Accueil Chronique de concert Patti Smith Group
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Patti Smith Group

Patti Smith Group en concert

Le Silo à Marseille 7 novembre 2011

Critique écrite le par

Patti Smith by Pirlouiiiit 07112011

On ne peut pas dire que Patti Smith n'aime pas la cité phocéenne ! Après ses passages en
2004
et 2007, la voici de retour en 2011 au Silo, cette salle marseillaise flambant neuve que l'on aura attendu trèèèèèèèèès longtemps, mais qui s'est construite trèèèèèèèèèèèèès vite une fois la nomination de Marseille comme capitale européenne de la culture en 2013...

Tramway by Pirlouiiiit 07112011

"Coincidence" ou pas, je découvre avec plaisir une bien belle salle, facile d'accès grâce au Tramway et un parking connexe, avec un hall sponsorisé par la fnac, avec sa billetterie, son fnac café et les écrans suspendus au plafond. Y a à boire, y a à manger... sauf que, et c'est là le gros point noir de ce nouveau lieu: on ne peut rien amener dans la salle !

Le Silo by Pirlouiiiit 07112011

La bouffe à la limite je peux comprendre, mais la boisson, faut m'expliquer ! Le plaisir de s'enfiler un godet pendant un live, ca n'a pas de prix bordel ! Sans compter que si le show dure trois heures on est obligé de rester à la diète totale ou de mourir d'inanition ? Et d'un point de vue commerçant, ça frise le masochisme ! Ridicule au possible...

Le Silo by Pirlouiiiit 07112011

Enfin bon, vu la prog en place et le public visé globalement, les gens ne s'en plaindront pas trop je pense... Point de Hard rock, de reggae, de musiques alternatives ou simplement jeunes, tous ces délinquants qui ne pensent qu'à casser des salles de concert en ingurgitant des litres de binouses pour ensuite les recracher sur leurs artistes favoris, ne mettront pas les pieds ici de toutes façons... Cette constatation ne regardant que moi, ou presque, de toutes façons, les gérants ne changeront pas la donne pour autant.


D'un coté on a le Dôme et sa prohibition de l'alcool, de l'autre le Silo et son autorisation à picoler vite vite dans le hall, point barre. Un peu étrange tout ça... Mais si je critique ce détail subjectivement essentiel, je ne peux qu'encenser la disposition des lieux , qui permet de voir la (haute) scène d'où que l'on se trouve, et encore plus son acoustique au top. Rien à redire là dessus, les ingénieurs ont fait du bon boulot pour une fois, et l'on pouvait entendre chaque instrument, avec puissance mais sens volume excessif.


Une belle reussite que ce Silo, dans sa conception et sa tenue sonore. Mais trêve de digressions, la Star ce soir, avec un big S, c'est "notre" Patti Smith, intemporelle, magique.Si je n'étais pas de la fête en 2004, pour son dernier passage il y a 4 ans, j'avais pris une véritable claquasse en travers la tronche au Palais des Congrès ! Très rare qu'un artiste que je connais peu à la base, me transporte à ce point... Dans mon compte rendu de l'époque, j'avais exprimé mon choc initial, et le pied intégral ressenti.


Alors hier soir allais je être déçu des retrouvailles sans le gout de la découverte inattendue ? Tu parles (Saint) Charles ! La seule différence était bien la surprise en moins. Parce que pour le reste, quel plaisir elle a pu me donner, quels poils a t elle pu me hérisser, quel sourire a t elle pu me plaquer durant une trop courte heure et demi...Les années passent, et pourtant elle ne change guère physiquement, et ne change carrément pas du tout scéniquement parlant.


Comme je l'ai déjà dit, les chanteurs qui sont habités m'émerveillent et elevent le live à un niveau inatteignable par les artistes qui ne vivent pas leur musique à fond. Non mais il faut la voir sur des titres tels que "Ain't it strange", "Gloria" ou le cataclysmique "Rock'n roll nigger" final ! Possédée. Rageuse. Furieuse. Hallucinée. Hallucinante. Elle vit ses paroles, elle intègre sa musique pour nous la ressortir flamboyante.


J'ai une nouvelle fois été scotché par son naturel, sa simplicité, sa générosité, son amour et son empathie. Elle articule clairement des discours qui sonnent utopistes à notre époque, elle nous exhorte à croire en chacun de nous, en l'autre, en la Vie, notre bien le plus précieux par devers tout ce consumérisme et malgré les difficultés économiques du monde...


Elle cite maintes fois Rimbaud (mort à Marseille il y a 120 ans, ceci expliquant sa relation spéciale avec notre ville), elle nous fait une petite impro (ais je eu l'impression) sur Marseille en novembre, avant de poursuivre par "Beneath the southern cross" il me semble... Bref, elle a gardé ses valeurs, ses idéaux, et elle les partage avec un public, majoritairement quarantenaire, conquis dès son entrée sur les planches via l'envoutant "Dancing barefoot". Ce qui est également incroyable avec elle, c'est que même durant des morceaux lents ou rallongés, on reste captivé par sa présence, sa voix, ses lyrics, son attitude...


"Pissing in a river" et son crescendo en est l'exemple parfait. Cette transe... A l'instar de ce "Ain't it strange" lancinant au possible... Ou de ce "Ghost dance" poignant...A contrario, quand elle sort ses chansons plus pêchues, elle enflamme le Silo, via un "People have the power" fédérateur repris unanimement en choeur, un "Gloria" epileptique, un "Because the night" forcément survolté... jusqu'à dynamiter les fondations via ce "Babelogue/Rock'n roll nigger" totalement déchainé !


Même un cul de jatte neurasthénique n'aurait pu resister à la dementielle envie de taper des orteils sur ce brulot incandescent ! Une vraie fadade sur scène, entouré d'un groupe soudé tout aussi brulant ! Le grand bassiste, récupérant souvent les claviers, assurait comme une bête, le batteur pareil, le gratteux soliste pareil quoique le plus timide de tous, et l'autre gratteux, officiant depuis un bail avec Smith, pareil de chez pareil, nous envoyant en bonus une reprise féroce de The seeds, "Pushin' too hard", pour fêter ses 47 ans de musique en groupe !


Non vraiment, rien à jeter encore une fois dans le concert de cette grande Dame. Juste le regret de ne pas avoir eu "Frederick", une de mes favorites qui me chavire à chaque fois le coeur, et le fait qu'elle ne soit pas revenu pour un titre de plus après l'ovation finale reçue. Mais quand c'est si bon, c'est forcément trop court...

Patti Smith by Pirlouiiiit 07112011

Enfin pour l'anecdote, vous saurez que Patti Smith est une femme de parole, car comme elle l'avait promis la dernière fois à propos du prix exorbitant des tickets au Palais des congrès, les tarifs étaient bien moindres hier soir ! Rendez vous dans quelques années pour une aussi belle prestation Madame Smith !

Plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici

Bonus vidéo :


> Réponse le 09 novembre 2011, par pirlouiiiit

Pas grand chose à ajouter à la chronique de Gandalf, si ce n'est que moi aussi j'ai été impressionné une nouvelle fois. Déjà vue en 2003, 2004, 2005 et 2007 sans lassitude et sans avoir l'impression de voir le même concert, je ressentirai à peut près les même émotions. Set list assez différente des précédentes tournées (quasiment plus de morceaux du très bon Trampin' aucune reprise tirée de Twelve, ... des phases énervées qui restent spontanées, une voix puissante et sûre, ... des moments où elle prêche des choses qui ont vite fait d'être démago du genre "aimez la vie !" qui dans sa bouche passent plus que bien ! En presque 10 ans, Patti Smith n'a pas pris une ride, ni ses concerts ! Remarques : - Petit changement dans le line-up, le batteur a changé. - le son au Silo est en...  La suite | Réagir

> Réponse le 09 novembre 2011, par Philippe

Cher Gandalf, concernant votre "problème de boisson" - qui fut aussi le mien : on est dans le syndrôme "salle municipale" (bon, ici, vu le nombre de sponsors, on ne sait plus trop), déjà bien identifié à l'Espace Julien : contrairement aux salles non subventionnées/sponsorisées, la recette du bar n'est pas déterminante sur celle de la soirée ! Donc on met un bar parce qu'il en faut un, mais il est complètement sous-dimensionné (20 minutes de queue pour une bière avant le concert, finalement bue cul sec puisque le concert commençait, qui dit mieux ?). D'ailleurs sa carte est très pauvre, mais tout le monde s'en fout, puisqu'il n'a pas vocation à faire du profit, ni même à faire plaisir à des soiffards dans notre genre ! En plus, "Fnac Café ?", hey, what did you expect ? Si c'est...  La suite | Réagir

> Réponse le 10 novembre 2011, par Delphine

J'aurai juste aimé savoir si qqn pouvait me dire le titre de la chanson qu'elle a chanté juste aprés avoir parlé des personnes disparu et que nous nous sommes en vie? Merci d'avance et ce concert était super!!!  Réagir

> Réponse le 12 novembre 2011, par Hervé

[Le Silo - 7 Novembre 2011] Concert tout simplement génial malgré le manque évident de moins de 25 ans. A 17 ans on se sent un peu perdu au milieu de cette foule de beatniks, trentenaires altermondialistes et gens normaux ( il y en a quand même!). Mais très vite, une cohérence s'installe, la puissance de la musique et le souffle d'une Patti transcendé. Tout cela courroné par une bise sur scène à Patti, accompagné d'une unique et chaleureuse dédicace de son livre que j'avais apporté "au cas où", tout cela devant 7000 personnes. Un rêve de gosse, élevé à coup mythes musicaux, accompli et réalisé bien au dela de mes espérances.  Réagir

> Réponse le 15 novembre 2011, par Gandalf

A delphine : Il me semble que c'etait "We three" à ce moment là, non ? https://www.youtube.com/watch?v=Lw1ofTgPtc4&feature=results_video&playnext=1&list=PL62D2FF949C15D5D9  Réagir


Patti Smith : les dernières chroniques concerts

Patti Smith en concert

Patti Smith par lol
Olympia, Paris, le 26/08/2019
C'est une nouvelle fois à l'Olympia, qui est son pied à terre parisien attitré depuis son retour à a la musique en 1994 après 15 années de deuil et d'absence, que Patti Smith se... La suite

Patti Smith, Josh T. Pearson, Cut Worms, Jonathan Bree, Nils Frahm, Ariel Pink (La Route du Rock 2018) en concert

Patti Smith, Josh T. Pearson, Cut Worms, Jonathan Bree, Nils Frahm, Ariel Pink (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2018
En ce samedi 18 août où il fait beau et chaud en Bretagne, c'est le cœur léger et gai comme un pinson que l'on se rend au Fort de Saint-Père, où l'on a encore une fois eu... La suite

Patti Smith joue l'album Horses en concert

Patti Smith joue l'album Horses par Xavier Averlant
Olympia, Paris, le 20/10/2015
Trois soirs de suite, Patti Smith est venue Boulevard des Capucines célébrer les 40 ans de la sortie de son premier album "Horses". Pas spécialement d'actualité musicale, son... La suite

Patti Smith joue l'album Horses et plus ... en concert

Patti Smith joue l'album Horses et plus ... par lol
Olympia, Paris, le 20/10/2015
Le 20 octobre 2015, Patti Smith fêtait à l'Olympia les 40 ans de son premier album, le légendaire "Horses". Ce n'est pas mon disque favori de cette artiste, je lui préfère très... La suite

Le Silo à Marseille : les dernières chroniques concerts

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par Moog Arnoux
Le Silo - Marseille, le 13/12/2019
Bonjour. Vendredi 13 décembre 2019 je suis allée au concert de Philippe Katerine et je suis mandatée pour écrire une chronique. Je ne me sens pas d'écrire ça hors l'abyssal... La suite

Max & Igor Cavalera en concert

Max & Igor Cavalera par Rich
Le Silo - Marseille, le 03/12/2019
Les frères Cavalera étaient de passage à Marseille ce mardi 3 décembre dans le cadre de leur tournée "Beneath/Arise", 2 albums cultes de leur ancien groupe Sepultura dont il furent... La suite

Oxmo Puccino + Col En Fleurs en concert

Oxmo Puccino + Col En Fleurs par Sami
Le Cepac Silo, Marseille, le 27/11/2019
Coïncidence ou pas, cette semaine est placée sur le rap des années 90 avec la sortie d'un album d'IAM (dont le concert au Silo prévu en mars est déjà complet), les adieux de... La suite

Joey Starr en concert

Joey Starr par Agent Massy
le Silo, Marseille, le 19/03/2019
Il s'agit d'un one-man show avec un pupitre et un canapé club sur scène. Public assez homogène, blanc, classe moyenne supérieure, 40 ans. Il s'agit de dire des textes classiques... La suite