Accueil Paris Olympia - Paris 9ème
Mercredi 20 mars 2019 : 11126 concerts, 25407 chroniques de concert, 5245 critiques d'album.
Olympia - Paris 9ème

Olympia - Paris 9ème

28 Bd des Capucines
75009 Paris
Métro Opéra

Plus d'info :

2 200 places

Plan d'accès

Olympia : Dernières news

The Raconteurs en concert à l'Olympia de Paris en mai 2019 [Le 19/03/2019] 🎸 Après avoir publié deux excellents nouveaux morceaux en décembre 2018 ("Sunday Driver" et "Now That You're Gone"), The Raconteurs, le groupe de Jack White, Brendan Benson, Jack Lawrence et Patrick Keeler, annonce qu'il sera en concert à L'Olympia de Paris le dimanche 26...
En concert le 26/05/2019
Dido en concert à La Seine Musicale en novembre 2019 [Le 15/03/2019] En tournée pour faire vivre sur scène l'album "Still On My Mind" (disponible depuis le 8 mars 2019), Dido annonce un nouveau concert en France, à La Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt le 22 novembre 2019, son show prévu à l'Olympia à Paris le 21 mai 2019 étant déjà complet !...
En concert le 21/05/2019
King Gizzard & The Lizard Wizard en concert à l'Olympia en 2019 [Le 13/03/2019] 🔥#KingGizzardAndTheLizardWizard🔥Après avoir publié deux nouveaux titres cette année, "Cyboogie" et "FishingForFishies", le groupe de rock psyché protéiforme King Gizzard & The Lizard Wizard annonce qu'il sera en concert à l'Olympia de Paris le 14 octobre 2019 !...
En concert le 14/10/2019

Olympia - Paris 9ème : les prochains concerts

Ve.

22

Mars

2019

Paul Kalkbrenner en concert
Paul Kalkbrenner
Paul Kalkbrenner
20H 36.70 à 49.90 €

Ma.

26

Mars

2019

Lisa Ekdahl en concert
Lisa Ekdahl
Lisa Ekdahl
20H00 De 49.90 à 78.50 €

Me.

27

Mars

2019

Flavien Berger en concert
Flavien Berger
Flavien Berger
20H 30,80 à 41,80 €

Ve.

29

Mars

2019

Thrapie Taxi en concert
Therapie Taxi (Complet)
Thérapie Taxi
20H00 De 35.20 à 44.00 €

Sa.

30

Mars

2019

Thrapie Taxi en concert
Therapie Taxi (Complet)
Thérapie Taxi
20H00 De 35.20 à 44.00 €

Di.

31

Mars

2019

Aya Nakamura en concert
Aya Nakamura
Aya Nakamura
18H00 De 34.50 à 45.00 €

Ma.

02

Avril

2019

Tedeschi Trucks Band
20H00 De 51.00 à 73.00 €

Me.

03

Avril

2019

Arthur H en concert
Arthur H
Arthur H
20H00 De 35.00 à 55.00 €

Je.

04

Avril

2019

Friends en concert
Daniel Levi & Friends
Daniel Levi / Friends
20H30 De 35.00 à 150.00 €

Ve.

05

Avril

2019

Rufus Wainwright en concert
Rufus Wainwright
Rufus Wainwright
20H00 De 40.00 à 95.00 €

Lu.

08

Avril

2019

Dosseh en concert
Dosseh
Dosseh
20H00 De 31.90 à 38.50 €

Ma.

09

Avril

2019

Robyn en concert
Robyn
Robyn
20H00 De 36.30 à 46.20 €

Me.

10

Avril

2019

Avantasia
20H 49.9 €

Olympia : les dernières chroniques concerts 321 avis

King Crimson

Critique écrite le 30 novembre 2018, par lol

Olympia, Paris 16 novembre 2018

King Crimson en concert

Deux ans après leur dernière visite à l'Olympia et pour clore une tournée qui ne s'est pas interrompue depuis, King Crimson revenait transporter un public fidèle et conquis dans un fascinant nouveau voyage musical et cérébral. En 2018, plus personne ou presque ne fait de la musique comme ce groupe-là, qui est l'une des figures tutélaires et pionnières de ce que l'on a appelé le rock progressif. Nul doute n'est permis sur le fait que l'album mythique de 1969 "In the Court of The Crimson King" ait été la pierre fondatrice de ce courant et l'influence majeure de Yes, Genesis (version Peter Gabriel), Jethro Tull, Can, Tangerine Dream, de l'école de Canterburry (Gong, Caravan, Camel, Soft Machine... ), et le moteur de la mutation de Pink Floyd des premiers albums à "Atom heart Mother". Si ce courant est en train de disparaître dans le cosmos, c'est que ses principaux artisans, s'ils sont encore de ce monde, sont d'aimables septuagénaires dont le rythme de vie trépidant d'un groupe en tournée n'est plus le sel de leur existence. De plus, le format, la complexité et la virtuosité nécessaire à son interprétation en live n'est plus franchement en phase avec la perception musicale générale de notre époque. Qui en dehors, d'une assemblée de... Lire la suite

Nick Mason's Saucerful Of Secrets

Critique écrite le 11 septembre 2018, par lol

Olympia, Paris 10 septembre 2018

Nick Mason's Saucerful Of Secrets en concert

Cette tournée de Nick Mason en solo était inattendue à plusieurs titres... Tout d'abord car le légendaire batteur, aujourd'hui âgé de 74 ans, n'avait jamais tourné en dehors de Pink Floyd. En dehors d'un ou deux disques confidentiels parus au début des années 80 et de quelques apparitions en guest, il semblait privilégier sa passion pour la compétition automobile à la musique, et se satisfaire pleinement de sa vie de retraité multi millionnaire. Au mois de juin dernier, alors que l'on sortait, un peu déçu, du gigantesque barnum de Roger Waters, on pensait que c'était probablement la dernière fois, compte tenu de leur âge, que l'on entendrait en live la musique du Floyd jouée par un de ses musiciens. C'est alors que, sorti de nulle part, Nick Mason annonçait son retour sur scène pour un concert totalement dédié aux premières années du groupe (de 1967 à 1972) ! Avec ce choix, il se démarque intelligemment des deux figures de proues du groupe (Roger Waters et David Gilmour) qui, en dehors de quelques titres de cette période ("One of these days", "Astronomy domine", "set the control to the heart of the sun"), concentrent leurs concerts sur le répertoire d'après 72 ( "Dark side of the moon", "Wish you were here", "Animals", "The wall" ...).... Lire la suite

Eels

Critique écrite le 10 juillet 2018, par Coline Magaud

L'Olympia, Paris 9 Juillet 2018

Eels en concert

Mark Oliver Everett, ce génie méconnu et incompris... Hier soir, E. et sa bande de joyeux lurons ont déroulé un set à la fois barré et carré devant un Olympia sold-out et souriant en ce chaud mois de juillet. Commençant le concert par deux reprises (The Who et Prince, qui sera à nouveau mis à l'honneur lors du premier rappel), le groupe commence par décontenancer son public, pris quelque peu au dépourvu. Mais c'est pour mieux dérouler ensuite une set-liste de 23 chansons supplémentaires tirées de presque tous les efforts studio du combo, les deux albums les plus représentés étant sans surprise l'excellent petit dernier, "The Deconstruction" et le sublime "Daisies of the Galaxy". Les titres les plus anciens sont revisités, à l'instar de "My Beloved Monster" et "Novocaine for the Soul", quasi méconnaissable, mais on sent que leur compositeur prend encore plaisir à les (ré)interpréter, pour notre plus grand bonheur. Il faut reconnaître que les compositions du groupe ne sont pas particulièrement variées mais elles sont toujours sacrément efficaces. Les chansons les plus enlevées donnent instantanément le sourire et l'envie de remuer en rythme et les ballades, elles, forcent systématiquement... Lire la suite

Jack White

Critique écrite le 05 juillet 2018, par Samuel C

L'Olympia - Paris 4 juillet 2018

Jack White en concert

Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après l'autre. Les autres concerts où se produit White sont également complets en France : les nuits de Fourvière et le Festival Beauregard. Son nouvel album est expérimental, voire difficile d'accès, mais aller revoir le fondateur de Third Man Records, plutôt intègre et visionnaire dans tout ce qu'il crée, relève d'une gageure largement supérieure à toute autre considération ! A travers ses multiples formations (The White Stripes évidemment, mais aussi The Raconteurs, Dead Weather et en solo) John Anthony Gillis -son identité à la ville- peut faire songer à Neil Young au regard de la variété des styles abordés et de sa inventivité incessante : "Boarding House Reach" étant peut-être son "Trans" à lui. Alors que du hip-hop old school résonne dans les enceintes, le public majoritairement quadra et CSP+ (le prix des places oscillait entre 52 et 68€) savoure sa bière de base qui est sûre d'arriver en demi d'après une publicité ! Jack White n'est pas une bête de scène, mais grâce à son mètre 88 il occupe pleinement l'espace. Accompagné de 4 musiciens, une... Lire la suite

A Perfect Circle + Black Peaks

Critique écrite le 01 juillet 2018, par Samuel C

Olympia - Paris 26 juin 2018

A Perfect Circle + Black Peaks en concert

Invité sur quelques dates au début de la tournée européenne d'A Perfect Circle, Black Peaks ne cachait pas sa joie d'assurer de nouveau sa première partie à Paris. Le public était déjà arrivé en nombre alors que les Anglais débutaient un set d'une trentaine de minutes. Sans look particulier, les 4 jeunes british oscillent entre plusieurs mouvances : ni hardcore, ni metal, ni pop mais un peu tout cela à la fois. Un mur du son qui ravage tout sur son passage et laisse le novice stupéfait et rempli d'ondes positives. Les vocalises de Will Gardner font songer à Dennis Lyxzen, mentor de Refused, alternant moments calmes et furieux. Les quatre musiciens disposent de peu d'espace sur le devant de la scène mais on les sent vraiment à l'aise. Au-delà de l'intensité de la prestation proposée, on perçoit un vrai plaisir à se produire en live. Avant de quitter les planches, ils annoncent d'ailleurs leur retour prochain dans la capitale, au Gibus club, le 23 octobre prochain. Avec A Perfect Circle, on entrait dans une toute autre dimension. Rares en Europe (le dernier show français date de 2004), les Américains étaient plus qu'attendus. Le concert affichait d'ailleurs sold out quelques minutes après la mise en vente des billets en novembre... Lire la suite

A Perfect Circle

Critique écrite le 27 juin 2018, par Coline Magaud

L'Olympia, Paris 26 juin 2018

A Perfect Circle en concert

Après une prestation classieuse au Hellfest (si, si, je vous jure que ces deux mots vont ensemble), A Perfect Circle, le groupe créé par le guitariste Billy Howerdel et porté par la voix de Maynard James Keenan, était de passage dans la capitale pour un concert des plus attendus. Et il n'a pas déçu ! Avec une setlist plus longue qu'en festival et faisant la part belle aux morceaux du dernier album et à l'opus phare "Thirteenth Step", le super groupe américain a envoyé du lourd à l'Olympia malgré une scénographie minimale et la manie de Keenan de se cacher de ses fans en restant dans l'ombre au fond de la scène. Cela n'empêche heureusement pas Howerdel et le bassiste Matt McJunkins de montrer que le groupe prend plaisir à se produire sur scène après toutes ces années... Les étoiles dans les yeux des spectateurs prouvent bien que le sentiment est partagé. Le son est bon, la basse omniprésente et comme prévu, la voix de Keenan sort tout droit de l'espace. Certains reprocheront... Lire la suite

Accès