Accueil Chronique de concert Madness + Les Wampas
Mardi 19 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Madness + Les Wampas

Madness + Les Wampas  en concert

Zenith Paris 14 mai 2010

Critique écrite le par

Angleterre, début des années 80, l'Angleterre est encore une ile sans tunnel. Une ile plongée dans la pire crise économique de son histoire. La dés-industrialisation fait rage .Les usines et les mines ferment. Lés grèves sans fin se multiplient. Le gouvernement Thatcher mène une politique de rigueur brutale. Les banlieues deviennent des ghettos ethniques comme Brixton. Le nationalisme prend de l'essor à travers des mouvements comme les Skinheads qui se politisent et se radicalisent La violence devient omniprésente dans la société. La crise Irlandaise est une guerre civile que l'on ne nomme pas. Le sport est marqué par les hordes de Hooligans qui terrorisent l'Europe des qu'ils quittent leur ile. Du point de vue musical, la fin des années 70 avaient vu l'émergence des Punk et du No Future avant de laisser la place à la new wave et à des groupes de joyeux lurons comme The Cure, Bauhaus ou Joy Division.
Vous l'aurez compris l'heure n'était pas à la fantaisie et à l'optimisme !!

C'est au milieu de tout cela que Madness est apparu. Formé par une bande de jeunes lads de Camden Town fasciné par le Rock steady , les rythmes jamaïcains, et la pop des Kinks et des Beatles, Madness fut un anachronisme total dans le paysage culturel anglais de l'époque. Signé sur le label Two tones, sur lequel sévissaient aussi leur concurrents directs The Specials et The Selecter, Madness était le seul Groupe de Ska 100 % blanc.

Loin de galvauder les racines jamaïquaines de leur musique, ils leur donnèrent une nouvelle impulsion en les baignant de pop song optimiste à la KinKs,. Ils inventèrent un style que les experts appellent depuis le SKA nutty sound. Leur premier album "One step Beyond " fut un coup de maitre puisqu'il trusta les plus hautes marches des Charts de l'époque La machine à tubes était lancée et elle fonctionna à plein régime pendant toute la décennie.

Leurs concerts faisaient figure d'ilots 'optimisme et de soleil dans le paysage gris noir foncé que connaissait alors le pays.
Leurs refrains étaient scandés par un public survolté dans toutes les salles qu'ils écumèrent. Les hooligans, les skins et les Punks chantaient à l'unisson des refrains comme The house of fun ou Embarassment et dansaient et pogotaient comme des fous sur One Step Beyond ou night boat to Cairo.

Comme Oasis, The Stone Roses ou The Verve, il faut avoir vu Madness en concert en Angleterre ou y avoir vécu quelques temps au moment de leur gloire pour comprendre l'ampleur et l'importance de leur succès. Madness, quelque part c'est la Bande originale de millions d'anglais dans les années 80, une bande originale optimiste, pleine de soleil qui fut alors une sorte de réconfort dans la morosité de l'époque. Elle fonctionne encore aujourd'hui à plein régime par le biais de la nostalgie ou de refrains chanté tard le soir dans les pubs .

Si leur production discographique a un peu faibli depuis les années 90, Madness remplit dès stades et triomphe presque chaque été à Finsbury Park devant près de 80 000 personnes lors de leur propre festival : le dénommé Madstock.






En Grande Bretagne, Madness est une sorte de phénomène de société. En France, Madness n'est pas un phénomène de société, mais le groupe fut extrêmement populaire dans les années 80 et au début des années 90. Madness fédérait toute une meute de mecs en blouson Harrington avec des docks, des creps, des cravates piano, des T shirt à damier noirs et blancs, des chapeaux de feutre et des lunettes de soleil ou en déguisement d'Alex de Clockwork Orange. On entendait One Step beyond dans presque toutes les soirées, aussi bien chez les Punks, que chez les Skins, que chez les étudiants ou dans les rallyes Parisiens..
A cette époque, Madness ne passait jamais en France, ils restaient sur leur ile au milieu de leurs semblables. Quel dommage !!!

Mais grâce à la crise du disque conjuguée à une production discographique moins prolifique que par le passé, Madness s'est (re) mis à tourner hors des frontières de la perfide Albion.
Le groupe s'est produit en France à l'Olympia en 2005, puis au festival Rock en Seine en 2009 ou ils ont assuré deux concerts le même jour en remplaçant au pied levé Oasis et les frères Gallagher qui avaient décidé de planter tout le monde en splittant ce soir là. Chaque fois, ce fut un succès énorme !


C'est donc avec un immense plaisir qu'on prit des billets pour aller les voir le 14 mai au zénith de Paris.

Au milieu du pont de l'ascension, le zénith n'était pas complet pour les accueillir. En revanche, ceux qui avaient fait l'effort de venir étaient en pleine forme. On retrouvait avec joie un public que l'on ne voit plus trop dans les concerts aujourd'hui. Un public motivé, qui chante, danse et pogotte et qui malgré ses 35 /40 ans de moyenne d'âge avait ressorti sa panoplie (Harrington, chapeau à damiers et lunette noires). Chauffé à bloc par Didier Wampas et ses sbires qui assuraient la première partie avec leur énergie légendaire, le public fit un triomphe à Madness lors de leur entrée sur scène. Il rentra même en ébullition quand des la première chanson, Madness attaqua par One step Beyond.

A partir de là, c'était parti, ils enchainèrent leur impressionnante liste de tubes. Sans que le public ne cesse de monter en puissance et de danser à tout va. Embarrasment, Baggy trousers, Night boat to Cairo House of Fun, Our Ouse , it must be love, tout y passa. Le groupe jouait bien, était soudé, rodé par la série de concert déjà effectué lors de leur tournée. Les excentricités des deux chanteurs, les solos délirants du saxophoniste, les envolées des cuivres et les refrains fédérateurs secouaient un Zenith totalement euphorique. Madness aurait pu ce soir là et probablement les autres aussi faire danser les morts de tout un cimetière.

Ce fut un triomphe total, comme seuls les grands groupes festifs comme la Mano Negra ou les Pogues pouvaient en proposer autrefois.

Madness a rappelé à tout le monde qu'il n'étaient pas uniquement les compositeurs du générique de l'émission de Valerie Damido sur M6, mais un groupe de scène comme on n'en fait peu et dont les nombreux tubes restent intemporels et fonctionnent encore plus de 25 ans après leur parution.

 Critique écrite le 19 mai 2010 par lol


Les Wampas : les dernières chroniques concerts

Les Wampas en concert

Les Wampas par lol
Elysée Montmartre, Paris, le 01/02/2020
C'est la première fois depuis la réouverture de l'Elysée Montmartre, que Les Wampas revenaient dans cette salle qui les a souvent accueillis depuis leurs débuts en 1983. Et oui,... La suite

Les Wampas en concert

Les Wampas par Philippe
Elysée Montmartre, Paris, le 01/02/2020
"Rimini" est la preuve que les Wampas savent écrire une belle chanson ! Et plus surprenant encore, que Didier Wampas peut chanter juste, et au moins aussi bien que, disons,... La suite

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss...  en concert

Hellfest 2019 : Eagles Of Death Metal, Les Wampas, The Living End, Sham 69, Deadland Ritual, David Coverdale, ZZ Top, Kiss... par Samuel C
Clisson, le 22/06/2019
Le Hellfest, une expérience hors norme et hors du temps... Le festival repose principalement sur l'engagement d'un homme, Ben Barbaud : visionnaire, exigeant et déterminé. Il a... La suite

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) en concert

Sugar & Tiger (festival Avril en Zic) par Samuel C
Brandérion, le 21/04/2018
Sugar & Tiger ouvrait la 5ème édition d'Avril en Zic à Brandérion, près de Lorient. Toutes les bonnes volontés de cette charmante petite ville du Morbihan semblent s'être... La suite

Madness : les dernières chroniques concerts

Madness en concert

Madness par lol
Salle Pleyel, Paris, le 11/11/2017
C'est la première fois que j'allais à la salle Pleyel pour un concert de rock, ou plutôt de ska... C'est une très belle salle, bien refaite, avec une très bonne acoustique mais... La suite

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2009
Retour à Saint-Cloud, pour la 5ème fois déjà alors qu'on aurait pas forcément parié sur l'espérance de vie d'un tel événement, pour une dernière communion en plein air, sur la... La suite

Bombay Bicycle Club - Starlight Girls - Terakaft - Madness (Sziget Festival 2014) en concert

Bombay Bicycle Club - Starlight Girls - Terakaft - Madness (Sziget Festival 2014) par Peribrux
Budapest en Hongrie, le 16/08/2014
Sixième jour du Sziget Festival... Le samedi 16 août 2014, Main Stage. L'après-midi a débuté avec le groupe londonien BOMBAY BICYCLE CLUB, composé de JACK STEADMAN, JEAMIE... La suite

Zenith Paris : les dernières chroniques concerts

Tenacious D en concert

Tenacious D par Electric Eye
Zénith, Paris, le 26/02/2020
Tenacious D, le groupe de Jack Black et Kyle Gass, est de retour à Paris pour défendre son dernier opus "Post-Apocalypto", un projet multimédia évidemment complètement... La suite

Liam Gallagher en concert

Liam Gallagher par Samuel C
Le Zénith - Paris, le 21/02/2020
Dans un Zénith plein à craquer, Liam Gallagher achève une tournée européenne où malgré deux excellents récents albums en solo, il interprétera 12 titres d'Oasis sur les 19 de... La suite

Jeanne Added + Maestro en concert

Jeanne Added + Maestro par manuwino
Zénith de Paris, le 03/04/2019
Les choses s'accélèrent pour Jeanne Added depuis la sortie il y a 6 mois de son deuxième album, "Radiate". Deux Victoires de la Musique, une tournée de salles de plus en plus... La suite

Georgio en concert

Georgio par AgatheNight
Zénith de Paris , le 15/03/2019
Un vent de folie a parcouru le Zénith parisien le Vendredi 15 Mars 2019. Programmé ce soir là, le rappeur, auteur et poète Georgio, a envoûté une salle comble en délivrant... La suite