Accueil Elliott Murphy en concert
Jeudi 2 avril 2020 : 10032 concerts, 25961 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.


Le troubadour songwriter Elliott Murphy a débuté sa carrière en 1972 et compte plus de 25 albums à son actif. Comparé à à Bob Dylan et à Lou Reed, écrivain ou musicien, il navigue entre électrique ou acoustique, folk ou rock.

Elliott Murphy : vos chroniques d'albums
Site

Elliott Murphy : l'historique des concerts

Sa.

14

Mars

2020

Ve.

13

Mars

2020

Ma.

03

Mars

2020

Bertrand Belin en concert
Bertrand Belin - Elliott Murphy - Red Bertrand Belin | Elliott Murphy | Red
La Coopérative de Mai - Clermont Ferrand (63)

Ve.

14

Fév.

2020

Sa.

01

Fév.

2020

Elliott Murphy + Quentin Sauve Chato'Do - Blois (41)

Sa.

14

Déc.

2019

H-Burns en concert
Elliott Murphy Feat. Olivier Durand + H-BURNS H-Burns | Elliott Murphy
La Clef - St Germain (78)

Di.

24

Nov.

2019

Elliott Murphy (duo) Cargo de Nuit - Arles (13)

Sa.

23

Nov.

2019

Echos des Riffs ! en concert
Elliott Murphy - Patrik Jansson Band Echos des Riffs ! | Elliott Murphy
11 - Gilgamesh Belleville - Avignon (94)

Elliott Murphy : les dernières chroniques concerts 20 avis

Elliott Murphy / Interview

Interview réalisée le 28 mars 2020, par Jacques 2 Chabannes

Paris 25 Mars 2020

Elliott Murphy / Interview

Greetings, From Beauregard, Paris, France... Interview d'Elliott Murphy: réalisée depuis son canapé Parisien, le Mercredi 25 Mars 2020. (J+9, après l'instauration du Confinement National). Bonjour, Elliott. Cette interview était initialement destinée à revenir sur le contenu de ton livre autobiographique, nommé "Just A Story From America / A Memoir" (Murphyland / 2019), sur tes autres récentes publications également estampillées Murphyland (Of Hope & Glory), ainsi qu'à propos de tes traditionnels et annuels Birthday Shows Parisiens... mais, en raison de l'apparition du Covid-19, de ses conséquences et multiples restrictions, fermetures et annulations, nous ne pouvons nous en tenir-là et devons absolument aborder les choses, sous cet angle, à l'aune de ce nouveau paradigme, si tu es d'accord avec-moi, sur ce point... Elliott Murphy Je suis totalement d'accord avec le fait que nous nous devons de voir les choses différemment. Je n'ai jamais eu à vivre cette expérience, jusque ici, celle de voir le monde, dans son ensemble, devoir affronter une pandémie, à la fois, tous ensemble, et ce, dans le même temps. J'ai le sentiment que, lorsque tout ceci sera fini, nous nous devrons d'appréhender le monde en termes d'"avant" et... Lire la suite

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé)

Critique écrite le 23 mars 2020, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 3 mars 2020

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de rire, parfois... ), la salle clermontoise réinvitait le toujours très en forme Bertrand Belin à peine un an après son mémorable dernier passage pour promouvoir l'inaltérable album "Persona". En bonus ce mardi 3 mars, deux bonnes premières parties : un très doué pote de Belin, le vétéran du folk blues Red puis le folk singer américain culte Elliott Murphy. Red Toujours aussi peu consensuel, Olivier Lambin alias Red se lance dans un set ultra dépouillé en solo, armé de sa seule guitare et d'un micro. Au programme : d'assez apocalyptiques folk blues songs chantées d'une voix caverneuse qui n'engendre pas exactement l'envie de faire la fête. Ce qui n'est pas bien gênant, la qualité des morceaux et de l'interprétation emportant vite l'adhésion, comme à Binic cet été. En guise d'au-revoir, Red termine par une reprise de Bob Dylan, un choix judicieux et ce même si l'on n'a pas reconnu le morceau (c'est pas bien grave !). Elliott Murphy Beaucoup de fans d'Elliott Murphy se sont déplacés pour assister au retour à La Coopé à peine quelques mois après sa... Lire la suite

Elliott Murphy

Critique écrite le 04 avril 2019, par Jacques 2 Chabannes

New Morning Paris 15 mars 2019

Elliott Murphy en concert

Paris Au(x) Soixante-Dix Printemps ! Préquelle La queue des futurs spectateurs du soir s'étire doucettement tout du long de la rue menant au fameux New Morning. La température est douce. L'ambiance est au partage, au respect de l'autre : les Gilets Jaunes et les "trucs noirs" sont encore au loin, en province, en transit. Autant en profiter au mieux. Chemin faisant, la conversation s'engage avec un homme grisonnant ET souriant, qui se tient à mes côtés : "La dernière fois que je l'ai vu en concert, Elliott Murphy, c'était en... dans les années 2000 et quelques, à Cauville, c'était bien ! Je suis à Paris pour mon boulot et j'ai vu qu'il jouait ce soir, qu'il y avait encore des places, alors, ben comme je cherchais quelque chose à faire... voilà, quoi, je suis-là ! Je n'savais pas qu'il continuait encore, qu'il faisait des concerts, on n'en parle jamais. Il a fait "quoi", depuis tout ce temps ? Tiens, au fait, juste pour savoir, il continue à sortir des disques ?". Je lui souri en retour, le regarde d'un air amusé, hésite un court instant à me lancer, ne sachant pas très bien si j'aurais le temps de lui répondre correctement ni s'il est réellement nécessaire de le faire, reprends ma respiration et lui lance sobrement : "vous n'avez pas... Lire la suite

Elliott Murphy

Critique écrite le 16 novembre 2015, par Jacques 2 Chabannes

Salle Jean Moulin Le Thor 14 novembre 2015

Elliott Murphy en concert

Après le Déluge... (It Takes A Worried Man !) Ce samedi 14 novembre 2015, deux heures durant, Elliott Murphy (accompagné des "mythiques" Normandy All Stars) aura su éloigner, pour un temps, de nos têtes empesées, le fantôme noir et aveugle de l'odieux massacre Parisien de la veille. "Baisse ta vitre / Tes pleurs ont tout embué / Baisse ta vitre / Ce n'est pas aussi désespéré que tu sembles le croire / Tu es bien trop jeune pour avoir assisté à cela / Désormais, ta vision des choses est trop mâture et bien trop claire / Tu sais, je suis familier de cette noirceur que tu viens juste de découvrir..." (Elliott Murphy/Caught Short In The Long Run/Just A Story From America). Moins de 24H après cette sordide soirée - une de plus, au niveau de l'histoire tragique et ensanglantée de notre immuable et antique autoproclamée "humanité" ! - ils auront su faire, d'un coin de scène un rien paumé du Vaucluse (Le Thor) une clairière ensoleillée et fraîche, ruisselante de plaisir, verdeur, innocence et passion. Une performance à saluer, complète et variée, vu ce... Lire la suite

Elliott Murphy : les chroniques d'albums

Elliott Murphy : Ricochet

Chronique écrite le 17/11/2019, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Ricochet

Il est toujours délicat d'arriver à faire fonctionner d'aise ensemble un bouquet de chansons enregistrées à intervalles irréguliers : çà et là, au fil des ans, des projets de reprises ou hommages, de sessions radio, de concerts donnés et enregistrés en groupe ou en duo, de démos écrites/travaillée à la maison ou de chansons finalement abondonnées, rejetées ou mises de côté au tout dernier moment au cours du difficile processus d'élaboration que représente l'enregistrement d'un album studio. Autre écueil, hors ce besoin d'unité sonore attendu de légitime à l'aune de toute nouvelle sortie "officielle", celui de la voix de son auteur : instrument majeur, mais logiquement fluctuent, parce que forcément assujetti aux divers états de forme de l'humain en question et à l'inévitable érosion opérée par le temps (ce très vil "pas ami"). Une suite d'obstacles brillamment passée ici, grâce à une production fine et homogène (signée Gaspard "le fils" Murphy), une forte identité bâtie au fil de près de quarante-cinq années d'une carrière bien remplie, d'un savoir-faire évident et d'un réel patrimoine génétique. À proprement parler, ce Ricochet n'est donc pas un véritable "nouvel abum", dans le sens premier du terme, s'entend, mais bel et bien le... Lire la suite

Elliott Murphy : Elliott Murphy Is Alive!

Chronique écrite le 07/12/2018, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Elliott Murphy Is Alive!

Le Secret (Live) Derrière LA Porte ! Comme souvent, divers sentiments se mêlent, divergent ou s'entrechoquent, lestés d'angles contradictoires, lorsqu'un artiste décide, de SON VIVANT, d'entrouvrir un rien (en grand, bientôt ?) la poussiéreuse porte de ses musicales archives : qu'il s'agisse, en l'état, de bandes "studio" ou "Live". Est-ce toujours pertinent ? Y à-t-il toujours un public disposé à les recevoir, quelques années ou décennies plus loin ? N'est-il pas déjà trop tard, pour s'y livrer ? Sont-elles (encore) dignes d'être tout à coup mises à dispo, exposées en pleine lumière ? Des gens sont-ils prêts à payer ou s'enthousiasmer pour cela ? Pas simple. Pas tranché, Pas... gagné. Qu'est-ce qui peut donc bien les pousser un beau jour à le faire ? Lorsqu'il ne s'agit pas d'une grosse pression appliquée, "façon couvercle", par un label gourmand, d'un contrat discographique "bancal" à régulariser au plus vite ou d'un trop-plein de bootlegs envahissant le Net et les bacs (rien de tout cela ici, c'est à noter). Autre problématique majeure : comment regarder d'avec (ou d'entre) les oreilles d'aujourd'hui, un show enregistré en la lointaine 2008 ? - pour certains groupes mythiques, c'est encore plus délicat, lorsque l'on exhume des... Lire la suite

Elliott Murphy : The Second Act Of

Chronique écrite le 09/02/2017, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : The Second Act Of

Intime En Murphyland... ("Il n'y a pas de deuxièmes actes, dans les vies américaines (F. Scott. Fitzgerald). Ça commence ici, comme bien souvent, dans la grande et belle histoire du Rock : une signature rapide, l'enregistrement d'un album majeur (Aquashow/1973) des formules choc "Le nouveau Dylan !", des couvertures de magazines et passages télé, des affiches qui recouvrent l'ensemble des murs du métro New Yorkais ; sans pour autant que les ventes ne suivent ces belles promesses et louanges tressées appuyées, ou que l'ensemble n'aboutisse sur un raz de marée commercial ET populaire. Une interrogation adoubée par ses pairs, aussi bien au niveau du "savoir" - "Je n'ai jamais compris pourquoi Elliott n'a pas eu un succès immédiat. J'ai pensé qu'il était bon au moment même où je l'ai vu : Il est bon, bon compositeur, de bons textes... (Billy Joel) - que de son indissociable pendant, le "paraître" : "Un gars avec une présence formidable... il ressemblait déjà, dès le début, à une Rock Star... Un grand visage des cheveux blonds... Un bel homme qui s'habillait de façon spectaculaire... (Bruce Springsteen). L'échec reste patent, même si les raisons évoquées sont multiples : problèmes de logistique poussive et mauvais timings, manque de "hit... Lire la suite

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed

Chronique écrite le 12/03/2015, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed

"Déconstructif"... (Tiens, j'aurais hésité longuement entre "Déconstruit" et "Instructif", que ça ne m'étonnerait pas...) À la veille de ses traditionnels Birthday Shows (concerts anniversaires), donnés chaque année au mythique New Morning de Paris en compagnie du trio des Normandy All Stars, le plus Parisien des songwriters New Yorkais, Elliott James Murphy, se fend de deux nouvelles sorties/publications : un EP (déjà chroniqué ici : http://www.concertandco.com/artiste/elliott-murphy/critique-cd-achat-vente-18400.htm) tout d'abord, puis une passionnante réécriture, "posée du propos", de son séminal et génialissime Aquashow (1973). Je sais que c'est la même intro que pour ma chronique de Poetic Justice, et alors, il reprend bien son premier disque en intégralité, le sieur Elliott... Tandis que je méditais sur les dégâts apparents (ou plus profonds) occasionnés sur ma petite personne par une écoute linéaire et posée - seul, dans le noir, allongé sur canapé ! - de cette étrange (idée de) relecture de Aquashow par son géniteur, c'est un coup de téléphone "ami", qui m'aura permis d'y voir un peu plus clair sur la façon de l'aborder puis le détailler. À l'autre bout du fil, mon vieux pote "X" (que l'on nommera prosaïquement Rockstar 73,... Lire la suite