Accueil Chronique de concert Les Jolis + The Hatepinks
Jeudi 15 avril 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Jolis + The Hatepinks

Les Jolis + The Hatepinks en concert

La Machine à Coudre - Marseille Samedi 13 Juin

Critique écrite le par

Après 6 ans - pile poil - de bons et loyaux services, les Hatepinks ont décidés de s'enterrer. Et pour de bon cette fois. Oublié le pseudo concert d'adieu d'octobre ! Cette fois c'est la dernière des dernières, le bouquet final, l'orgasme ultime, la métaphore pourris, bref, après les haines roses seront broken and kaputt.

Alors prêt pour un dernier shoot de haine rose ?!



Machine à Coudre et samedi oblige, la salle se remplie tardivement mais le peuple répond présent, l'image du foudroyant concert d'adieu des Gasolheads bien blottis dans le coin du cerveau stockant les endorphines. Ce soir, c'est clair, on se finit ! Ou pas.



C'est les Jolis, nouveaux dandys du rock marseillais, qui assurent la première partie et la descendance niveau consanguinité. Ca doit bien être la première fois où je suis concentré (comprendre passablement sobre) au moment de les voir. Aussi je dispose de la fraicheur jouvencelle de la découverte.

Si sur disque les Jolis sonnent comme un mix plus ou moins improbable entre les Dogs (pour le meilleur), la nouvelle vague parisienne (pour le pire) et les consanguins marseillais (Hatepinks et Aggravation en tête de bourre), sur scène ce n'est pas la même affaire. Ils sont (probablement) jolis vu l'éventail de groupies sur le front, mais ils sont surtout énervés. Ca va plutôt vite et le chant deviens plus nerveux, voire strident, voire punk rock. Un peu dommage qu'il soit étouffé dans ce flot de son.

Les morceaux franco-anglais sont en grande partie tirés de leurs (bon) premier album sortie en début d'année chez Scanner. Cool et plus ravagé que sur disque où leur garage devient ici fortement punk rock.

Comme il commence à faire une chaleur étouffante il est grand temps de retourner d'urgence au ravitaillement. Cet entracte paddocks sera l'occasion de faire un brin de bilan.



Les Hatepinks en chiffre ça donne quoi ? 6 ans d'activité, une chié de tournée dans une chiée de pays d'une chiée de continent (deux en fait, pas faute d'avoir fait des appels du pied aux pays du Maghreb), deux batteurs, deux albums mais 23 disques dans toutes sortes de versions et sur tout les supports possibles et imaginables (même la K7 audio et la disquette d'ordi), des morceaux dépassant rarement la minute trente, un nombre X de drogue (mais beaucoup), 16 titres sur un 45T, 42 morceaux sur un CD et plein d'autres chiffres inintéressants du genre.



Et puis les Hatepinks c'est aussi des amis trous du cul, des téléphones roses, des policiers à l'amour expressif, de la drogue, des reprises improbables, du très bon rock'n'roll, du plastique sous toutes ses formes, du scotch, des parasites dans le cul, des fichiers JPEG, Philippe Manœuvre, du pipi dans les piscines, des pizzas, des ours polaire, Stéphane Eicher, une cuisine IKEA, des têtes malades et tout et tout. Des trucs quoi.



Ah ca commence je peux arrêter de meubler. La salle est gorgée de ce qui ressemble à un mélange d'être humain, de bière et de sueur chauffé à blanc. Bref les conditions sont réunis pour nous laisser agonisant sur le sol suintant de la Machine après s'êtres brisés les jambes d'avoir trop guinché...
Malheureusement ce ne fus pas le cas.

Malgré l'enthousiasme outrancier du public le concert n'a jamais vraiment décollé. Manque de fougue peut être, bout du rouleau (de PQ ?) aussi. On a connu les Hatepinks tellement plus fous, tellement plus déchainés que cet ultime baroud d'honneur laisse un gout pâteux. Un set express (ou alors j'étais déjà bien bourré, ce qui n'est pas exclus), trop de morceaux récents (c'est un concert d'adieu, on veut de la vieillerie ringarde de quand ils faisaient des morceaux de plus de 40 secondes avec des vrais instruments) et un manque de folie.



Bon après on ne va pas faire les rabats joies, c'était quand même bien en soit, mais pour les Hatepinks et leurs concerts de psychopathes ça déçoit. Pas d'enroulage de tête, pas de roulade par terre, pas de tâtonnement testiculaire, pas de bris d'objet, pas de sac plastique (en fait si), pas de ballons, merde les Hatepinks c'est les AC/DC marseillais, on vient aussi pour la débauche technique !

Tout ça c'est pour râler, le plus dommage c'est que leur concert était moins irrésistiblement swinguant qu'autrefois, que l'envie n'était peut être plus là et quand on peut plus dire "ce sera mieux la prochaine fois", quand on sait que c'est le dernier, on est triste. Parce qu'on vit dans le passé, qu'on veut revivre nos émois de jeunes rockeurs aux jambes titubantes et que la vie dehors est moche. Vous pleurez j'espère ?



Bon je résumé pour les feignants. C'était plutôt cool mais loin d'être exceptionnel pour ce groupe phénoménal qu'aura été les Hatepinks et pour ce qu'aurai mérité d'être leur concert d'adieu. Et puisqu'ils ne pouvaient pas couper à la référence, ce n'était pas l'adieu euphorique des Gasolheads. Mais ils partent la tête haute, en pleine bourre, sans devoir fêté des anniversaires d'aigris. Tout à une fin !

Aller on se tourne vers l'avenir, malgré leur grand âge, les membres des haines rose en ont encore sous le capot et prépare plein de nouveaux groupes consanguins. Pour les oreilles indiscrètes, il circule dans les milieux autorisés des rumeurs comme quoi on aurait droit à un mix Aggravation / Hatepinks par là et un groupe réunissant du Hatepinks, de l'Ich Bin Dead, du A-Phones et compagnie par ailleurs. Mais chut.



Bon en attendant Should I kill myself or go jogging ?, bah moi je me suis tuer la tête puis le lendemain je suis allé faire du jogging. Parce que je suis punk rock. Tout ça pour dire que si vous ne trouvez aucune référence à un quelconque morceau qu'ils aient pu jouer c'est parce que je m'en souviens plus. Si vous voulez du journalisme scientifique tournez vous vers un certains Philippe B. et son calepin. Il boycotte la prose mais il sera ravi de vous fournir une set list.

Plus de photos par Pirlouiiiit (arrivé après Les Jolis, désolé !) en cliquant ici

Bonus vidéo :

Les Jolis : les dernières chroniques concerts

the Irritones + les Jolis + the Calvities (soirée de soutien à Relax-O-Matic) en concert

the Irritones + les Jolis + the Calvities (soirée de soutien à Relax-O-Matic) par Pirlouiiiit
Machine à Coudre - Marseille, le 10/12/2011
Après un samedi commencé au Roll'Studio et continué au Poste à Galène me voici donc à la Machine à Coudre (après être passé au Paradox où la soirée Meltin'Art n'a pas encore... La suite

French Connection : Cowboys from outerspace + Arondes + Jolis en concert

French Connection : Cowboys from outerspace + Arondes + Jolis par stephane
Cabaret aléatoire Marseille, le 23/05/2009
Seconde soirée du festival French Connection au Cabaret Aléatoirement rempli. Une centaine de kids seulement ont eu le courage de braver la dictatoriale soirée de foot pour venir... La suite

Les Jolis  en concert

Les Jolis par Philippe
Lollipop Music Store, Marseille, le 21/02/2009
Grosse soirée en perspective pour les Jolis qui organisent aujourd'hui la "Release Party" de leur bien ... joli premier vinyl. Ils commencent par un showcase au Lollipop Music... La suite

Dimi Dero Inc + Les Jolis en concert

Dimi Dero Inc + Les Jolis par Mystic Punk Pinguin
Machine à Coudre - Marseille, le 11/10/2008
La Machine à Coudre, phare de nos nuits rock, m'attire encore avec une belle affiche de la team Relax-o-Matic. pour 5 euros, faire le plein de décharges soniques, c'est toujours... La suite

The Hatepinks : les dernières chroniques concerts

Interview d'Olivier Gasoil (ex-Bleifrei, Gasolheads, Hatepinks, Irritones), pour la naissance de 'La Flingue' en concert

Interview d'Olivier Gasoil (ex-Bleifrei, Gasolheads, Hatepinks, Irritones), pour la naissance de 'La Flingue' par Philippe
Mon ordinateur, Marseille, 07/01/2013, le 07/01/2013
... La fin du monde n'a pas eu lieu et donc, l'immarcescible Olivier Gasoil joue encore dans un nouveau groupe, La Flingue. Question par clavier interposé à cet accro des écrans,... La suite

The Hatepinks en concert

The Hatepinks par Mystic Punk Pinguin
La Machine à Coudre - Marseille, le 24/10/2008
Hein, quoi, comme, le dernier concert des hatepinks ? Cette nouvelle traumatique avalée, on se dit que si le groupe le plus barré de la scène punk marseillaise se saborde après... La suite

The Hatepinks en concert

The Hatepinks par piou
l'Unplugged Aix en Provence, le 25/09/2008
Les reflets de cette fin de journée la rendent encore plus belle,unique,presque magique.Et quel caractère,un tempérament de feu. Plus de force dans les bras,je trouve plus mes... La suite

The Hatepinks en concert

The Hatepinks par The Killer
Disques Lollitop, le 22/10/2007
Alors moi, j'étais venu exprès de Cuges-les-Pins pour voir le concert de Tokio Hotel, ça faisait des mois que j'attendais et j'ai appris que c'était annulé en arrivant en bus à... La suite

La Machine à Coudre - Marseille : les dernières chroniques concerts

Interview du Père Noël, par (the Great) J2P en concert

Interview du Père Noël, par (the Great) J2P par The Great J2P
Laponie, Suède, le 02/12/2020
J2P, l'ancien programmateur de la feue et regrettée Machine à Coudre, maintenant "DJ résident" au Sing or Die à Marseille est parti en Suède, il y a rencontré le Père Noël et nous... La suite

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre en concert

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 11/11/2018
Petite chronique-prétexte en forme d'hommage et de soutien, à la Machine à Coudre et à ce qu'elle représente pour tout le public "underground" de Marseille. A l'heure où j'écris,... La suite

Jeffrey Lewis & Los Bolts en concert

Jeffrey Lewis & Los Bolts par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 17/09/2018
On devrait toujours faire confiance à ce magnifique outil qu'est le site Concertandco ! Grâce à son agenda bien à jour (et à quelques critiques déjà élogieuses trouvées sur le... La suite

Parade - Welcome to the Parade en concert

Parade - Welcome to the Parade par Catherine B.
La Machine à Coudre Marseille, le 14/09/2018
... Parade. La musique prend tout son sens. Le truc authentique. Je suis simplement conquise pour la deuxième fois. Le meilleur reste à venir et comme me glissait un Pro à... La suite