Accueil Chronique de concert Battant + Relatif Yann + Ivan Smagghe + Tim Paris
Mercredi 27 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Battant + Relatif Yann + Ivan Smagghe + Tim Paris

Battant + Relatif Yann + Ivan Smagghe + Tim Paris en concert

Cabaret Aléatoire - Marseille 27 mars 2009

Critique écrite le par

C'est lentement mais sûrement que se remplit le Cabaret Aléatoire ce soir. Pour ouvrir le bal Relatif Yann a choisi une sélection soft et tamisée, si je puis dire, oscillant entre un registre électro minimale, électro disco à la Glass Candy, parfois new wave, en passant paraît-il (je devais fumer une clope à ce moment là), par de la musique africaine! (Je suis très déçue d'avoir manqué ce moment). Une bonne entrée en matière pour annoncer ce qui suit...



... Le Cabaret entre temps s'est peuplé et le groupe se fait attendre. Ça n'est qu'à 00h30 que les trois londoniens de Battant font leur entrée. Les deux garçons et la fille cultivent un look teenage tendance intello/NERD, un rien distancié (un côté Joy Division en accord avec l'esthétique noir et blanc du trio), chemise et tweed pour les garçons, tunique cintrée pour la chanteuse, chaussures fines, y'a rien à faire les londoniens ont la classe!



Bien vite le côté froid directement hérité de la cold wave et du postpunk est brisé par l'énergie brûlante de la meneuse dont la présence scénique est tout simplement irréprochable: on ne peut qu'être séduit par cette beauté androgyne.

Je dois avouer que j'étais encore un peu sceptique après écoute de l'album, il faut dire que j'ai souvent du mal avec les "revivals", quels qu'ils soient (surtout que le revival année 80 a été bien usé, notamment par la vague electroclash). Sorti en Février 2009, l'album No Head (leur premier), produit par Ivan Smagghe et Tim Paris (une première pour eux en tant que producteurs de rock), n'est en effet pas sans rappeler certains noms tels que, pour les plus récents, The Horrors, Motormark, Ladytron, Elastica, Adult ou encore, en cherchant plus loin dans le temps, Joy Division, A Certain Ratio ou Wire.



Encore une fois ferait-on du neuf avec de l'ancien ? Y'aurait-il de plus profondes similitudes entre les années 70/80 et le XXIème siècle naissant ? No Future, No Future... Moi je dis plutôt, envers et contre tout, Yes Future! Tout en sachant pertinemment qu'on peut pas pondre un album révolutionnaire (si tant est que ce terme ait encore un sens) à chaque coup...
Enfin bref, voilà quelques unes des questions suscitées par le ténébreux No Head.

Et bien le live a achevé de me persuader. Sur scène, le côté punk- rock décharné et brut (plus présent que sur le disque où la patte électronique des deux producteurs se fait d'avantage ressentir), les riffs corrosifs, les beats électro primitifs et minimalistes, l'énergie démente de la chanteuse, saisissent d'emblée par leur puissance. Authentiques et directs, sans pose (ou alors juste ce qu'il faut), sans fioriture Battant nous livre avec les dents un rock hybride, compact et rageur qui va droit à l'essentiel. Du vrai rock qui a faim!



Un live convaincant en somme... mais trop court!

C'est Ivan Smagghe qui prend la relève avec un début de set tout en finesse et en minimalisme. Ce que j'aime chez Smagghe c'est que justement il sait sortir de ce minimalisme pour nous emmener ailleurs. Les beats se font progressivement plus lourds si bien que l'on passe sans s'en rendre compte à de la techno minimale et du son (un peu) plus fat. C'est à ce moment là que Tim Paris le rejoint mais aussi que mon ami me fait signe qu'il souhaiterait mettre les voiles... Bon bon je me sens pas vraiment de danser with myself.



C'est donc bel et bien la fin de cette soirée et de cet article.
Je quitte le Cabaret avec la sensation d'une soirée complète et érudite, un vrai bon moment, une belle programmation. Avec cette nouvelle signature, Kill The DJ nous montre à quel point Ivan Smagghe et sa team sont autant à l'aise avec les productions rock qu'avec les productions techno, signe d'une (trop) rare ouverture d'esprit. Une chose est certaine : affaire à suivre!

 Critique écrite le 31 mars 2009 par S Gonthier

> Réponse le 31 mars 2009, par Marcolino

Jamais je n'aurais cru revoir Siouxsee en concert à Marseille avec Severin son complice Et pourtant si Une chanteuse avec les mêmes incantations même phrasé mais c'est là bien tout Après avoir insupportablement attendu jusqu'à Oh45 sans annonce, le trio monte sur scène Gentils un brin poseurs ayant bien appris leur leçon qu'ils récitent sans trop de mal ils s'en iront au bout de 6 ou 7 morceaux Sans mot dire, maudire on peut, sans laisser ni de traces surtout sans avenir, on va les oublier tambour battant.  Réagir

> Réponse le 31 mars 2009, par martin poliakov

Ce vendredi soir, le Cabaret Aléatoire propose une soirée autour du label Kill The DJ, avec Battant en live, Ivan Smagghe et Tim Paris en DJ set. C'est parti! J'arrive un peu à la bourre, au milieu du set de Battant, trio chanteuse (Chloe), guitariste (Tim), bassiste machiniste (Joel). Je découvre donc une ambiance électro rock new wave, un peu récurrente je dois dire dans ce qui se fait en ce moment... les codes vestimentaires et les coupes de cheveux propres à ce style sont bien présents, pas de problème. En tout cas, c'est efficace, bien rodé, et pour une fois, le son est pas trop dégueu au cabaret... mention spéciale à l'éclairagiste aussi, qui a beaucoup aidé à installer une ambiance au concert. Après quelques morceaux, place à Smagghe et Paris, qui nous offrent un set vraiment...  La suite | Réagir

> Réponse le 31 mars 2009, par Rigoues

Rien a vraiment redire sur la musique, on aime ou pas et je m'incris plutôt dans la première catégorie, ça me rappelle des souvenirs début eighties et après tout ça fait plutôt du bien. Pour le reste, foutage de gueule complet; concert débuté à 0h45 après plus de 2 heures d'un DJ ayant tout juste réussi à endormir l'assistance... un peu plus de 30 minutes de concert par un groupe qui visiblement ne se prend pas pour une merde (un "je parle un peu francais" ridiculement délivré, avec l'accent anglais, par la chanteuse française...) mais traite le public comme tel. J'ai failli écrire "son" public mais j'ai bien peur qu'à ce traitement il ne le devienne jamais. Je téléchargerais donc sans aucun problème de conscience leur(s) album(s) et me contenterais désormais de cela.  Réagir

> Réponse le 31 mars 2009, par Sami

Pour ma part j'ai bien aimé les selections de Relatif Yann, que je ne connaissais que de nom. The Cure, Chromatics, The Knife, Holy Ghost, Tellier remixé par Aeroplane, The BPA par The Twelves, le mix bien qu'à majorité electro collait bien avec le groupe qui allait suivre. Mais comme l'ont déploré d'autres, le concert est arrivé bien trop tard et a duré trop peu de temps pour ne pas être déçu. Que cela ressemble comme deux gouttes d'eau aux groupes post punk des eighties n'est pas dérangeant en soi, le trio est en effet efficace et carré, mais comme la soirée était censée fêter la sortie de leur album, on était je pense en droit d'attendre un peu plus que 20 malheureuses minutes entre deux très longs dj sets.  Réagir


Battant : les dernières chroniques concerts

Jupiter + Nil Hartman + Battant + Kelly und Kelly en concert

Jupiter + Nil Hartman + Battant + Kelly und Kelly par Decapsuleur
Omega Live - Toulon, le 25/10/2009
Ce sixième Zoo Electro débute avec un dj local non annoncé, qui nous livre une musique électronique brutale, composée principalement de basses surpuissantes ; cela est assez... La suite

Marsatac 2009 : Andromakers, Battant, Au Revoir Simone, Art Brut, Etienne de Crecy en concert

Marsatac 2009 : Andromakers, Battant, Au Revoir Simone, Art Brut, Etienne de Crecy par Sami
Dock des suds, Marseille, le 26/09/2009
Troisième soir à dominante pop, rock et electro et encore une fois de très bonnes choses à voir et à entendre. Il fallait là tôt pour ne pas rater les Andromakers qui, grace... La suite

The Noisettes + Battant + Kap Bambino + Slice & Soda + Telepathe  (Printemps de Bourges 2009) en concert

The Noisettes + Battant + Kap Bambino + Slice & Soda + Telepathe (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 24/04/2009
Belle soirée entre électronique, pop, soul et rock ‘n roll au 22 d'Auron avec - entre autres - l'électro pop de Telepathe, l'électro rock de Kap Bambino, l'électro house de... La suite

Relatif Yann : les dernières chroniques concerts

Rona Hartner + Olga Kouklaki + Relatif Yann (Festival Reflets) par Mos Taky 69
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 26/04/2008
Difficile de faire l'impasse sur le concert du néo-moustachu dandy gothique australien, pourtant ce soir j'ai fait le choix de la légèreté et de la fantaisie en venant revoir un an après la tzigane Rona Hartner. Il faut dire que beaucoup de sympathie et d'amour se dégagent de cette petite nana, et que son concert de l'an dernier au portail coucou... La suite

Non e Possibile (Interview) par Art Kraft
Marseille, le 09/12/2005
Non e Possibile est le nom de code de l'organisation fondée par RELATIF YANN de Biomix et PHRED de 8th Wonder, responsable de la programmation "dite électro" du Trolleybus. Rencontre avec les 2 intéressés devant un apéritif au Polikarpov. - Pouvez-vous me parler des origines de NEP et comment votre rencontre s'est elle déroulée ? PHRED: Au... La suite

Cabaret Aléatoire - Marseille : les dernières chroniques concerts

Altın Gün + Diaspora Orchestra en concert

Altın Gün + Diaspora Orchestra par odliz
Le Cabaret Aléatoire, Marseille, le 31/10/2019
Après avoir joué de la manœuvre et des amortisseurs pendant un bon quart d'heure, pour trouver ce qui servira de place de parking le temps du concert, on traverse les allées... La suite

Peter Hook & the Light en concert

Peter Hook & the Light par Prakash
Le cabaret aléatoire , Marseille, le 05/05/2019
Alors c'est toujours un peu glauque d'aller à un concert en se disant "je veux le voir avant qu'il claque". Bon j'avoue, j'avais ça dans un coin de ma tête quand je me suis bougé... La suite

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) par Philippe
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 05/05/2019
Deuxième passage à Marseille, après celui de 2014 à l'Espace Julien, de Peter Hook, le légendaire bassiste de Joy Division et de New Order. Mauvaise surprise, le concert semble... La suite

Arch Enemy + the Charm the Fury en concert

Arch Enemy + the Charm the Fury par Jgaz Photo
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 11/06/2018
Les suédois d'Arch Enemy étaient de passage à Marseille, dans le cadre de leur tournée Européenne 2018 "Will To Power Tour". Et c'est le groupe " The Charm The Fury " qui a... La suite