Accueil Pocoloco - Clermont Frd
Dimanche 10 décembre 2017 : 10641 concerts, 24767 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.

Pocoloco - Clermont Frd

10 rue Fontgieve
63000 Clermont Ferrand

Plus d'info :

250 places

Plan d'accès

Pocoloco - Clermont Frd : l'historique des concerts

Ma.

31

Oct.

2017

Eugene "Hideaway" Bridges (USA) +The Wattbreakers

Ve.

29

Sept.

2017

Chicago Soul: Dave Specter Band feat. Tad Robinson (Annulé)

Ma.

25

Avril

2017

10 ans d'Arvern' Blues Concerts Nuit du blues part.2 : Big James & the Chicago Playboys + Aurélien Morro & the Checkers Sextet Big James

Ve.

24

Mars

2017

Nuit Du Blues Part. 1 : Angela Brown Band feat. Will Jacobs + Bad Mules

Je.

26

Janv.

2017

R'n'B : Sax Gordon + Rockin' the Blues

Ve.

16

Déc.

2016

Wild Blues'n'Roll : Jérôme Piétri Trio + Mr Bo Weavil

Ma.

04

Oct.

2016

Zac Harmon + Travel

Ve.

17

Juin

2016

Unsane + Sofy Major + Gold

Je.

26

Mai

2016

Johnny Rawls

Sa.

07

Mai

2016

Festival Nouveau Western : Avenue Z + Adam Wood + My Name Is Nobody

Ve.

06

Mai

2016

Festival Nouveau Western : Xixa + The Elders + J.Aubertin

Ve.

01

Avril

2016

Perturbator, La Main, C*nt, Gost

Sa.

19

Mars

2016

Frustration + Von Will + DJ Maurice + guests

Je.

04

Juin

2015

Sugarar Rayford

Je.

02

Avril

2015

Lil Ed and the Blues Imperials

Me.

11

Fév.

2015

Curtis Salgado feat. "Monster" Mike Welch

Sa.

07

Fév.

2015

Mcfly, Dahammersounds, Snkls, Aska & Skurr, Zorel, Lam-c

Pocoloco : les dernières chroniques concerts 9 avis

Magnetix presents Avenue Z + Woody Murder Mystery + My Name Is Nobody (Festival Nouveau Western 2016)

Critique écrite le 24 mai 2016, par Pierre Andrieu

Le Pocoloco, Clermont-Ferrand 7 mai 2016

Magnetix presents Avenue Z + Woody Murder Mystery + My Name Is Nobody (Festival Nouveau Western 2016) en concert

Très bonne soirée en compagnie du garage sauvage d'Avenue Z (aka le nouveau projet des Magnetix), de la pop psychédélique de Woody Murder Mystery et de la folk joliment aride de My Name is Nobody, et ce dans le cadre du festival Nouveau Western au Pocoloco, à Clermont-Ferrand, le 7 mai... Pas grand monde dans la salle, qui sonne donc un peu creux, ce qui est bien triste certes, mais ne va pas nous gâcher notre plaisir de voir en live My Name is Nobody, qui délivre un très beau set hyper intimiste en solo, avant d'être rejoint à la guitare et à la batterie sur le très beau dernier morceau par deux Woody Murder Mystery. Le groupe clermontois, qui remplace Adam Wood, malade, au pied levé, enchaîne ensuite avec un bon concert, entre pop ciselée avec voix nasillarde et jolies montées psyché. Tout cela aurait gagné à être un peu plus pro, les bavardages entre les morceaux - ou même pendant - nuisent, à notre humble avis, au décollage du public vers d'autres sphères. Bref... C'est... Lire la suite

Xixa (Festival Nouveau Western 2016)

Critique écrite le 20 mai 2016, par Pierre Andrieu

Le Pocoloco, Clermont-Ferrand 6 mai 2016

Xixa (Festival Nouveau Western 2016) en concert

Très belle découverte que celle du groupe américain Xixa dans le cadre du festival Nouveau Western au Pocoloco, à Clermont-Fd, le 6 mai... Basé à Tucson, Arizona, le combo de " Psych Cumbia Rock'n Roll " (c'est lui qui se décrit comme ça, et c'est assez vrai... ) est emmené par Brian Lopez et Gabriel Sullivan deux chanteurs/guitaristes/songwriters jouant dans Giant Sand, le génial groupe d'Howe Gelb, l'un des premiers " employeurs " de Joey Burns et John Convertino, futurs protagonistes de Calexico, aperçus récemment dans les parages... La dernière fois qu'on avait eu la chance de voir Giant Sand sur scène, au TINALS, à Nîmes, on avait été surpris par le son plus musclé et rock 'n roll de la troupe, un apport que l'on doit sans doute à la présence de Lopez et Sullivan aux grattes virulentes. Ce soir, on retrouve cette puissance hyper rock dans le son des morceaux bigarrés et chaloupés de Xixa, des titres qui joués à très fort volume et qui mélangent tout un tas de trucs pour en faire une mixture hyper épicée et savoureuse. C'est une sorte de country rock du désert mâtiné de rock 'n roll, de cumbia, de blues, de musique mexicaine et de psychédélisme. Oui, ça fait beaucoup et ça pourrait être... Lire la suite

Frustration

Critique écrite le 18 avril 2016, par Pierre Andrieu

La Pocoloco, Clermont-Ferrand 19 mars 2016

Frustration en concert

Quelle bonne initiative d'Intérieur Cuir prod cette venue du groupe post punk Frustration au Pocoloco, à Clermont-Ferrand ! Pas vu dans le coin depuis un paquet de temps (trop longtemps, quoi !), les cinq parisiens énervés au possible ont trouvé avec cette salle récemment réouverte au rock 'n roll un endroit parfait pour délivrer leurs titres agressifs, sauvages et donnant envie de tout saccager. Dès le début du show, le gang post punk marqué au fer rouge par Warsaw et Joy Division jette de l'huile sur le feu d'un public assez nombreux et qui ne demande qu'à monter en température. Comme à chaque fois avec les auteurs de No Trouble et Worries, on se laisse surprendre par leur imparable technique de jeu : ça joue violent dès le coup de sifflet ouvrant les hostilités, et quasi instantanément ça énerve positivement, pour progressivement obtenir l'étincelle qui fait péter gravement les plombs... Car une fois que le monteur tourne à plein régime, tout est tendu et intense ici - le chant de stentor suicidaire et psychopathe, la rythmique qui défonce, la gratte qui taille dans le lard et les synthés qui couinent à la mort -, l'infernale armada des forçats de la route français appuie sur le champignon au fur et à mesure que le set... Lire la suite

King Khan & His Shrines + The Craftmen Club + Sexties (Les Volcaniques de Mars 2003)

Critique écrite le 16 mars 2003, par Pierre Andrieu

Pocoloco, Clermont-Ferrand 15 mars 2003

C'est le jeune groupe moulinois Sexties qui donne le coup d'envoi de la dernière soirée des Volcaniques de Mars 2003 intitulée "Black to the groove". Le respect dû au musiciens et la jeunesse du groupe poussent à être indulgent mais il y a encore du boulot les gars ! Ce punk rock assez mal joué est gâché par un chanteur avec une voix sans personnalité essayant de compenser en hurlant à tort et à travers des inepties en anglais ("Come on Clermont !", "Wake up Clermont !", "Do you want to fuck me ?"... Réponse : non merci ! ). Les premiers rangs, entièrement acquis à leur cause ont apprécié Sexties, les autres sont restés plus dubitatifs... La différence de niveau est criante avec le groupe qui poursuit la soirée : The Craftmen Club en provenance de Bretagne. Ce trio guitare/chant, basse/sample, batterie minimaliste dégage une énergie puisée dans le rock ‘n' roll, le rhythm and blues, la musique lo fi et le psychobilly. Ce cocktail est enrichi de samples déclenchés au pied par le bassiste : banjo, riffs de guitare, bruitages... La manière de chanter et de pousser des cris dans un micro distordu sur un ton plein de morgue tout en jouant des riffs de blues crade évoque immanquablement les géniaux The Jon Spencer Blues Explosion !... Lire la suite

Sleeppers + Makoto Kawabata & Jean-François Pauvros + Biocide (Les Volcaniques de Mars 2003)

Critique écrite le 15 mars 2003, par Pierre Andrieu

Pocoloco, Clermont-Ferrand 14 mars 2003

La soirée "Soucoupes Violentes" du festival Les Volcaniques de Mars a permis de se chauffer les oreilles avec Biocide, de revoir avec plaisir le groupe bordelais Sleeppers et de découvrir les ovnis Makoto Kawabata & Jean-François Pauvros. Les Marseillais de Biocide commencent la soirée devant un public peu nombreux et mou. Seule une jeune fille énervée pogote en incitant les autres à faire de même, en vain... Cet immobilisme n'est pas dû à la prestation de Biocide, les quatre métalleux ne ménageant pas leurs efforts pour séduire le public métal/noise. Puissants sur scène et cherchant à explorer de nouvelles voies, Biocide mérite d'être découvert par les "Metal addicts"... C'est avec un plaisir non dissimulé qu'on recroise la route du groupe bordelais Sleeppers après le festival Osmose en 2001. Le set de Sleeppers a déchaîné les passions ; le public, désormais en nombre, se massant contre la scène pour communier avec les musiciens dans une sorte d'orgie sonique. Ce groupe survolté et tendu comme un arc s'appuie sur une rythmique en acier trempé pour décocher des flèches empoisonnées de guitares/hurlements dans le cœur des fans de noisy métallique. Le guitariste/chanteur est particulièrement impressionnant pour ses... Lire la suite

Busyman + Calc + The Electric Fresco + Jive Puzzle + L'Enfance Rouge (Les Volcaniques de Mars 2003)

Critique écrite le 14 mars 2003, par Pierre Andrieu

Pocoloco, Clermont-Ferrand 13 mars 2003

Malgré un public assez restreint, la soirée pop des Volcaniques de Mars a tenu toutes ses promesses ; le public a pu vivre une longue montée en puissance de 21 h 30 à 3 h 15 du matin. Alors que la veille les gens se bousculaient pour la soirée "Electro Dub", Busyman commence son concert devant une assistance assez confidentielle... Busyman : Déjà aperçu en première partie des Rita Mitsouko à La Coopérative de Mai, l'ex chanteur du groupe stéphanois Six Pack a délivré un set empreint d'une glaciale ferveur (oui, ça existe !). Concentré sur ses parties de guitares folk rock, il chante les yeux fermés et semble littéralement habité par sa musique... Les morceaux, sobres et chaotiques de Busyman ne sont pas vraiment faciles d'accès mais convainquent grâce au contraste entre la guitare folk et minimaliste, l'attitude assez froide et les parties vocales émotionellement fortes... Le premier album de Busyman, Chronorupture, est disponible sur le label lyonnais Jarring Effects. Calc : Les Bordelais de Calc venaient défendre sur la scène du Pocoloco leur excellent dernier album Any downs at all (sorti sur le label Vicious Circle). Le groupe de Julien Pras a donné un concert surprenant pour les fans de sa musique aérienne... Lire la suite

Accès