Accueil Chronique de concert David Lafore + Merlot (Avec le Temps 2009)
Lundi 6 avril 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

David Lafore + Merlot (Avec le Temps 2009)

David Lafore + Merlot (Avec le Temps 2009) en concert

Espace Julien, Marseille 20 mars 2009

Critique écrite le par


Deuxième soirée d'affilée au Café Julien ! Et cette fois-ci on a bien failli se faire avoir : pour nous la tête d'affiche était bien évidemment David Lafore, le triste et désopilant, graveleux et imperturbable chanteur qu'on aime depuis bien longtemps, précisément depuis une prestation de braderie de cunnilingus, effectuée en caleçon rouge sur la Place de Lenche. Il s'en est donc fallu de peu qu'on arrive délibérément en retard !


Et pourtant il jouait ce soir en premier, avant un espèce de grand zigue déconneur du 9-4 appelé Merlot, venu armé d'un bon paquet de fans - très vraisemblablement la soirée la plus drôle et peut-être la plus trash de cette édition d'Avec le Temps 2009 ! Bref, c'est sans façons et sans aucune autre de ses 5 Têtes qu'il monte sur scène, Monsieur Lafore, l'air de venir vérifier un micro, s'empare d'un guitare usée jusqu'à la moëlle et démarre à peu près sans crier gare.


Et commence d'entrée avec une histoire languide de fille toute mouillée, et se met toute la salle dans la poche sans aucune problèmes, malgré sa mine inamovible à la "tout le monde me déteste, ça marchera jamais !", et les bides volontaires qu'il enchaîne entre chaque chanson. Il faut dire que sa voix est très belle dans son genre, plutôt sensuelle même autant que je puisse en juger, et son toucher de guitare plus subtil qu'il n'y paraît : ce mec a la classe, tout simplement.


Puis il le prouve par la jolie Babines qui ouvrait son premier album, plus enlevée, assez classe ! Tout autant que Sur Ma Mule (que j'avais découvert sur "Coup de Pouce au Balthazar", formidable compile de la scène locale marseillaise) : très drôle, ponctuée de cris - le tube du premier album sans doute ! Et tout de suite après, Jalousie, qu'on pourrait qualifier de tube du second : avec ses paroles survoltées, elle fait rire aux éclats toute la salle - d'un de ces rires un peu dérangeants : il n'y a qu'à voir le clip de cette chanson pour envisager tout le potentiel homicide du personnage...


Tant qu'il y aura des mouches, effectuée l'oeil humide et torve, est très drôle aussi, et franchement cochonne ! Pépé et Mémé, sa première chansons paraît-il (oui, ils finissent brûlés évidemment), avant qu'il annonce une longue série de chansons lubugres (les dépressifs sont invités à quitter la salle) qui commence par la jolie et terrible Laisse moi mourir un peu. Un peu plus tard, Tu m'en diras tant, logorrhée embrouillée qu'aurait pu écrire Boby Lapointe, et la chanson qui dans un monde meilleur aurait défoncé les charts : la très enlevée et superbe Un baiser, une bombe - l'une des seules qu'il n'introduit pas par une ânerie, à croire qu'il l'aime bien lui aussi !


Pour rappel, une chanson qu'il fait reprendre à tue-tête par la public, sans aucun problèmes, et il fait même mine de recommencer le concert au départ. Au bord de la mer, jolie et calme, un titre pas reconnu triste et doux, et puis celle que quelques fans réclamaient à corps et à cris : 20 francs, déclenchant comme toujours l'hilarité générale sur la rime très riche "Un cuni, pour mami !" Il finit sur J'ai Massacré tout un pays, lubugre à souhait - et pourtant il récolte une ovation sincère pour conclure ce très beau concert.


Alors à vrai dire on se perd en conjectures sur le fait que David Lafore, songwriter indéniablement talentueux, ne soit pas devenu une star, depuis quelques années qu'il est monté à la très grande ville. A croire que son positionnement tragi-comique doit sans doute être mal compris par les grands médias, tout comme ses paroles pour le moins interdites aux oreilles non averties, ou son air de Buster Keaton phocéen peu avenant. Lui dont toutes les vidéos qu'on trouve sur le web sursautent pourtant au rythme des rires de ceux ou celles qui le filment... En tout cas nous sommes heureux de faire partie des "happy few" et continuerons à le pousser de toutes nos petites forces sur la voie d'un succès qu'il mériterait de rencontrer !



A l'approche du deuxième groupe (à l'époque on pense à un chanteur seul, d'autant que c'est comme ça qu'il arrive sur scène), on s'inquiète sincèrement : va-t-il pouvoir faire aussi bien, est-ce qu'on ne va pas s'ennuyer ferme ? Mais la question ne reste pas longtemps sans réponse : Merlot et ses potes (Krazy Keupon et je sais plus qui) sont, en tout cas pour le chanteur, de sacrés déconneurs. Voilà un grand type à lunettes, punk et chauve à la fois, sorte de John Malkovich anorexique, à la voix grave, incapable de chanter plus d'un couplet de chanson sans faire une digression déconnante, souvent à l'attention de ses potes de la Ciotat.


Son cirque nous amuse un bon moment, plus en tout cas que ses chansons de reggae ou de funk lo-fi à la Miro, sympathiques mais certainement un cran en dessous de celles de son prédécesseur, malgré des accompagnements sympas (de la human beat box notamment). Il nous fait en tout cas bien marrer, allant brancher une demoiselle au bout de la salle, prétendant qu'on est bien dans le 9-4 (on pourrait presque y croire !), ou une chanson où il se réaffirme: Tu n'es qu'un loser !


En tout cas il est carrément plus chaud (très funky Chuis Chaud !) que, par exemple, le (devenu) ridicule Sinclair, toutefois avec une tendance certaine à tomber dans le Didier Super contondant - ce qui n'est pas pour nous déplaire. A signaler aussi, une java pour un vieux Salaud (non dédicacée mais qui irait bien au borgne de St-Cloud d'après nous !). Un peu fatigués, nous quittons le groupe après une reprise délicate à la guitare de Benz Benz Benz par Krazy Keupon (et son look de premier de la classe...).


En tout cas le père Merlot nous a tenus en haleine un moment (on a manqué que 4 chansons d'après sa set-liste) et a certainement du continuer à régaler la salle de ses conneries. Désireux d'en garder sous la pédale (après la zolie Zaza Fournier hier et Pigalle demain, soit trois soirs d'affilée chez Julien, record battu !), on l'a toutefois laissé conclure sans nous. En tout cas deux excellentes soirées d'affilée au Café Julien, qui prouvent que la chanson française de cabaret abrite des talents à soutenir sans réserve, afin qu'ils dépassent le succès d'estime de la critique, pour entrer dans la catégorie des succès populaires !


(NB : David Lafore a joué sa set-list en mode "random"...)

Photos par Céline !
Vidéos par Céline, une de chacun, ici !

Festival Avec Le Temps : les dernières chroniques concerts

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) en concert

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) par Sami
Le Makeda, Marseille, le 16/03/2019
Après Flavien Berger et Malik Djoudi hier dans une salle pleine à craquer, cette affiche découverte programmée en fin d'après midi n'affiche pas complète cette fois, mais ça fait... La suite

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) en concert

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) par Pirlouiiiit
Lollipop Music Store, Marseille, le 16/03/2019
Dans le cadre du parcours chanson qui accompagne le festival Avec le Temps (cette série de mini concert /showcases gratuits dans des lieux différents),Iraka était programmé 2... La suite

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) en concert

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) par Sami
Espace Julien, Marseille, le 15/03/2019
Soirée sold out encore une fois pour le festival "Avec Le Temps", après les affiches à guichets fermés de la semaine (Clara Luciani mercredi, Bertrand Belin jeudi, raté avec... La suite

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) en concert

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) par Pierre Charvet
Théâtre du Merlan Marseille, le 14/03/2019
[Attention spoiler: c'était un très bon concert]. Depuis quand Bertrand Belin n'avait pas chanté à Marseille? Y a t-il jamais chanté, d'ailleurs? Bien malin qui peut y... La suite

David Lafore : les dernières chroniques concerts

David Lafore en concert

David Lafore par Pirlouiiiit
À la maiiiison, Marseille, le 01/12/2019
Quoi de mieux après 2 grosses soirées de concerts bien rock au Makeda, celle du vendredi avec De la Crau, Ooh Wee, Neurotic Swingers et Parade et celle du samedi avec Elektrolux... La suite

David Lafore en concert

David Lafore par Fred Boyer
La Meson - Marseille, le 04/10/2019
Malgré le fait que David Lafore soit un nom que j'entende depuis des années au gré de mes activités professionnelles (à l'époque avec le regretté Yop) ou personnelles (surtout... La suite

David Lafore (conférence de presse de la Meson) en concert

David Lafore (conférence de presse de la Meson) par Pirlouiiiit
La Meson, Marseille, le 27/09/2019
Peut-on raisonnable faire la chronique d'un seul morceau en live ? Si un artiste est capable de faire 100km pour jouer un morceau, pourquoi pas ! 2 jours plus tôt nous étions au... La suite

David Lafore en concert

David Lafore par Pirlouiiiit
à la Maiiiison, Marseille, le 24/02/2019
David Lafore donne une série de concert à Montreuil (tous les mercredi pendant encore 5 semaines) l'occasion pour la presse parisienne (qui dans le pays culturellement centralisé... La suite

Merlot : les dernières chroniques concerts

Merlot (+ Sophie Maurin) en concert

Merlot (+ Sophie Maurin) par Philippe
La Boule Noire, Paris, le 14/11/2012
Encore une soirée enthousiasmante dans une petite salle sympa de Paris (rappelons qu'on en a commencé l'exploration systématique - ça prendra le temps que ça prendra, au fil de... La suite

Merlot + La Ruda accoustique en concert

Merlot + La Ruda accoustique par july
Villejuif, le 03/10/2008
Arrivée un peu en retard le temps de trouver la salle et agréable surprise. Une petite salle bien accueillante même si nous sommes assis. Ce grand dandy déglingué de Merlot est... La suite

Massilia Sound System + Merlot + Estella do Coqe en concert

Massilia Sound System + Merlot + Estella do Coqe par Zhou
Le Moulin - Marseille, le 22/04/2008
Massilia Sound System de retour à la maison pour deux dates au Moulin. Voilà bien un événement à ne pas manquer... Enfin si puisqu'à la base je ne comptais pas y aller. Mais... La suite

Espace Julien, Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite