Accueil Chronique de concert Depeche Mode
Vendredi 27 janvier 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Depeche Mode

Dome à Marseille 1 fevrier 2006

Critique écrite le par

Avec tout ce que j'ai pu ecouté Depeche mode dans ma prime et moins prime jeunesse, c'etait une réelle lacune de ne jamais les avoir vu live (je regretterai toujours d'avoir manqué la tournée Violator à Marseille en 90....).
Même si sur album j'ai décroché y a pratiquement 10 ans avec le trés bon "Ultra", il me fallait entendre les classiques des classiques au moins une fois sur scène !
Alors quand la date marseillaise fût annoncée mi 2005, j'ai pas hésité une seule seconde. Et j'ai bien fait car la date a été sold out trés vite.

Je m'attendais à trouver beaucoup de goth/new wave de l'epoque et de maintenant, mais en fait le public etait trés hétéroclite, toutes générations et tous bords musicaux confondus (enfin y avait pas de rappeurs ou de reggae men non plus !). Et ce public fut totalement fabuleux ! J'ai assisté à beaucoup de lives au Dôme, mais hier c'etait hors du commun j'ai trouvé. Une ambiance de pure folie. Les 8000 personnes debout, en train de bouger des bras de droite à gauche et inversement sur "Never let me down again", ca restera une vision mémorable ! En train de taper en cadence sur les classiques, et de chanter carrément à cappella "I just can't get enough", "Enjoy the silence", "Behind the wheel" ou "Everything counts"...Une telle audience booste un concert comme c'est pas imaginable !
J'en reviens encore pas de l'ambiance de ce soir là ! Fantastique !


Mais j'anticipe, tellement je veux vous dire à quel point c'etait génial !! :p
Nous arrivons donc avec Hervé au Dôme, une chtite canette à la main (et des fingers à grailler !), histoire de, puis on rentre pour trouver une salle déjà bien remplie. On se cale dans la fosse contre la barriere ceinturant la table de mixage ( et quelle table de mix !! Toute digitale ! Ca sent le matos dernier cri ce soir). Nous sommes donc plein centre, avec une trés bonne vision des planches.

Une premiere partie vient "egayer" le peuple tout entier acquis à DM.
Marc m'a dit aprés coup que c'etait Franz Ferdinand. J'en suis ravi...
Bon, une petite demi-heure ca passe, mais leur brit pop-rock trés 90s n'est pas trés excitante. Un genre que seuls les british adorent...Le chanteur est surexcité et à fond dans son trip, ca riff et ca envoie meme quelques soli, mais bon, ca reste léger.

Une fois les lumières rallumées, l'attente va se poursuivre un peu plus d'une demi-heure, le temps de peaufiner les derniers réglages.
Et puis le noir se fait, et c'est la bronca déjà dans le Dôme !
Une intro retentit, et puis les musicos apparaissent. Fletch d'abord, puis le batteur (excellent cogneur !) et un autre clavier, mister Gore dans un costume de scène plus que marrant puisque composé d'un bonnet noir avec un crête de poulet, et un haut noir aussi, avec des genres de plumes, et enfin mister Gahan, qui parvient encore à emotionner la gente féminine.

Ils débutent par le titre ouvrant leur dernier opus.
Ils enchaineront sur un autre titre de cet album, puis deux hits soulèvent la salle (un "Question of time" terrible sur scène et dans la salle !). On se dit que c'est parti pour les oldies ! Mais à part l'excellent "Walking in my shoes", on va subir une cassure avec beaucoup de chansons de "Playing the angel".
Mais ce n'est que pour mieux repartir, avec un enchainement de malades à partir de "Behind the wheel" ! Et ce, jusqu'à la fin du spectacle ! La dernière heure vaut à elle seule le déplacement !

Le groupe est en méga forme ! Avec en plus, le plaisir de jouer !
Martin Gore taquine sa gratte ou son clavier selon les titres, poussant souvent sa voix en choeur ou en solo ("Somebody" avec pour seul accompagnement le clavier-piano), Dave Gahan se révèle un putain de frontman ! Quel magnétisme ce mec ! Il est survolté, montant en régime au fur et à mesure du show. Il se déhanche lascivement souvent, il bouge, cavale, sa voix grave est toujours bonne, il fait chanter le public, il se donne. Quand il se met torse-poil, on voit qu'il a pas pris un gramme, et les filles aiment bien apparement :p

Le son est enorme. Fort sans etre casse-oreille, ni même à faire sauter le coeur dans la poitrine. Mais puissant, et bien plus pêchu que sur album, ce qui donne une dimension carrément rock à certains morceaux ("A question of time" notamment), et une envergure synthétique grandiose.
Les lights ne sont pas en reste, avec des flashs, des loupiotes clignotantes, de superbes couleurs variées (trés belle ambiance verte pendant "Walking in my shoes"), des effets en veux tu en voila,etc etc...
Enfin, le décor n'est pas grandiloquent, mais bien pensé avec cette espèce d'enorme boule suspendue au plafond avec quatre thèmes inscrits (Pain, Love, Angel et je sais plus quoi) et des mots ou paroles défilants sur un panneau lumineux, sans oublier un ecran géant en fond, les claviers de l'espace (des donuts metalliques lol !) et une avancée de la scène au milieu de la fosse (trop peu utilisée à mon sens).

Tout est carré, trés pro. Mais ca n'empêche pas le groupe de se faire réellement plaisir. La participation du public les rendant encore plus jouasses, en nous faisant participer à un karaoké géant (des "ohohoh" par ci, des "I just can't get enough" par là, des refrains entiers laissés à nos bons soins...), en nous faisant applaudir en cadence...Fletch invective la foule à qui mieux mieux, Gore est tout sourire (un peu halluciné quand même parfois), et Gahan fait son showman, envoyant des baisers à la foule, touchant quelques mains sur l'avancée, jouant de ses poses lascives.

Tout ca c'est bien beau, mais moi dans l'histoire, qu'ais-je ressenti, de les voir plus de 15 ans aprés les avoir connu ?
Tout simplement un Bonheur total. Un de ces grands Bonheurs des concerts qui m'ont le plus marqué. J'ai eu des frissons sur "Policy of truth", j'ai hurlé les paroles sur "Personal Jesus", "Enjoy the silence" ou "I just can't get enough", j'ai voyagé trés loin les yeux fermé sur "Everything counts" ou "Somebody", j'ai eu un orgasme sur "Never let me down again"...
Oh bien sûr, si on veut chipoter, il manquait "Blasphemous rumours", "Strange love", 'It's so good" ou "People are people". Mais franchement, en allant les voir j'etais assez perplexe, ne savait à quoi m'attendre. Ils ont comblé mes esperances au delà du possible.
Tout etait réuni hier soir pour faire de ce concert un trés grand moment personnel, vécu à fond. J'ai eu le coeur qui a bondi à plusieurs reprises.

Une telle patate scénique, allié à un show son et lumières au top, doublé d'une setlist excellente....Moi je dis: Demain je vais vite prendre ma place pour les Arènes de Nimes le 20/07 prochain !!!

A tous ceux qui ont hésité pour se bouger sur cette tournée, ne manquez pas une des trois dates fraichement prévues this summer !

Vive Depeche Mode !


NEVER LET GANDALF DOWN AGAIN


Setlist officielle
https://www.depechemode.com/tour/setlist.html

> Intro
> A Pain That I'm Used To
> John The Revelator
> A Question Of Time
> Policy Of Truth
> Precious
> Walking In My Shoes
> Suffer Well
> Damaged People
> Home
> I Want It All
> The Sinner In Me
> I Feel You
> Behind The Wheel
> World In My Eyes
> Personal Jesus
> Enjoy The Silence

Rappel 1

> Somebody
> Just Can't Get Enough
> Everything Counts

Rappel 2

> Never Let Me Down Again
> Goodnight Lovers

Depeche Mode : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) en concert

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) par Coline Magaud
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 21/07/2018
La deuxième édition de la version française du grand festival américain lollapalooza se déroulait le week-end des 21 et 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Une... La suite

Depeche Mode, Django Django, Crimer, Charlotte Cardin, Altin gün, Declan Mc kenna, Vendredi sur mer, Kaleo, Bicep (Paléo Festival 2018) en concert

Depeche Mode, Django Django, Crimer, Charlotte Cardin, Altin gün, Declan Mc kenna, Vendredi sur mer, Kaleo, Bicep (Paléo Festival 2018) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 17/07/2018
Retour en Suisse pour cette édition 2018 du Paléo Festival ! Encore une fois, je constate que la machine est très bien huilée et que la programmation est toujours aussi... La suite

Depeche Mode (Global Spirit Tour 2017) en concert

Depeche Mode (Global Spirit Tour 2017) par lol
Paris, AccorHotels Arena (Bercy), le 03/12/2017
Dans bon nombre de médias, on présente toujours Depeche Mode comme un groupe de New Wave. Fort de 35 ans de carrière et d'un succès mondial constant, cela fait des années,... La suite

Dome à Marseille : les dernières chroniques concerts

Francis Cabrel en concert

Francis Cabrel par Sami
Dôme, Marseille, le 18/12/2021
C'était la dernière date du "Trobador Tour" de Francis Cabrel dans un Dôme plein à craquer où je n'ai pas mis les pieds depuis longtemps (Joe Bonamassa il y a plus de deux ans).... La suite

James Blunt + Lea Paci en concert

James Blunt + Lea Paci par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 01/03/2020
Que diable allait-il faire dans cette galère ? A peine revenu de vacances et le lendemain d'avoir passé la soirée aux Fils Qui s'Touchent en compagnie de La Noria, me voilà qui me... La suite

-M- Matthieu Chédid en concert

-M- Matthieu Chédid par Clementinasofamosa
Le Dôme, Marseille, le 23/11/2019
Les premiers mots qui me viennent à l'esprit lorsque je repense au concert de -M- sont : "Comment moi -M-isérable -M-élomane, puis-je me faire adopter par la -M-onumentale famille... La suite

Damien Saez en concert

Damien Saez par Kris Tian
Le Dôme, Marseille, le 20/11/2019
En voulant écrire cette chronique je réalise que je n'aurais jamais le phrasé aussi beau que celui de Damien Saez. Je n'ai pas la plume aussi fine, la rime aussi belle qui font de... La suite