Accueil Chronique de concert NADA SURF
Mardi 18 février 2020 : 10793 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

NADA SURF

Transbordeur - LYON 24 octobre 2002

Critique écrite le par

Ca fait toujours plaisir d'arriver devant une salle de concert et de croiser les musiciens ; en effet, au moment où je commandais mon "double merguez pas cuite dans pain dégelé" devant la salle , voilà les trois de NADA SURF qui débarquent d'un taxi... Matthew (guitare, chant) , Daniel(basse, chant) et Ira(batterie) ont l'air un peu à la bourre mais on ne peut pas les louper étant donné qu'Ira se ballade toujours avec un magnifique chapeau de cow-boy texan et qu'il n'y en a pas des masses en ce jeudi soir à Lyon...
La salle (dans sa petite configuration) se remplit petit à petit pendant que la première partie commence: ce n'était pas Daytona comme annoncé mais Flexa Lyndo (!): c'est un groupe français chantant en anglais à priori musicalement très influencé par la mode actuelle de "rock garage" mais avec un chanteur qui a la même voix que Brian Molko (Placebo) : malgré un début de set un peu mou, la salle réagit bien par la suite à leur rock binaire et le groupe s'en va sous les acclamations du public... Encore un groupe à suivre...

NADA SURF arrivent enfin sur scène et Matthew démarre avec "Blizzard of 77" première chanson de leur nouvel album jouée seulement à la guitare alors que Daniel et Ira assurent les choeurs au micro... Puis vient le tour de "The way you wear your head" nouveau single en date qui réveille les ardeurs de la fosse. Matthew et Daniel parlant couramment français, ils nous annoncent leur bonheur de revenir jouer en France et ils ont l'air sincère, cela se voit sur leurs visages ! Lorsqu'ils démarrent "Amateur", on s'aperçoit à quel point "The proximity Effect" était un album exceptionnel... Toute la fosse reprend les paroles en choeur et on est forcé de penser que le peu de personnes ayant fait l'acquisition de cet album en sont tombés raides dingues (comme moi) ! C'est ensuite au tour de "Bacardi" (l'une des plus péchus de "The proximity Effect") et "Icebox" (tirée du premier album) histoire de montrer à tout le monde que malgré leur apaisé troisième album, ils savent encore jouer de purs brûlots punk-rock comme peu de groupes savent le faire... Je suis vraiment surpris par l'énergie qui se dégage de la scène.. quelle pèche!
Matthew prend ensuite le temps de nous expliquer que, sur la prochaine chanson ("Inside of love"), il va nous effectuer un petit pas style "comme en rassemblement de cow-boy" qu'il trouve bien sympathique.. ils nous invite, si on a envie dit-il (c'est tellement rare!) de faire le même mouvement que lui et voilà toute la salle partie dans un pas chaloupé "gauche-droite" au rythme de cette belle chanson... Très sympa. Ils remettent les watts en route avec "Hi-speed soul" l'une des plus énergiques du nouvel album puis enchaînent avec "Killian's Red" très belle ballade montant en puissance sur la fin et une autre évidence crève alors les yeux : Ca joue bien... dans le sens où chacun des trois musiciens apporte vraiment sa touche personnelle et technique pour transcender les morceaux (mention spéciale au batteur Ira qui possède une frappe très lourde et puissante mais surtout extrêmement précise..). Viens le tour de "80 Windows" peut-être la plus belle chanson jamais écrite par le groupe (tirée elle aussi de "The proximity effect") dans une version ralentie qui donne encore plus d'émotion à cette formidable ballade...
"Now this is an old one" nous annonce Daniel avant d'attaquer la très teen-ager "Treehouse" (1er album) enchaînée avec un morceau sombre et hargneux (une nouvelle? une reprise?) que je ne connaissais pas...
Daniel chante ensuite la très mélancolique "Là pour çà" et ses paroles en français avant de poursuivre avec "Paper boats" dans une version très électrique : ces nouveaux morceaux du dernier album rendent bien mais le set se termine en apothéose avec deux des meilleures chansons de "The proximity Effect" : "The voices" (dans une version ralentie) et "Slow Down" qui, comme son nom ne l'indique pas, fait exploser la fosse...
Un petit tour en coulisse et nos trois compères reviennent tranquillement chacun un verre de vin rouge à la main ! Ah çà nous change des multiples groupes se saoulant backstage avec de la mauvaise bière chaude... Décidément ces NADA SURF ont la classe... c'est tout ! le rappel démarre avec "Blonde on blonde" très belle ballade acoustique du dernier album racontant l'histoire d'un mec écoutant cette chanson de Bob Dylan sur son autoradio. Ensuite, bizarrement ils choisissent d'interpréter "Hollywood" une chanson bien moyenne du premier album puis s'éclipsent à nouveau... Le public en redemande encore et donc nous y voilà: ils annoncent une chanson "sarcastique" (dixit Matthew) et démarre "Popular" : c'est l'euphorie dans la salle mais honnêtement, la chanson est jouée en roue libre par le groupe et on se rend compte que NADA SURF vaut vraiment extrêmement mieux que ce single simpliste et sur-entendu... Ils terminent (pour de bon cette fois) par "Hyper Space" (1er chanson de "The proximity effect") en annonçant que cet album qui leur tient vraiment à coeur sera vendu 5€ au bar après le concert! (Nickel pour tous ceux qui ne l'avaient pas..)
Les lumières se rallument, la sono balance "Is this it?" des Strokes et effectivement, dix minutes après, Matthew arrive au bar pour dédicacer (et vendre!) leurs deuxième album... L'ambiance est très joyeuse, les musiciens sont humains, simples et généreux, la sono du bar nous envoie Les Vines, The Music puis Interpol...

Voilà un très bon concert en résumé malgré un rappel un peu en dedans et l'absence de l'énorme "Mothers Day" !!
Ce groupe est vraiment sous-estimé et mériterait sincèrement la reconnaissance des Placebo, Muse et consort... à vous de jouer..... et puis si vous n'avez pas compris que "The proximity Effect" est un superbe album et ben je peux plus rien pour vous !
(le dernier "Let Go" n'est pas mal non plus au fait..)

 Critique écrite le 25 octobre 2002 par MUS(e)IC


Nada Surf : les dernières chroniques concerts

Nada Surf (15ème anniversaire de l'album Let Go) en concert

Nada Surf (15ème anniversaire de l'album Let Go) par Lebonair
Le Cabaret Sauvage / Paris, le 05/02/2018
Le plus français des groupes américains, Nada Surf, est passé par le Cabaret Sauvage à Paris le lundi 5 février... Au cours d'une petite dizaine de dates ce mois-ci en France,... La suite

Nada Surf en concert

Nada Surf par Sami
Cabaret Aleatoire, Marseille, le 31/10/2012
Je ne les ai pas vus depuis leur passage aux Eurockéennes de 2003 mais jamais à Marseille, ayant raté leur passage à l'Espace Julien en 2008. Une anomalie corrigée ce soir avec un... La suite

Nada Surf  en concert

Nada Surf par Lebonair
La Maroquinerie Paris, le 20/07/2010
Le plus français des groupes américains, Nada Surf sont passés dans le 20ème à la Maroquinerie, ma salle préférée, près de chez moi, pour deux dates, le 19 et 20 juillet 2010.... La suite

Nada Surf + Underground Railroad + Kim Novak en concert

Nada Surf + Underground Railroad + Kim Novak par odliz'
Espace Julien - Marseille, le 01/10/2008
L'espace Julien fait salle comble ce soir avec la venue des américains francophiles Nada Surf entre deux dates internationales pour la sortie chanceuse de leur 5ème album. ... La suite

Transbordeur - LYON : les dernières chroniques concerts

Flèche Love en concert

Flèche Love par cathy
Club Transbo - Villeurbanne, le 21/12/2019
En ce dernier week end avant les fêtes de fin d'année, samedi 21 décembre, l'association Mediatone propose un plateau exclusivement féminin avec trois artistes aux styles... La suite

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) en concert

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) par Kx Santos
Transbordeur, Lyon, le 08/03/2019
Deuxième jour, ce vendredi 8 Mars, au Transbordeur, pour la troisième édition du Festival Transfer. La soirée démarre aux alentours de 20h et se poursuivra assez tardivement... La suite

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) en concert

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) par Dissy
Transbordeur - Villeurbanne, le 09/03/2019
Quoi de mieux qu'un festival de musique indé pour faire passer un week-end hivernal un peu trop maussade. Le Festival Transfer revient cette année pour une troisième édition,... La suite

Rendez-Vous + Balladur en concert

Rendez-Vous + Balladur par Cathy Ville
Le Transbordeur - Villeurbanne, le 13/02/2019
Gros dilemme en ce mercredi 13 février : deux excellents concerts dans deux styles différents se déroulant à Lyon, j'ai dû faire un choix difficile entre Brendan Perry au Ninkasi... La suite