Accueil Chronique de concert The Last Internationale + The Blind Suns
Mardi 29 septembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Last Internationale + The Blind Suns

The Last Internationale + The Blind Suns en concert

Fuzz'yon, La Roche-sur-Yon 21 Fevrier 2020

Critique écrite le par

Ce soir au Fuzz'Yon, c'est du gros lourd ! Du rock en veux-tu, en voilà ! The Blind Suns et The last Internationale jouent à guichet fermé ce soir ! Pas étonnant, ça faisait quelques semaines qu'un groupe rock n'était pas passé au Fuzz'yon. Les adeptes ont donc répondu présents et ils en veulent. La salle s'est d'ailleurs très vite remplie. La moyenne d'âge du public frise la bonne quarantaine d'après ce que je vois. De mon côté je suis venue sans mon ami photographe, je vais donc essayer de faire quelques prises de vue, une première.


The Blind Suns

Après avoir échangé un petit mot avec les bénévoles au bar, je m'avance au-devant la scène, le show de The Blind Suns, des Angevins, va débuter. Je ne connais absolument pas le groupe. Ils sont 3, un batteur Josselin, un guitariste chanteur Romain et une guitariste chanteuse Dorota. Un haut pailleté, une guitare dorée, Dorota en jette grave, elle est éblouissante, tout comme le nom du groupe. Un premier titre que je qualifierais de sympa, léger, ensoleillé. Le public est plutôt timide. Après cela, ça envoie un peu plus. La chanteuse s'exprime avec un accent, que je n'arrive pas à identifier. J'apprendrais par la suite qu'elle est d'origine polonaise. Voici que le groupe se lance dans une chanson très engagée puisque Dorota exhibe des F**CK à bout de bras à chaque refrain. Des titres engagés je pense, concernant la condition féminine et la liberté d'expression. Cachée derrière sa frange, elle dégage un côté très mystérieux.



Leur musique rock à tendance américaine, est intemporelle. Des sonorités très psychés qui sont parfois saupoudrées de country. Je perçois du Bonnie Tyler, du Chris Isaak, mais également The Doors et The Pretty Things. Des riffs de guitare solaires et chaleureux. Cela me transporte, tantôt vers le Texas à bord d'une jolie Harley, les cheveux au vent, tantôt sur le sable chaud de Californie à profiter du clapotis des vagues et du spectacle offert par les surfeurs. Romain et Dorota sont complices sur scène, se rapprochant l'un de l'autre pour assurer leur duo vocal. Les deux artistes n'hésitent pas non plus à se rapprocher de Josselin, le batteur, positionné au milieu de la scène, mais plus en retrait. Le batteur fera d'ailleurs un solo de dingue pour venir clôturer le show, en drivant le public en donnant le rythme avec ses baguettes.



Pour l'anecdote, leur dernier album Offshore a été produit par Charles Rowell du groupe américain Crocodiles qui étaient également passés au Fuzz'Yon il y a un an. La Chronique par ici.



Tout ce joli petit monde est coaché par Pégase, une société d'édition musicale dont Jean-Noël Scherrer, membre de Last Train, est un des fondateurs. Last Train qui a joué il y a 3 ans au Fuzz'Yon et qui revient sur cette scène dans moins d'un mois avec un Sold Out. Une vraie petite famille le milieu du rock...


The Last Internationale

Le temps du changement de plateau, je vois tous les techniciens qui s'affairent comme des vraies petites fourmis. Ils ont un rôle important, travaillant très souvent dans l'ombre, ils sont en bonne partie instigateurs de la réussite de la beauté visuelle et auditive des prestations des artistes. Le public attend patiemment The Last Internationale. Peu de monde bouge, l'attente est presque solennelle, chacun conservant sa place comme un trophée. Être au plus près de Delila et Edgey pendant le show, c'est précieux ! Une annonce d'une bonne minute, avec une voix off américaine masculine se fait entendre sur un fond musical. Le ton est donné, car une grand partie des thématiques abordées par le groupe est énoncé dans ce petit speech ; écologie, surconsommation, respect, humanité, politique etc...



Ils arrivent sur scène avec Ion, le batteur de Shaka Ponk depuis 2008, qui les suit en France sur leur tournée Européenne. Dès le premier morceau, ça envoie grave ! Edgey a le diable au corps. Je suis impressionnée de le voir sauter et gesticuler ainsi tout en arrivant parfaitement à jouer de la gratte. Une telle énergie qui ne s'amenuisera pas le long du show. Delila, est superbe. Y'avait-il un dress-code ce soir ? Delila et Dorota se sont-elles passé le mot ? Le haut à paillette, croyez-moi, ça en jette ! Delila assure avec sa basse, secoue sa longue chevelure ébène en rythme.



Les titres s'enchaînent avec une fougue indescriptible. Je trouve seulement que le public reste encore timide malgré la grandeur du show ce soir. Mais Delila va les entraîner à chanter sur le titre Wanted Man. Les ouhouhouh repris en chœur par le public permettent enfin que les bras et jambes se délient.



Sur ce titre, la chanteuse lâchera même son micro ; elle haussera la voix, assez fort pour que les personnes au fond de la salle l'entendent. La chaleur monte, monte, monte. Puis arrive le fameux Soul on Fire, qui apparemment était attendu des noctambules, puisque c'est la chanson phare, qui est retransmise ce soir quasiment simultanément dans une grande émission musicale sur une chaîne publique. Bon, il faut toujours un temps pour reprendre son souffle. Edgey et Ion quittent la scène.



Delila s'installe au piano, demandant avec humour un peu de silence. C'est à ce moment qu'elle nous explique la technique secrète de leur ami et producteur Tom Morello (Rage against the Machine) pour obtenir quelque chose. Soudain, tout se pose. Flotte dans les airs une énergie apaisante et attendrissante lorsque Delila se met à chanter au piano. Quel charisme ! Un charisme de dingue, mais très proche du public.



Sur un prochain titre, elle n'hésitera pas à descendre au milieu du public, et faire asseoir tout le monde pour faire relancer la machine. Les sueurs s'évaporent, se mélangent. Lors du rappel, Edgey et Delila invitent le public à monter sur scène. Les voici entourés d'une trentaine de personnes pendant qu'ils continuent leur show. Je trouve ce moment incroyable et tellement vrai et humain. Les stars ce soir, c'est tout le monde, sans exceptions.



Les deux acolytes se veulent percutants dans leur écriture. Des textes revendicatifs sur les riffs vigoureux d'Edgey portés par la voix envoûtante et tellement puissante de Delila que je défie quiconque de rester insensible. Comment un petit bout de femme comme cela peut-elle avoir une telle puissance. Pas de doute, c'est un don !



J'ai passé une excellente soirée au Fuzz'Yon. Deux groupes de compositions similaires, mais avec une identité à part entière. Un rock pétillant et planant pour The Blind Suns, un rock accrocheur et pugnace pour The Last Internationale. Je suis sûre que nous les reverrons très vite dans la région, autant l'un que l'autre sont en pleine ascension et c'est tellement mérité.


The Blind Suns : les dernières chroniques concerts

Interview de The Blind Suns en concert

Interview de The Blind Suns par Penandpaper
Angers, le 15/04/2020
Les Blind Suns en mode Stay Cosy se livrent sur leurs débuts, les rencontres incontournables , mais aussi leur façon à eux de vivre cette période. Dorota et Romain, noyau dur du... La suite

Tess Parks & Anton Newcombe, Melvins, Wand, Destruction Unit, The Dead Mantra, K-X-P, Indian Jewelry, The Octopus Project, Lumerians, Death And Vanilla, Solids, King Khan & BBQ Show, Noveller, The Blind Suns (Festival Levitation France 2015) en concert

Tess Parks & Anton Newcombe, Melvins, Wand, Destruction Unit, The Dead Mantra, K-X-P, Indian Jewelry, The Octopus Project, Lumerians, Death And Vanilla, Solids, King Khan & BBQ Show, Noveller, The Blind Suns (Festival Levitation France 2015) par Pierre Andrieu
Le Chabada, Angers, le 19/09/2015
Troisième édition pour Levitation France, les 18 et 19 septembre à Angers, au Chabada, avec cette année encore une prog de tous les diables, à la fois hyper indé, psyché à... La suite

The Last Internationale : les dernières chroniques concerts

The Last Internationale en concert

The Last Internationale par Samuel C
Le 1999 - Paris, le 25/02/2020
Quoi de mieux que les classiques "nihilistes" des Sex Pistols pour patienter avant l'arrivée des très attendus The Last Internationale ? En Europe, en particulier au Portugal car... La suite

Interview de The Last Internationale en concert

Interview de The Last Internationale par penandpaper
Fuzz'yon La Roche sur Yon, le 21/02/2020
Découvrez sur cette vidéo l'interview du groupe new yorkais, The Last Internationale, lors de leur passage au Fuzz'Yon à la Roche sur Yon le 21 février 2020 ! Pour... La suite

Fuzz'yon, La Roche-sur-Yon : les dernières chroniques concerts

Interview de The Last Internationale en concert

Interview de The Last Internationale par penandpaper
Fuzz'yon La Roche sur Yon, le 21/02/2020
Découvrez sur cette vidéo l'interview du groupe new yorkais, The Last Internationale, lors de leur passage au Fuzz'Yon à la Roche sur Yon le 21 février 2020 ! Pour... La suite

Vidéoclub + Hier Soir en concert

Vidéoclub + Hier Soir par Penandpaper
Fuzz'yon, La Roche-sur-Yon, le 14/02/2020
Ce Vendredi 14 février, soirée de Saint Valentin, nous arrivons au Fuzz'Yon pour le concert de Vidéoclub alors que le set de la première partie, Hier Soir, est déjà bien entamé.... La suite

Ladylike Lily en concert

Ladylike Lily par Penandpaper
Fuzz'yon, La Roche sur Yon, le 24/01/2020
Les bons concerts et les bons moments passés au Fuzz'Yon, voilà ce que j'avais envie de partager avec ma fille de 6 ans aujourd'hui. L'équipe propose une programmation jeunesse, et... La suite

The Pharcyde + Yudimah en concert

The Pharcyde + Yudimah par Maty
Fuzz'Yon, La Roche sur Yon, le 22/01/2020
La Salle de musiques actuelles du Fuzz'Yon de La Roche Sur Yon affiche complet en ce mercredi soir de janvier. Les connaisseurs sont venus de loin voir The Pharcyde, groupe... La suite