Accueil The Fat White Family en concert
Mardi 25 juin 2019 : 10307 concerts, 25536 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.


The Fat White Family est un groupe anglais de rock radical évoquant un croisement assez violent entre The Cramps et The Fall... Le 22 janvier 2016, Fat White Family a sorti l'album Songs For Our Mothers chez [PIAS]. Fat White Family est en concert à l'Elysée Montmartre, à Paris, le 13 juin 2019 et en tournée française pour la sortie le 19 avril 2019 de son nouvel album "Serfs Up" (chronique du disque à lire ici)... (Photo : Titouan Massé)

The Fat White Family : vos chroniques d'albums
Site

The Fat White Family : tous les concerts

The Fat White Family : les dernières chroniques concerts 8 avis

TINALS Festival 2019 - Jour 1 : Le Superhomard - Wallows - Nude Party - Aldous Harding - The Inspector Cluzo - Men I Trust- Shellac - Built to Spill - Fat White Family

Critique écrite le 19 juin 2019, par Phil2guy

Paloma, Nîmes 30 mai 2019

TINALS Festival 2019 - Jour 1 : Le Superhomard - Wallows - Nude Party - Aldous Harding - The Inspector Cluzo - Men I Trust- Shellac - Built to Spill - Fat White Family en concert

Et c'est parti pour la 7ème édition du festival This Is Not A Love Song (TINALS, pour les initiés) de Nîmes, qui est désormais un des rendez-vous immanquables de la saison pré-estivale pour tous les amateurs d'indie rock au sens large. Pendant trois jours, le spectateur peut voir des groupes confirmés et bien installés mais c'est surtout l'occasion de faire de sympathiques découvertes. Les concerts sont répartis à l'intérieur de la salle Paloma entre la "grande salle" (pour les "têtes d'affiche"), "le patio" et "le club" et en extérieur sur les scènes "mosquito" et "flamingo". Le SuperHomard En ce week-end prolongé, les portes ouvrent à 15h30, et on commence par cette chaude après midi un peu venteuse avec Le SuperHomard. On a déjà dit ici tout le bien que l'on pensait de ce quintet avignonnais qui pratique une pop anglophile aux sonorités electro à mi chemin entre Stereolab et John Barry (pour faire court) où les claviers aux sonorités analogiques sont au premier plan. Le nouvel album du groupe Meadow Lane Park reçoit depuis sa sortie en début d'année des critiques unanimement élogieuses, aussi bien de la part de la presse française (album du mois dans Rock & Folk) qu'étrangère (Mojo et Uncut entre autres). Il faut dire que ce... Lire la suite

Fat White Family (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019)

Critique écrite le 06 juin 2019, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 30 mai 2019

Fat White Family (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Après s'être enquillé à la suite les stimulants (voire géniaux pour certains) concerts d'Aldous Harding, Shellac, Ron Gallo, Kurt Vile et Built To Spill lors de la première journée du This Is Not A Love Song Festival à Nîmes, on arrive à un niveau d'excitation parfait pour se prendre en pleine face le set final de Fat White Family ! Le groupe anglais - visiblement désintoxiqué depuis l'enregistrement de son dernier album, le très bon "Serfs Up !", mais toujours aussi barré et chaotique en live, ouf ! - offre une grand messe magistralement détraquée dans la grande salle de Paloma de une heure à deux heures du matin. Crane rasé, rapidement torse nu, fringué comme un hooligan avec son short long peu seyant, Lias Saoudi, le lider maximo de la troupe qui compte en tout sept membres actifs, irradie tout le show de sa classe maléfique en utilisant sa voix de prêcheur peu catholique, entre Iggy Pop, Lou Reed et Serge Gainsbourg. En le voyant danser comme un malade mental tout en susurrant des incantations zarbies ou en hurlant avec férocité, on pense à une sorte de gourou capable de jeter un sort sur des foules entières, rapidement réduites au statut d'une masse d'adeptes prisonniers à l'insu de leur plein gré. Le mec a une telle... Lire la suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 1-3 : Le Superhomard, Rhino, Wallows, The Nude Party, Aldous Harding, Chorale la Paloma, Black Midi, Inspector Cluzo, Shellac, Messthetics, Caroline Rose, Fat White Family

Critique écrite le 02 juin 2019, par Philippe

Paloma, Nîmes 30 mai 2019

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 1-3 : Le Superhomard, Rhino, Wallows, The Nude Party, Aldous Harding, Chorale la Paloma, Black Midi, Inspector Cluzo, Shellac, Messthetics, Caroline Rose, Fat White Family en concert

Les climatologues vous avaient bien prévenu, non ? Eh bien ça a fini par arriver : l'été, en tout cas celui du public rock, commence désormais officiellement trois semaines plus tôt ! A la fin mai, et au festival This Is Not A Love Song de la magnifique Paloma de Nîmes ! Festival pour lequel on a re-signé des deux mains en toute confiance cette année, avec un blind pass acheté avant le début de l'hiver, pour notre 5ième venue ! S'il fallait encore le présenter : voici (enfin) un festival à taille humaine, à programmation pointue, à accueil toujours sympa, à météo généralement délicieuse, avec des aménagements écolo, esthétiques & kid-friendly, une cuisine pas donnée mais assez relevée dans l'ensemble... Assurément le meilleur dans sa catégorie, en tout cas au sud de Saint-Malo ! Pour entériner le changement de saison cité plus haut, rien de mieux pour commencer que Le Superhomard, groupe de pop frenchy élégante et gentiment psychédélique (on y pense parfois à Tame Impala), récemment distingué à juste titre par Rock'n'Folk, et dont la jeune chanteuse nous accueille très gracieusement au micro, pour ouvrir nos trois jours d'amour, de paix et de musique. Bon, on avait dit l'été... mais Springtime est vraiment charmante, et après avoir... Lire la suite

Warmduscher (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018)

Critique écrite le 27 juin 2018, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 1er juin 2018

Warmduscher (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) en concert

Malgré l'absence "pour raisons techniques" (ha ha ha, on n'ose imaginer à quoi cela correspond en vrai !) d'un des membres du groupe, Saul Adamczewski, également partie prenante dans les excellents Insecure Men (dont le concert prévu ce soir est annulé, donc), le groupe Warmduscher a parfaitement rempli sa mission lors du This Is Not A Love Song Festival à Nîmes. A savoir, déclencher le même chaos sur scène qu'à l'écoute de son dernier album, Whale City, sorte d'ode punk tarabiscotée au grand n'importe quoi, un disque truffé de tubes régressifs parfaits pour péter les plombs en tout bien tout honneur, ou en se vautrant lamentablement dans la fange. Perché sur la petite scène extérieure du festival organisé à Paloma, Warmduscher se présente donc en version quatuor punk à 21 heures 30 avec le chanteur fou Craig Louis Higgins Jr, dans le rôle du chef de bande aux faux airs de prédicateur allumé, le percutant bassiste/choriste Ben Romans-Hopcraft (également dans Insecure Men), le guitariste décavé Adam J Harmer (qui officie dans les immenses et satellisés Fat White Family) et un batteur pas maladroit, Jack Everett (qui ressemble de loin à Ray Davies des Kinks)... Le boulot de ces quatre mecs est de créer une sorte de cathédrale de... Lire la suite

The Fat White Family : les chroniques d'albums

Fat White Family : Serfs Up!

Chronique écrite le 19/04/2019, par Pierre Andrieu

Fat White Family : Serfs Up!

Les Fat White Family sont affreux, sales, méchants (le chanteur nous a gentiment balancé son pied de micro dans la gueule un soir de concert à Bourges, merci encore !), exhibitionnistes, alcooliques, drogués et éparpillés (les mecs ont quasiment tous formé un groupe parallèle : Moonlandingz, Insecure Men, Warmduscher... ), ce qui ne les empêche pas d'être toujours debout et en forme si l'on en juge par la qualité du nouvel album, "Serfs Up!", accouché dans la douleur et la longueur (en... 3 ans), mais méchamment réussi. Et réussi tout en étant original et assez différent des deux premiers disques, "Champagne Holocaust" (2013 ) et "Songs for our Mothers" (2016), s'il vous plaît messieurs dames ! Les gars Lias Saoudi, Saul Adamczewski, Nathan Saoudi, Severin Black, Adam J Harmer et Taishi Nagasaka arrivent à sonner malsain, étrange et tordu, tout en mettant un peu de pop et de douceur dans leur musique, parfois habillée de violons classieux et illuminée par un chant d'une surprenante douceur, façon crooner décavé. Cet album enregistré dans une "charmante" zone industrielle de la ville de Sheffield (sans doute pour être au calme et s'éloigner des multiples tentations londoniennes) est truffé de titres forts, qui restent en tête, surprennent et... Lire la suite

The Fat White Family : Vidéo



The Fat White Family : écoute