Accueil Chronique de concert Montera et Invités + The irrepressibles (festival de Marseille)
Mercredi 19 décembre 2018 : 10706 concerts, 25307 chroniques de concert, 5237 critiques d'album.

Chronique de Concert

Montera et Invités + The irrepressibles (festival de Marseille)

Montera et Invités + The irrepressibles (festival de Marseille) en concert

Salle Vallier, Marseille 6 juillet 2010

Critique écrite le par

Salle Vallier by Pirlouiiiit 06072010

En clôture du festival de Marseille, l'équipe d'Appoline Quintrand a proposé un plateau qu'elle espérait aventureux et glamour. Il s'est révélé, vers minuit, conforme et kitch.

Première partie :

Jean Marc Montera et ses invités by Pirlouiiiit 06072010

Jean-Marc Montera, cofondateur du Montévidéo avec Hubert Colas, a invité 4 Japonaises et le batteur Ahmad Compaoré pour une création très noisy. Sur scène, deux bateries, 3 guitares et 1 laptop. Et un concert de 45 minutes qui ressemble à un set de Gospeed You, Black Emperor. Soit des morceaux de 7 à 10 minutes construits comme des cathédrales de bruit blanc.

Jean Marc Montera et ses invités by Pirlouiiiit 06072010

Au départ, des sons sourds sortis du Laptop, des distorsions de guitare de Montera, le chant ( ?) de Tenko puis les batteries se mettent progressivement en mouvement, la seconde guitare qui envoie un riff plus rock et le tout monte comme une mayonnaise.

Jean Marc Montera et ses invités by Pirlouiiiit 06072010

Intéressant, de temps en temps excitant quand l'expérimentation laisse place à une forme plus basique de la ryhtmique. Plusieurs personnes se trémoussaient sur leurs sièges, mais le public du festival de Marseille est bien loin de savoir se lâcher. Pire, il ne sait même pas s'il faut applaudir à la fin du morceau, comme dans un concert, où attendre la fin, comme pour un spectacle de danse.

Sayaka Himeno & Masako Takada by Pirlouiiiit 06072010

Pour autant, le concert n'a rien d'aventureux. Montera a beau utiliser un archet, un pinceau, un collier ou même un ballon de baudruche pour faire grincer sa guitare, on reste carrément spectique par cette recherche musicale qu'il poursuit depuis 30 ans. 30 ans, on se retrouve au début des années 80, la No-Wave new yorkaise, Glenn Branca et les débuts de Sonic Youth. Thurston Moore et Lee Ranaldo utilisaient déjà l'archet et la baguette de batterie pour sortir des sons nouveaux de leurs guitares.

Jean Marc Montera et ses invités by Pirlouiiiit 06072010

Il n'y a donc rien de nouveau dans ce que nous propose Montera et ses invités et finalement, celle qui nous a fait le plus trippé, c'est Sayaka Himeno, la batteuse japonaise. Dès le premier morceau, elle entre dans une sorte de transe métronymique dont elle aura du mal à ressortir. Elle frappe sur ses fûts comme un démon et fait passer le flux à travers le public.

Jean Marc Montera et ses invités by Pirlouiiiit 06072010

Il n'y a rien d'expérimental, c'est juste l'énergie et la force de cette petite femme qui ne mesure pas 1,40m et doit peser quelques plumes. Mais voilà, elle fait passer quelque chose de viscéral et dans ce concert à prétention cérébral, on n'entend, on ne voit, on ne vibre que par elle.

Seconde partie :

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010

Le problème de la province, c'est toujours de découvrir les groupes après la capitale et donc de cultiver ce complexe d'infériorité nourrie par la presse. L'ensemble des festivals se contruisent souvent sur ces bases. Les Irrépressibles étaient précédés d'une telle aura avant d'arriver à Marseille. On allait voir ce qu'on allait voir.

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010.JPG

Il n'y avait qu'à lire l'extrait des Inrocks cité dans le programme de la soirée "Bien avant d'enregristrer Mirror Mirror, La petite troupe grandit sur scène en liant la musique classique baroque, la pop spatiale de Bowie, le rock pompier de Queen, le chant sophistiquée de Scoot Walker ou de Jeff Buckley. Lyrique, Glam, précieuse, la musique de The Irrepréssibles est toujours sauvée par la grandiloquence par la voix émue de Jamie Mc Dermott... Sur les photos et sur scène, tout est ici gestuelle théâtrale, pose statutaire, fanfreluches décadentes, maquillage fantaisiste..."

Salle Vallier by Pirlouiiiit 06072010

Les 650 spectateurs étaient donc prêts à découvrir le nouveau freak anglais. Prêts et même conquis d'avance. Car The Irrepressibles ne seraient-ils pas le chaînon manquant entre Antony and The Jonhson et Arcade Fire ? Le dispositif scénique avait l'air alléchant : ampoules façon cabaret, des panneaux de mirroirs déformés derrière chacun des 8 musiciens et un podium surélevé au centre.

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010.JPG

2 violons, 2 clarinettes, une viole, une contrebasse, un clavier, une percussion, le groupe ne ment pas sur ces intentions musicales. Et sur le podium, Jamie Mc Dermott, chef d'orchestre, joue de la guitare à la manière d'un troubadour du moyen-âge. Le tout c'est un peu de les mettre en œuvre collectivement.

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010.JPG

Alors, oui, il y a du spectacle visuel : les musiciens sont habillés comme s'ils sortaient d'un mix de "Marie Antoinette" et du "5e élément", avec bandelettes sur le corps et perruque aristo. Oui, ils jouent en s'animant à la manière des robots de "Métropolis", avec des mouvements très courts, saccadés et répétés. Oui, ils sont bien maquillés à outrance. Oui, Jamie Mc Dermott porte les plumes et possède une voix qui peut monter très haut.

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010.JPG

Mais, c'est absolument NUL. La musique qu'ils créent ensemble ressemble au Jelly, dessert anglais de gélatine. C'est mou, c'est mouvant, c'est laid et si on pourrait apprécier le côté kitch, c'est à la seule condition que cela soit bon. Or, il n'y a rien dans la musique proposée par The Irrépréssibles. On entend un ventre mou de la musique anglaise, ses origines pop noyées par ses prétentions d'opéra-rock dans lequel surnage un folk ridicule à force de précieusité.

The Irrepressibles by Pirlouiiiit 06072010.JPG

"A l'orée de l'adolescence, Jamie Mc Dermott était anglais, pauvre, gay, solitaire, effacé et attiré par les falaises qui surplombe la mer. Il ne voulait pas sauter, non. Il voulait voler". Ce sont les Inrocks qui le disent. Jamie Mc Dermott n'a pas les moyens de ses ambitions. Avec The Irrepressibles, il s'est écrasé comme un Jelly en bas de la falaise, entraînant avec lui le festival de Marseille.

Plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici

Bonus vidéo :


et une petite de Jean Marc Montera et ses invités :


Festival de Marseille : les dernières chroniques concerts

TeZukA de Sidi Larbi Cherkaoui (Festival de Marseille) en concert

TeZukA de Sidi Larbi Cherkaoui (Festival de Marseille) par Pirlouiiiit
le Silo - Marseille, le 09/06/2012
95% de mes sorties "live" sont en effet des concerts, mais de temps en temps je vais voir des spectacles de danse ... parfois un peu long ou trop mou, mais souvent très touchants... La suite

Mix Up Beyrouth (Festival de Marseille / Marsatac) en concert

Mix Up Beyrouth (Festival de Marseille / Marsatac) par Chlorophil
Friche Belle de Mai - Marseille, le 11/07/2009
Difficile d'écrire une chronique de ce fabuleux concert. Le plus simple est sans doute de commencer par un historique, de parler des rencontres, rencontres musicales avec deux... La suite

Dean & Britta (13 most beautiful songs for Andy Warhols screen tests) - Festival de Marseille  en concert

Dean & Britta (13 most beautiful songs for Andy Warhols screen tests) - Festival de Marseille par Pirlouiiiit
Théâtre du Gymnase, Marseille, le 06/07/2009
J'ai un peu trainé avant de faire cette chronique ... parce que je suis sorti de ce concert avec une impression assez mitigée. Et comme à chaque fois que j'écris une chronique... La suite

Festival de Marseille : les dernières chroniques concerts

Mix Up Beyrouth (Festival de Marseille / Marsatac) en concert

Mix Up Beyrouth (Festival de Marseille / Marsatac) par Chlorophil
Friche Belle de Mai - Marseille, le 11/07/2009
Difficile d'écrire une chronique de ce fabuleux concert. Le plus simple est sans doute de commencer par un historique, de parler des rencontres, rencontres musicales avec deux... La suite

Dean & Britta (13 most beautiful songs for Andy Warhols screen tests) - Festival de Marseille  en concert

Dean & Britta (13 most beautiful songs for Andy Warhols screen tests) - Festival de Marseille par Pirlouiiiit
Théâtre du Gymnase, Marseille, le 06/07/2009
J'ai un peu trainé avant de faire cette chronique ... parce que je suis sorti de ce concert avec une impression assez mitigée. Et comme à chaque fois que j'écris une chronique... La suite

J'ai des milliers de gestes - Piano et Compagnie (Festival de danse & des arts multiples de Marseille) en concert

J'ai des milliers de gestes - Piano et Compagnie (Festival de danse & des arts multiples de Marseille) par Mcyavell
La Cartonnerie (Friche Belle De Mai) - Marseille, le 29/06/2009
F / D / Am / M. 29 juin. Cartonnerie. Chaleur. Pas de clim. Bouteille d'eau. Offerte. Eventail. Offert. Pas superflu. Ecran. 7 panneaux. Projection. Sofia. Décor... La suite

nieuwZwart (music by Mauro Pawlowski) - Festival de Marseille  en concert

nieuwZwart (music by Mauro Pawlowski) - Festival de Marseille par Pirlouiiiit
Theatre du Merlan, Marseille, le 18/06/2009
nieuwZwart ?!? Qu'est ce que c'est que ce nom de groupe dans je n'ai jamais entendu parler ? Un nouveau obscur groupe marseillais de plus ? Et si je vous dis Mauro Pawlowski ça... La suite

Jean-Marc Montera : les dernières chroniques concerts

Amorchestra en concert

Amorchestra par Pirlouiiiit
Cartonnerie, Friche Belle de Mai, Marseille, le 17/02/2018
Comme je l'expliquais en fin de chronique précédente si nous n'avions pas croisé Gilles et Alice à la sortie de l'Embobineuse nous serions allés direct au 47 le lieu, mais après... La suite

Musique Rebelle - Round 10 en concert

Musique Rebelle - Round 10 par Mcyavell
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 18/06/2011
C'est au départ, un certain Pingouin mystique qui devait écrire cette chronique, mais vu son état ce soir-là (et pas à cause de l'alcool pour une fois), je fais preuve de... La suite

Blitz The Ambassador + Famoudou Don Moyé & Ahmad Compaoré And Friends en concert

Blitz The Ambassador + Famoudou Don Moyé & Ahmad Compaoré And Friends par Mcyavell
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 10/04/2011
Commençons par un grand bravo au Cabaret Aléatoire qui a fait preuve sur ce coup d'une belle réactivité : au départ n'était prévu que le concert de Blitz The Ambassador. Mais... La suite

Nappe + Lee Ranaldo & Jean-Marc Montera en concert

Nappe + Lee Ranaldo & Jean-Marc Montera par Senti
Montévidéo - Marseille, le 26/05/2010
Il fallait réserver sa place sur la scène du GRIM ce soir pour avoir une chance d'assister au laboratoire guitaristique de Lee Ranaldo. Le membre le plus discret, mais aussi le... La suite