Accueil Lesbians on Ecstasy en concert
Vendredi 30 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


ElectroClash from Canada. Elles ont la particularité de reprendre des classiques lesbiens en version électro punk délicieusement foutraque et vraiment "into the groove".

Site

Lesbians on Ecstasy en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Lesbians on Ecstasy : l'historique des concerts

Ma.

29

Avril

2008

Festival B-Side en concert
Lesbian on Ecstasy - Duchess Says Festival B-Side | Lesbians on Ecstasy | Duchess Says
Cabaret Aléatoire - Marseille 3ème (13)

Ve.

25

Avril

2008

Les Femmes s'en Mêlent en concert
Duchess Says - Robots In Disguise - Lesbians on Ecstasy Les Femmes s'en Mêlent | Robots In Disguise | Lesbians on Ecstasy | Duchess Says
Le Trabendo - Paris 19eme (75)

Je.

24

Avril

2008

Les Femmes s'en mêlent : Lesbians on Ecstasy + Gore Gore Girls Gore Gore Girls | Lesbians on Ecstasy
Le Fil - Saint etienne (42)

Sa.

20

Mai

2006

25 en concert
Lesbian On Ecstazy + 25 + Ashley + Miss Anacor 25 | Dj Miss Anacor | Lesbians on Ecstasy | Ashley
Embobineuse - Marseille (13)

Lesbians on Ecstasy : les dernières chroniques concerts 4 avis

The Go! Team + Los Campesinos + Lesbians On Ecstasy + Les France Cartigny (Les Femmes S'en Mêlent 2008)

Critique écrite le 28 avril 2008, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 27 avril 2008

The Go! Team + Los Campesinos + Lesbians On Ecstasy + Les France Cartigny (Les Femmes S'en Mêlent 2008) en concert

Jolie soirée filles pour l'édition 2008 du festival itinérant Les Femmes S'en Mêlent, de passage à Clermont-Ferrand... Malgré l'assistance confidentielle (c'est dimanche soir... ) réunie dans la grande salle de la Coopérative de Mai, le public qui s'était déplacé n'a pas eu à le regretter... Les France Cartigny : Malgré quelques bons morceaux (et une joie de jouer visible à l'œil nu), Les France Cartigny ont un peu pris à froid le public. Il faut dire qu'il est 19h et que les gens arrivent dans la salle, ce n'est pas forcément le moment idéal pour les morceaux entre chanson FM et punk rock strident... Si certains morceaux fonctionnent grâce à des textes bien troussés et des guitares en fusion, d'autres provoquent bâillements et ennui (le single Merde en particulier), la faute à une voix un peu énervante à la longue et à des compositions pas toujours marquantes. Los Campesinos : Belle prestation pour le groupe écossais Los Campesinos, qui a réussi à faire décoller la soirée avec ses titres de pop euphorisante. Evoluant dans un monde délicieusement pop entre Arcade Fire, The Spinto Band, Clap Your Hands Say Yeah, We Are From Barcelona et... Lire la suite

Lesbians On Extasy (interview)

Interview réalisée le 09 juin 2006, par Art Kraft

l'Embobineuse - Marseille Mai 2006

A l'instar de PEACHES, GONZALES ou LES GEORGES LENINGRAD, les LESBIANS ON EXTASY sont originaires du Canada et distillent une musique électronique bâtarde et mutante imprégnée de punk, rock, rap... Bernie au synthé, Véronique à la basse, Jackie à la batterie électronique "Octapad" et Fruity Frankie à la voix. Les quatre filles rebelles de Montréal jouent sur des rythmes synthétiques endiablés et sont venues embraser la salle de l'Embobineuse à Marseille, le 20 Mai dernier à l'occasion de leur tournée européenne. Le public en délire, oscillant entre danse techno et pogo, se souvient encore de l'impressionnante prestation de ces "riot girls". Rock n' roll du 3ème millénaire, féminisme et transpiration au programme !!! Rencontre décontractée et décomplexée autour d'une table ronde avec les girls en question. Comment le groupe s'est-il formé ? On a fait notre 1er concert en février 2003 à l'occasion d'un festival féministe regroupant des arts électroniques et visuels. Le groupe s'est formé spécialement pour ce festival. Véronique et Jackie avait déja joué ensemble dans 3 groupes auparavant. Comment définiriez-vous votre style ? Electro-rock-techno-métal-drum n' bass !!! On joue comme un groupe de rock mais avec des... Lire la suite

The Duchess says + Lesbians on Ecstasy (Festival B-Side)

Critique écrite le 30 avril 2008, par Odelizz

Cabaret Aléatoire - Marseille 29 Avril 2008

Par précaution, je ne me suis guère aventurée au Cabaret Aléatoire avant 9h30 pour aller observer le phénomène électro lesbien québécois : Lesbians on Ecstasy . Cernée par des écrans projetant des boucles de documentaires animaliers sur les singes et par un public dont la mixité n'était pas réellement à l'ordre du jour, je me mets en position (hum.. enfin, vous m'aurez compris..), pour découvrir le premier groupe The Duchess says , eux aussi francophones d'outre Atlantique. Un batteur, un homme à quatre ou six cordes, un claviériste et une chanteuse totalement illuminée qui, par sa voix criarde mais travaillée et sa gestuelle de tigresse possédée, suscite l'enthousiasme général. Avec un sens du show très développé, la voici qui se retrouve pied nu à danser avec des filles transpirantes, cernant ses transes gymnastiques en forme de flexions-extensions à même le sol, tandis que le triptyque des musiciens sagement restés sur scène distille un electro-punk énervé, avec des passages franchement grindcore, et ma foi très efficace. Puis les tant attendues ... Lire la suite

Lesbians on ecstasy+ Gravy Train + Toxic Kiss

Critique écrite le 29 mars 2005, par Bertrand Lasseguette

Nouveau casino - Paris 28 mars 2005

Qu'est-ce que ça fait plaisir d'écrire, de déclarer qu'on a été écouté et voir de la musique de pédés, de tantouzes, d'enculés, de gouinasses... sans que cela soit péjoratif une seule seconde. La modernité recèle tout de même quelques plaisirs. Hier soir, j'ai ainsi fait la connaissance de trois très bons groupes dans le cadre du Pink and Purple Pop festival. Ce même festival qui m'avait permis de voir pour la première fois Le Tigre, il y a quelques années dans cette même salle du Nouveau Casino (qui commet l'ignoble faute de goût de servir de la Heineken, mais pour le reste j'aime bien). Le premier groupe, Toxic Kiss, ne me semble pas particulièrement homosexuel, mais les gens qui me connaissent le savent bien, la sexualité ce n'est pas mon fort. Les membres de Toxic Kiss sont minces (voir photo) et bourrés d'énergie. Ils démarrent à la 1, 2, 3, 4 leurs chansons qui sonnent comme du Devo/B52's mais en encore plus nerveux. Le chanteur guitariste est accompagné de deux choristes. Celle qui est à sa gauche est assez fascinante. Elle se dresse sur la pointe de ses pieds dès qu'elle doit intervenir dans le micro, danse comme un robot, par mouvements saccadés, et semblent totalement imprégnés par son rôle de chanteuse rock. Je... Lire la suite