Accueil Paris Olympia - Paris 9ème
Mardi 25 juin 2019 : 10098 concerts, 25530 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.
Olympia - Paris 9ème

Olympia - Paris 9ème

28 Bd des Capucines
75009 Paris
Métro Opéra

Plus d'info :

2 200 places

Plan d'accès

Olympia : Dernières news

Metronomy en concert à l'Olympia et en tournée en 2019 [Le 17/06/2019] Le très doué groupe anglais de pop Metronomy annonce la sortie pour l'automne 2019 de son 6ème album studio (1er extrait, le tube "Lately") et sera en concert à l'Olympia de Paris le 15 octobre 2019 et en tournée française automnale (Cenon/Bordeaux, Lyon, Toulouse, Nancy), et ce...
En concert le 15/10/2019
Volbeat en concert à l'Olympia de Paris le 6 octobre 2019 [Le 24/05/2019] A l'occasion de la sortie le 2 août 2019 de l'album "Rewind, Rebound, Replay" (inclus le tube "Leviathan" !), le groupe danois de metal Volbeat sera en concert à l'Olympia, à Paris, le 6 octobre 2019 avec en premières parties de luxe Baroness et Danko Jones ! Billets en vente en...
En concert le 06/10/2019
Louis Chédid en concert à l'Olympia et en tournée en 2020 [Le 22/05/2019] Très bonne nouvelle pour les nombreux fans de ce grand monsieur de la chanson française : Louis Chédid sera en concert à l'Olympia de Paris les 26 et 27 mai 2020 et en tournée française partout en 2020 pour présenter son nouvel album et jouer ses titres incontournables ! Toutes...
En concert le 26/05/2020

Olympia - Paris 9ème : les prochains concerts

Ma.

25

Juin

2019

Vanessa Paradis en concert
Vanessa Paradis
Vanessa Paradis
20H00 De 40.00 à 80.00 €

Je.

27

Juin

2019

The Beach Boys en concert
The Beach Boys
The Beach Boys
20H00 De 67.50 à 111.50 €

Sa.

29

Juin

2019

Vanessa Paradis en concert
Vanessa Paradis
Vanessa Paradis
20H00 De 40.00 à 80.00 €

Di.

30

Juin

2019

Vanessa Paradis en concert
Vanessa Paradis
Vanessa Paradis
20H00 De 40.00 à 80.00 €

Lu.

01

Juillet

2019

Vanessa Paradis en concert
Vanessa Paradis
Vanessa Paradis
20H00 De 40.00 à 80.00 €

Ma.

02

Juillet

2019

Interpol en concert
Interpol
Interpol
20H 46,20 à 60,50 € Mise en vente des places lundi 21 janvier à 10h ici :

Me.

03

Juillet

2019

Diana Krall en concert
Diana Krall
Diana Krall
20H00 De 79.50 à 129.00 €

Je.

04

Juillet

2019

Diana Krall en concert
Diana Krall
Diana Krall
20H00 De 79.50 à 129.00 €

Ve.

05

Juillet

2019

The B-52's en concert
The B-52s
The B-52's
20H00 De 56.50 à 106.00 €

Sa.

06

Juillet

2019

Limp Bizkit en concert
Limp Bizkit
Limp Bizkit
20H00 De 56.50 à 62.00 €

Lu.

08

Juillet

2019

Walk Off The Earth en concert
Walk Off The Earth
Walk Off The Earth
20H00 De 41.80 à 55.00 €

Lu.

08

Juillet

2019

Ma.

09

Juillet

2019

George Benson en concert
George Benson
George Benson
20H00 De 69.70 à 128.00 €

Je.

11

Juillet

2019

Melody Gardot en concert
Melody Gardot
Melody Gardot
20H00 De 59.80 à 99.40 €

Olympia : les dernières chroniques concerts 324 avis

Inna de yard

Critique écrite le 17 juin 2019, par lol

Olympia, Paris 15 juin 2019

Inna de yard en concert

Inna de Yard n'est pas un groupe mais un projet issu de la volonté de plusieurs producteurs et tourneurs historiques de la scène reggae française de réhabiliter le son du reggae roots, tel qu'il a été inventé par ses pionniers dans les arrières courts des bidon villes de Kingston et St Ann's Bay, avant le passage par la case studio. C'est donc le parti pris d'un reggae 100% acoustique ! Depuis de nombreuses années, de nombreux albums estampillés Inna De Yard ont été enregistrés par des vétérans historiques de la scène jamaïcaine (Viceroys, Earl China Smith). En 2019, c'est une sorte de regroupement des "expendables" du reggae roots jamaicain (Cedric Mython, Winston Mc Anuff, Ken Booth, Kiddus I, Horace Andy... ) qui se retrouve pour un nouvel album, un film et une tournée dont l'objectif est probablement de renouveler le coup de maître réalisé par Wim Wenders avec le Buenavista Social Club sur la scène musicale Cubaine et de le transposer à la scène jamaïcaine. Le tout Paris de la scène reggae était donc rassemblé pour ce concert de... Lire la suite

The Raconteurs

Critique écrite le 27 mai 2019, par Samuel C

L'Olympia - Paris 26 mai 2019

The Raconteurs en concert

Jack White à l'Olympia en 3 actes : En 2003 avec les White Stripes, le duo des vrais-faux frère/soeur est à son summum sur disque et dépoussière clairement un rock qui vivotait depuis 6/7 ans. Se produire à deux sur une grande scène est un vrai défi, les White Stripes ne sont cependant pas à la hauteur de l'enjeu, malgré l'intensité du set et son côté très démonstratif, il manque alors ce fameux petit quelque chose en plus ! "Seven nation army", joué ce soir-là, est par ailleurs le dernier grand hymne rock et de stade connu à ce jour. 15 ans plus tard, Jack White est devenu un digne représentant du CAC40 de la musique actuelle. Très exigeant, voire puriste, il presse des vinyles, sort des albums en solo réussis, fait salle comble un peu partout et exige des concerts sans téléphone. Il s'autorise alors "Boarding House Reach", assez expérimental et donc difficile d'accès. En live, on voit clairement que c'est lui le boss, ses musiciens ont le petit doigt sur la couture du pantalon : on assiste à un exercice de style où un hommage permanent... Lire la suite

King Crimson

Critique écrite le 30 novembre 2018, par lol

Olympia, Paris 16 novembre 2018

King Crimson en concert

Deux ans après leur dernière visite à l'Olympia et pour clore une tournée qui ne s'est pas interrompue depuis, King Crimson revenait transporter un public fidèle et conquis dans un fascinant nouveau voyage musical et cérébral. En 2018, plus personne ou presque ne fait de la musique comme ce groupe-là, qui est l'une des figures tutélaires et pionnières de ce que l'on a appelé le rock progressif. Nul doute n'est permis sur le fait que l'album mythique de 1969 "In the Court of The Crimson King" ait été la pierre fondatrice de ce courant et l'influence majeure de Yes, Genesis (version Peter Gabriel), Jethro Tull, Can, Tangerine Dream, de l'école de Canterburry (Gong, Caravan, Camel, Soft Machine... ), et le moteur de la mutation de Pink Floyd des premiers albums à "Atom heart Mother". Si ce courant est en train de disparaître dans le cosmos, c'est que ses principaux artisans, s'ils sont encore de ce monde, sont d'aimables septuagénaires dont le rythme de vie trépidant d'un groupe en tournée n'est plus le sel de leur existence. De plus, le format, la complexité et la virtuosité nécessaire à son interprétation en live n'est plus franchement en phase avec la perception musicale générale de notre époque. Qui en dehors, d'une assemblée de... Lire la suite

Nick Mason's Saucerful Of Secrets

Critique écrite le 11 septembre 2018, par lol

Olympia, Paris 10 septembre 2018

Nick Mason's Saucerful Of Secrets en concert

Cette tournée de Nick Mason en solo était inattendue à plusieurs titres... Tout d'abord car le légendaire batteur, aujourd'hui âgé de 74 ans, n'avait jamais tourné en dehors de Pink Floyd. En dehors d'un ou deux disques confidentiels parus au début des années 80 et de quelques apparitions en guest, il semblait privilégier sa passion pour la compétition automobile à la musique, et se satisfaire pleinement de sa vie de retraité multi millionnaire. Au mois de juin dernier, alors que l'on sortait, un peu déçu, du gigantesque barnum de Roger Waters, on pensait que c'était probablement la dernière fois, compte tenu de leur âge, que l'on entendrait en live la musique du Floyd jouée par un de ses musiciens. C'est alors que, sorti de nulle part, Nick Mason annonçait son retour sur scène pour un concert totalement dédié aux premières années du groupe (de 1967 à 1972) ! Avec ce choix, il se démarque intelligemment des deux figures de proues du groupe (Roger Waters et David Gilmour) qui, en dehors de quelques titres de cette période ("One of these days", "Astronomy domine", "set the control to the heart of the sun"), concentrent leurs concerts sur le répertoire d'après 72 ( "Dark side of the moon", "Wish you were here", "Animals", "The wall" ...).... Lire la suite

Eels

Critique écrite le 10 juillet 2018, par Coline Magaud

L'Olympia, Paris 9 Juillet 2018

Eels en concert

Mark Oliver Everett, ce génie méconnu et incompris... Hier soir, E. et sa bande de joyeux lurons ont déroulé un set à la fois barré et carré devant un Olympia sold-out et souriant en ce chaud mois de juillet. Commençant le concert par deux reprises (The Who et Prince, qui sera à nouveau mis à l'honneur lors du premier rappel), le groupe commence par décontenancer son public, pris quelque peu au dépourvu. Mais c'est pour mieux dérouler ensuite une set-liste de 23 chansons supplémentaires tirées de presque tous les efforts studio du combo, les deux albums les plus représentés étant sans surprise l'excellent petit dernier, "The Deconstruction" et le sublime "Daisies of the Galaxy". Les titres les plus anciens sont revisités, à l'instar de "My Beloved Monster" et "Novocaine for the Soul", quasi méconnaissable, mais on sent que leur compositeur prend encore plaisir à les (ré)interpréter, pour notre plus grand bonheur. Il faut reconnaître que les compositions du groupe ne sont pas particulièrement variées mais elles sont toujours sacrément efficaces. Les chansons les plus enlevées donnent instantanément le sourire et l'envie de remuer en rythme et les ballades, elles, forcent systématiquement... Lire la suite

Jack White

Critique écrite le 05 juillet 2018, par Samuel C

L'Olympia - Paris 4 juillet 2018

Jack White en concert

Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après l'autre. Les autres concerts où se produit White sont également complets en France : les nuits de Fourvière et le Festival Beauregard. Son nouvel album est expérimental, voire difficile d'accès, mais aller revoir le fondateur de Third Man Records, plutôt intègre et visionnaire dans tout ce qu'il crée, relève d'une gageure largement supérieure à toute autre considération ! A travers ses multiples formations (The White Stripes évidemment, mais aussi The Raconteurs, Dead Weather et en solo) John Anthony Gillis -son identité à la ville- peut faire songer à Neil Young au regard de la variété des styles abordés et de sa inventivité incessante : "Boarding House Reach" étant peut-être son "Trans" à lui. Alors que du hip-hop old school résonne dans les enceintes, le public majoritairement quadra et CSP+ (le prix des places oscillait entre 52 et 68€) savoure sa bière de base qui est sûre d'arriver en demi d'après une publicité ! Jack White n'est pas une bête de scène, mais grâce à son mètre 88 il occupe pleinement l'espace. Accompagné de 4 musiciens, une... Lire la suite

Accès