambles,il était on ne peut plus normal de retrouver les anglais de The Kooks au parc du bourget. Autant dire que tous les préadolescents boutonneux s'étaient donné rendez-vous. D'ailleurs dans les premiers rangs la tension est palpable à tel point qu'au moment où le groupe débarque sur scène ce sont tous les photographes/journalistes qui se sont soudain retrouvés sourds. Somptueux amalgame de Rock, Folk, Pop il faut reconnaitre que ces quatre dandys là ont une toute autre classe que certains groupes français qui essayent -tant bien que mal- de percer dans le milieux à l'image des bb brunes pour ne citer qu'eux.



Pas le temps de s'ennuyer, les titres s'enchainent rapidement, peut être même trop. Il est d'ailleurs regrettable que le chanteur fasse plus attention aux groupies du premier rang plutôt qu'à l'ensemble du public, comme dirait les plus sages, c'est de leur âge. En tout cas le public ne semble pas leur en tenir rigueur, envouté par " Ooh la " ou encore le magnifique " Sway ", difficile de faire autrement.D'un titre à l'autre l'atmosphère change, mais l'énergie débordante du groupe reste.



Les bambins -qu'ils sont- se déchainent sur scène, à droite à gauche, c'est à s'en demander comment le chanteur trouve le temps de réciter ses paroles. Qu'il s'agisse de morceaux du premier album ou du dernier, les fans sont là et comptent bien le faire savoir, pas un refrain n'est oublié, pas une parole ne manque, ces textes ils les connaissent par cœur, plus qu'un simple groupe de rock, les Kooks semblent être en seulement deux albums devenus des icones incontournables de la musique pop anglaise. Même si les prises de paroles se font rares, avec des morceaux comme " Naïve", "See The Sun" ou "Stormy Weather ", difficile de résister au charme, à la classe et au rock du quatuor britannique.



L'assemblée est charmée voire même subjuguée par la fougue des petits anglo-saxons à tête d'ange. " Sofa Song ", dernier morceau de ce set sur vitaminé se conclut par un bain de foule du chanteur, devant, impossible d'entendre la musique, les cris d'extases des jeunes groupies sont les plus forts. Après de brefs remerciements les Kooks se retirent, au désarroi de certaines, définitivement.

"You are magical ! "



Quelle mouche a bien pu me piquer ? Pourquoi suis-je sorti de l'espace pro pour aller dans la fosse ? Si ce n'est pas le pandémonium ça y ressemble bien. Le réel manque de place se fait ressentir, tous les 10 mètres un malaise, pas assez de place devant la scène, le public littéralement écrasé contre les barrières et même des personnes à mobilité réduite renversées ! Pour avoir la chance d'apercevoir la légende Deep Purple, pas le choix, c'est chacun pour sa peau. Puis le moment tant attendu arrive enfin, sans déambulateur les papys purple débarquent sur scène.



L'un coiffé d'un bandana retenant ses cheveux grisonnants, l'autre les pieds nus, le troisième, collier de vraies fausses dents de crocodile autour du cou, le quatrième à la coiffure estudiantine, quant au dernier il choisit la facilité, caché derrière ses futs pas évident de le voir. S'ils ont un physique de vieux l'attitude est tout autre. Le risque avec les grands groupes qui décident de faire une gérontho-tournée c'est souvent d'être de décevoir le public avec un show mollasson et des capacités n'égalant pas celle du bon vieux temps.



Sur ce point là il faut avouer que Deep Purple n'aura pas déçu, même si, il faut l'avouer, les performances vocales de Gillan -le chanteur- n'étaient pas toujours au top, surtout au début du premier morceau," Highway Star ". Fort heureusement, une fois chaud, plus de défaillance de la part de Gillan, d'ailleurs à en juger ses expressions de visages, on le croirait presque surpris du monde présent. En tout cas une chose est sure, sur scène, Deep Purple prend vraiment du plaisir, le sourire jusqu'aux lèvres, le but est clair, passer une super soirée. Les performances instrumentales sont elles aussi irréprochables entre les solos de guitare de la mort qui tue et les impros au clavier, le public en aura eu largement pour son argent.



Avant que ne vienne le très attendu " Smoke On The Water ", Don Airey - qui est au clavier- nous gratifie de tout son talent avec un petit medley alliant classique, swing, la chansonnette " Alouette je te plumerai... " Et même l'hymne française avant d'enfin finir sur la fameuse intro de ce fameux morceau. Autant dire que dans le public c'est l'euphorie atteint son paroxysme. " You are magical ", c'est sur ces mots que Deep Purple se retire de scène. Le quintet se fait un peu attendre avant de revenir en force avec "Hush" et "Black Night ".



Les charlots chantaient " Merci Patrons ", aujourd'hui j'aurais bien chanté " Merci l'Huma ". Programmation avec ses hauts et ses bas mais programmation de qualité et surtout à moindre coup. Seul problème, une fois de plus la sécurité, je ne compte plus les fois où j'ai failli me faire piétiner. Peut être que la fête devrait penser à déménager car, si ce n'est pas encore le cas, la Fête de l'Huma est en voie d'être le plus gros festival européen, soyez en assurez.



D'autres photos dispo sur www.flickr.com/photos/boby_allin/


Fête de l'Humanité : les dernières chroniques concerts

Jeanne Added + The Inspector Cluzo (Fête de l'Humanité 2018) en concert

Jeanne Added + The Inspector Cluzo (Fête de l'Humanité 2018) par Lebonair
Parc Départemental Georges-Valbon- la Courneuve, le 15/09/2018
La fête de l'Humanité s'est déroulé les 14,15 et 16 septembre au Parc Départemental Georges-Valbon à la Courneuve. Cette manifestation a eu lieu pour la première fois en 1930... La suite

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) en concert

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) par Lebonair
Parc départemental Georges Valbon La Courneuve, le 12/09/2015
Rendez-vous incontournable de la rentrée, La Fête de l'Humanité s'est déroulée le week-end dernier au Parc Départemental de la Courneuve (93) à quelques encablures de Paris.... La suite

Patti Smith + Bénabar + Peter Doherty + Dub Inc (Fête de l'Huma 2012) en concert

Patti Smith + Bénabar + Peter Doherty + Dub Inc (Fête de l'Huma 2012) par Lebonair
Fête de l'Humanité - La Courneuve, le 15/09/2012
La 77ème édition de la fête de l'Huma a été un formidable succès populaire bien aidé en cela par un temps ensoleillé et une programmation plutôt riche. Une édition qui était... La suite

Deep Purple (Fête de l'Huma 2009) en concert

Deep Purple (Fête de l'Huma 2009) par xav
Fête de l'Huma, le 12/09/2009
Un concert dantesque qui s'ouvre sur de la musique classique devant près de 100.000 spectateurs. Deep Purple semblait presque étonné du nombre de fans qu'il avait su rassembler... La suite

Arthur H : les dernières chroniques concerts

Arthur H + Octave Noire (Festival Avec le Temps 2018) en concert

Arthur H + Octave Noire (Festival Avec le Temps 2018) par Lb Photographie
Espace Jullien, Marseille, le 22/03/2018
Cette année, le Festival "Avec le temps" fête ses 20 ans et ça se voit. Des talents émergents, des découvertes récentes, des "valeurs sûres" de la chanson française, une... La suite

Arthur H + RIT (festival Avec le Temps 2015) en concert

Arthur H + RIT (festival Avec le Temps 2015) par pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 19/03/2015
Cette année vue la programmation, un peu moins riche que les années précédentes en matière de têtes d'affiche nationales et l'agenda compliqué pour les groupes locaux (dimanche... La suite

Le Noiseur + Mokaiesh (featuring Arthur H, Giovanni Mirabassi, Jeanne Cherhal) en concert

Le Noiseur + Mokaiesh (featuring Arthur H, Giovanni Mirabassi, Jeanne Cherhal) par Philippe
La Cigale, Paris, le 16/06/2014
Il y a des jours où on ne trouve pas exactement le concert qu'on cherche, même à la capitale... Mais ayant une tradition bien ancrée à respecter (une montée à Paris = un concert... La suite

Arthur H & David Walters + Mellow Mark (festival Avec le temps) en concert

Arthur H & David Walters + Mellow Mark (festival Avec le temps) par Aureza
Espace Julien - Marseille, le 20/03/2013
Mellow Mark en première partie impose son style dans une salle déjà surpeuplée. La queue à l'entrée annonçait la couleur. Du monde partout. Le bonhomme vit en Allemagne, assez... La suite

Deep Purple : les dernières chroniques concerts

Ian Paice (Deep Purple) with Purpendicular + Bohemian Supermarket en concert

Ian Paice (Deep Purple) with Purpendicular + Bohemian Supermarket par Jérôme Justine
la Puce à l'Oreille, Riom, le 26/01/2018
Pour la première fois de ma vie je vais écrire une chronique de concert de la main gauche. Je ne sais pas si cela changera grand-chose à sa qualité, mais pour moi cela ajoute une... La suite

HELLFEST 2017 - JOUR 1 : DEEP PURPLE, MONSTER MAGNET, OBITUARY, MINISTRY, POWERWOLF, DEVIN TOWNSEND PROJECT, QUEENSRYCHE, AVATAR, EVERGREY, ANIMAL AS LEADERS, BOOZE & GLORY, MYRATH et SIDILARSEN en concert

HELLFEST 2017 - JOUR 1 : DEEP PURPLE, MONSTER MAGNET, OBITUARY, MINISTRY, POWERWOLF, DEVIN TOWNSEND PROJECT, QUEENSRYCHE, AVATAR, EVERGREY, ANIMAL AS LEADERS, BOOZE & GLORY, MYRATH et SIDILARSEN par Holy Vier
Clisson, le 16/06/2017
HELLFEST JOUR 1 Arrivée à 11 heures, et le temps de passer les contrôles, on découvre un site très sensiblement agrandi devant les mainstages, et trois écrans géants qui... La suite

Deep Purple/RavenEye en concert

Deep Purple/RavenEye par Gandalf
Le Dôme à Marseille, le 02/11/2015
Mon fils, après quelques titres de DP :"Mais c'est normal que le chanteur il disparaisse souvent ?!" Moi même :"Oui oui, c'est pour lui reposer la voix, il est plus tout... La suite

Hellfest 2014 (2/3) : Aerosmith, Deep Purple, Soulfly, Hatebreed ,Status Quo, Extreme, Skid Row, Skyclad, Killers en concert

Hellfest 2014 (2/3) : Aerosmith, Deep Purple, Soulfly, Hatebreed ,Status Quo, Extreme, Skid Row, Skyclad, Killers par gandalf
Clisson, France, le 21/06/2014
voir le report de vendredi par ici, et celui de dimanche par là SAMEDI : Du Boogie et du Glam ! Certainement la journée la plus chargée qui s'annonce en ce samedi encore une... La suite

Les Wampas : les dernières chroniques concerts

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) en concert

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) par Samuel C
Brandérion, le 21/04/2018
Sugar & Tiger ouvrait la 5ème édition d'Avril en Zic à Brandérion, près de Lorient. Toutes les bonnes volontés de cette charmante petite ville du Morbihan semblent s'être... La suite

Les Wampas en concert

Les Wampas par lol
La Maroquinerie, Paris, le 10/03/2018
C'est dans la chaleur de la Maroquinerie que l'on retrouvait sur scène le retraité le plus célèbre et le plus rock 'n roll de la RATP et son groupe pour un concert, qui a une fois... La suite

Les Wampas + Didier Chappedelaine et ses Maudits Français + Sugar & Tiger + Tony Truant en concert

Les Wampas + Didier Chappedelaine et ses Maudits Français + Sugar & Tiger + Tony Truant par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 10/03/2018
Le fan le plus âgé de la soirée se prénomme Jean-Paul (62 ans au compteur d'après ses dires) et est invité par Didier Wampas à monter sur scène pour deviner le titre qui va être... La suite

Les Wampas en concert

Les Wampas par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 17/01/2015
Didier Wampas est-il toujours le roi en 2015 ? Didier Wampas est-il toujours le roi en 2015 ? Il est vraiment permis de se poser la question... Car le dénommé Didier... La suite

Maxime Le Forestier : les dernières chroniques concerts

 Festival Paléo : Pablo nouvelle +  Skip the Use + Maxime Le Forestier + Shaka Ponk + Salut C'est Cool + Carbon Airways en concert

Festival Paléo : Pablo nouvelle + Skip the Use + Maxime Le Forestier + Shaka Ponk + Salut C'est Cool + Carbon Airways par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 25/07/2014
La journée de concert du vendredi commence avec le show case de Pablo nouvelle, au cosmos. Donc juste ok pour démarrer la journée avec un bon concert et un bon apéro ! Et quel... La suite

Nice Jazz Festival 6/8 : Derek Trucks Band + Richard Galliano + Gabriella Cilmi + Maxime Leforestier (+ Julien Doré) en concert

Nice Jazz Festival 6/8 : Derek Trucks Band + Richard Galliano + Gabriella Cilmi + Maxime Leforestier (+ Julien Doré) par Mcyavell
Jardins de Cimiez - Nice, le 23/07/2009
Mardi fut éclectique, jeudi sera grand public. Jugez plutôt : Maxime Leforestier, Gabiella Cilmi et Julien Doré en fin de soirée. Auparavant, du musette avec Richard Galliano et... La suite

MAXIME LE FORESTIER par Gérard Niedda
THEATRE GALLI SANARY, le 19/03/2009
Du très grand Maxime, un florilège de se dernières chansons et de ses standards. Il a enchanté le public. Un régal, beaucoup de nostalgie ! La suite

Maxime Le Forestier par Joss42
Davézieux (EMD), le 15/03/2009
Quelle belle soirée !!! Maxime Le Forestier était accompagné par de remarquables musiciens... Lui et son groupe ont offert des sonorités envoutantes, des chansons nouvelles et des anciennes, toujours d'actualité... J'ai vu pour la première fois la salle se lever à Davézieux ! Ce matin, je suis encore sous le charme ! Maxime, tu as perdu tes... La suite

The Kooks : les dernières chroniques concerts

John and Jehn + Zaza Fournier +The Kooks + Olivia Ruiz + Duffy +Charlie Winston + Franz Ferdinand +The Dodoz    (Musilac 2009) en concert

John and Jehn + Zaza Fournier +The Kooks + Olivia Ruiz + Duffy +Charlie Winston + Franz Ferdinand +The Dodoz (Musilac 2009) par Bastien Estaillard
Esplanade du lac, Aix les Bains , le 12/07/2009
Dernier jour pour le festival Musilac. J'ai raté le premier groupe, raz'rockette. Trois filles Françaises qui chantent apparemment en Anglais. John and Jehn est un... La suite

Anti-flag + MGMT + Flogging Molly + Alanis Morissette + Leningrad + Hocus Pocus + the Kooks + Markscheider Kunst + Seun Kuti & Egypt 80 + Delinquent Habits + Sayag Jazz Machine + Smooth - Sziget Festival (jour 1) en concert

Anti-flag + MGMT + Flogging Molly + Alanis Morissette + Leningrad + Hocus Pocus + the Kooks + Markscheider Kunst + Seun Kuti & Egypt 80 + Delinquent Habits + Sayag Jazz Machine + Smooth - Sziget Festival (jour 1) par Pirlouiiiit
Óbuda Island, Budapest, Hungary , le 13/08/2008
C'est tout motivé que nous arrivons pour cette première journée de ce qui doit bien être un des plus gros festivals d'Europe. La journée fut longue, comme risque de l'être cette... La suite

The Do + The Kooks (Le Printemps de Bourges 2008) en concert

The Do + The Kooks (Le Printemps de Bourges 2008) par Pierre Andrieu
Le Phénix, Bourges, le 16/04/2008
Deuxième journée sous le soleil au Printemps de Bourges (après le bon concert de la veille avec Adam Green, French Cowboy, Cocoon, Syd Matters, Hushpuppies, La Maison... La suite

Triggerfinger  - The Kooks - Söndrögo (Sziget Festival 2014) en concert

Triggerfinger - The Kooks - Söndrögo (Sziget Festival 2014) par Peribrux
Budapest, Hongrie, le 17/08/2014
Le 17 août 2014, jour 7, le dernier de marathon du SZIGET FESTIVAL, qui proposait un choix musical de près de 400 groupes, étalés sur une semaine.... Sur la grande... La suite

La Courneuve - Parc du Bourget : les dernières chroniques concerts

Fête de l'Humanite DAY01 : Cocoon, Keziah Jones, Manu Chao et Radio Bemba en concert

Fête de l'Humanite DAY01 : Cocoon, Keziah Jones, Manu Chao et Radio Bemba par Boby
Parc du Bourget - La Courneuve , le 11/09/2009
S'il y a bien un rendez vous qui peut être qualifié de rendez-vous du peuple, il n'y a aucun doute qu'il s'agisse de la Fête de l'Humanité. Pour sa 74 éme édition la Fête... La suite

Deep Purple (Fête de l'Huma 2009) en concert

Deep Purple (Fête de l'Huma 2009) par xav
Fête de l'Huma, le 12/09/2009
Un concert dantesque qui s'ouvre sur de la musique classique devant près de 100.000 spectateurs. Deep Purple semblait presque étonné du nombre de fans qu'il avait su rassembler... La suite

Thomas DUTRONC par Sylviane HOUSSAIS
fête de l'humanité, le 13/09/2008
Transmettez à THOMAS DUTRONC mon éblouissement pour sa prestation inattendue sur la grande scène du parc de la courneuve ! J'étais devant ! J'ai vu Servat bien très bien, Arno pas très en phase avec le public ,dommage, Baschung classe un peu en retenue due à sa maladie je pense et THOMAS DUTRONC /Génial avec ses fantastiques musiciens ! DUTRONC ?... La suite

N.E.R.D. par Likali
Fête de l'Humanité/ Grande Scène, le 12/09/2008
Après la déception "Seeing sounds", la débâcle de N.E.R.D. à la fête de l'Humanité. D'abord, l'impression que la régie son était partie faire un tour pendant le concert: pas moyen de distinguer la voix de Pharell Williams (ni celle de son acolyte d'ailleurs qui gesticule inutilement et dont on se demande la raison de sa présence) couverte par le... La suite