Accueil Chronique de concert MetallicA + Within Temptation + Gojira
Lundi 26 août 2019 : 11624 concerts, 25629 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Chronique de Concert

MetallicA + Within Temptation + Gojira

MetallicA + Within Temptation + Gojira  en concert

Grand'Place, Arras 14 août 2008

Critique écrite le par

Le conducteur fit : Mesdames et messieurs, notre train entre en gare d'Arras. Arras, trois minutes d'arrêt ! Et 3 types bien synchro derrière nous hurlèrent : Obey your Master ! Le ton était donné. Il l'était déjà depuis la Gare du Nord, où s'est embarqué un défilé ininterrompu de costumes sombres, cheveux fous, piercings, tatoos et packs de bière.


...Il y a comme ça des concerts qu'un aficionado de musiques puissantes ne peut juste ... pas rater. Même en étant plus trop fan de Metallica depuis une bonne décennie, on a acquis 4 places en mars, le jour-même où l'on a appris l'existence de cette date unique à Arras, Nord Pas-de-Calais, où je n'avais pourtant jamais foutu un pied ! Entre tout ce que leur musique a pu représenter pour mon adolescence, un souvenir d'un formidable concert à Marseille (il y a 12 ans déjà...), et la conclusion du passionnant documentaire Some Kind of Monster vu en 2005... pas à chier, il fallait juste y être !


Car c'est bien sur la base de la scène finale du rockumentaire, soit la remontée du groupe sur scène en 2004, armé d'une thérapie de groupe réussie, d'un plaisir renouvelé et d'un nouveau bassiste, sur une musique d'Ennio Morricone et nous ayant foutu une chair de poule des enfers, qu'on avait pris la ferme résolution de retourner voir les Four Horsemen de Metallica dès que possible et coûte que coûte ! Même l'album St Anger, bizarrement presque unanimement décrié par les fans, fait partie de nos curiosités de référence avec son acoustique garage, incongrue et puissante à la fois ! Largement de quoi traverser la France donc, surtout en ayant renoncé par avance à un Rock en Seine qui s'annonce un peu trop déjà-vu et plan-plan cette année.


L'arrivée à Arras est bien agréable, jolie ville dont la place au Beffroi a fière allure. Ca tombe bien, on va y passer un moment à boire et manger force victuailles, en attendant un hypothétique débouchage de la file d'entrée en direction de la Grand-Place. Confirmation au risque de tomber dans le cliché, que dans leurs estaminets les commerçants ch'tis sont éminemment sympathiques ! On va d'ailleurs faire une bonne heure de queue sur la place et dans la rue adjacente, grosso modo pendant presque toute la durée d'un set apparemment très puissant - trop au niveau du son ? - des techniciens de Gojira.



Carton rouge d'entrée à l'organisation pour cet accessibilité minable : les vrais fans du groupe français au gros lézard - meilleur de sa nationalité - mais dont je ne fais pas partie (pas assez de mélodies à mon goût, un poil trop minimaliste) sont déjà presque fous de rage, et je les comprends - on blague un peu pour essayer de détendre l'atmosphère. Et ce avec l'aide rafraîchissante de joyeux ivrognes penchés à un balcon, montrant diverses parties de leur anatomie, haranguant la foule, manquant à tout moment d'y tomber et/ou d'y vomir... Pendant cette attente agaçante, essayant sans trop de succès de distinguer la musique et la tête de Joe Duplantier au loin (derrière un oriflamme SFR...), on repense au groupe "Guest" annoncé jusqu'à il y a 10 jours et finalement disparu sans autre forme d'excuses (après des rumeurs pourtant alléchantes : RATM, QOTSA, Prodigy ...).


On repense aussi à cette apparemment peu aimable organisatrice qui a tenté en s'alliant avec le Diable (Live Nation) de faire couler nos bien-aimées Eurockéennes avec son Main Square Festival... Et on sent petit à petit monter une haine pour l'organisation arrageoise, qui ne fera qu'empirer quand on réalisera qu'il y a en tout et pour tout environ 20 toilettes sur l'ensemble de la place... et aucun moyen de se soulager discrètement. Quant au panneau "WC : 0,50 €", on choisira de penser que c'était de l'humour... En prime des membres de la sécurité aimables comme des balais à chiotte, pour ne pas dire agressifs. Organisation logistique assez nulle voire détestable donc, on ne reviendra PLUS JAMAIS ici - en tout cas pour un concert, voilà, c'est dit, on peut donc parler de musique à présent !



Hélas, magie d'une programmation décidément réalisée au p'tit bonheur, la deuxième partie qu'on va voir en entier elle, s'appelle Within Temptation. Et certes la chanteuse du groupe est à peu près sublime, avec son magnifique décolleté rouge torero, voilà, c'est dit, on peut donc parler de musique à présent ! A base de chant lyrique posé sur des riffs et des synthés grandiloquents, se définissant pourtant lui-même (cf La Voix du Nord du lendemain) comme du pop-rock symphonique (donc sans prétention métalleuse aucune !), le groupe est évidemment fort mal placé entre les deux autres, alors qu'il aurait pu faire un ouverture à peu près convaincante. Les miaulements baroques de la chanteuse (top model reconvertie ?) déclenchent des crises de rire nerveux chez les fans de hard rock, je pense pouvoir dire que 90 % du public s'en fout et parmi eux, une bonne moitié ... déteste.


Evidemment avec ma chance habituelle je me ferai rabrouer par une rare fan du groupe qui a entendu de ma part un commentaire peu flatteur voire légèrement entérique. Car évidemment je trouve ça tout à fait ignoble à écouter, tout comme NightWish et autres Evanescence. Et attention, ce n'est certes pas un problème de machisme métalleux puisque, par exemple, j'aime beaucoup la terrifiante Angela d'Arch Enemy, ou Candice de Eths, etc. Par contre ce salmigondis qui n'évoque à la limite que Scorpions featuring Celine Dion (ou le contraire), ne se supporte qu'en buvant beaucoup de bière, ce qui implique des douleurs vessiennes sans fin en attendant aux toilettes, bref c'est plutôt immonde, ça fait du bien quand ça s'arrête parce qu'on souffre quand même un peu le martyre. Manquerait plus qu'il pleuve, ah ben tiens, ca y est...



On s'en fout, d'ailleurs il ne pleut pas vraiment, et on commence à se rapprocher tant bien que mal dans un pack bien formé et solidement campé sur ses pattes, 52 000 pieds bien décidés à ne rien rater, plantés bien profond dans le pavé. Au coucher du jour, la lumière s'éteint enfin, une clameur immense retentit, la tension monte, un piano et un hautbois retentissent [... Tuco court à perdre haleine dans le cimetière sous un soleil de plomb, à la recherche de la tombe d'Arch Stanton, et sous le regard goguenard de Blondin...], le chant aigü et sublime éclate, mon poil se hérisse comme à chaque fois que j'entend The Ecstasy of Gold...


Et soudain ils sont là, le plus grand groupe de thrash metal du monde : James Hetfield le chanteur irascible et charismatique, Lars Ulrich, formidable emmerdeur et batteur de génie, Kirk Hammett le discret guitar-hero pourtant adulé de ses pairs, et la nouvelle recrue, Robert Trujillo, sorte de Hulk indien aux doigts habités d'un duende groove permanent, et au final à la présence plus signifiante que celle de Jason Newsted...


On passe à peu près tout Creeping Death, déjà furibard, à réaliser où l'on est, à découvrir un son absolument dantesque et à admirer la bonne idée du jour : deux écrans sur les côtés, et surtout un écran vraiment géant situé derrière la scène, qui permet de voir les Quatros Caballeros un peu plus grand que des lemmings... Tout est en place pour une immense communion païenne en plein air comme on en a pas vu depuis un bon moment. For Whom the Bell Tolls... et le public aux anges chevauche déjà l'éclair - La Grand-Place a disparu, ses tracasseries aussi ; Kirk Hammett mène ensuite la danse sur Ride the Lightning et fait parler la poudre dans une première série de soli éblouissants. The Memory Remains, une des rares intrusions dans l'époque foireuse dite Load/reload (ils ne peuvent tout de même pas avouer qu'ils ont fait deux albums et attaqué Napster pour rien...), heureusement suivie de la nettement plus jouissive Sanitarium, guitare et basse aqueuse, voix claire et riffs de plomb, Metallica dans toute sa splendeur, on exulte !


Would you like to hear something new ? demande alors le frontman très en joie, sûr de son coup. J'entends un titre genre "Zion A" et je sais à présent que c'est Cyanide, une nouveauté de l'album Death Magnetic (production Rick Rubin) à paraître, très classique dans le genre et donc agréable - le public se calme un peu et arrête de brandir ses doigts pour tendre l'oreille, qu'il a déjà pour partie inopérante - rapport à ses goûts musicaux. J'en profite pour réaliser un humble pipi (ceci en toute discrétion dans mon verre vide, dédicacé à la santé de France Leduc puis versé délicatement pour ne pas éclabousser, sur le pavé arrageois), afin de ne pas perdre ma place ni mon ami et collègue de concert... ni 8 chansons en attendant aux cabinets ! Une deuxième nouveauté suit, titre pas retenu, où l'on constate que le groupe a vraiment l'air de s'éclater, notamment sur ce qu'il a produit récemment, à en croire les radieuses bananes qu'ils arborent. Pas mal pour ces mecs qui se fréquentent pour la plupart depuis environ 25 ans dans un tour bus...


No Remorse, du très vieux et du très lourd justement, plutôt jouissif, où Kirk se tricote une layette pour l'hiver pendant que Robert bouge les cheveux, que Lars tabasse un ennemi imaginaire et que James agite son bouc sur un air de défi. Fade to Black et son intro classieuse, l'une des rares que j'arrive à jouer correctement, très belle et presque envoûtante (oui, même toi qui n'y connais rien et qui me lis pour te moquer, tu le sais, que les métalleux font les meilleurs slows, d'ailleurs ne fais pas le malin, je t'ai vu emballer là-dessus un vrai cageot, une fille avec des bagues aux dents et des couettes, en 1987 à la boum de chez Sophie...). De plaisir, James avale son médiator : il sait que l'un des climax du concert, c'est juste là, maintenant - I'm your source of self-destruction : Master of Puppets, un pied énorme du premier riff à la dernière note, hurlé en choeur par un public en transe. Ai-je précisé quelque part que le son était absolument dantesque ? Oui ? Ah.


Kill'em All ? Did anybody say Kill'em All ? Ca devait arriver, la chanson alpha & omega du groupe, celle qui met tout le monde d'accord : Whiplash, tuerie ! Mettez ça à fond et entraînez-vous à ne pas bouger la tête ni grimacer, c'est un bon exercice Zen... Nouveau petit solo sans façons de Kirk Hammett et voici Nothing Else Matters (1993, je m'achète une guitare pour apprendre à jouer précisément ...CA !), qui nous transporte hors de cette terre de brutes carlabrunistes, dans un nuage de douceur - la Grand-Place est rouge sang et décolle. Retour aux affaires, on est pas là pour rigoler quand même : Sad but True, ce petit côté bas-du-front si charmant du groupe, headbang à volonté, my kingdom for a bier, mille milliards de staracadémiciens empalés, mon troisième stylo vient de péter, c'est la malédiction du chroniqueur !


Explosions, déflagrations, c'est un classique, tout le monde sait que cela annonce la pyrotechnique One qui est peut-être, selon moi, la plus grande contribution de Metallica l'histoire du rock : tout ce qu'ils ont fait de mieux y est... mélodie, mélancolie, dialogue de guitares aériennes, montée en puissance et pour finir, bourrinage contondant et jouissif. Enter Sandman, truisme total, sans doute leur chanson la plus populaire, la première que j'ai aimée d'eux. A ce moment-là où à un autre, un très gros plan sur les doigts du chanteur, qui figurent tour à tour, un fuck, un accord et un signe-du-diable-de-la-grand-mère-à-Dio... Ce qui fait rire et rugir de plaisir toute la Grand-Place. Sortie du groupe, clameur intense, c'est bon, ça pourrait presque s'arrêter là qu'on aurait pas été frustré...


Retour sur scène, les hardeux sont aphones, exsangues et peut-être même en légère érection. Deux pogos d'affilée, pas reconnus sur le moment: un joyeux titre punk que je crois n'avoir jamais entendu, Last Caress, c'est des Misfits (merci Google), So What, autre joyeuse reprise ou vieillerie très plaisante (eh oui, avant leur époque caniche, ils étaient punks, et encore avant, quasi-hippies, via le regretté Cliff Burton). Et puis pour finir, celle sans laquelle personne n'aurait accepté de partir sans rien casser : Seek and Destroy, pied total évidemment ! Après quoi le groupe se livre à de longues et chaleureuses salutations, promet de revenir sans attendre four more fuckin years - espérons-le en tout cas, et nous quitte ivres de bonheur.


Why are you still here ? Why am I still here ? Cause I fuckin'love this ! Avant de partir, le grand James n'a fait qu'établir ce qui était tout à fait évident : ils aiment toujours ça, ou plutôt, ils aiment de nouveau ça... Metallica a peut-être perdu des cheveux (c'est pas plus mal, dans l'ensemble...), pris un peu de bide (pas beaucoup il me semble), ne joue peut-être plus tout à fait aussi carré qu'en studio en 1988, mais non de dieu, ça le fait encore. Avec cette tournée, si l'on en croit le live enregistré 3 semaines avant à Istanbul et qu'on s'est, euh, disons procuré, le groupe teste des morceaux sur scène, en rajoute et en enlève, tout le contraire d'une tournée brontosaure à la (beuuuaaargh !) Police, donc ! Bref, ils sont de nouveau là, et pour longtemps. A jamais les premiers et toujours les meilleurs de leur catégorie ! Take a look to the sky, Just before you die...


Welcome back guys ! Au fait, pour la prochaine, on fera comme d'hab, c'est où vous voudrez, quand vous voudrez.

PS : Metallica tout seul aurait évidemment eu 4 étoiles...

Illustrations par Philippe, quelques vidéos par là !

> Réponse le 29 août 2008, par Christophe

Après Gojira qui assure la première partie et Within Temptation qui confirme sa médiocrité , enfin Metallica ! Show intense avec l'émotion de Master of Puppets .... Reste que l'ambiance ne fût pas à la hauteur , trop de personnes qui confondent metal et rock , midinettes de salons et brushing version premier de la classe font que l'ambiance était terne pour un monument comme Metallica, le public est vraiment différents en Angleterre , Allemagne , Belgique et l'ambiance reste au cuir et à la sueur, là c'était plus eau de cologne et " Mon appareil à tof " ! Bon un conseil rester en France, il y a de moins en moins de groupes de metal qui viennent, ne vous demandez pas pourquoi et si par hasard vous trainez en Angleterre restez bien au fonnd de la salle car vous risquez d' être surpris de ce...  La suite | Réagir

> Réponse le 29 août 2008, par Audrey

J'avoue que l'ambiance "métal" n'y était pas vraiment, en même temps ça m'aurait vraiment fait chier de voir des pogos partout (non par peur d'être décoiffée mais plutôt de louper une miette du spectacle). En ce qui concerne les premières parties, comme tout le monde je me demande pourquoi Within temptation passait après Gojira. Ensuite même les ultra-looké puaient la transpiration après 1h30 d'attente dans l'interminable file... Je trouve que tu critiques plutôt les gens pas assez "rebels-dans-leur-têtes" que le concert. T'es venu voir metallica ou matter les jeunes fashions/metalleux ?   Réagir

> Réponse le 29 août 2008, par Christophe

Pour Audrey ..... J'écoute du metal depuis 31 ans et j'en ai 43 , ces groupes c'est nous qui les avons découverts et fait grandir, alors voir un public aussi terne devant un groupe aussi grand me révolte. Cela fait 4 fois que je vois Metallica, en 84,86 ,2006 et 2007. Je vous assure que je préfère 84 et 86 où on était à peine 2000 et 2006 à Londre que cette ambiance.Je ne veux pas dire violence, pogo dur ou autre, mais simplement quand ma copine Barbara s'est mise à sauter version ambiance british ( elle est Anglaise et metalleuse ) et que la voisine hurle mes pieds car elle porte des nue pieds , avoue qu'il y a de quoi avoir les boules !!! Judas Priest n'est pas venu en France lors de la tournée Nostradamus, je les ai vu à Londre et je vous assure que tout en étant chaude l'ambiance...  La suite | Réagir

> Réponse le 01 septembre 2008, par Perrine

Faut-il être un homme, avoir les cheveux long, des T-shirt Métallica etc pour apprécié Métallica ? Je ne crois pas. Moi je dois faire partie des personnes que vous critiquez, les jeunes filles plutôt Rock que Métal et je l'avoue . Je ne suis pas fan de Métallica, moi je suis fan d'autre chose bien different mais j'apprécie Métallica et les places, on me les as donner et j'y suis donc aller avec une de mes amies. Oui, on ést vraiment jeune, habillé differement que vous, on avez l'impression de faire tâche. Mais ce n'est pas une question d'âge, j'ai l'impression que vous ne respectez pas vous même les personnes qui aime ce dont vous êtes fan. Est-ce interdit pour des filles de 16 ans d'aller a un concert de Metallica ? Je ne crois pas.  Réagir

> Réponse le 05 septembre 2008, par Christophe

Le Metal est une culture, un mode de vie, ceux qui ne le partage pas ne sont pas de notre tribu. Ma Copine Barbara a 23 ans, c'est une metalleuse, moi 43 et suis metalleux . Vos écrits sont le reflet de cette génération qui n'a rien à voir avec notre monde! En premier lieu , et première leçon, le metal ne prend pas de é , pour votre culture c'est metal et metallica, c'est Anglais, et en Anglais pas d'accents ! Je pense que même si on vous donne les billets, abstenez vous ! Je n'irai pas voir Madonna même si on me donne les billets, c'est une très grande artiste du Pop, oui, mais j'aime pas !  Réagir

> Réponse le 08 septembre 2008, par Philippe

Pour tenter une petite synthèse du débat : l'auteur de la présente chronique d'en haut aime Metallica depuis longtemps sans pour autant être (ni avoir jamais été) fan total/chevelu/habillé en noir/pogoteur fou/sataniste/etc. Il m'arrive aussi de trouver le public mou mais dans ces cas-là c'est presque toujours une question de placement : suffit d'aller devant ! Personne ne pourra se plaindre de se faire écraser un pied dans la fosse d'un concert de metal, et personne n'arrivera à déclencher un pogo à l'arrière - simple lois de la nature. Par contre l'argument "venez pas à mon concert si vous êtes pas de ma tribu", j'ai VRAIMENT plus de mal, ça me rappelle une fanatique de Nick Cave qui m'avait pratiquement insulté parce que je ne connaissais pas 100 % des titres. Les fans hardcore sont...  La suite | Réagir

> Réponse le 13 septembre 2008, par Mike

Merci pour cet article qui reflète parfaitement ce que j'ai pu resentir pendant ce concert magique. Effectivement, l'ambiance sur la place n'était pas des plus transcendante, loin d'un SOAD aux halles de Lyon, mais heureusement quel bonheur de les voir aussi en forme sur scène, ils ont pour moi tout déchiré. J'ai téléchargé le live du concert sur leur site, c'est que du bonheur, et je revis tous les jours le concert dans ma voiture :) Merci metallica.  Réagir

> Réponse le 09 octobre 2008, par Stéphane

[Grand'Place, Arras - 14 aout 2008] Définition dans le dictionnaire: "France: n.f. Pays de bouseux sans aucun bout musical et sans aucune objectivité." Bon bien entendu ce n'est pas la définition exact du Petit Larousse mais franchement je ne suis pas tombé loin car quand je vois la réaction du public et surtout ce torchon qui sert de critique, je trouve ça pitoyable. En particulier envers le groupe Within Temptation. Commençons par le concert et son public de larves lors de la prestation de WT. Franchement je suis écœuré, ces soit dit en amateurs de métal ont devant eux le meilleur groupe de métal que le monde ait jamais porté et ils se comportent comme de vrais légumes. Après je m'étonne que WT ne donne quasiment pas de concert en France, ben voila je sais pourquoi maintenant. Pourquoi irait-il faire des...  La suite | Réagir

> Réponse le 15 janvier 2010, par The Killer

Je suis bien d'accord avec le dernier contributeur, moi j'étais venu uniquement pour Within Temptation, c'est quand même autre chose que le bruit affreux de Gojira, et les papis de Metallica (qui n'ont même plus les cheveux longs !)   Réagir

> Réponse le 21 janvier 2010, par clems666

et oui ne rien connaitre a la musique c'est ça, tu aimes bien entendre un gars gueulé sans rien comprendre avec des rifs de guitare très usés, Within Temptation en force, seul digne de jouer avec un orchestre reconnu sur la planète (Epica aussi) !!!  Réagir


Gojira : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Gojira en concert

Gojira par Lebonair
Olympia, Paris, le 01/04/2017
Le groupe de metal français Gojira est passé deux fois à l'Olympia à Paris les 1er et 2 avril dernier et cerise sur le gâteau, celui de ce soir affichait complet et le second... La suite

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) en concert

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) par Abigail Darktrisha
Clisson, le 19/06/2016
TARJA 15h50-16h40 En ce 3ème et dernier jour c'est un peu plus tard dans la journée que débutera pour nous les festivités avec le métal symphonique Finlandais de Tarja... La suite

Metallica : les dernières chroniques concerts

Metallica (World Wired Tour) + Ghost en concert

Metallica (World Wired Tour) + Ghost par Philippe
Stade de France, Saint-Denis, le 12/05/2019
Dans le genre "concert quasi-impossible à choper à l'ouverture de la billetterie", où l'on se bat désormais contre les robots d'escrocs notoires comme Viagogo ("Viens, gogo !",... La suite

Metallica + Ghost (Worldwired Tour 2019) en concert

Metallica + Ghost (Worldwired Tour 2019) par Samuel C
Estadio do Restelo - Lisbonne, le 01/05/2019
Metallica débutait le 1er mai une nouvelle tournée européenne à Lisbonne. Le stade du Restelo se situe à l'ouest de la ville dans le quartier historique de Belem, à 15 minutes... La suite

Metallica + Kvelertak (Worldwired Tour 2017) en concert

Metallica + Kvelertak (Worldwired Tour 2017) par Benjamin Wozniak
AccorHotels Arena, Paris, le 10/09/2017
Il est de ces concerts où l'on va avec la banane, où l'on sait à quoi s'attendre, où l'on sait que le show sera assuré, où l'on sera face à des légendes. Metallica est de ceux... La suite

Metallica (Worldwired Tour 2017) en concert

Metallica (Worldwired Tour 2017) par Gandalf
AccorHotels Arena, Paris, le 10/09/2017
Sans vouloir me répéter dans mes compte rendus du groupe, encore une fois, les Mets ont proposé un show énormissime ! Les années passent et les mecs ne faiblissent pas... La suite

Within Temptation : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2016 2ème jour (Twisted Sister, Loudness, Glenn Hughes, Sixx : A.M., Foreigner, Joe Satriani, Disturbed, Within Temptation) + hommage Lemmy Kilmister en concert

Hellfest 2016 2ème jour (Twisted Sister, Loudness, Glenn Hughes, Sixx : A.M., Foreigner, Joe Satriani, Disturbed, Within Temptation) + hommage Lemmy Kilmister par Abigail Darktrisha
Clisson, le 18/06/2016
LOUDNESS 12h15 - 12h45 Pour leurs 35 ans d'existence, les très cultes et très rares Japonais de Loudness nous font l'honneur d'une petite visite. En effet, pas revenus... La suite

Within Temptation + In Extremo par Chrstophe
Lille zénith arena, le 28/04/2007
Avec une grosse mention pour In Extremo qui a enflamé la salle. Je ne connaissais pas ce groupe ( ne suis qu' un vieux hard rocker années 80 accompagnant sa fille pour un premier concert ), c'est géant ! Dommage que beaucoup confondent les concerts métal avec chantal Goya ! Si on a peur du pogo, faut rester dans les tribunes sagement assis ! Un... La suite

Within Temptation / Dream Theater / Iron Maiden par NouN
Parc des Princes - Paris, le 25/06/2005
Hello les cheveulus ! Bossant le week-end, j'avais posé des congés depuis février pour pouvoir venir de Rennes pour assister (un an après MetallicA presque jour pour jour) à un gros concert de METAL au PArc. Tout commence par une "hydratation" au Bar des Princes (merci à eux !) suivi d'une attente dans les "sas" d'attente pour acceder au... La suite

Whitin Temptation / Dream Theater / Iron Maiden par Frédéric
Parc des Princes - Paris, le 25/06/2005
C'est au couleur de Maiden que nous nous sommes donné rendez-vous avec des amis, sur le parvis de l'église situé place de la porte de St cloud. Nous décidons de nous rendre immédiatement aux portes du Parc des Princes. Bref après avoir été trimballé d'un vigile à un autre nous pénetrons finalement à l'intérieur. Opération achetage de T-Shirt....... La suite

Grand'Place, Arras : les dernières chroniques concerts

Placebo, Ghinzu, Gossip, Bloc Party, Kaiser Chiefs, Expatriate (Main  Square Festival 2009) en concert

Placebo, Ghinzu, Gossip, Bloc Party, Kaiser Chiefs, Expatriate (Main Square Festival 2009) par Luccio
Main Square Festival, Arras., le 04/07/2009
Petit retour sur le J3 au Main Square. Main square, festival décrié et sujet à polémiques pour deux raisons principales : alors qu'il est produit et organisé par Live Nation,... La suite