Accueil Paris Grand Rex - Paris 2ème
Lundi 18 décembre 2017 : 10600 concerts, 24780 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.
Grand Rex - Paris 2ème

Grand Rex - Paris 2ème

1 Bd Poissonnière
75002 Paris
Métro Bonne Nouvelle

Plus d'info :

2750 places

Plan d'accès

Grand Rex - Paris 2ème : les prochains concerts

Sa.

06

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
16H00 De 24.00 à 70.00 €

Di.

07

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
16H00 De 24.00 à 70.00 €

Me.

10

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
20H30 De 24.00 à 70.00 €

Je.

11

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
20H30 De 24.00 à 70.00 €

Ve.

12

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
20H30 De 24.00 à 70.00 €

Sa.

13

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
16H00 De 24.00 à 70.00 €

Sa.

13

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
20H30 De 24.00 à 70.00 €

Di.

14

Janv.

2018

Messmer en concert
Messmer
Messmer
15H00 De 24.00 à 70.00 €

Lu.

22

Janv.

2018

Roch Voisine en concert
Roch Voisine
Roch Voisine
20H30 De 29.00 à 78.00 €

Sa.

10

Mars

2018

Disney En Concert
20H 24.9 €

Grand Rex : les dernières chroniques concerts 45 avis

John Carpenter

Critique écrite le 14 novembre 2016, par lol

Le Grand Rex, Paris 9 novembre 2016

John Carpenter en concert

C'est une armée de lecteurs de "Mad Movies" et de "L'Ecran Fantastique" qui fait un triomphe à John Carpenter lorsque celui-ci pénétre sur la scène du Grand Rex, le jour de l'élection de Donald Trump. Auteur de "B movies" fauchés naviguant du Thriller au slasher, Carpenter est cependant devenu à juste titre un cinéaste totalement culte. Dans les années 70 et 80, grâce à une créativité hors norme et à un certain génie de la mise en scène, le réalisateur américain a pondu de vrais bons films ("Assaut", "Halloween", "The thing") et une œuvre plus que singulière ("Christine", "New YorK 1997", "Vampires", "Fog"...) et extrêmement rentable. Et ce sans la moindre concession au politiquement correct et aux diktats des grands studios hollywoodiens. La musique est extrêmement importante dans les films de John Carpenter, puisqu'elle est quasiment à chaque fois un personnage à part entière et systématiquement un élément incontournable de sa mise en scène et de l'ambiance de ses films. Chose rare, même si d'illustres prédécesseurs comme Chaplin l'ont fait avant lui, Carpenter compose lui-même la musique de ses films. De son propre aveu, c'est surtout par nécessité économique, plus que la volonté d'affirmer ses talents de compositeurs qu'il ... Lire la suite

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour

Critique écrite le 18 mai 2016, par lol

Le Grand Rex, Paris 15 mai 2016

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour en concert

Je suis rarement objectif au sujet de l'Iguane... Iggy Pop est à mes yeux l'incarnation totale de la rock star et de la bête de scène. Seuls Mick Jagger, Jim Morrison ou un Nick Cave au mieux de leur forme peuvent éventuellement rivaliser l'impact scénique de ce jeune homme de 69 printemps. Cela fait désormais 25 ans que je suis un inconditionnel et que je n'ai pas raté un de ses concerts parisiens (hormis les concerts privé de Canal + et le dernier passage au Casino de Paris). Il m'est aussi arrivé d'aller jusqu'à Londres pour le voir en première partie des Sex Pistols, de le suivre dans des lieux improbables comme le Gibus, la fnac des ternes ou la fête de l'huma et de faire quelques expéditions pour des dates en provinces. Bref, avec une vingtaine de concerts de l'Iguane au compteur, une connaissance approfondie de sa discographie officielle et des nombreux bootlegs qui la complètent, j'étais bien sûr au taquet lors de l'annonce de ce concert au Grand Rex ! Depuis le début des années 2000, la trajectoire d'Iggy Pop s'apparente à un retour vers le futur. En reformant en 2002, le line up quasi originel de la première incarnation des Stooges, avec Ron Asheton à la guitare, il permit à son groupe de jeunesse de... Lire la suite

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour

Critique écrite le 17 mai 2016, par manuwino

Le Grand Rex, Paris 15 mai 2016

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour en concert

On va tuer le suspense tout de suite, c'est très certainement à un des tous meilleurs concerts de l'année auquel on a assisté ce dimanche soir au Grand Rex. Pour plein de raisons, dans le désordre : la setlist, le groupe, l'énergie, le son, les lumières et l'ambiance. La setlist : centrée sur 3 albums, le dernier "Post Pop Depression" (joué presque en entier), "The Idiot" et "Lust For Life". Un subtile mélange de nouveaux morceaux, et de titres plus ("Lust For Life", "Passenger", "Nightclubbing") ou moins connus du grand public (dont "Repo Man" qu'on n'a pas vu venir...). Aucun remplissage, une setlist extrêmement bien pensée et adaptée pour mettre en valeur le dernier album. Le groupe : ceux qui ont assisté aux concerts d'Eagles Of Death Metal au Trianon il y a 11 mois, et à l'Olympia il y a 3 mois savent que Josh Homme est un homme de l'ombre parfait, un chef d'orchestre de haute volée. Iggy Pop a eu raison de se reposer sur ses épaules (au sens propre - à en juger les photos de l'album- comme au sens figuré), pour mener ce super groupe, composé pour moitié de membres de Queens Of The Stone Age (Dean Fertita, Troy Van Leeuwen en plus de leur leader), du batteur d'Arctic Monkeys (Matt Helders), et Matt Sweeney à la basse.... Lire la suite

Joe Bonamassa

Critique écrite le 29 octobre 2015, par Matninatphotography

Le Grand Rex, Paris 19 octobre 2015

Joe Bonamassa en concert

J'avais déjà vu Joe Bonamassa il y a un an au Grand Rex, et trouvé son show super bien. Et là, cette année, j'ai trouvé que c'était vraiment exceptionnel, beaucoup plus d'énergie et de ferveur à offrir au public parisien ce soir qui, je pense, a été conquis... Le concert démarre pile à 20 heures, pas de première partie. Le Grand Rex offre le grand confort des superbes places assises dans les fauteuils en cuir moelleux. Même si ça paraît un peu bizarre de voir un concert de rock tous assis comme des papys, ça permet d'être à l'aise et en condition pour une belle dégustation auditive. Et le public craque avant le rappel, et tout le monde fonce au devant de la scène et toute la salle est debout. Et là, subitement, le groupe redouble d'intensité, car l'interaction avec le public est enfin là ! Je dois dire qu'en tant que guitariste j'ai eu du caviar pour mes oreilles, à un niveau sonore tout à faire plaisant. Mais ce que je trouve très attractif chez Joe Bonamassa, c'est sa capacité à moduler la dynamique et l'intensité de son jeu, aussi bien à l'intérieur d'un morceau que sur tout le set de 17 morceaux. Monté sur scène à l'age de 12 ans en première partie de BB King en 1989, il joue depuis 26 ans et tourne en ce moment... Lire la suite

Joe Satriani

Critique écrite le 05 octobre 2015, par Matninatphotography

Grand Rex, Paris 24 septembre 2015

Joe Satriani en concert

Dès les premières notes de musique signées Joe Satriani, on sait que l'on a affaire à un des meilleurs guitaristes du monde. Cette tournée s'inscrit dans l'actualité de la sortie de son dernier et 15ème album, "Shockwave Supernova". Le guitar héro a un style de jeu et une couleur de son unique, bien à lui et reconnaissable parmi mille : le son plein d'overdrive et de délai pour avoir un maximum de sustain (la note dure éternellement s'il le veut), et en permanence à la limite du larsen, le tout agrémenté de wah-wah et de pitch-shifter (qui double les notes à l'octave en dessous). Son jeu de guitare est surtout connu grâce à plusieurs techniques de jeu, souvent utilisées aussi par Eddie Van Halen, mais aussi par tant d'autres : - les harmoniques artificielles. C'est une technique où un guitariste touche la corde jouée avec le côté du pouce en même temps qu'il joue cette même corde avec son médiator. - les dive-bombs au vibrato. C'est la technique d'harmonique artificielle décrite ci-dessus, mais avec une action du vibrato (whammy bar) en plus. Ce qui donne un son strident qui part dans les aigus et "plonge" dans les graves. C'est ça l'image de marque Joe Satriani ! - rajoutez le legato, le tapping et le sweep... Lire la suite

Nick Cave

Critique écrite le 19 mai 2015, par lol

Le Grand Rex, Paris 18 mai 2015

Nick Cave en concert

C'est dans une formation resserrée autour de quatre Bad Seeds au lieu de huit que Nick Cave venait arpenter les planches de la scène du Grand Rex en ce mois de mai 2015. L'idée était de présenter des chansons de son répertoire dans une approche plus intime, recentrées autour du piano dans un mode plus crooner et apaisé que ses prestations électriques avec les Bad Seeds au grand complet. Pour les connaisseurs, c'était l'occasion d'entendre les chansons dans une orchestration proche du dernier album "live From KCRW" sorti il y a maintenant quelques mois, ou du fameux Pirate "live in Belvoir" Une fois de plus l'Australien a ébloui de sa classe un Grand Rex plein à craquer. Attaquant seul au piano par "Water's edge" puis une version un peu décevante de "The weeping song", il enchaina par une version un peu plus teigneuse de "The red right hand" avant de quitter son piano pour une version habitée et endiablée de "Higg Boson Blues". Cette chanson du dernier album (Push the sky away), qui le verra se déplacer jusqu'au milieu de la salle, est clairement devenu un classique à ranger non loin d'un "Stagger lee" ou d'un "Plain got ring". Apres ce premier morceau de bravoure, il retrouvera son rôle de crooner pour quelques chansons dont... Lire la suite

Accès