Accueil Chronique de concert Bertrand Belin & Les Percussions Claviers de Lyon
Vendredi 17 septembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bertrand Belin & Les Percussions Claviers de Lyon

Bertrand Belin & Les Percussions Claviers de Lyon en concert

Théâtre Municipal d'Aurillac 11 juin 2021

Critique écrite le par



C'est un Bertrand Belin en grande forme qui a donné un concert renversant de classe au Théâtre d'Aurillac avec les Percussions Claviers de Lyon et Thibault Frisoni... Initialement prévu en novembre 2020, ce spectacle de haut vol devait faire partie d'une tournée écourtée par le deuxième confinement (enfer et damnation). Un mini Tour de France dans une formation originale qui a donné lieu à la parution le 7 mai 2021 d'un live nommé "Concert at Saint-Quentin" (vivement recommandé !).



En ce vendredi soir limite caniculaire (Aurillac, ville la plus froide de France ? Faux !), on retrouve avec plaisir l'écrin du théâtre municipal de la capitale du parapluie : placé pile sous le micro, confortablement assis, on peut ainsi profiter d'un son parfait et d'une vue imprenable sur le show de Bertrand B., ravi par la reprise des "hostilités". Bien accompagné par l'instrumentarium des Percussions Claviers de Lyon (marimbas, xylophones, batterie, gong, la "tant redoutée plaque de fer" etc.) et par Monsieur Frisoni (prononcer à la Corse) au Korg et à la basse, l'auteur de l'album "Persona" peut donner libre cours à son inspiration pour chanter avec sa voix si marquante des textes singuliers, se lancer dans des envolées guitaristiques trippantes à souhait ou se livrer à d'hilarantes facéties.



De l'étrange "En rang (Euclide)", qui lance le show, à "Ruine" en deuxième et dernier rappel beau à pleurer, en passant par l'incunable "Hypernuit", le très enlevé "Sur le cul" ou l'immense "Ne sois plus mon frère", le très doué songwriter d'origine bretonne fait montre de son habituel talent pour captiver son auditoire. La subtilité des arrangements signés par Gilles Dumoulin pour les Percussions Claviers de Lyon ne gâchant bien évidement rien, c'est un euphémisme. Le répertoire inestimable de Belin était vraiment fait pour rencontrer les trésors d'inventivité du groupe cité à l'instant ! Pour célébrer ces noces fructueuses, le maître de cérémonie agrémente un très bel instrumental nommé "Paye ta clope" de chorés à la Jacques Tati en fond de scène. Et puis le showman s'illustre également par une longue et drolatique improvisation à la fin de "Camarade", ses vocalises à la Céline Dion et ses commentaires chantés façon The Voice faisant se bidonner la salle entière. Ses petits mots pendant qu'il accorde sa guitare récalcitrante à propos de la supposée oreille absolue des Aurillacois (qui font le "la" et le "fa" de la même manière !) sont eux-aussi savoureux.



D'humeur badine et plein d'autodérision, celui qui avait déclaré pour introduire le titre "Folle Folle Folle" "Il n'y pas beaucoup à manger dans mes chansons : quatre mots, tu prends un air ténébreux et c'est bon !", introduit vers la fin de la soirée la seule reprise du concert, la très groovy et barrée, "C'est comment qu'on freine ?" de Bashung, par ces mots : "Ah, enfin, une chanson où on comprend les paroles !". Pour reprendre une expression belienne, le public termine "sur le cul" et accorde une standing ovation au groupe qui vient longuement saluer en front de scène. Un dernier mot sympa adressé aux élèves du lycée Saint-Géraud, qui ont signé l'affiche du concert - très réussie -, et c'est la fin des "hostilités scéniques" ! Après ce moment assez magique, tout le monde peut reprendre une activité normale et enlever son masque...



Photos du concert : Daniel Aimé



A lire, un entretien avec Bertrand Belin à propos de son album "Persona". (Une nouvelle interview réalisée avant ce concert sera à lire très bientôt sur ConcertAndCo !)



Liens : www.bertrandbelin.com, www.facebook.com/bertrandbelin, www.instagram.com/bertrand_belin, www.cinq7.com, www.facebook.com/Cinq7...




Bertrand Belin : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin & Les Percussions Claviers de Lyon en concert

Bertrand Belin & Les Percussions Claviers de Lyon par Manu Wino
Le 104, Paris, le 25/06/2021
Troisième concert depuis la reprise, nous avons plongé hier, dans la nef du 104 dans un grand bain sonore. Bertrand Belin avec son comparse Thibaut Frisoni et le quintet des... La suite

Bertrand Belin et les Percussions Claviers  de Lyon en concert

Bertrand Belin et les Percussions Claviers de Lyon par Pierre Charvet
Théâtre de la ville, Valence, le 03/10/2020
Valence, ce samedi 3 octobre 2020. Pendant que la tempête Alex ravage les Alpes Maritimes, on a longtemps cru à un temps qui resterait sec à Valence. Mais la pluie a fini par... La suite

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Interview de Bertrand Belin à propos de l'album Persona et de ses collaborations avec les Liminanas et L'Epée en concert

Interview de Bertrand Belin à propos de l'album Persona et de ses collaborations avec les Liminanas et L'Epée par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 28/02/2020
Ça fait un moment que les chansons de Bertrand Belin nous accompagnent, qu'on les sifflotent en conduisant sur des routes de campagne ou des autoroutes, qu'on les décortiquent... La suite

Théâtre Municipal d'Aurillac : les dernières chroniques concerts

Alexis HK par Marilyn
Théâtre d'Aurillac, le 15/03/2019
Vraiment génial ! Textes poétiques, à la fois graves et joyeux selon les chansons, justement dosés, rien de "trop" et une voix que j'adore... Je conseille vivement Alexis HK en concert ! Mes enfants aussi ont adoré le spectacle, ils ont 6 et 8 ans et connaissent les paroles par cœur. Quel bonheur d'être venue vous applaudir... La suite