Accueil Chronique de concert La Sérénade + Bror Gunnar Jansson
Dimanche 24 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

La Sérénade + Bror Gunnar Jansson

La Sérénade + Bror Gunnar Jansson en concert

Le Molotov, Marseille 11 octobre 2015

Critique écrite le par


Deuxième occurence de blues à Marseille de la semaine, trois jours après les sympathiques Heymoonshaker. Avouons qu'on est quand même davantage titillé(e)s par la venue du seul (à notre connaissance) one-man-blues-band suédois, l'assez improbable Bror Gunnar Jansson, dont deux vinyles (l'un étant d'une délicieuse couleur lavande...) garnissent déjà notre discothèque. Si son premier disque éponyme est un peu trop tranquille, l'album Moan Snake Moan contient pour sa part de belles promesses en live, dans un style dont on est de toutes façons assez fan, par définition... Et le fait qu'il papote tranquillement dehors avec son public, en costume rayé impeccable, et se laisse shooter sans façon par tous les photographes amateurs du coin (private joke), renforcera une fort bonne première impression...

En première partie, La Sérénade, a.k.a. les frères Mancusi en électro-acoustique, une fratrie déjà défavorablement connue de nos services pour les nombreux groupes où ils sévissent ou bien ont sévi précédemment. Comme ils sont doués et rigolos (quoi qu'appuyant un peu trop sur leur origine phocéenne, qui n'a pourtant échappé à personne), le show des désastreux siciliens s'écoute comme toujours avec plaisir même si [allez c'est dimanche, la France a perdu sans gloire, je l'ai constaté dans le canapé d'un ami irlandais goguenard et je suis donc à moitié saoûl] ils ont peut-être quand même prévu un ou deux titres de trop... Il arrive aussi que le chant à deux soit un petit peu bordélique, mais ce ne sont que des défauts mineurs pour un duo guitare/contrebasse qui fonctionne quand même sacrément bien, avec ou sans archet. Quand l'un passe à la batterie, on frôle presque l'émeute parmi les 50 personnes et quelques qui les écoutent : du beau boulot et un bon lancement pour la suite !


Il est donc déjà 22 h 30 - heureusement qu'on a bu que de la bière, pas d'alcool, on aurait pas tenu ! - quand Bror Gunnar Jansson, qui en bon bluesman low-cost, a déjà tout installé tout seul auparavant, prend enfin les commandes. Premier débrief physique (sur pochettes de disque, c'était dûr à trancher) : finalement il est plus proche de Buster Keaton que de Dolph Lundgren... c'est pas plus mal ! Au moins j'aurai osé trinquer avec lui et le féliciter pour son oeuvre - je ne l'aurais pas fait avec le méchant de Rocky IV... Ayant tombé la veste, mais pas le chapeau rond ni la cravate Western Kentucky, il pourrait aussi bien jouer dans une église en bois blanc, devant un parterre d'american gothics façon Grant wood, la fourche à la main : il a une vraie tête de pasteur amish ! Pour le dire façon marseillaise : manifestement, Bror Gunnar Jansson ne rigole que quand il se brûle...

Il va donner un set tout à fait plaisant, quoique sur la retenue (mais enfin la retenue, ça semble être son style naturel...). Comme prévu, il chante un peu comme si on lui avait fait bouffer une pleine cuillerée de gravier, et qu'il en avait encore un peu de coincé ici ou là (super voix donc !)... Et en esthète, il ne joue bien que sur une Danelectro (rouge ou noir selon les titres), instrument spécial et généralement prisé par des très grands mais juste pour rigoler 5 minutes, pas forcément pour un concert entier... Climax pour moi, sa reprise d'Ain't no Grave (plaquée sur le riff célébrissime d'I'm a Man), un vrai kiff mais, là encore, pas tout à fait assez furibarde à mon goût. Pour la suite, j'ai noté une bon niveau d'attention, un certain magnétisme (un silence de cathédrale aux moments les plus calmes) et diverses autres choses devenues illisibles à jeun.

Question titres reconnus, ça va donc être court, même si on peut supposer qu'il a joué au moins les deux tiers de son oeuvre gravée sur acétate à ce jour. Car bien sûr, il n'avait pas non plus de set-list : en bon control freak (et/ou scandinave-zéro-déchets ?), c'est dans un carnet ouvert que sa set-list avait été notée, et on allait pas le lui piquer, pas vrai ? Encore une minuscule frustration mais ça colle finalement bien au personnage, qui est un peu le pendant straight du plus rigolo et nettement plus queer Legendary Tigerman. Ou encore, l'exact opposé de son compatriote, le flamboyant Pelle Allmqvist. Allez, il faut de tout pour faire une Suède... Alors sans rancune et trevlig resa à vous, cher monsieur !

Photos : François Guéry

Bror Gunnar Jansson : les dernières chroniques concerts

Bror Gunnar Jansson + Muddy Gurdy en concert

Bror Gunnar Jansson + Muddy Gurdy par Pierre Andrieu
Le 106, Rouen, le 16/09/2020
Très belle affiche franco suédoise et 100% blues rock avec Muddy Gurdy et Bror Gunnar Jansson au 106 de Rouen mi septembre. Pour sa réouverture, la superbe salle située sur les... La suite

Bror Gunnar Jansson + Yannick Owen en concert

Bror Gunnar Jansson + Yannick Owen par Nino
Le Périscope à Lyon, le 18/11/2017
Une soirée sans fioritures se profile ce soir au Périscope, jolie salle lyonnaise dont la taille et la configuration favorisent la proximité et l'intimité d'une écoute... La suite

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes  + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) en concert

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) par g
Nimes, le 11/06/2017
THIS IS NOT A LOVE SONG. ... But This a (good) live song. Dimanche, 11 juin 2017. Nous avons raté les jours un et deux mais les retours, glanés de ci, de là sur le site sont... La suite

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2017 : Bror Gunnar Jansson, Frank Carter & the Rattlesnakes, Slaves (+ Whitney, Kokoko, Laura Sauvage) en concert

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2017 : Bror Gunnar Jansson, Frank Carter & the Rattlesnakes, Slaves (+ Whitney, Kokoko, Laura Sauvage) par Philippe
Paloma, Nîmes, le 11/06/2017
This Is Not A Love Song ! Ou plutôt TINALS, puisqu'on est désormais presque intimes, avec cette troisième édition pour nous (la deuxième en famille), où l'on est comme toujours... La suite

La Sérénade : les dernières chroniques concerts

Rue du Rock #2 (Festival Phocea Rocks) : Mr Thousand & Ramirez + No Country + La Serenade + La Coupure + Lee Zeirjick + Binaire + Hush Hush + Malin + Mutacion Nacion + Devilish Piranhas + Super Payots 3000 + Onkalo + Big Fat Papa'z + Jim Younger's Spirit + the Laurie Strode's Brothers  en concert

Rue du Rock #2 (Festival Phocea Rocks) : Mr Thousand & Ramirez + No Country + La Serenade + La Coupure + Lee Zeirjick + Binaire + Hush Hush + Malin + Mutacion Nacion + Devilish Piranhas + Super Payots 3000 + Onkalo + Big Fat Papa'z + Jim Younger's Spirit + the Laurie Strode's Brothers par pirlouiiiit
rue Consolat, Marseille, le 20/09/2014
En ce samedi 20 septembre 2014, avait lieu rue Consolat la deuxième édition de la Rue du Rock à savoir 15 groupes qui se succèdent entre 16h et 20h sur 5 lieux assez proches les... La suite

(ma) Rue du Rock #2 - Festival Phocea Rocks 2014 : Thousand & Ramirez, Devilish Piranhas, La Coupure, No Country, Malin, La Sérénade, Lee Zeirjick, Mutacion Nacion, Binaire en concert

(ma) Rue du Rock #2 - Festival Phocea Rocks 2014 : Thousand & Ramirez, Devilish Piranhas, La Coupure, No Country, Malin, La Sérénade, Lee Zeirjick, Mutacion Nacion, Binaire par Philippe
Rue Consolat, Marseille, le 20/09/2014
L'archétype de la chronique merdique à rédiger - mais dans quoi je me suis encore fourré moi ?! Idéalement un chroniqueur sérieux et efficace lancé dans un festival, se doit de :... La suite

Third Seven + La Sérénade + Dreamcatcher + Ghostlike Ether  en concert

Third Seven + La Sérénade + Dreamcatcher + Ghostlike Ether par pirlouiiiit
le Lounge, Marseille, le 11/07/2014
Ce soir je n'avais rien prévu jusqu'à ce que le Pinguin me fasse suivre l'annonce de ce concert au Lounge qui regroupait 3 groupes que je ne connaissais pas encore, dont un qui... La suite

Le Molotov, Marseille : les dernières chroniques concerts

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand en concert

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand par Pipoulem
Leda Atomica Musique (L.A.M) puis Molotov, Marseille, le 07/03/2020
Samedi soir, il y a beaucoup de concerts, difficile de faire un choix mais il faut bien. Soirée pleine de contrastes. Claude Fernand Je commence par le LAM, avec Claude... La suite

Tamaryn + Some Ember en concert

Tamaryn + Some Ember par Sami
Le Molotov, Marseille, le 28/01/2020
Il fallait se motiver un mardi avec un mistral décourageant pour aller au Molotov, mais comme souvent on n'est pas déçu du déplacement. La salle n'est pas blindée mais... La suite

Sirius Void + Sovox en concert

Sirius Void + Sovox par pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 03/01/2020
Et dire que j'ai failli ne pas aller au Molotov ce soir ... A la base c'est quand j'avais vu que le Pinguin risquait fort d'y aller pour voir les turcs de Umut Adan que je... La suite

The Blank Tapes - les Tchoquers en concert

The Blank Tapes - les Tchoquers par Pascaloo
Le Molotov - Marseille, le 08/12/2019
Alors pour bien finir le weekend et commencer une nouvelle semaine avec des étoiles plein la tête, quoi de mieux qu'un bon concert un dimanche soir au Molotov ? Et ça tombe bien,... La suite