Accueil The Bellrays en concert
Lundi 18 décembre 2017 : 10758 concerts, 24781 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.


Soul garage band. Fermez les yeux et vous croyez entendre Tina Turner qui chante avec The Stooges en backing band... Les américains ont réussi l'impossible pari de mêler l'énergie du rock garage avec la puissance émotionnelle de la soul music. Explosif sur disque et sur scène, le rock & soul des Bellrays ! A lire, une interview de The Bellrays réalisée en 2003...
Fermez les yeux et vous croyez entendre Tina Turner qui chante avec The Stooges en backing band... Les américains ont réussi l'impossible pari de mêler l'énergie du rock garage avec la puissance émotionnelle de la soul music. Le groupe mêle des sonorités très soul/blaxploitation avec chœurs, saxophone et pédale wah wah, avant de s'aventurer en territoire heavy punk rock avec des guitares enflammées, puis de revenir vers des ambiances plus calmes à la Otis Redding, pour finalement reprendre un coup de sang soudain et imparable avec des riffs de blues maniaque à la Jimmy Page ou à la John Fogerty... Les BellRays sont fatigants, dans le bon sens du terme : leurs multiples changements de rythmes et de styles laissent l'auditeur pantois, sans force. Mais ravi. A la fin d'un disque (ou d'un concert) des BellRays, on a très envie d'aller se coucher... en bonne compagnie. Car les cris lubriques de Lisa Kekaula font revenir en mémoire ceux de Tina Turner, Janis Joplin et Aretha Franklin... Pour exciter encore plus tout le monde, Tony Fate jette de l'huile sur le feu avec sa guitare capable de se faire caressante, déchirante, ou extrêmement violente. Bob Venum se charge de faire se déhancher l'assistance avec ses lignes de basse osées, pendant que Craig Waters, le petit nouveau officiant à la batterie, fait son boulot comme un chef...

The Bellrays : vos chroniques d'albums
Site

The Bellrays : les dernières chroniques concerts 31 avis

The Bellrays + Rodney Branigan

Critique écrite le 24 juillet 2016, par Lb Photographie

Théâtre de Verdure - Saint-Cyr-sur-Mer 20 juillet 2016

The Bellrays + Rodney Branigan  en concert

Quoi de mieux pour nous sortir de la torpeur de l'été qu'un concert de l'autoproclamé meilleur groupe du monde "les BELLRAYS", rien que ça ? OK, c'était il y a quelques années de ça mais ce genre de déclaration reste toujours collé à la peau de son auteur. Ce 20 juillet, à l'initiative d'Eric Coubard et de son Label Bad Reputation, c'est à Saint-Cyr-sur-Mer au théâtre de Verdure que cela se passe. En plein air, nous allons avoir l'occasion de vérifier sur pièce ce que vaut le meilleur groupe du monde. Mais avant ça, un ovni va occuper la scène. Seul, tout d'abord, puis avec un batteur. Et immédiatement on s'aperçoit que ça fonctionne. Rodney Branigan a des doigts d'or dont il se sert à merveille avec ses guitares. On va d'ailleurs rapidement se poser la question du nombre de doigts ! Rodney est le genre de type si doué avec une guitare (ou deux !) qu'il peut soit vous donner envie de vous mettre à la guitare, soit, pour les plus réaliste, de ne plus jamais en toucher une ! Oui car le garçon est un guitariste d'exception capable de jouer de deux guitares à la fois. Ce qui ne doit... Lire la suite

NOFX, Suicidal Tendencies, Bellrays, Tiken Jah Fakoly, Lilly Wood & the Prick, The Rapture, Peter Doherty (Festival Cabaret Vert 2011)

Critique écrite le 29 août 2011, par Mardi

Charleville-Mézières 27 août 2011

NOFX, Suicidal Tendencies, Bellrays, Tiken Jah Fakoly, Lilly Wood & the Prick, The Rapture, Peter Doherty (Festival Cabaret Vert 2011) en concert

Retour sur le samedi 27 août au festival le Cabaret Vert à Charleville-Mézières. Après s'être garé au parking des expositions, on a droit à une belle marche de 15 minutes environ jusqu'au festival, situé en plein centre ville. 2 grandes scènes à contempler, un espace alternatif (comprendre "plus cher") et un espace BD pour lequel il faudra quand même prendre son temps. Ne pas oublier que le Cabaret Vert est un éco-festival, donc l'accent est mis surtout sur le tri. On a bien sûr beaucoup connus les festivals où chacun laisse sa merde traîner parterre. Ici, à chaque poubelle il y a 3 sacs : noir (normal), un jaune (comme à la maison), et un bleu (pour les gobelets, que l'on pourra retrouver au même nombre jonchant le sol après chaque concert). Le Cabaret Vert, c'est avant tout un public venant d'horizons très différents : punk, roots, crust, mais aussi bobo, hippie, et tout ce qui s'en suit. mais après tout c'est normal, puisque la programmation part dans tous les sens. On retrouvera pour ce samedi : NOFX, Peter Doherty, Tiken Jah Fakoly, Suicidal Tendencies, The Rapture (pour ne citer que les plus connus). ça laisse imaginer l'ambiance (très bonne !) Lilly Wood & the Prick J'arrive dans le festival sur la fin de Lilly Wood... Lire la suite

Festival Want : Nevchehirlan + Herman Düne + The Bellrays + Stupeflip

Critique écrite le 12 juillet 2011, par stephane

Etang des Aulnes - Saint-Martin de Crau 9 Juillet 2011

Festival Want : Nevchehirlan + Herman Düne + The Bellrays + Stupeflip en concert

Nevchehirlan, Herman Düne, The Bellrays, Stupeflip. Comme première affiche pour un festival qui démarre, on peut déjà se féliciter d'une programmation de qualité et varié. Quant, à cela, on ajoute un site magique, l'étang des Aulnes près d'Arles où sévit déjà Aires Libres, une navette gratuite au départ de Marseille, le désormais traditionnel kit écolo (tri sélectif, verre en location) ainsi qu'une restauration composés de produits locaux et proposés par les jnoun, on se dit Stop, là c'est trop beau, on va finir par se croire en Bretagne ! Et bien non, le festival Want, qui se déroulait les 8 et 9 juillet, ne se trouve pas en Bretagne. La chaleur et les moustiques de Camargue ne sont pas les seuls à nous faire revenir sur terre. Car, ce qui manque encore à la région PACA pour se croire une terre de musiques actuelles... c'est le public ! Dans un site qui pouvait accueillir aisément au moins 2500 personnes, ils ne seront que 500 ce soir ! J'aurais pu déjà avoir une petite idée en prenant la navette au départ du Vieux-Port. Nous n'étions que 28 à nous installer confortablement dans un bus climatisé conduit par un chauffeur jeune, marrant et qui adore Fréquence Bleu Provence. Nous arrivons à 19h20, juste pour le début du set de... Lire la suite

The A-Phones + The Fleshtones + The Bellrays

Critique écrite le 12 mars 2010, par Mystic Punk Pinguin

Cabaret Aléatoire - Marseille 9 Mars 2010

The A-Phones + The Fleshtones + The Bellrays en concert

Direction le Cabaret Aléatoire pour un plateau punk garage, ça tombe bien pour fêter les 37 ans du Raw Power des Stooges. Trois groupes un mardi soir, pas mal pour une ville où soit disant il ne se passe pas grand-chose, d'autant que la Machine à Coudre et l'Enthropy accueillaient aussi des concerts électrifiés. J'arrive en plein milieu du set du jeune groupe de vieux les A-Phones, composé de de vétérans de la scène pounkroque marseillaise. Groupe déjà chroniqué maintes fois dans ces colonnes (à Live in Marseille, on aime bien les concerts, la preuve, on y va !), alors j'en rajoute une couche : c'est classieux ! Et de plus en plus en place au fil des concerts. Alors, quitte à se répéter, niveau style ça se rapproche de Buzzcocks, à savoir du post punk avec des titres de plus de 2 minutes, finalement assez mélodique, avec des montées bruitistes, chants classieux et des cavalcades hargneuses. En espérant que ça incite à aller les voir et que le prochain papier sur eux soit signé par quelqu'un d'autre que Philippe ou moi. Les Fleshtones arrivent ensuite et seront fidèles à leur réputation. Du garage 60's influence surf & rockabilly délivré avec une énergie qui emporte tout. Ce qui frappe c'est le bonheur visible... Lire la suite

The Bellrays : les chroniques d'albums

The BellRays : Have A Little Faith

Chronique écrite le 26/04/2006, par Pierre Andrieu

The BellRays : Have A Little Faith

Les BellRays ont toujours une incroyable foi en leur religion, le Maximun rock ‘n soul, et ça s'entend parfaitement sur leur nouveau brûlot discographique, Have a little faith... Le disque commence par des sonorités très soul/blaxploitation avec chœurs, saxophone et pédale wah wah, avant de s'aventurer en territoire heavy punk rock avec des guitares enflammées, puis de revenir vers des ambiances plus calmes à la Otis Redding, pour finalement reprendre un coup de sang soudain et imparable avec des riffs de blues maniaque à la Jimmy Page ou à la John Fogerty... Les BellRays sont fatigants, dans le bon sens du terme : leurs multiples changements de rythmes et de styles laissent l'auditeur pantois, sans force. Mais ravi. A la fin d'un disque (ou d'un concert) des BellRays, on a très envie d'aller se coucher... en bonne compagnie. Car les cris lubriques de Lisa Kekaula font revenir en mémoire ceux de Tina Turner, Janis Joplin et Aretha Franklin, ce qui... Lire la suite

The BellRays : THE RED, WHITE & BLACK

Chronique écrite le 28/10/2003, par Pierre Andrieu

The BellRays : THE RED, WHITE & BLACK

Le terrifiant groupe californien The BellRays revient pour mettre la France à genoux avec deux coups d'éclat : un excellent nouvel album intégrant quelques anciens titres à une majorité de nouveautés - The Red, White & Black - et une grande tournée qui s'annonce explosive... Grâce à un entraînement très poussé (à base de concerts incessants), les quatre membres du groupe, au sommet de leur forme, jouent comme un seul homme... même si leur leader est une femme. Lisa Kekaula survole en effet les débats en faisant étalage de toute la palette de ses talents : chant gorgé de soul, hurlements ultra rock, cris hystériques dans la lignée du punk. Tout aussi énervé, le guitariste Tony Fate utilise sa guitare comme une mitraillette et canarde tout ce qui bouge à la vitesse de l'éclair : rythmique heavy punk (Street corner), soli barrés en provenance directe du jazz (Remember), breaks surprenants... Lire la suite

The BellRays : RAW COLLECTION

Chronique écrite le 22/05/2003, par Pierre Andrieu

The BellRays : RAW COLLECTION

Ce disque chaudement recommandé par Tony Fate lui-même est une compilation de raretés des BellRays depuis leurs débuts en 1995 jusqu'à aujourd'hui. Pas fou, le guitariste des BellRays fait la promotion de sa musique ! Certes, mais il nous a permis de trouver en import une véritable bombe rock. Il semble bien que, dès leurs débuts, les BellRays avaient le feu sacré du rock ‘n' soul dans leurs compositions.... Lire la suite

The BellRays : MEET THE BELLRAYS

Chronique écrite le 27/03/2003, par Pierre Andrieu

The BellRays : MEET THE BELLRAYS

Ce quatuor américain prétend pratiquer une musique répondant au doux nom de "maximum rock & soul"... Lisa Kekaula, une chanteuse au timbre soul est en effet épaulée par une gang de voyous ayant écouté plus que de raison des disques de punk rock, de heavy metal et de jazz. Si le mélange peut paraître surprenant au départ, il suffit d'écouter Meet The BellRays une fois et d'assister à un concert des BellRays pour devenir un inconditionnel de cette musique high energy ! Si vous sentez une baisse de forme, ne cherchez pas plus loin le remède miracle : The BellRays délivre la musique qui va vous électriser et vous rendre hystérique... Lire la suite

Galerie Photos

  • 1 - The Bellrays - Pirlouiiiit
  • 2 - The Bellrays - Pirlouiiiit