Accueil Marseille - Aix Le Poste à Galène - Marseille
Lundi 18 décembre 2017 : 10600 concerts, 24780 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.
Le Poste à Galène - Marseille

Le Poste à Galène - Marseille

103 rue Ferrari
13005 Marseille

Plus d'info :

300 places

Plan d'accès

Le Poste à Galène : les dernières chroniques concerts 874 avis

La Kamba

Critique écrite le 28 octobre 2017, par pirlouiiiit

Poste à Galène, Marseille 06 octobre 2017

La Kamba en concert

Dernière chronique d'une longue soirée qui a donc eu lieu il y a maintenant 3 semaines. Longue soirée qui avait commencé avec le concert de Stoo Odom's Odomiseurs à la Casa Consolat, puis au cours de laquelle j'étais venu au Poste à Galène, mais les choses tardant à commencé j'étais retourné du côté de la rue Consolat où j'avais du coup assisté au concert de Johnny Marre toujours à la Casa Consolat. Il faut dire qu'avec les POC 2017 (à savoir la 12ème edition des Portes Ouvertes Consolat) il y a pas mal de chose à voir, écouter (et même grignoter) du côté de la rue consolat. Si bien que je me demande si ce n'est pas un peu pour cela qu''il n'y a personne au Poste. Quand j'arrive je me rends compte avec soulagement que je peux mettre ma phrase précédente au passé. Qu'il n'y aVAIT personne. Car la salle qui était vide il a peine plus d'une heure est maintenant bien remplie et en plus par des gens qui dansent. Sur la scène (toujours décorée de leur traditionnelle guirlande multicolore de drapeaux en papiers) ils sont toujours aussi nombreux : soit, si j'ai bien compté, 10 sur deux rangées avec leurs traits de peinture blanche sur le visage. Que dire de plus que ce que j'ai pu dire à propos de leurs précédents passage ? Que j'ai... Lire la suite

The Bootleggers - Franka (Cops&Robbers) - Leeroy Stanner (Wild Child) - Nitrate.

Critique écrite le 02 octobre 2017, par g

Marseille, le Poste à Galène 29-- septembre--2017

The Bootleggers - Franka (Cops&Robbers) - Leeroy Stanner (Wild Child) - Nitrate. en concert

LA (BONNE) NOSTALGIE CAMARADE. Tout a commencé avec le livre de Robert "Rock" Rossi (sorti en mai, tout frais donc). Le co-fondateur et co-leader de Quartiers Nord a eu l'idée originale (personne n'y ayant pensé en tout cas) d'écrire un livre narrant la genèse et les grandes heures du Rock Marseillais entre 1960 et 1980... Nombre de ces groupes seraient tombés dans un oubli immérité mais Rock Rossi avec la conviction, la ténacité et le travail d'un moine trappiste leur a donné une seconde vie. Parfois une vie musicale même puisqu'un CD inclus enrichi le livre de quelques titres... Les ressuscitant à jamais pour la postérité... A la lecture de cet ouvrage, chacun se surprendra à penser "Merde, c'est vrai, je les avais oubliés ceux-là...". Ou "c'est vrai, putainggg, on les avait vu en première partie de... Ou dans telle MJC". C'est chez nos amis de Lollipop Music Store qu'avait lieu le lancement de ce pavé, nécessaire, sur le Rock "Made in Marseille". The Insomiacs (que nous n'avions jamais vus) donnent un avant-goût savoureux de la soirée ! Une prestation "punchy" et efficace. Avec un rappel classieux "Too Much Class For The Neiborhood" des Dogs. Un groupe à suivre... La soirée continuera au Poste à Galène (et gratuitement... Lire la suite

Page Hamilton + Rescue Rangers

Critique écrite le 01 juillet 2017, par Pirlouiiiit

Poste à Galène, Marseille 06 juin 2017

Page Hamilton + Rescue Rangers en concert

Mais c'est que j'ai une chronique de concert en retard depuis un moment moi ! A vrai dire je comptais profiter d'un déplacement en train à Tours pour la faire mais je n'ai eu le temps ni à l'aller ni au retour signe que j'ai quand même plus de boulot qu'avant (je n'ai même pas dormi !). Le concert en question était donc celui de Page Hamilton en solo au Poste à Galène, précédé du "showcase acoustique" de Rescue Rangers. J'aurais pu mettre deux fois des guillemets car dans leur set "acoustique" non seulement les guitares étaient branchés (ce qui est classique) mais en plus il y avait une batterie avec un batteur qui cognait quand même fort. J'ai mis mes bouchons tout de suite. "Showcase" aussi les mérite car ils ont quand même fait 12 morceaux. Donc en fait plutôt qu'un "showcase acoustique" (comme ils en avait fait un très beau à Lollipop - avec une batterie) je qualifierais ça de concert sans rappel et sans guitare électrique. Ambiance MTV unplugged (stoner qui tire quand même bien vers le grunge) donc pour ce qui est sans doute le groupe de stoner le plus connu de la région (en tout cas de moi). LE groupe a déjà fait la première partie de Helmet il y a quelques semaines au Moulin et les revoici donc ce soir. La raison ? Leur... Lire la suite

Archimède

Critique écrite le 29 mai 2017, par Fred Boyer

Le Poste à Galène - Marseille 24 Mai 2017

Archimède en concert

"La variété française est morte, oh oui elle est morte En mars 78 Avec Claude François Et tout le monde le sait" Les Wampas - Mars 78 Voici donc le groupe Archimède qui vient défendre son quatrième album "Méhari" sur la scène du Poste à Galène. Groupe Lavallois ayant sorti son premier album en 2008, Archimède est assez facile à décrire pour un non initié, bien que la description puisse surprendre. C'est simple, imaginez des paroles d'Alain Souchon (pour l'ironie omniprésente et la qualité d'écriture), chantées avec la gouaille de Jacques Dutronc, sur une musique d'Oasis. Je sais, dit comme ça, ça fait gloubi-boulga mais étrangement ce mix d'influence est plutôt bien digéré et se fait de manière très naturelle. Lors d'une interview, Liam Gallagher avait une fois déclaré "Oasis, c'est moi au chant, mon frère à la guitare, et les trois autres, bah... c'est les trois autres". Et bien Archimède c'est simple, c'est la même chose, le groupe est composé des frères Boisnard, Nicolas au chant, Frédéric à la guitare, et les trois autres, bah... c'est les trois autres. Je les avais découvert il y a quelques années lors de passages radio des singles de leur deuxième album (comme quoi, dans les années 2010, les passages radio peuvent... Lire la suite

Bror Gunnar Jansson

Critique écrite le 14 mai 2017, par Prakash

Poste à Galène, Marseille 09 mai 2017

Bror Gunnar Jansson en concert

C'est mon grand retour aux chroniques ce soir...après trois mois d'absence à cause d'un empêchement de 51 cm et 3 kg 6 ! Et ce come-back se fera au Poste à galène ce mardi pour le concert de Bror Gunnar Jansson...mais c'est quoi ce nom de scène !?!. Avec ce nom à coucher dehors et ma méconnaissance du personnage, je n'étais pas motivé pour venir et encore moins écrire ce soir. Mais la nouvelle photographe de LIM du soir Lola la poulpa a réussi à me vendre le produit...et je ne regrette pas d'avoir cédé. D'emblée, grosse surprise, la salle se rempli petit à petit et finira par être blindée...c'est que ce grand suédois commence à faire parler de lui dans la presse. L'arrivée sur scène se fera sur un chant très éthno-indien ce qui annonce une ambiance spirituelle à ce concert. D'ailleurs, pour rester sur ce côté mystique, on sent que le fantôme de Robert Johnson accompagne ce jeune homme et hante ses concerts. Ce soir, on retourne à ce blues originel du delta qui incontestablement aura biberonné ce jeune timide aux premiers abords mais très sympathique quand on discute avec lui. Il poussera le vice jusqu'à adopter la tenue d'époque : chemise blanche, costume et chapeau. Ceci dit, il a un certain succès auprès de la gente féminine avec ce... Lire la suite

Bror Gunnar Jansson

Critique écrite le 10 mai 2017, par Philippe

Le Poste à Galène, Marseille 9 mai 2017

Bror Gunnar Jansson en concert

Deuxième passage par Marseille (nous étions déjà là pour le premier, bien sûr) du "bluesmoine" suédois Bror Gunnar Jansson. Cette fois-ci, c'est au Poste et la salle est pratiquement pleine (ce qui est toujours une jolie surprise, quand ça arrive, rarement, en pleine semaine...). Le personnage, toujours costumé façon pasteur mormon pisse-froid (mais en chaussettes à pois... cherchez pas, c'est sa tenue de travail), s'avance évidemment seul pour s'asseoir devant 3 éléments de batterie, 2 guitares Danelectro et quelques pédales cachées, coiffé d'un chapeau très élégant dont il nous salue aimablement. Si on l'avait trouvé, sans jeu de mots, un peu froid lors de son premier passage (ce qui comme toujours nous avait valu un déchaînement de haters de passage, à qui l'on pisse à la raie au passage), il sera un poil plus détendu et décoincé cette fois-ci, parsemant son show de petites blagues et échanges avec le public. Le départ est quand même glaçant, du genre d'un mec qui aurait soudain décidé de ne plus jamais sourire, façon cold turkey. Ses mimiques et son regard, appuyés par un éclairage orange sanguin du plus bel effet, en font une crédible apparition diabolique. You think you're safe, when you sleep ?, nous interroge-t-il plusieurs... Lire la suite

Accès