Accueil Elliott Murphy en concert
Lundi 11 décembre 2017 : 10656 concerts, 24770 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.


Le troubadour songwriter Elliott Murphy a débuté sa carrière en 1972 et compte plus de 25 albums à son actif. Comparé à à Bob Dylan et à Lou Reed, écrivain ou musicien, il navigue entre électrique ou acoustique, folk ou rock.

Elliott Murphy : vos chroniques d'albums
Site

Elliott Murphy : l'historique des concerts

Ve.

10

Nov.

2017

Sa.

16

Sept.

2017

Elliot Murphy (usa) Botanique - Bruxelles (B)

Sa.

18

Mars

2017

Ve.

17

Mars

2017

Sa.

09

Juillet

2016

Mathis Haug en concert
Elliott Murphy + Mathis Haug Elliott Murphy | Mathis Haug
Centre Robert Gourdon - Vauvert (30)

Ve.

25

Mars

2016

Elliott Murphy & Band New Morning - Paris 10ème (75)

Ve.

05

Fév.

2016

Elliott Murphy + Jack & The Giant Beans Le Fil - Saint etienne (42)

Sa.

14

Nov.

2015

Elliott Murphy : les dernières chroniques concerts 16 avis

Elliott Murphy

Critique écrite le 16 novembre 2015, par Jacques 2 Chabannes

Salle Jean Moulin Le Thor 14 novembre 2015

Elliott Murphy en concert

Après le Déluge... (It Takes A Worried Man !) Ce samedi 14 novembre 2015, deux heures durant, Elliott Murphy (accompagné des "mythiques" Normandy All Stars) aura su éloigner, pour un temps, de nos têtes empesées, le fantôme noir et aveugle de l'odieux massacre Parisien de la veille. "Baisse ta vitre / Tes pleurs ont tout embué / Baisse ta vitre / Ce n'est pas aussi désespéré que tu sembles le croire / Tu es bien trop jeune pour avoir assisté à cela / Désormais, ta vision des choses est trop mâture et bien trop claire / Tu sais, je suis familier de cette noirceur que tu viens juste de découvrir..." (Elliott Murphy/Caught Short In The Long Run/Just A Story From America). Moins de 24H après cette sordide soirée - une de plus, au niveau de l'histoire tragique et ensanglantée de notre immuable et antique autoproclamée "humanité" ! - ils auront su faire, d'un coin de scène un rien paumé du Vaucluse (Le Thor) une clairière ensoleillée et fraîche, ruisselante de plaisir, verdeur, innocence et passion. Une performance à saluer, complète et variée, vu ce... Lire la suite

Elliott Murphy

Critique écrite le 27 octobre 2015, par Gilles Borgogno

Lucky Experience / EasyO - Marseille 23 octobre 2015

Elliott Murphy en concert

Après s'être livré, courtoisement, à une séance de dédicaces Elliott Murphy a commencé un show-case acoustique (et enthousiaste). Il accueille le public par un : "C'est la première fois que je donne un concert dans un magasin d'optique...". Pour nous aussi, Eliott, pour nous aussi, c'est une première... C'est vrai, qu'il est plutôt rare des concerts d'assister à des concerts chez des opticiens... Deux mots d'explications sont, peut-être, à ce moment, nécessaires... Le magasin EasyO qui accueillait le concert sera le passage obligé pour aller chez un disquaire indépendant qui vient de s'ouvrir. Lucky Experience*, c'est son nom, étant sis dans le sous-sol de EasyO. Les deux échoppes se sont associées pour cette belle soirée. Soirée, tôt commencée par le vernissage d'une exposition-vente de photos originales " live " d'Elliott Murphy & The Normandy All Stars, de superbes photos de Lof... Elliott, visiblement à l'aise et charmé par l'accueil, donne un set où s'enchaîneront quelques "musts" de son répertoire : Last of the rock stars,On Elvis's birthday party, Drive all night, Isadora's dancer ou You never know what you're in for. Quand il évoque son premier passage marseillais, hésitant sur la date entre 1978 ou 1979, un fan,... Lire la suite

Elliott Murphy/Robben Ford

Critique écrite le 02 juillet 2015, par Jacques 2 Chabannes

Espace Auzon Carpentras 26 juin 2015

Elliott Murphy/Robben Ford en concert

Who Am I... Blues ?" Première interrogation, concernant le (bon) déroulement de cette chaude soirée de juin - faisant suite à une encore plus chaude journée de... juin ! - la qualité de l'accueil réservé, de la part du public de l'Espace Auzon, à Elliott Murphy et son NAS de groupe, sachant que le festival est plutôt "pointu", côté Blues (c'est sa 10e édition) et que le natif de Brooklyn/USA est plutôt un songwriter à l'aise en mode "Rock & Folk" (la musique, bien sûr, pas le magazine survivant de même appellation). En dépit de son amour immodéré pour le Crossroads et le genre - "palpable" au sein de son récent très beau livre Marty May (Joëlle Losfeld Ed./2013 : à lire et relire sans retenue ni modération) - et du très abouti, mais UNIQUE en son Elliott genre, Murphy Gets Muddy (2005), sa musique reste globalement très éloignée des canons du genre, d'où légitime interrogation concernant son passage mené néanmoins en "première partie" (mais réelle double affiche) du sieur Robben Ford. Reste, que, paraissant faire fi de réelles conditions "adverses" - des places assises uniquement (à proscrire à jamais !), une grande majorité de spectateurs venus pour mirer les doigts agiles du Californien appelé à conclure, et les effets... Lire la suite

Entretien avec Elliott Murphy à propos de l'album Aquashow Deconstructed

Interview réalisée le 22 juin 2015, par Jacques 2 Chabannes

Le Gymnase / Paris 15 Mars 2015

Entretien avec Elliott Murphy à propos de l'album Aquashow Deconstructed

"There's No AquaLiveShow (in Music) Business... Like AquaLivesShow ! (in Music Business...)". (Je sais, c'est nul et ça rame, mais j'en avais fortement envie...) Phase 2 : L'Interview ! En dépit d'un vif et solide vent glacial, et d'une courte nuit, suite au show tardif donné la veille au soir, rendez-vous est pris ce dimanche avec Elliott aux alentours des 16 h 30. Quasi ponctuel, celui-ci débarque benoîtement au Café du Gymnase (situé juste en face du Grand Rex) équipé d'un casque de moto, d'une démarche empesée et d'un verbe las, si las, qu'il semble parfois traîner de langoureux quelques mètres derrière... lui ! Après les échanges et bla-bla d'usage à propos de l'expo Bowie Is installée à Paris - déconseillée aux fans hardcore du sieur Jones qui en sauront forcément plus long sans devoir y mettre un peton et ne pourrons en aucun cas s'estimer comblés par la relative "maigreur" de la proposition... - de la future tournée, de l'album Aquashow Deconstructed et du show de la veille au soir, la conversation s'installe, entre dans le vif du sujet et trouve finalement son rythme... Aquashow Détricoté... Lorsque vous êtes entrés sur la scène du New Morning, hier au soir, vous m'avez tous paru "habités" d'une forte... Lire la suite

Elliott Murphy : les chroniques d'albums

Elliott Murphy : The Second Act Of

Chronique écrite le 09/02/2017, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : The Second Act Of

Intime En Murphyland... ("Il n'y a pas de deuxièmes actes, dans les vies américaines (F. Scott. Fitzgerald). Ça commence ici, comme bien souvent, dans la grande et belle histoire du Rock : une signature rapide, l'enregistrement d'un album majeur (Aquashow/1973) des formules choc "Le nouveau Dylan !", des couvertures de magazines et passages télé, des affiches qui recouvrent l'ensemble des murs du métro New Yorkais ; sans pour autant que les ventes ne suivent ces belles promesses et louanges tressées appuyées, ou que l'ensemble n'aboutisse sur un raz de marée commercial ET populaire. Une interrogation adoubée par ses pairs, aussi bien au niveau du "savoir" - "Je n'ai jamais compris pourquoi Elliott n'a pas eu un succès immédiat. J'ai pensé qu'il était bon au moment même où je l'ai vu : Il est bon, bon compositeur, de bons textes... (Billy Joel) - que de son indissociable pendant, le "paraître" : "Un gars avec une présence formidable... il ressemblait déjà, dès le début, à une Rock Star... Un grand visage des cheveux blonds... Un bel homme qui s'habillait de façon spectaculaire... (Bruce Springsteen). L'échec reste patent, même si les raisons évoquées sont multiples : problèmes de logistique poussive et mauvais timings, manque de "hit... Lire la suite

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed

Chronique écrite le 12/03/2015, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Aquashow Deconstructed

"Déconstructif"... (Tiens, j'aurais hésité longuement entre "Déconstruit" et "Instructif", que ça ne m'étonnerait pas...) À la veille de ses traditionnels Birthday Shows (concerts anniversaires), donnés chaque année au mythique New Morning de Paris en compagnie du trio des Normandy All Stars, le plus Parisien des songwriters New Yorkais, Elliott James Murphy, se fend de deux nouvelles sorties/publications : un EP (déjà chroniqué ici : http://www.concertandco.com/artiste/elliott-murphy/critique-cd-achat-vente-18400.htm) tout d'abord, puis une passionnante réécriture, "posée du propos", de son séminal et génialissime Aquashow (1973). Je sais que c'est la même intro que pour ma chronique de Poetic Justice, et alors, il reprend bien son premier disque en intégralité, le sieur Elliott... Tandis que je méditais sur les dégâts apparents (ou plus profonds) occasionnés sur ma petite personne par une écoute linéaire et posée - seul, dans le noir, allongé sur canapé ! - de cette étrange (idée de) relecture de Aquashow par son géniteur, c'est un coup de téléphone "ami", qui m'aura permis d'y voir un peu plus clair sur la façon de l'aborder puis le détailler. À l'autre bout du fil, mon vieux pote "X" (que l'on nommera prosaïquement Rockstar 73,... Lire la suite

Elliott Murphy : Poetic Justice/a Soundtrack

Chronique écrite le 05/03/2015, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Poetic Justice/a Soundtrack

Rendre Justice À La Poésie... À la veille de ses traditionnels Birthday Shows (concerts anniversaires), donnés chaque année au mythique New Morning de Paris en compagnie du trio des Normandy All Stars, le plus Parisien des songwriters New Yorkais, Elliott James Murphy, se fend de deux nouvelles sorties/publications : un EP, tout d'abord, puis une passionnante réécriture, à venir, de son séminal et génialissime Aquashow(1973). En premier lieu, et à l'occasion de la sortie d'une réédition/traduction Espagnole (Miguel Marquès/Tropo Editores) de son western très personnel et poétique, nommé Poetic Justice (Hachette Littératures/2005), notre homme en profite pour accompagner celui-ci d'un EP d'un genre (musical) nouveau... et passionnant (malicieusement intitulé : "Une Bande-son Encore En Attente De Film !", au cas où cela pourrait tenter le milieu cinématographique, en termes d'adaptation). En effet, outre les trois morceaux inédits enregistrés - sur lesquels nous reviendrons plus loin - celui-ci nous propose une longue piste (19 minutes) contenant l'intégralité du premier chapitre de Poetic Justice lu par son auteur de musicien et habillée par ses soins d'une musique en tout point conforme à l'univers initialement décrit, 270 pages,... Lire la suite

Elliott Murphy : Intime

Chronique écrite le 07/03/2014, par Jacques 2 Chabannes

Elliott Murphy : Intime

Elliott Murphy / Intime "Le Sommeil du Juste..." La première chose qui vient en tête, en découvrant le nouvel EP du légendaire songwriter US Elliott Murphy - quelque chose comme son 12734e enregistrement : compilations et Live compris, cela va de soi... - c'est son Intime de titre, plutôt intriguant, ma foi (et la curieuse photo de fenêtre close, l'illustrant). Connaissant l'homme et sa faculté à jouer en permanence d'avec le sens des mots (deux ou trois degrés ou significations, au bas mot !) impossible de ne pas s'y attacher d'emblée. Intime: au sens propre. Parce que écrit dans l'intimité de la table de cuisine de son domicile Parisien en regardant le monde "évoluer" au travers de sa fenêtre (Songs From The Kitchen était par ailleurs envisagé en premier lieu, niveau titre). Intime: parce que conscient que son taux de notoriété actuel et le "buzz" généré par sa sortie devrait rester de l'ordre de l'"intime" (l'homme n'étant pas avare d'autodérision, contrairement à tant et tant d'autres vieux loups du milieu, ou... "jeunes", aussi). Intime: parce que écrit au plus près de l'"os", au plus proche de ses divers états (d'âme) au vu du contenu "sonnant" carrément autobiographique, de la quasi totalité des (très beaux) textes posés sur... Lire la suite