Accueil Chronique de concert Jean-Louis Murat + JP Nataf
Samedi 16 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jean-Louis Murat + JP Nataf

Jean-Louis Murat + JP Nataf en concert

Le Trianon, Paris 10 novembre 2011

Critique écrite le par




Rendez-vous parisien couronné de succès pour le toujours taciturne et imprévisible songwriter made in France Jean-Louis Murat, pour une fois quasi muet entre les morceaux, sauf lors d'un court hommage à Bernard Lenoir, grand soutien de l'auteur de Mustango dans sa défunte émission sur France Inter... Après l'Alhambra en novembre 2010, cette fois, c'est au Trianon, très beau théâtre rénové avec goût, qu'a lieu la grand messe donnée pour les fans. Et avec JP Nataf en première partie, pour un court set bien envoyé - façon trio folk rock pop sonnant près de l'os - mais un peu tristounet...



A l'heure exacte annoncée, 20h25, Murat et son groupe (Fred Jimenez à la basse et aux chœurs, Stéphane Reynaud à la batterie et Slim Batteux à l'orgue, tous les trois à saluer pour leur prestation) montent sur les planches avec la ferme intention d'enchainer - en guise d'entrée et de plat de résistance - les titres du dernier album, le léger, intense et long en bouche Grand Lièvre... Toujours facétieux Jean-Louis, puisqu'il décide de dérouler son oeuvre la plus récente à l'envers et en omettant de jouer l'une des meilleures nouvelles compositions, Je voudrais me perdre de vue. Pas bien grave puisque le disque est globalement très bon et que les titres choisis sont joués avec foi et concentration... Seul gros hic, un son de basse bourdonnant qui couvre le reste des instruments au début du set. C'est énervant d'autant que les chansons sont superbes, que les lumières sont réellement admirables (et parfaites pour l'univers muratien) et que Monsieur Bergheaud est en forme vocale.



Le temps de bougonner un peu dans notre barbe contre l'ingé son, de demander à un couple d'amies si elles comptent parler à voix haute pendant tout le concert, de s'enquiller prestement une pinte et le concert décolle définitivement avec l'époustouflant titre Alexandrie : arpèges de Telecaster en son clair, voix bouleversante, rythmique subtile et orgue délicat... Renversant ! Désormais c'est le bonheur total, les titres font tous mouche, transportant littéralement l'auditeur en apesanteur dans un océan de poésie, de parties vocales susurrées avec malice ou vociférées avec hargne, de guitares flottantes et d'orgue Hammond planant... Un dernier titre de Grand Lièvre, Qu'est ce que ça veut dire, puis on passe aux morceaux plus anciens avec Mousse Noire et Yes Sir, qui font décoller vers un ailleurs très, très jouissif. Enfin, place aux tubes du Monsieur : Foule Romaine, dont le refrain est timidement repris en choeur par le public, une version impeccable du classique Jim et une désormais incontournable reprise d'Alain Bashung, Alcaline, joliment lardée de six cordes intersidérales...



Lors de l'entame du deuxième titre du premier rappel, Jean-Louis Murat choisit de s'exprimer pour la seule fois de la soirée (si l'on excepte les brefs " bonsoir " et " merci " et un fort aimable " on m'avait bien dit de ne pas venir à Paris " pour titiller une assistance un peu molle) et ses mots sont pour une personne présente dans la salle, un certain Bernard, Bernard Lenoir : " si je ne l'avais pas eu dans ma petite carrière, je ne serais pas là ce soir " et " sans lui, toute une génération serait passée à la trappe". S'en suit une interprétation à tomber à la renverse des Voyageurs perdus, très émouvante chanson de l'album Tristan introduite par des " Bernard, Bernard " et conclue par force " Merci Bernard ". Auxquels on ne peut que s'associer compte tenu du nombre d'artistes peu consensuels défendus par l'homme de radio, en particulier avec ses fameuses Black Sessions diffusées en direct. Sortie de scène sous les acclammations fournies puis finale avec l'incunable Les Jours du Jaguar, très Neil Young & Crazy Horse (intro super distordue, riffs titanesques, entrelacs d'effets, texte surréaliste et cryptique), le petit plus qui achève de contenter le public, en extase à la fin du show.




Photos : Franck Loriou (1) et Carole Epinette (2, 3, 4 et 5)


Jean-Louis Murat sera en tournée fin 2011 puis à partir du mois de mars 2012...


A lire également, une interview de JLM à propos de l'album Le Cours Ordinaire Des Choses, ainsi que des entretiens avec Murat en novembre 2006 (sur Taormina), octobre 2004 (sur A bird on a poire), octobre 2003 (sur Lilith) et juin 2003 (sur le concert pour Koloko)...

Liens : www.jlmurat.com, www.myspace.com/jlmurat, www.facebook.com/jeanlouismurat, https://twitter.com/jeanlouismurat, www.leliendefait.com, www.surjeanlouismurat.com.

> Réponse le 14 novembre 2011, par Francine

Première fois pour un concert de Jean Louis Murat... Concert au Trianon à Paris, très beau site ! Super concert ! Du Rock, du dynamisme, de la pêche, d'excellents musiciens, une salle pleine à craquer sur 2 étages. Une ambiance du tonnerre ! de beaux textes ! Du bon rock ! La tournée de Jean-Louis Murat est à ne pas manquer donc... qu'on se le dise !!!   Réagir

> Réponse le 16 novembre 2011

Merci pour le lien vers www.surjeanlouismurat.com J'ai assisté à deux concerts de la tournée (KAO Lyon, La SOURCe Fontaine-Grenoble) et la réaction des fidèles a souvent été : c'est le meilleur concert de Murat auquel j'ai assisté. problème de basse à Lyon aussi... Et ce n'est pas la première fois non plus... A Lyon sr une précédente tournée, je me rappelle d'une dame au bord de la scène qui avait interpellé Jean-Louis Murat entre deux chansons à ce sujet...   Réagir


Jean-Louis Murat : les dernières chroniques concerts

Interview de Jean-Louis Murat à propos de l'album A Bird On A Poire en concert

Interview de Jean-Louis Murat à propos de l'album A Bird On A Poire par Pierre Andrieu
Théâtre d'Aurillac, le 26/12/2020
"Si je pouvais changer d'identité, j'aimerais bien être Jon Spencer !" Un sinistre scribouillard a un jour écrit dans une chronique sur l'album Le moujik et sa femme que les... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Krys
Salle Jean de Montaru, Marcoussis, le 07/12/2019
19h30, je me présente un peu en avance afin de pouvoir retirer le billet que j'avais réservé. Trois personnes patientent devant les portes closes de la salle Jean de Montaru, au... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par martial
Théâtre de la Madeleine à Paris, le 02/12/2019
Presque un an après le concert de Jean-Louis Murat au Café de la Danse pour la tournée "Il Francese", nous avons repris la route vers Paris pour assister à la seule date... La suite

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Kid
Café de la Danse, Paris, le 10/12/2018
Il y a peut-être une chose que l'on peut reprocher à Murat, qui se tient là derrière les portes, non pas de Naples, mais du Café de la Danse : sa bonne humeur. On a souvent comparé... La suite

JP Nataf : les dernières chroniques concerts

Gaïo + Les Colettes + JP Nataf en concert

Gaïo + Les Colettes + JP Nataf par Cabask
Nomad Café - Marseille, le 16/12/2010
Triple ration de live ce jeudi soir au Nomad Café pour la venue de JP Nataf. Après une attente un poil longue-et surtout froide- devant l'entrée, nous sommes donc calés bien au... La suite

JP Nataf + Gaëtan Roussel en concert

JP Nataf + Gaëtan Roussel par chlorophil
Salle Polyvalente - Montfavet , le 27/11/2010
Autant le dire tout de suite, je risque de me fâcher avec environ 1200 personnes avec cette chronique... Autant vous prévenir tout de suite, j'étais venu pour voir JP Nataf, et pas... La suite

Le Trianon, Paris : les dernières chroniques concerts

Frustration en concert

Frustration par lol
Le Trianon, Paris, le 06/03/2020
Frustration, qui d'habitude se cantonne à donner des concerts dans de petits clubs (qu'il retourne systématiquement), s'offrait une date parisienne de gala au Trianon pour terminer... La suite

Zakk Sabbath en concert

Zakk Sabbath par Lebonair
Le Trianon - Paris, le 15/02/2020
Le vendredi 13 février 1970, les pionniers du heavy metal sortaient leur premier album, " Black Sabbath ". Ce premier opus et tous ceux qui suivront dans les années soixante-dix... La suite

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés en concert

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés par lol
Festival Du bruit sur Paris, Le Trianon, le 16/11/2019
Arrivé trop tard à ce festival "Du bruit sur paris" pour apercevoir The Sons of O'Flaherty et Pipes and Pints, je suis malgré tout plongé directement dans le bain par le concert... La suite

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad en concert

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad par Pirlouiiiit
Le Trianon, Paris, le 16/11/2018
Ouf il était moins une. Ceux qui me connaissent bien vous diront que j'ai une vision assez personnelle de l'écoulement du temps et de combien de temps à l'avance il faut partir... La suite